Alain Finkielkraut : « Jamais je ne montrerai
patte blanche au politiquement correct ! »

Publié par le 18 Déc, 2017 dans Blog | 0 commentaire

Alain Finkielkraut : « Jamais je ne montreraipatte blanche au politiquement correct ! »

« Le petit peuple des petits blancs est descendu
dans la rue pour dire adieu à Johnny. »
« Il était nombreux et il était seul. »
« Les non-souchiens brillaient par leur absence »

Telle fut la déclaration d’Alain Finkielkraut, une déclaration qui lui valut une avalanche de réactions hostiles, d’insultes et même une pétition demandant son exclusion de l’Académie française!

Et pourtant, nombre d’observateurs – et même Laurent Joffrin, peu soupçonnable d’islamophobie – ont remarqué que le peuple qui était venu rendre hommage à Johnny était monocolore.

Le philosophe est donc coupable uniquement d’avoir osé énoncer une vérité évidente ! L’autre point d’attaque fut l’utilisation du vocable « non-souchiens » qu’Alain Finkielkraut a juste emprunté à Houria Bouteldja, la militante porte-parole des indigènes de la République (PIR).

Dans l’émission télévisée Ce soit (ou jamais !) elle avait en effet déclaré :

« C’est le reste de la société qu’il faut éduquer, […] c’est le reste de la société occidentale, enfin de ce qu’on appelle, nous, les souchiens — parce qu’il faut bien leur donner un nom —, les Blancs, à qui il faut inculquer l’histoire de l’esclavage, de la colonisation … »

Là encore, le scandale aurait dû avoir lieu quand Houria Bouteldja avait introduit ce terme de souchiens. Non seulement elle refusait d’utiliser le vocable normalement utilisé « Français de souche » mais cela lui permettait, grâce à un très mauvais jeu de mot, d’humilier ce qu’elle appelle les Blancs !

Je préfère laisser Alain Finkielkraut se défendre ou plutôt s’expliquer et donner son point de vue dans cette vidéo publiée sur Causeur dans le cadre de l’émission « L’esprit de l’escalier » animée par Elisabeth Lévy :

Je relèverai juste un passage parmi les plus marquants de l’intervention qui donna l’occasion au philosophe de nous livrer sa réflexion sur les dérives observées sur internet :

Question d’Elisabeth Lévy : qu’est-ce qui a choqué le plus ? L’observation en tant que telle (le côté monocolore du peuple) ou l’emploi ironique du mot souchiens ?

Réponse d’Alain Finkielkraut : Les deux ont choqué certains mais l’observation elle-même ne devait pas être faite ! Des messages sur internet mettait en cause, avec moi, aussi bien Dominique Bussereau que Laurent Joffrin ! Et c’était assez cocasse de voir nos deux noms – celui de Laurent Joffrin – associés dans la même opprobe. Car il ne manque pas lui, une occasion de me mettre sur sa liste noire !

Cette campagne est très révélatrice du climat qui règne sur la toile et ça mérite un peu de réflexion. le très sagace Tocqueville l’avait noté : « rien ne révolte plus l’esprit humain, dans les temps démocratiques, que l’idée de se soumettre à des formes ». Internet libère l’homo democraticus de cette soumission séculaire. Le nouveau monde, sur la toile, donne congé à l’ancien. On ne s’embarrasse pas de figures, on ne fait pas de manières, on y va carrément. La politesse n’a plus cours, ni la nuance, ni l’élaboration ! Ecrire, avant les écrans, c’était faire un effort. Aujourd’hui, c’est se lâcher ! Dans ce nouveau média, l’immédiateté règne ! Ce qui était un acte intellectuel devient un acte pulsionnel ! La haine et la grossièreté prospèrent sur le cadavre des formes. C’est le triomphe inattendu de mai 68 : il est interdit de s’interdire ! Et je vous donne cet exemple d’un tweet adressé à Libération qui répondra aussi à votre question : « Evidemment, les sbires de Joffrin Mouchard (le nom du père de Laurent Joffrin), continuent à dénigrer Johnny à cause des complexes de leur chef à la petite bite » Voilà ce qu’on lit et il y en a tout autant à mon service !

Donc le progrès technologiques va de pair avec la régression spirituelle. Plus les objets sont intelligents, plus les sujets sont sauvages ! Cette maxime est ma contribution à la rubrique : c’est tellement mieux maintenant !

Interview d’Alain Finkielkraut par Elisabeth Lévy pour causeur.

Autre exemple de tweet dirigé contre Alain Finkielkraut :

Merci de tweeter cet article :





Répondre à Merdariontat Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *