Deux claques, coup sur coup, pour le gouvernement !

Publié par le 19 Mai, 2020 dans Blog | 2 commentaires

Deux claques, coup sur coup, pour le gouvernement !

« On ne change pas de monture au milieu du gué ! »

On devrait cette citation à Abraham Lincoln mais c’est aujourd’hui Emmanuel Macron qui doit méditer en ce moment sur cette maxime …

Les sondages montrent que les Français le rendent responsable de la mauvaise gestion de la pandémie mais que le premier ministre semble encore épargné par leur colère …

Une situation en principe intolérable sous la V ème République !

Mais voilà, changer l’équipe gouvernementale en plein combat contre le coronavirus pourrait être interprété comme une simple manoeuvre politicienne et condamné par les Français.

Et voici qu’en quelques jours, le pouvoir vient de recevoir deux soufflets cuisants !

La première claque est venue du Conseil d’Etat

Saisie par plusieurs associations, la plus haute juridiction administrative a estimé dans une ordonnance que cette interdiction portait « une atteinte grave et manifestement illégale » à la liberté de culte et enjoint le gouvernement de la lever « dans un délai de huit jours ».

Malgré d’état d’urgence sanitaire, le Conseil d’Etat pointe le « caractère disproportionné » de la décision du gouvernement et le somme  de la lever « dans un délai de huit jours ».

« une atteinte grave et manifestement illégale »

le Conseil d’Etat n’a pas mâché ses mots et les laïcards bouffeurs de curé de la République en marche ont dû l’avoir mauvaise !

Il fallait manquer de bon sens, ou avoir des arrières-pensées idéologiques, pour autoriser l’ouverture des écoles, laisser les supermarchés ouverts et interdire l’entrée des lieux de culte !

Mais le gouvernement n’est pas à une incohérence près dans la gestion de la crise !

La seconde gifle est partie de son sein même !

La donneuse de leçons de morale, Laetitia Avia, avec sa loi liberticide éponyme, défraye à nouveau la chronique.

On se souvenait qu’elle avait mordu jusqu’au sang un chauffeur de taxi avec qui elle avait eu une altercation.

Laetitia Avia est maintenant accusée de racisme, de sexisme, d’homophobie, d’humiliations et de harcèlement professionnel par cinq de ses anciens collaborateurs. Excusez du peu !

Mais aujourd’hui, l’affaire est devenue plus sérieuse puisqu’une plainte va être déposée pour harcèlement moral.

BFMTV précise ce qu’on reproche à la députée :

L’élue de Paris est accusée par cinq de ses ex-assistants parlementaires de propos sexistes, racistes ou homophobes, mais également de moqueries sur le physique, la tenue vestimentaire. Les témoignages recueillis par Mediapart font aussi état d’humiliations, de harcèlement et d’abus de pouvoir dans le cadre professionnel. Par exemple, lorsqu’elle écrit en 2018 après le vote d’un amendement: « on a voté l’amendement des PD », dans un échange copié par une capture d’écran reproduite par Mediapart. Ou encore lorsqu’elle fait référence à un collègue d’origine asiatique en l’appelant « le Chinois ».

Outre la présidence du groupe LaREM, la présidence de l’Assemblée a également été avisée de l’affaire. La cellule anti-harcèlement lancée en février dernier a également été saisie, ainsi que la déontologue.

Décidément, la gauche a le chic pour nommer des chevaliers blancs qui s’avèrent très noirs à l’usage. C’était Jérôme Cahuzac à qui Hollande confiait la lutte contre la fraude fiscale et aujourd’hui, on choisit pour restaurer la morale (au sens progressiste) sur les réseaux sociaux, une députée qui aurait dû d’abord s’appliquer la loi à elle-même !

Merci de tweeter cet article :





2 Réponses à “Deux claques, coup sur coup, pour le gouvernement !”

  1. Il n’empêche que sa loi est votée, même si la personne est détestable.

    • elle est grossière et méprisante … entrer à Sciences Po par favoritisme discriminatoire, ne lui a pas fait apprendre les bonnes manières.
      Après, nombre de politiciens sont grossiers en privé, ou avec leurs collaborateurs, ça fait genre, comme on dit, ça montre qu’on a des racines populaires.
      Il n’empêche que ces gens n’ont aucun respect pour la fonction qu’ils occupent. L’exercice du pouvoir s’accompagne d’une certain solennité, d’un minimum de tenue, de savoir vivre et de respect des convenances et des codes des institutions. Sibête si tu nous lis, c’est pour toi ! 😉

Répondre à Le Nain Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *