les grèves et leurs dégâts

Publié par le 25 Avr, 2018 dans Blog | 3 commentaires

les grèves et leurs dégâts

« C’est une grève avant tout pour les usagers !  »

clame, sans vergogne, et contre toute réalité, les cheminots grévistes !

Néanmoins, il y a un peu de vrai dans leurs mensonges puisqu’ils ne se battent pas pour eux – qui conserveront leur statut de privilégiés quoiqu’il arrive – mais pour les futurs embauchés !

On observe qu’aussi bien à la SNCF qu’à Air France, ce sont les « seigneurs » roulants pour les premiers, volants pour les seconds qui sont les plus mobilisés dans ces grèves. Il est vrai que 20 000 euros de salaires mensuels pour les pilotes (13 fois le SMIC) les  rapprochent dangereusement de la paupérisation !

Mais ces grèves ne frappent pas que le Français moyen. Elles frappent également l’économie française dont certains secteurs accusent durement le coup.

Voici, à ce sujet, l’édito de Nicolas Beytout, rédacteur en chef de l’Opinion :

Crédit illustration : KAK pour l’Opinion

La grève SNCF et les dégâts à bas bruit

Pendant que l’on se focalise sur le bras de fer entre les syndicats de la SNCF et le gouvernement, pendant que l’on se félicite du système D auquel ont recours les passagers, tout doucement, sans faire de bruit, l’économie française commence à payer les pots cassés de cette grève à répétition. C’est évidemment dans le monde du tourisme que les premiers dégâts se font sentir : la période des ponts et viaducs du mois de mai, plus importante encore en ce millésime 2018, s’annonce déjà comme décevante chez les hôteliers et restaurateurs. Une partie du chiffre d’affaires de l ‘année menace de s’envoler, sans aucune chance de le rattraper. Plus généralement, de nombreux secteurs commencent à souffrir de l’impossibilité d’organiser des échanges fluides, rendez-vous commerciaux, réunions lointaines, transport de matières premières ou livraisons.

Nicolas Beytout

C’est pour l’instant encore peu de choses, et les statisticiens disposent de quantité d’exemples historiques de grands mouvements sociaux qui à eux seuls n’ont pas cassé net la croissance économique du pays. Pas de chance, cependant : cette fois, ces mauvais coups portés par les grévistes risquent d’amplifier un mouvement de retournement de la conjoncture que l’on sent déjà poindre dans les toutes dernières livraisons de l’Insee. Après avoir atteint un plus haut depuis 17 ans, le climat des affaires dans l’industrie se dégrade depuis deux mois. Les perspectives à l’exportation se rétrécissent, et les industriels se montrent désormais moins optimistes sur l’évolution de la demande.

Toutes les enquêtes d’opinion le démontrent : cette grève de la SNCF et celle d’Air France qui s’y surajoute sont impopulaires chez les Français. Tant mieux, mais le danger à terme est plus grave : la dégradation du moral dans les entreprises et la fin prématurée du rebond tant espéré.

Nicolas Beytout pour l’Opinion.

Pour plus de détails chiffrés, lire cet article de Marc Touati paru sur le site Capital.fr :

« Grèves SNCF, Air France : un coût énorme pour l’économie française  »

Extraits :

Marc Touati

Sans vouloir polémiquer, rappelons simplement qu’un jour de grève nationale représente un coût proche de 2 milliards d’euros, notamment au travers des effets négatifs qu’elle suscite en termes de consommation des ménages et d’activité des entreprises dans l’industrie et les services. Cette estimation du coût de la grève s’opère comme suit : le PIB français de 2017 est de 2.289,5 milliards d’euros, chaque jour ouvré représentant un PIB d’environ 9,2 milliards.

On peut globalement estimer que le coût d’une grève forte représente environ 15 % d’activité en moins au niveau national (dans le commerce, cela peut même atteindre voire dépasser les 40 %), soit un coût d’environ 1,38 milliard d’euros. Autrement dit, si l’on estime que le coût économique national d’une journée de grève se situe entre 1 et 1,5 milliard d’euros, nous sommes vraisemblablement proches de la réalité.






3 Réponses à “les grèves et leurs dégâts”

  1. Si le petit empereur échoue sur la croissance et le chômage, les grévistes sont « en train », sans mauvais jeu de mots, de lui offrir un alibi en béton sur un plateau.

  2. Les grévistes servent en train de lui offrir en béton sur un plateau?

    À Paris, Poitiers ou encore Rennes, des citoyens organisent des actions de soutien aux grévistes. « Le collectif est né de la volonté de s’opposer au discours dominant, qui présente comme naturelle l’opposition entre grévistes et usagers »

    Heureusement qu’il y a des « usagers » qui réfléchissent et qui réalisent, après avoir lu la vraie fausse réforme qui va consister à transformer une entreprise d’état en Société anonyme d’état (« société à capitaux publics »!)… en demandant des efforts financiers aux con(s)tribuables français, que le bazar fait par les grévistes est peut être une des solutions pour se débarrasser de ces voleurs incompétents!

    Et que l’action macronienne et gouvernementale n’est qu’un vaste enfumage permanent!

Répondre à Forban Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *