Non à la « Cancel Culture » !

Publié par le 23 Juil, 2020 dans Blog | 4 commentaires

Non à la « Cancel Culture » !

Enfin !

Des intellectuels se sont levés pour dire non à la marche totalitaire du « conformisme idéologique » doctrine d’un progressisme sans foi ni loi.

C’est le site Anguille sous roche, qui nous informe : 150 des plus grands intellectuels, dont Noam Chomsky et Salman Rushdie, auteurs et activistes du monde ont signé une lettre ouverte dénonçant la cancel culture de la gauche, la censure et la marche totalitaire du « conformisme idéologique ».

La lettre, qui a été publiée par le Harper’s Magazine, est également signée par J.K. Rowling, Fareed Zakaria, Garry Kasparov et, ce qui est peut-être surprenant, par la militante féministe Gloria Steinem.

Voici la lettre :

Nos institutions culturelles sont confrontées à un moment d’épreuve. De puissantes protestations pour la justice raciale et sociale conduisent à des demandes de réforme de la police qui n’ont que trop tardé, ainsi qu’à des appels plus larges pour une plus grande égalité et une meilleure inclusion dans notre société, notamment dans l’enseignement supérieur, le journalisme, la philanthropie et les arts.

Mais cette prise en compte nécessaire a également intensifié un nouvel ensemble d’attitudes morales et d’engagements politiques qui tendent à affaiblir nos normes de débat ouvert et de tolérance des différences au profit d’une conformité idéologique.

Alors que nous applaudissons le premier développement, nous élevons également nos voix contre le second. Les forces de l’illibéralisme se renforcent dans le monde entier et ont un puissant allié en la personne de Donald Trump, qui représente une réelle menace pour la démocratie. Mais il ne faut pas laisser la résistance s’endurcir en une sorte de dogme ou de coercition – que les démagogues de droite exploitent déjà. L’inclusion démocratique que nous voulons ne peut être réalisée que si nous nous prononçons contre le climat d’intolérance qui s’est installé de tous côtés.

Le libre échange d’informations et d’idées, qui est le moteur d’une société libérale, est chaque jour plus restreint. Si nous nous y attendons de la part de la droite radicale, la censure se répand également plus largement dans notre culture : une intolérance des opinions opposées, une vogue pour la honte et l’ostracisme publics, et la tendance à dissoudre des questions politiques complexes dans une certitude morale aveuglante. Nous défendons la valeur d’un contre-discours solide et même caustique de toutes parts. Mais il n’est que trop fréquent aujourd’hui d’entendre des appels à des représailles rapides et sévères en réponse à des transgressions perçues de la parole et de la pensée.

Plus troublant encore, les dirigeants institutionnels, dans un esprit de panique pour limiter les dégâts, infligent des punitions hâtives et disproportionnées au lieu d’envisager des réformes. Des éditeurs sont licenciés pour avoir publié des articles controversés, des livres sont retirés pour leur prétendue inauthenticité, des journalistes se voient interdire d’écrire sur certains sujets, des professeurs font l’objet d’une enquête pour avoir cité des œuvres littéraires en classe, un chercheur est licencié pour avoir fait circuler une étude universitaire évaluée par des pairs et des responsables d’organisations sont évincés pour des erreurs parfois maladroites.

Quels que soient les arguments qui entourent chaque incident particulier, le résultat a été de réduire constamment les limites de ce qui peut être dit sans la menace de représailles. Nous en payons déjà le prix par une aversion accrue pour le risque parmi les écrivains, les artistes et les journalistes qui craignent pour leur gagne-pain s’ils s’écartent du consensus, ou même s’ils ne font pas preuve d’un zèle suffisant pour s’entendre.

Cette atmosphère étouffante finira par nuire aux causes les plus vitales de notre époque. La restriction du débat, qu’elle soit le fait d’un gouvernement répressif ou d’une société intolérante, nuit invariablement à ceux qui manquent de pouvoir et rend tout le monde moins capable de participer à la vie démocratique. Le moyen de vaincre les mauvaises idées est de les exposer, d’argumenter et de persuader, et non d’essayer de les réduire au silence ou de les faire disparaître.

Nous refusons tout faux choix entre la justice et la liberté, qui ne peuvent exister l’une sans l’autre. En tant qu’écrivains, nous avons besoin d’une culture qui nous laisse de la place pour l’expérimentation, la prise de risque et même les erreurs. Nous devons préserver la possibilité d’un désaccord de bonne foi sans conséquences professionnelles désastreuses. Si nous ne défendons pas la chose même dont dépend notre travail, nous ne devrions pas attendre du public ou de l’État qu’il la défende à notre place

Les 150 intellectuels …

J’ajoute que si, naturellement, j’approuve l’esprit de cette lettre, je me désolidarise de son côté gaucho anti-droite primaire avec un pic hors-sujet contre les forces de l’illibéralisme et Donald Trump, et les accusations d’atteinte à la liberté de la « droite radicale ».

Je ne sache pas que les nombreuses dictatures de gauche notamment communistes aient été des modèles de respect des libertés d’opinion et d’expression !

Merci de tweeter cet article :





4 Réponses à “Non à la « Cancel Culture » !”

  1. Le mariage de la carpe et du lapin, je ne vois pas ce que vient faire le couplet contre Trump, à croire que c’est une figure imposée dans tout texte.

    Depuis la Seconde Guerre Mondiale, nous prenons les lubies américaines avec quelques temps de retard, nous sommes incapables de bâtir une réflexion par nous même, nous ne sommes plus capables d’avoir une construction politique nationale, tout est importé.

    Je trouve que c’est un signe de décadence.

    • le couplet est là pour modérer le propos, et réaffirmer l’appartenance des signataires au Camp du Bien, des fois qu’en dépit des nombreuses précautions détaillées en début de texte, les gauchistes se déchaînent contre eux en les désignant comme « adversaires de la lutte », et « complice du système ». A ce train là, la prochaine étape, ce seront les auto-critiques publiques genre Evergreen !

  2. Christian 54 dit:

    En accord total avec la conclusion de ce billet et la remarque de Le Nain. Je m’étais fait la même réflexion. Mais quelle est la part réelle de la censure interne des médias ? Et les intellectuels cités sont choisis par qui ?

  3. Désolée, j’ai arrêté la lecture au 3ème paragraphe. « On est contre parce que ça donne raison à Trump. » Nice try. No, merci

Répondre à Pheldge Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *