Le migrant : bonne conscience de la mondialisation

Publié par le 27 Sep, 2020 dans Blog | 5 commentaires

Le migrant : bonne conscience de la mondialisation

« Que vient faire en France un ressortissant qui a peut-être 30 ou 40 ans, qui fait semblant d’avoir 18 ans, d’un pays qui envoie des satellites géostationnaires en orbite, qui a l’arme nucléaire ?

Au frais du contribuable français. C’est de la démence !

Ce sont des personnes inexpulsables et surtout, pour un certain nombre de dames patronnesses des beaux quartiers, pour un grand bourgeois comme Mélenchon, pour ces gens qui ont rejeté dans la misère et la pauvreté, au cours de ces quarante dernières années, la classe ouvrière française, de toutes origines, d’ailleurs.

Les gens qui sont sur place et qu’on a mis au chômage ont une forme d’aigreur donc ces gens-là, on les déteste ! Et on est passé de l’amour du prolétaire à l’amour de cette figure christique, qui va nous sauver, cette figure du migrant !

C’est un peu le sauveur de la mondialisation,
la bonne conscience de la mondialisation.

On déplace nos usines en Chine, on fait de gras bénéfices et puis on se rachète une conscience en faisant venir des migrants. C’est un peu ça le mécanisme …

Et si vous touchez à ça, vous provoquez des hurlements et des cris d’orfraie, dans une couche de la population qui a spécialement bénéficié de la mondialisation …

… parce que vous touchez à sa bonne conscience !  »

C’était un extrait du dernier édito de Guillaume Bigot paru sur la seule chaine d’infos sur laquelle il peut le faire, j’ai nommé CNews !

Combien de temps la majorité des Français va t-elle encore accepter cette véritable spoliation des résultats de son travail ?

Les mineurs isolés seraient au nombre de 40 000 en France et coûteraient aux travailleurs et retraités Français plus de 2 milliards d’euros. Ils forment par ailleurs une tête de pont qui, par le jeu du regroupement familial, sert de pompe aspirante !

Alors quand l’un d’eux fend le crâne de deux Français, dont une femme, à coup de hachoir, cet attentat prend une résonance extraordinaire !

Combien de morts faudra t-il pour que les progressistes, qui nous entrainent en pleine régression sociale, financière et culturelle, cèdent la place à un gouvernement qui oeuvrent enfin au seul bénéfice des Français ?

Combien en faudra t-il pour que l’on se décide à faire taire tous ces racialistes, ces indigénistes et ces faux antiracistes, mais vrais racistes anti-blancs, qui s’en prennent à notre civilisation ?

Devrons-nous porter l’extrême droite aux pouvoir pour l’obtenir ?

Voici l’édito complet de Guillaume Bigot en vidéo :

Merci de tweeter cet article :





 

5 Réponses à “Le migrant : bonne conscience de la mondialisation”

  1. Ce Guillaume Bigot me plait de plus en plus : de bonnes idées, une argumentation solide et beaucoup de courage. Une valeur à suivre.

  2. Combien de morts faudra t-il pour que les progressistes, qui nous entrainent en pleine régression sociale, financière et culturelle, cèdent la place à un gouvernement qui oeuvrent enfin au seul bénéfice des Français ?

    Combien de morts pour les progressistes et les autres?
    mais ils s’en moquent complètement!

  3. Que voulez vous
    Je deviens tous les jours un peu plus non-humaniste, non-migrants, et raciste.
    je vais me retrouver bientôt à Fresnes!
    Ou plutôt à la Bastille…
    Ah, c’est vrai, elle a été prise par les barbares incultes et jaloux de l’époque révolutionnaire génocidaire, au cours d’une guerre de classes sociales.

    • La bastille a ete prise par des manifestants ( pour une grande part allemands), qui n’y connaissait rien mais a qui, les franc macon ont racontés que c’etait l’horreur…

      Il n’y avait que 5 detenus, alors que les franc macon racontaient qu’il y en avait enormement, pour faire tomber ce symbole, et prendre ensuite le pouvoir pour eux meme, comme d’habitude, le pouvoir corrompt.

  4. Actuellement et depuis 2019 sont relâchés des dizaines de djihadistes
    Interrogé le 28 mai par BFM-TV, le procureur de Paris, François Molins, qualifie de « risque majeur » la sortie de ces détenus radicalisés :
    « On court un risque majeur qui est celui de voir sortir de prison à l’issue de leur peine des gens qui ne seront pas du tout repentis, qui risquent même d’être encore plus endurcis compte tenu de leur séjour en prison. »

    no comment

Répondre à pseudo49 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *