Encore un machin pour réduire la liberté d’expression !

Publié par le 5 Déc, 2019 dans Blog | 5 commentaires

Encore un machin pour réduire la liberté d’expression !

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’une attaque ait lieu, en France, contre la liberté d’expression !

Il faut le dire : la République en marche, la gauche et l’extrême gauche sont en pointe pour empêcher la droite de s’exprimer.

Seuls, le progressisme, la bien-pensance et le politiquement correct ont droit de cité !

On a assisté à un véritable déchainement politico-médiatique contre Eric Zemmour qui avait commencé après son intervention à la Convention de la droite et continué avec son arrivée sur la chaine CNews.

Un collectif d’extrême gauche les Sleeping Giants s’attaquent aux annonceurs pour qu’ils boycottent CNews (voir cet article) et depuis quelques jours Valeurs actuelles (voir cet autre article).

Après la loi AVIA censé lutter contre la haine sur réseaux sociaux, voila qu’on créée un nouvel organisme  : le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM) qui va encore stigmatiser ce qui ne rentrera pas dans la doxa progressiste !

Voici un débat organisé par RT France, considérée par une chaine TV de la fachosphère par la bien-pensance, sur la création du CDJM :

 

Francois-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’IRIS et Didier Maïsto, président de Sud Radio, échangent au sujet du lancement ce 2 décembre du Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM). Un organe indépendant censé veiller au respect par les rédactions des bonnes pratiques de déontologie.

Merci de tweeter cet article :





5 Réponses à “Encore un machin pour réduire la liberté d’expression !”

  1. Tentative pitoyable que quasiment tous les journaux ont rejeté.

  2. stéphane roncaglia dit:

    BFM Télévision, Manipulation, Décrédibilisassions, Répression, mutilation, intimidation, humiliation. L’Etat organise la violence exemple du piège de la place d’Italie lors de l’anniversaire des un an des gilets jaune, à Paris: Le gouvernement impose comme lieu de manifestation une place en chantier avec objet potentiel pouvant servir d’arme. Puis interdit cette manifestation, alors que les manifestants sont arrivés sur place. Puis bloque les issus quand les manifestants s’en vont pour pouvoir manifesté normalement ailleurs en les nassant. Puis charge avec lacrymogène ces manifestants pendant deux heures sans raison à les rendre violents. Des policiers habillés de noir se joignent au violence, en jouant au casseur par exemple. Puis dénonce ces violences comme inacceptables en ne montrant que ces violences par les médiats. On ne parle que de ces violences, et les sujets important RIEN ! Donc coup double pour le gouvernement entretenir la peur du gilet jaune et ne pas traiter des vrais sujets.

  3. Les medias officiels ( de goche) n’ont aucune deontologie et ne savent pas ou plus, ce que c’est…

    La blague du conseil de la deontologie, est juste une autre astuce pour éliminer la libre expression, petit a petit.

  4. Un appel a l’aide de Boulevard Voltaire:

    Cher lecteur, chère lectrice,
    Les attaques contre votre site d’information libre s’intensifient.

    Et sans le soutien massif de citoyens engagés tels que vous, il n’est pas sûr que nous pourrons continuer à vous apporter la contre-information en voie de disparition dans la presse classique :
    Partout, des groupuscules se créent pour interdire d’expression, asphyxier financièrement, empêcher physiquement, menacer, intimider, violenter ceux qui ne pensent pas comme eux.

    Que ce soit les salves de pétitions et poursuites en justice contre Eric Zemmour ou Alain Finkielkraut parce qu’ils ont osé émettre un avis non conforme sur l’islam et l’immigration ou un propos au deuxième degré sur le viol…
    Que ce soit des conférences empêchées, comme Sylviane Agacinski en a fait les frais du fait de son opposition à la GPA…

    Que ce soit des comptes twitter suspendus – outil de communication indispensable d’un élu – comme celui de la député Emmanuelle Ménard, pour une plaisanterie sur la « bonne fessée que mériterait Greta Thunberg »…
    Que ce soit les boucheries et fromageries attaquées par des groupes vegan…

    … ces activistes de la bien-pensance utilisent tous les coups, surtout les coups bas, pour tuer la liberté d’expression, pour empêcher toute parole ou activité non conforme à leur vision du monde, et réduire à néant tous ceux qui s’élèvent contre eux.
    Boulevard Voltaire est la cible de toutes leurs d’attaques.

    Notre site bvoltaire.fr est victime de cyber-attaques massives et incessantes pour le mettre en rideau. Nous devons à nouveau, encore et encore, réparer, consolider, et hausser le niveau de sécurisation. Cela demande du temps et des budgets considérables.

    Le groupe d’activistes Sleeping Giant a réussi durant de longues semaines, à force de harcèlement, de dénonciation et d’appel au boycott, à nous priver de toutes recettes publicitaires, pour nous asphyxier financièrement. Nous sommes en train d’organiser notre défense et la contre-attaque. Mais le coup est sévère et la situation financière est critique.

    Facebook menace fermer notre page, empêchant ainsi la diffusion instantanée et massive de nos informations.
    Et nous sommes surveillés en permanence, on cherche le mot qui sera prétexte à nous coller un procès, l’arsenal juridique pour limiter la liberté d’expression et d’information étant sidérant.
    Cet acharnement contre Boulevard Voltaire n’est pas un hasard.

    Ensemble, nous avons réussi à créer un espace de liberté d’expression où, chaque mois, ce sont 8 millions de pages d’information alternative, non censurée, qui sont lues sur bvoltaire.fr…

    … Un cauchemar pour tous ceux qui veulent des médias dociles, déversant tous la même information bien-pensante qui ronge notre pays.

    Boulevard Voltaire est LA cible idéale pour ces tyrans, ces activistes anti-liberté d’expression.
    Notre réussite les fait enrager et, en même temps, nous sommes encore incroyablement fragiles.

    Aujourd’hui, il n’y a plus qu’un seul espoir pour que nous soyons toujours en mesure, dans les mois et les années à venir, de préserver la liberté d’expression dans ce pays : que notre média indépendant Boulevard Voltaire devienne très vite suffisamment puissant pour ne pas être submergé par un tsunami d’attaques.

    Nous devons toucher deux ou trois fois plus de lecteurs et, si possible, doubler notre budget pour étoffer l’équipe, renforcer notre capacité d’investigation et avoir les moyens techniques de résister aux cyber-attaques et d’une diffusion encore plus massive.

    Et avec votre aide, ça n’a rien d’impossible.
    Vous êtes lecteur de Boulevard Voltaire. Vous savez à quel point il est important d’avoir accès à une information alternative de qualité où la censure n’a pas sa place. A quel point c’est vital pour préserver la diffusion des idées, la confrontation des points de vue, le débat, ce dont tout pays libre a besoin pour aller de l’avant et offrir un avenir digne de ce nom à ses citoyens.

    Alors, aujourd’hui, j’espère que je peux compter sur vous pour nous aider à nous renforcer suffisamment pour vivre et résister à la censure galopante.

    Pour faire connaître notre média indépendant à 100.000 personnes supplémentaires pour leur diffuser notre contre-information, il faut que nous arrivions à collecter un budget de 70.000 euros.

    Je sais que c’est une somme considérable. Mais c’est dérisoire par rapport au budget des journaux sur papier, et aux subventions qu’ils touchent : avec 4 millions d’euros de subvention, l’Humanité est le titre le plus subventionné par exemplaire !

    C’est pourquoi je me permets de vous le demander : pouvez-vous soutenir Boulevard Voltaire par un don de 30 euros par exemple ? Vous pouvez aussi décider de vous engager plus avant dans notre action pour la liberté d’expression, et donner 50 euros, 100 euros, 200 euros ou même plus.
    C’est vous seul qui décidez du montant que vous souhaitez dédier à ce combat pour contrer la censure et préserver la liberté d’expression en France.

    Vous pouvez aussi, si vous le préférez, choisir de soutenir notre média mois après mois, en donnant par exemple 5 euros ou 10 euros mensuels.

    Nous avons préparé une page spéciale où vous pouvez choisir de faire un don par carte bleue, par chèque, par Paypal ou par prélèvement, du montant de votre choix

    JE FAIS UN DON
    Vous êtes totalement libre de choisir de soutenir Boulevard Voltaire ou non. Si vous ne souhaitez pas apporter votre soutien financier, personne ne vous en tiendra rigueur, et vous continuerez à recevoir chaque jour dans votre boîte mail l’information alternative que vous ne trouvez pas ailleurs.

    Mais quand on voit les efforts déployés par les activistes de la bien-pensance pour démolir la liberté d’expression et d’opinion, difficile de dire combien de temps nous serons capables de tenir sans le soutien de nos lecteurs.

    Alors, si c’est possible, aidez-nous à renforcer Boulevard Voltaire, et mettre notre média à l’abri pour pouvoir continuer à diffuser une information alternative, résister aux attaques et faire barrage à la censure qui avance au galop.

    Merci par avance pour votre soutien.
    Bien à vous,
    L’équipe de Boulevard Voltaire

Répondre à Pseudo49 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *