Mais où va tout ce pognon de dingue ?

Publié par le 10 Déc, 2019 dans Blog | 21 commentaires

Mais où va tout ce pognon de dingue ?

La France reste championne du monde
des prélèvements obligatoires.

Selon une étude de l’OCDE, le taux de prélèvements obligatoires est resté stable entre 2017 et 2018 à 46%. La France reste, devant le Danemark, le pays où la pression fiscale est la plus forte.

Et ceci malgré les baisses d’impôts
clamées par le gouvernement !

Cet article de BFM Business fait le point sur les résultats de l’enquête annuelle de l’OCDE :

C’était l’un des engagements d’Emmanuel Macron lors de la dernière campagne présidentielle: faire en sorte de relâcher la pression fiscale en France, qui fait partie des pays où le taux de prélèvements obligatoires par rapport à la richesse nationale est l’un des plus élevés au monde. Et les annonces de baisses d’impôts se sont effectivement multipliées en début de quinquennat: réforme de la fiscalité des revenus du capital, transformation de l’ISF en IFI (impôt sur la fortune immobilière), baisse des cotisations salariales dans le privé, diminution progressive de la taxe d’habitation …

© La gauche m’a tuer

Alors, pari gagné ? Pas si sûr selon les experts de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), pour qui entre 2017 et 2018, le taux de prélèvements obligatoires de l’Hexagone est finalement resté stable à 46,1%. La France est ainsi pour la seconde année consécutive le champion des prélèvements parmi les pays développés, et vraisembablement parmi l’ensemble des pays du monde. Le Danemark, la Belgique et la Suède sont les seuls autres pays où ce taux est supérieur à 43 %.

Et dans le monde ?

C’est au Mexique que le taux global de prélèvements obligatoires est le plus faible: 16,2 %. Le Chili, l’Irlande, la Turquie et les Etats-Unis font partie des autres pays sous les 25 %. La moyenne mondiale estimée par l’institution se fixe quant à elle à 34,3 %, contre 34,2 % en 2017. Aux Etats-Unis, la baisse du taux de prélèvements est spectaculaire. Les réformes fiscales de l’administration Trump (sur l’impôt sur les sociétés, l’impôt sur les revenus ou encore le rapatriement des bénéfices réalisés à l’étranger… ) ont permis un repli conséquent du taux de prélèvements, qui est passé de 26,8 % en 2017 à 24,3 % en 2018, soit 2,5 points de PIB en moins.

Des choix de société

On rappellera néanmoins que le poids des impôts et taxes est la conséquence de choix de société, à savoir d’offrir dans les pays européens par exemple une protection forte aux salariés, aux retraités ou encore aux familles.

Les cotisations de sécurité sociale sont ainsi les prélèvements qui pèsent le plus en France, avec 36% du PIB, contre une moyenne des pays de l’OCDE à 26%. Viennent ensuite l’impôt sur le revenu (19%) et la TVA (15%). En revanche, l’impôt sur les sociétés est plus léger en France que dans les autres pays développés avec 5,1% du PIB contre 9,3% en moyenne. 

Les baisses d’impôts en France n’ont donc pas eu les effets escomptés. Pourquoi ? Principalement parce que certaines hausses de taxes ou d’impôts ont été décidées en parallèle des baisses annoncées (notamment l’augmentation de la CSG sur les retraites ou sur les carburants, des mesures fustigées par les gilets jaunes). En cause également: certains décalages de calendrier entre l’entrée en vigueur rapide de hausses et des baisses étalées au contraire sur plusieurs années.

BFM Business.

Mais la question reste posée : où va tout ce pognon de dingue ?

Surtout quand on regarde l’état de notre pays :

  • Avons-nous une éducation nationale performante ? PISA répond chaque année à cette question !
  • Avons-nous un service de santé en bonne forme ? Demandez au personnel hospitalier !
  • Avons nous des services publiques – notamment des transports – au top ?
  • Avons nous un déficit public contenu ? Demandez à Bercy !
  • Avons-nous une dette publique faible ou en réduction ? Demandez à Bruxelles !

Il est temps de situer la fiscalité française sur la fameuse courbe de Lafer :

Les Français sont nuls en économie mais comprennent très bien la courbe de LAFER qui donne les rentrées fiscales en fonction du taux d’imposition :

Au début, en partant de zéro, quand le taux d’imposition monte, les rentrées fiscales augmentent proportionnellement. Au bout d’un moment, le courbe tend à se tasser car les acteurs économiques voient que l’Etat leur prend de plus en plus.

La courbe atteint un maximum quand les acteurs sont découragés en considérant que travailler plus ne fait pas gagner plus. Certains acteurs quittent la France pour des cieux fiscaux moins spoliants. Si l’Etat continue à augmenter les impôts, l’économie s’écroule et les rentrées fiscales tendent vers zéro !

Chacun peut essayer de placer la France sur la courbe de LAFER. A mon sens, il est clair que nous avons largement dépassé le maximum de la courbe !

Quant aux Etats-Unis, Donald Trump n’a eu qu’à suivre les enseignements de LAFER pour décider de baisser drastiquement les impôts et ainsi relancer son économie et retrouver le plein emploi (voir cet article) !

CQFD !

Merci de tweeter cet article :





21 Réponses à “Mais où va tout ce pognon de dingue ?”

  1. Le Français veut plus d’aides et moins d’impôts et de taxes, j’appelle cela rechercher la quadrature du cercle, ce qui est impossible.

    La chute continuera jusqu’à la faillite.

    • pas vraiment non.
      Le français veut la vraie égalité!

      or, que se passe t-il actuellement?
      On augmente toutes les taxes, contributions cotisations, impôts à ceux qui travaillent ou ont travaillé.

      Et on donne à ceux qui viennent, jusque dans nos bras, égorger nos fils et nos compagnes,brûler nos églises, détruire notre culture, sans jamais avoir fait un seul geste pour bien de la France!.

    • Personnellement, je ne demande pas plus d’argent!
      Je demande simplement que l’on ne diminue pas mes pensions de retraite.
      Pensions amputées selon le revenu fiscal de référence et non sur la pension individuelle!

      J’entendais il y a quelques mois un sénateur de 76 ans soutenir que cela n’était pas exact!

      Alors quand vous avez des gens comme ça dans les instances du pouvoir qui décident de notre présent et du futur, je me dis que tous ces gens ne servent à rien sinon à se servir en premier lieu!

    • stéphane roncaglia dit:

      Je pense que c’est le gouvernement qui aimerais que l’on pense ainsi à l’impasse financiére. En vérité pour moi cet argent part dans les grand groupe à l’aide des lobby, je vous donne un exemple dans ma profession de prof: La calculatrice mode examen: obligation d’acheter une calculatrice programmable pour la rendre non programmable ! Une calculatrice bien plus chère pour toutes les familles. Achat forcé sur 3 ans de ces calculatrices mode examen, pour revenir finalement à la calculatrice conventionnelle. C’était clairement un cadeau aux fabricants de calculatrice. Les problèmes de fraude évoqués se résolvaient aisément avec un formulaire fourni et calculette de collège.
      Ensuite toutes ses réformes scolaire qui obligent à changer tous les livres très régulièrement, sans apporter de réelle avancé. Bonjour les lobbys des imprimeries et éditeurs, avec complicité de l’Etat pour achat forcé de tous ses nouveaux livres !
      De quoi ouvrir un procès pour délit d’initié ou corruption… Dommage tout le monde s’en moque ! A quand un véritable audit des pratiques du ministère, il y a de sacré économie à faire. Notre gouvernement laisse à penser qu’il manque de moyen financier, pour moi c’est du mensonge !

    • Le français veut peut -être , et surtout , ne pas entretenir des flopées de migrants et de clandestins , les loger les soigner , parfois mieux que des cotisants ou contribuables , grace à l’AME et la PUMA . Tous simplement parce que c’est LUI qui paye .

  2. Quand j’aurai un moment je ferai le compte des augmentations programmées pour 2020, foncier, habitation, mutuelle et les pertes financières sur mes pensions de retraites suite à l’augmentation de la csg.
    Là ce sera du concret et pas du blabla de ministres, de députés et sénateurs qui scandent sur les plateaux de tv et radios que notre pouvoir d’achat augmente………grâce à la politique macron.
    Bien, je ne calculerai que les chiffres connus!
    Les autres comme l’électricité qui me procure du chauffage, l’essence, les médicaments déremboursés, les franchises médicales………

    Non, je regrette, mais mon pouvoir d’achat ne stagne pas, il diminue.

    C’est vrai que je bénéficie de la redistribution avec la pension de retraite que je perçois. Donc il faut peut être que je me taise puisque je suis une charge pour la société. Voilà ou il passe ce pognon de dingue.
    De plus, nous ne sommes pas dans le même camp!
    Ceci explique cela.

    Pour conclure……je me demande ou sont passés les 10 14 ou 17 milliards « donnés aux gilets jaunes ».
    Toutes les personnes interrogées indiquent que cela n’a rien changé pour elles. Je ne pense pas que ce soit des mensonges ………
    Alors, il est ou le pognon?

    • Allons Lisa!
      Macron avait raison!
      Ma retraite a augmenté de 3,70€/mois!

      2 baguettes de plus par mois : rendez vous compte de sa mansuétude!

      (j’ironise, bien sûr)

      • Suzanne, placez vos 3.70 euros plutôt que d’acheter du pain! Investissez dans le secours populaire ou les restos du coeur!

        • Placer mes 3,70€/mensuels à 0,25% (bientôt à taux négatif), alors que le prix de la baguette a augmenté, même en grande surface, parce qu’etant produits de première nécessité (pour mieux rémunérer les agriculteurs qui n’ ont pas vu la couleur ni la forme, ni le poids de ce pognon de dingue qu’on leur a fait miroiter…)

          Bof : je préfère le manger (malgré la TVA payée à ces voleurs du gouvernement et leur chef)… hihihihihi…

          Quant aux secours catholique ou populaire et autres restos du coeur pou épicerie solidaire, ayant pas mal d’amis qui s’y étaient investis,je ne risque pas de le faire au vu de leur expérience!

          La plupart démissionnent ou envisagent de le faire, devant l’agressivité et les « j’y ai bien droit » , assortis de refus (pour différentes raisons allant de la date de péremption trop courte, au produit non conforme à leur culture…)de ce qu’on leur propose, de la part des « usagers ».!!!

          (et là, même ironiquement, cela ne me donne pas envie de rire)

          D’un autre côté, mes poules se réjouissent des quantités de salades que je récupère, quand bien même elles fanent (pensez, en plus, il faut y ajouter la sauce soi-même, c’est de la discrimination!), les bénévoles ayant mal au cœur de voir la perte considérable de produits l’origine de bonne qualité.

          Donc, je préfère encore mes 2 baguettes (au pire, je les donne à mes poules, cela me fera du blé en moins à acheter)

  3. s’ingénie et non s’ingénue

  4. Je me suis trompée d’article pour rectifier ma fôte

  5. Égalité en matière d’age de départ à la retraite?

    C’est une malhonnêteté intellectuelle de plus de la part de la LREM!
    Tous à égalité sauf sauf sauf!!!!!!!!!!!!

    serrage de boulons pour les petites gens, pas pour les hauts fonctionnaires français et européens.
    Il ne faut pas oublier que là aussi, les retraites des fonctionnaires européens nous coutent un pognon de dingue.

    Mais chut, ne pas en parler, c’est que ça n’existe pas!

    Cette mafia au pouvoir ne cherche pas la réforme mais la diminution des pensions de retraite!
    Ainsi les salariés qui le pourront souscrirons à des plans d’épargne retraite.
    Ceux qui ne le pourrons pas du fait de leur petit salaire, ils tendront la main quand ils seront à la retraite!

  6. En lisant l’article je n’ai pas obtenu une réponse à la question posée dans le titre.

  7. Je me lance à mon tour.
    Aucune contradiction entre vouloir payer moins d’impôts, de taxes et de charges, et de par ailleurs réclamer un service public qui marche – une police qui protège, une école qui instruit, un hôpital qui soigne, etc… – ce qui est de moins en moins le cas.
    Tout simplement parce que le pognon de dingue des 57% de dépenses publiques de notre état hypersocialiste est siphonné par les dépenses sociales et la sous productivité du secteur public.

    Pour le point 2 : au moins 20% de surcoût du fait des doublons, des postes et missions inutiles, de l’absentéisme et des grèves, de la non utilisation des outils modernes et digitaux, …

    Pour les dépenses sociales et diverses: coût faramineux de l’immigration non qualifiée, achat de la paix sociale dans les banlieues, achat du vote de certaines catégories protégées, laxisme face à la fraude fiscale et sociale, subventions aux associations, intermittents. Ajoutez le coût des 35h et la coupe est pleine.

    Reste les retraites, cas plus épineux, car effectivement d’un poids élevé dans le PIB alors qu’en parallèle la majorité des pensions ne fait pas rêver…
    Deja commencer au lieu de mettre la charrue du régime universel avant les bœufs, par aligner (au moins rapprocher) le public du privé, et mettre fin aux régimes spéciaux les plus injustifiés.
    Travailler plus longtemps.
    Pour éviter de ponctionner encore plus les actifs qui n’en peuvent mais, et de raboter sans cesse des pensions amaigries.

    Après rest cela solution des assurances privées mais là c’est une autre débat.

  8. la question reste posée : où va tout ce pognon de dingue ?

    Surtout quand on regarde l’état de notre pays :

    Avons-nous une éducation nationale performante ? PISA répond chaque année à cette question !
    Avons-nous un service de santé en bonne forme ? Demandez au personnel hospitalier !
    Avons nous des services publiques – notamment des transports – au top ?
    Avons nous un déficit public contenu ? Demandez à Bercy !
    Avons-nous une dette publique faible ou en réduction ? Demandez à Bruxelles !

  9. Les gilets jaunes n’ont servi à rien, ont coûté plus cher qu’ils ont rapporté, pourtant, j’y étais le premier samedi, comme pour les 80km/h quelques mois auparavant.

    Les gens présents sur ce rond-point avaient bien des choses en commun, ce sentiment de spoliation ou de déclassement, mais surtout l’impression que tout augmente, sauf les salaires (formule au présent car cela se poursuit). Mais aussi la certitude que les services publics reculent de jour en jour. Même les forces de l’ordre présents sur place semblaient approuver ce mouvement qui se contentait juste de ralentir le trafic routier pour revendiquer uniquement le droit de savoir où passait ce « pognon de dingue » comme aime le nommer le fossoyeur de la Nation.

    Mais très vite, les gauchistes, ceux qui n’avaient pas fait l’effort de se lier à ce mouvement spontané, catalysé par les réseaux sociaux, ont crié aux « fachos » et aux « rachos » (contraction racistes et fachos) et ont qualifié les activistes de ce mouvement d’individualistes xénophobes.

    Pourtant, très vite, cette « goche », responsable de la déliquescence de la Patrie, s’est scindée en deux partie:
    -L’ultragoche/écolo qui a ralliée le mouvement pour l’influencer, le rendre violent et au final, inonder le grand débat de revendications très éloignées du « ras le bol » de départ.
    -La gauche caviar et bobos qui se sont opposés à ce mouvement allant jusqu’à justifier les interventions pleine de mansuétude envers les black blocks et d’une extrême violence ä l’encontre des gilets jaunes sous prétexte qu’ils ont fait vaciller la République.

    Personnellement, si certains croient que cet épisode était comparable à un coup d’état ou une révolution, ils sont de mauvaise foi car l’hélicoptère a remplacé le carrosse et l’armée française n’est pas celle de 1789.

    Ils voulaient aller au contact de l’Elysée pour se faire entendre et c’était stupide de croire que « Micron 1er » allait les attendre. A voir comment réagissent les forces de l’ordre sur des gilets jaunes qui viennent à leur contact, imaginez le carnage que cela aurait donné s’ils s’étaient approchés du monarque.

    Ce jour là, on a évité un bain de sang, pas une révolution et les mesurettes voir les miettes que « Manu » a rendu est à la hauteur du peu de peur qu’il a ressenti en décembre 2018.

    Pire que tout, il n’a toujours pas expliqué où passe (toujours au présent) le pognon de dingue et d’ailleurs, il n’a pas non plus mis la main sur les trois millions qu’ il a gagné comme banquier d’affaires chez Rothschild

  10. Pognon de dingue…………..et réforme des retraites?????????????

    Choupinet et sa bande ne sont que des menteurs et des enfumeurs de première! Cela se confirme chaque jour un peu plus!

    Retraites: grosses incertitudes autour du simulateur voulu par Macron

    Le chef de l’État veut que le gouvernement propose un simulateur officiel des pensions de retraite, et vite. Trop vite au goût de certains membres du gouvernement.

    Ce qui signifie que cette reforme est faite à l’aveuglette sans aucun calcul préalable …………
    Ils ont bâti une reforme sur le coin d’une table.

    Tout ce qu’ils annoncent n’est que du vent, des mensonges.
    Ils jouent avec les annonces de milliards par ici et par là sans aucune base!

    Choupinet tape des pieds et exige des simulations!
    Il me semble qu’ils ont encore une fois mis la charrue avant les bœufs………….On fait des simulations et ensuite on annonce!
    Qu’a fait le haut commissaire pendant tous ces mois si ne n’est remplir sa cassette personnelle! Bon à rien.

    Ce ne sont que des amateurs sur le sujet retraite comme les annonces sur la suppression de la taxe d’habitation qui est un fiasco sur toute la ligne! Un pas en avant, 2 pas en arrière!

    Ils sont bons à pondre des nouvelles taxes et des lois scélérates! Là, ils ne risquent pas de se tromper!

    • Des simulateur du présent n’a jamais été un révélateur du futur…

      La plus grosse arnaque, c’est bien la retraite à points dont la valeur est garantie par rapport aux salaires (SMIC).
      Pendant longtemps, l’étalon pour les économistes était l’or, pour la retraite de nos enfants, « Manu », en grand financier, a décidé que ce sera le SMIC.

      S’il avait compris la colère des gilets jaunes, il aurait choisi le pouvoir d’achat comme référence, quelque chose de concret, pas le SMIC qui n’est qu’ une variable d’ajustement et qui rattrape les petites gens qui n’ont que trop rarement le retour de leurs investissement personnel.

      Les agriculteurs retraités vivent actuellement en moyenne en dessous du seuil de pauvreté. Dans 20 ans, qu’ils se rejouissent, ils se sentiront moins seuls.

      D’autre part, je trouve la colère de Berger un peu surfaite et cela sent le story-board à plein nez, du genre la séquence Ruffin/Jupiter d’Ecopla.
      -Je fais le syndicaliste enragé qui focalise les médias sur la ligne rouge 62/64 ans.
      -On déclenche une mega grève pour inquiéter les français sur les fêtes de fin d’année.
      -on négocie une sortie de crise sur ce point de cristallisation, l’opignon publique demande alors la levée du blocus car le gouvernement a lâché du lest.
      -La CFDT devient le syndicat qui négocie et donc il est en bonne place pour s’imposer lors des élections de janvier 2020.
      -La CFDT et le gouvernement ont leur retraite à points, et les régimes speciaux disparaissent progressivement.
      -« Manu » est vraiment le Président réformiste avant les municipales de mars 2020.

  11. Ce systeme travaille vraiment contre le peuple, en permanence, de plus voila ou va l’argent des retraites, par Dupont Aignan.

    jeudi 12 décembre 2019
    Macron vend nos Retraites aux Assurances !

    Les privatisations se poursuivent : « Macron vend nos Retraites aux Assurances ! »

    « C’est confirmé !
    Derrière la réforme des retraites, Emmanuel Macron veut offrir le marché juteux des retraites aux fonds de pension américains.

    https://www.youtube.com/watch?v=RpYUsa7lqTI

    Source : Nicolas Dupont-Aignan

  12. stéphane roncaglia dit:

    Nous vivons dans un monde ou ceux qui gagnent 100 000 euros par mois persuadent ceux qui en gagnent 1 800 que tout va mal à cause de ceux qui vivent avec 535 euros. Et ça marche, beaucoup pensent que tout le pognon de dingue va chez les peu fortuné.

  13. Le fric va vers les ponctionnaires des sévices publics.
    Un bel exemple avec la SNCF Société des Nantis des Cons et des Fainéants.
    Les syndicats touchent plus de 4milliards de subventions, ils ont plusieurs chateaux qui sont bien connus, sans compter certains CE riches comme crésus.
    Si nos très chers syndicalistes étaient honnêtes ils reverseraient aux retraités leurs milliards de subventions et ils vendraient leurs chateaux.

Répondre à Forban Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *