Macron : de la pression sanitaire à la pression judiciaire?

Publié par le 29 Avr, 2020 dans Blog | 4 commentaires

Macron : de la pression sanitaire à la pression judiciaire?

Nous sommes mal partis !

Le gouvernement était tombé assez vite sous la coupe des autorités sanitaires, ce qui lui permettait de se retrancher derrière leurs directives plus ou moins pertinentes.

Au fur et à mesure où le temps passe et au vu du compteur des milliards dépensés par l’Etat qui s’affole chaque jour un peu plus, le gouvernement reprend son autonomie.

C’est ainsi qu’il réouvre partiellement les écoles le 11 mai alors que les autorités sanitaires y sont opposées.

Mais, de nouvelles menaces planent sur le gouvernement, et ce sont des menaces judiciaires qui se concrétisent déjà par 28 plaintes déposées devant la Cour de Justice de la République.

D’où la prudence de sioux confinés avec laquelle Edouard Philippe a conçu le déconfinement ! Les médecins nous avaient conduits à l’enfermement. La menace des juges va peut-être réussir à retarder notre libération !

Dans cet article du Figaro, il est fait mention d’une grave accusation portée contre le gouvernement :

Les personnes âgées infectées ont-elles été privées d’hospitalisation ?

C’est une rumeur persistante, et qui enfle: pour réserver la place aux « jeunes », les personnes âgées résidant dans les Ehpad et infectées par le coronavirus auraient vu les portes de l’hôpital se refermer sous leur nez. L’information a été relayée cette semaine par Le Canard enchaîné, qui affirme qu’une circulaire du ministère de la Santé datée du 19 mars aurait suggéré de « limiter fortement l’admission en réanimation des personnes les plus fragiles ».

Contacté par Le Figaro, le ministère de la Santé s’interroge: « Il n’y a pas de circulaire concernant la prise en charge des résidents d’Ehpad publiée à cette date. Nous ne savons pas de quel document il est question. »

Voilà ce qu’en dit Nicolas Dupont-Aignan :

Pour compléter cet article, mais sur un plan plus général, voici une interview du philosophe Michel Onfray, très critique sur la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement :

Merci de tweeter cet article :





4 Réponses à “Macron : de la pression sanitaire à la pression judiciaire?”

  1. Le gouvernement des juges est la pire chose qui puisse arriver, c’est paralyser la prise de décision en redoutant qu’elle soit mauvaise et toute action peut l’être. Il vaut donc mieux être inactif ou prendre tellement de précaution que cela revient au même.

    Je vous mets en lien une lettre de Clemenceau, dans l’urgence, on ne tergiverse pas:

    https://sourcesdelagrandeguerre.fr/?p=3094

    • Je suis tout à fait d’accord avec vous.
      S’il doit forcément y avoir un principe de responsabilité, la judiciarisation excessive à tout niveau, ainsi que la sanctuarisation du principe de précaution, paralysent tout initiative publique ou privée (les employeurs qui préfèrent ne pas reprendre). Et conduisent à l’addition de mesures liberticides.

      Et ce d’autant plus risqué dans un pays où la justice est fortement politisée, avec la tentation de faire la loi (cf le cas Amazon) au lieu de se contenter de la faire appliquer.

      Oui à la sanction de la faute via la justice : quand on savait et qu’on n’a délibérément pas pris la décision, qu’on a triché, qu’on a agit par conflit d’intérêt, pour son enrichissement personnel, …

      Non à la sanction d’une « mauvaise politique » : celle-ci doit rester du ressort des électeurs uniquement.
      Ce n’est pas à la justice (politisée) de dire qu’il aurait fallu voter des crédits pour les hôpitaux, autoriser tel ou tel traitement, confiner ou non, faire ou telle action pour le climat, les migrants,…

  2. Le peuple doit-il toujours donner son pouvoir a l’etat ou le reprendre devant tant d’incurie et de decision criminelle volontaire…?

    reveillez vous avant qu’il ne soit trop tard, reprenez vos droits, c’est le peuple qui doit decider, plus cet etat criminel qui a volontairement trahie le peuple.

  3. jacques boudet dit:

    Les foies jaunes ont canné devant la prescription de Jacques Attali:
     » résoudre le vieillissement de la population pour sauver l’économie  »
    Rien n’est encore perdu,
    – été torride, les vieux: diurétique et 10 heures au soleil
    – hiver glacial: à poil fenêtre ouverte

    ADOLF MENGELE HIMMLER doucement les sarcasmes!

    Au Nom du Pèze et du Fric et du Saint Benefice
    PIB le Veut
    Dette Exige
    Amen le Pognon!

Répondre à jacques boudet Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *