Le progressisme ou l’inversion des valeurs

Publié par le 8 Oct, 2020 dans Blog | 5 commentaires

Le progressisme ou l’inversion des valeurs

Dans un récent article, L’avortement, oui mais, j’avais crié mon horreur des dernières mesures glissées en douce dans la loi de bioéthique par les progressistes au pouvoir.

« Bioéthique » : une loi qui porte bien mal son nom !

Comme d’ailleurs ce nom de « progressisme«  qui, en vérité, apporte des régressions majeures aux valeurs les plus profondes de notre civilisation.

Le règne de l’individu-roi est arrivé. Il exige et a droit à tout ce que la science notamment médicale peut lui apporter. Parfois au détriment de ses propres enfants qui eux perdent progressivement tous leurs droits !

Les progressistes ont totalement oublié cette maxime de Rabelais :

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme !

 Je voudrais partager avec vous un excellent papier de Robert Ménard paru dans Valeurs actuelles. Il y dénonce le renversement des valeurs qui consiste à donner de plus en plus de droits aux animaux et de moins en moins … à nos enfants !

Plus de droits pour les animaux, moins pour les enfants …
La France a la tête en bas

PMA, interruption médicale de grossesse… Pour le maire de Béziers Robert Ménard, la société française est aujourd’hui confrontée à une inversion des valeurs, qui voit les animaux de plus en plus protégés quand les enfants sont, eux, de plus en plus exposés.

Nous vivons l’inversion. L’inversion des valeurs. Nous vivons la tête en bas. Les délinquants récompensés, les victimes accusées, les « sans-papiers » régularisés en masse, les squatteurs protégés, choyés, les pompiers caillassés, les mineurs non accompagnés qui ne sont pas mineurs, le droit des gens, le droit des animaux, le droit des choses peut-être, tout s’est fondu en un magma incandescent. Il faut se protéger, c’est brûlant, on a peur d’y toucher. La plupart d’entre nous préfère désormais se replier, se recroqueviller. Faire comme si. Le sort en est jeté. Le bon sens populaire est fatigué. Le peuple est las.

La crevette, le moustique ont des droits ; l’enfant a seulement celui d’être trucidé au dernier jour de la grossesse

Tout brûle et nous en sommes à regarder les flammes lécher lentement la civilisation faite de bois millénaire. C’est Notre Dame carbonisée à travers les écrans des smartphones touristiques. Nous sommes scotchés au siège du téléspectateur. Tout est à l’envers ou presque. Et si on regarde bien, si on ouvre l’œil, dans le ciel de cette folie, nous observons deux courbes lumineuses qui déchirent l’obscurité. L’ascension, imparable, du droit des animaux. La chute, brutale, dans un puits sans fond, du droit des enfants. L’abscisse et l’ordonnée d’un monde en pagaille où les données crépitent comme des cellules cancéreuses.

On ouvre les cages des animaux sauvages, on libère les dauphins, on veut interdire la chasse, la chasse à courre devient du fascisme rural. L’humanité doit se repentir, à tout prix, c’est l’ère des chatons qui pullulent sur le Web, le miaulement de fin du monde d’une société Walt Disney. L’animal n’est plus qu’un être positif, un sourire, un nounours gentil de dessin animé. Il a des droits, même la crevette, même le moustique, une ribambelle de droits. Comme jamais. Au même moment, le petit d’homme a reçu celui d’être trucidé au dernier jour de la grossesse. Au dernier jour. Celui d’avant le premier cri. Dans la quasi-indifférence de l’Assemblée nationale. Avec la bénédiction de la quasi-totalité des médias.

Nous sommes la tête en bas, comme le nouveau-né qu’on peut désormais supprimer en un geste. Oui, grâce à cette nouvelle loi sur l’Interruption Médicale de Grossesse, l’avortement est devenu mécanique, un avortement sans discussion, jusqu’au bout. Et même sans doute après ? Que vaudra vraiment la vie d’un être humain après cette loi de boucherie ? Qui pourra encore échapper longtemps à l’étal glacial où l’on posera le bout de chou rayé du monde parce que la mère justifiera d’une « détresse psychosociale » ou parce que l’enfant avait « un défaut » ?

Macron supprime législativement le père mais étend le congé paternité à 28 jours

Pour les enfants qui auront évité la mort, la « loi » a déjà réservé une autre surprise : on a flingué papa. Bon, il y aura encore un relent de papa en arrière-cuisine, sans doute pour quelques temps, mais la Macronie a mijoté une gastronomie plutôt exotique. Le bébé pourra naître au milieu de deux mamans, ou trois qui sait. Il vivra ses premiers mois au cœur d’un trouple, au sein d’une famille pansexuelle pourquoi pas ? Le papa n’est plus qu’une option, et être père aura la validité et la longévité d’une appli téléchargeable.

Pendant que le dauphin n’aura plus à faire le clown avec un ballon à Marineland, l’enfant n’aura plus le droit à une famille normale. Oui, je sais, ce terme défrise le camp du Bien, mais j’assume. Un père et une mère, tant pis si ça dérange. C’était bien le droit le plus basique pour un bébé. Autant que celui de vivre, même avec un handicap. Mais tout cela, ils s’en foutent. Entre les écolos qui ne veulent pas avoir de gosse pour diminuer leur bilan carbone et les marchands de PMA qui pensent déjà au fric qu’ils vont palper, l’avenir est sombre pour les enfants. On entre dans l’ère de l’ironie : quand Macron supprime législativement le père, il offre « le congé paternité » étendu à 28 jours ! Et pense, dit-il, « à ces enfants qui ont besoin de leur papa ». Sinistre plaisanterie.

Le processus est enclenché. Et on ira toujours plus loin. Parce que, sauf exceptions, droite et gauche ont déjà la tête en bas depuis longtemps. L’ère de l’euthanasie décomplexée parachèvera la grande inversion.

La vie humaine finira en bas de l’échelle, écrasée sous le pied des experts du Bien.

Mais les tigres ne seront plus en cage.

Robert Ménard pour Valeurs actuelles.

Qui pourra mettre fin à cette course effrénée vers l’avilissement de notre civilisation ?

Merci de tweeter cet article :





5 Réponses à “Le progressisme ou l’inversion des valeurs”

  1. Vénérez la maternité, le père n’est jamais qu’un hasard disait déjà Nietzsche.

  2. Plus je lis Menard plus je me surprends à être d’accord avec lui.
    Puisse-t’il arriver à faire entendre et s’entendre cette Droite conservatrice avec Maréchal, Villiers, Retailleau, Bellamy qui peine à sortir de cette « niche » dans laquelle elle végète actuellement.

    J’ai bien aimé quant il parle de société Walt Disney. Quelle ironie quand on sait que M. Walt Disney était un catholique réputé assez réac comme on dit. Ce que traduisent ses 1ers dessins animés « historiques ».
    C’est la Walt Disney Company qui est devenue aujourd’hui un des zélés propagandistes du progressisme américain.
    Le patriarche Disney s’en retournerait dans sa tombe.

  3. Macron supprime législativement le père mais étend le congé paternité à 28 jours

    Normal pour l’adoption d’enfants par les homos Hommes

    Il y a bien longtemps en le regardant de plus près sauf erreur de ma part « a voile et à vapeur » bibi juste pour le fun et l’image

  4. Bien entendu, les messages gênants qui disent la vérité sont supprimés, merci le gouvernement pour vous lois iniques censés lutter contre les mensonges et tant pis pour le peuple qui en subira les conséquences.

  5. Je cite:
    « Normal pour l’adoption d’enfants par les homos Hommes »

    Les homos ne sont pas des hommes, ils sont des homos, nuance…

    Dire qu’ils sont des hommes c’est les insulter, il faut se rappeler qu’elles sont tres sensibles sur ce sujet, et de nombreuses homos ont defini leur etat de genre homos… fort different des hommes.

Répondre à pseudo49 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *