Plus facile de s’acharner sur Nadine Morano
que de dénoncer les vrais crimes racistes !

Publié par le 22 Juil, 2019 dans Blog | 13 commentaires

Plus facile de s’acharner sur Nadine Morano que de dénoncer les vrais crimes racistes !

Désolé mais je reviens ce matin sur le cas Morano !

Dans mon article précédent (Les intouchables de la gauche), j’avais dénoncé l’hystérie des membres de la République en marche venant au secours de leur intouchable, Sibeth Ndiaye.

Depuis, j’ai suivi les réactions diverses et variées à cette affaire. Vendredi soir, sur LCI, un débat a abordé le « cas Morano », un débat dans lequel la majorité des chroniqueurs ont condamné fermement ses propos. L’un des jeunes participants allant même jusqu’à déclarer : « Sibeth Ndiaye est une femme, et à ce titre, elle a le droit de s’habiller comme elle veut ! » Ah bon ? Même quand on est porte-parole et qu’on s’exprime dans le palais de l’Elysée, on peut s’habiller comme on veut !!!

Dominique Jamet

Heureusement que Dominique Jamet, fondateur avec Robert Ménard de Boulevard Voltaire, a pu recadrer tous ces bien-pensants en leur demandant en quoi les propos de Nadine Morano, outre leur côté factuel, pouvaient être qualifiés de racistes ! Silence autour de la table …

Mais le pire est venu de tweets vengeurs venant d’un personnage sulfureux dont on attendrait qu’il rase les murs et se fasse oublier. J’ai nommé un certain Alexandre Benalla …

Je vous laisse juger du fond de son attaque, me bornant à rappeler à Alexandre Benalla (ancien ?) protégé d’Emmanuel Macron, qu’il est mis en examen et qu’on attend toujours qu’il dise à la justice où est passé son coffre-fort …

Pour montrer la vacuité et aussi l’indécence de toutes ces attaques contre Nadine Morano, je voudrais rapprocher cette « affaire » d’un crime raciste, un vrai crime raciste celui-là ! Il s’agit de l’assassinat d’un doctorant guinéen à Rouen. Mais voilà, il est gênant pour la République en marche de dénoncer ce crime raciste car il a été commis en marge des manifestations suite à la victoire de l’Algérie dans la Coupe africaine des nations. Car, évidemment, en parler ferait le jeu de l’extrême droite !

Voici des extraits d’un article paru dans l’Express et relatant cet assassinat sauvage :

Rouen : enquête ouverte après la mort d’un enseignant-chercheur guinéen

Mamadou Barry, 31 ans, était chercheur à l’Université de Rouen-Normandie, où il venait de soutenir sa thèse. L’un de ses amis dénonce une agression « raciste ».

S’agit-il d’un crime raciste ou d’une bagarre qui aurait mal tourné ? Une enquête a été ouverte après la mort d’un jeune universitaire guinéen, Mamoudou Barry, violemment agressé vendredi soir près de Rouen.

De source policière, le père de famille de 31 ans a été agressé à Canteleu, dans la banlieue de Rouen. Pris en charge par les secours, il a été hospitalisé au CHU de Rouen, où il est mort samedi. « Les faits auraient été commis entre 20 et 21 heures, sous réserve du résultat des investigations à venir », a indiqué le procureur de Rouen Pascal Prache.

« Une agression raciste »

Selon plusieurs médias, dont France 3 Normandie, il aurait été pris à partie alors qu’il était au volant de sa voiture. Il a été « victime d’une agression verbale puis physique d’une extrême violence qui lui ont causé des lésions cérébrales et l’ont mis dans un coma profond dès la soirée du 19 juillet », assure encore la source policière.

Le jeune chercheur a été pointé du doigt par son agresseur, à la hauteur d’un arrêt de bus, alors qu’il rentrait chez lui en voiture avec son épouse vendredi vers 20 h 30, a de son côté raconté à l’AFP Kalil Aissata Kéita, enseignant-chercheur à l’Université de Rouen, lui aussi Guinéen et « ami proche » de la victime.

« L’agresseur les a pointés du doigt et a dit : ‘Vous les sales noirs, on va vous niquer ce soir‘ », a relaté Kalil Aissata Kéita, alors que l’Algérie et le Sénégal s’affrontaient le soir même en finale de la coupe d’Afrique des nations de football. L’agresseur était « de type maghrébin » mais « on ne sait pas si c’est un Algérien », a précisé Kalil Aissata Kéita, qui a néanmoins parlé d’une « agression raciste ».

Mamoudou Barry serait descendu de sa voiture pour demander des explications à son agresseur qui l’aurait alors roué de coups. « C’est au 4e coup qu’il est tombé sur la nuque », a indiqué Kalil Aissata Kéita, qui a raconté avoir été aussitôt appelé par la femme de la victime.

« Débordant de projets, Mamoudou Barry forçait, par son travail, l’admiration de ses collègues et de ses étudiants », a de son côté réagi Joël Alexandre, président de l’Université de Rouen-Normandie, dans un communiqué. « Nous souhaitons que toute la lumière soit faite sur les circonstances du drame ».

L’Express

Que pèsent les propos de Nadine Morano face à l’assassinat sordide  de ce jeune homme de couleur ?

La profondeur du silence de la République en marche sur cet assassinat
n’a d’égal que le vacarme de ses hurlements au loup contre Nadine Morano !

Merci de tweeter cet article :





13 Réponses à “Plus facile de s’acharner sur Nadine Morano
que de dénoncer les vrais crimes racistes !”

  1. Morano est très franche très cash et la franchise ça plait pas, seule l’hypocrisie paie en politique.
    Qui n’a pas été choqué et ce en toute objectivité, en toute honnêteté par les tenues bien souvent au ras des fesses de cette personne, tenues pour le moins à la limite du convenable pour une ministre.

  2. Etant une femme ayant travaille dans le monde de la mode féminine , je confirme que Sibeth Ndiay a un gout de chiotte comme beaucoup d’élus de LREM , en ce qui concerne leurs coupes de cheveux horrible la ministre de la justice et du travail une horreur AINSI que la SIBETH coupe afro non affreux

  3. Vous êtes trépassé
    Mais vous ne vous en rendez pas compte
    Sibeth est intelligente cultivée peut-être un peu excentrique mais ce n’est pas le stéréotype de la pauvre immigrée et ça vous dérange dans vos convictions de droite rance.

    • Cher Romain,
      ça fait toujours plaisir d’accueillir un gauchiste égaré sur notre repaire de la fachosphère.
      Trépassés ou dépassés ?
      Sauf erreur, nous n’avons pas mis en doute l’intelligence de cette porte-parole. Peut-être un peu sa culture … Elle aurait intérêt à fréquenter d’autres centres gastronomiques que les kebabs.
      Vous parlez d’excentricité ? C’est étymologiquement le mot qui convient ! Sibeth Ndiaye est décentrée, décalée et n’a rien à faire comme porte-parole du gouvernement de TOUS les Français !
      Merci pour la « droite rance » ! Vous reprenez un lieu commun du gauchisme ordinaire.
      Passez votre chemin, vous n’avez rien à faire ici …
      Et continuez à adorer votre porte-parole chérie …
      Christian

    • Nous sommes trépassés

      Bon, ce serait plutôt bon signe.

      Voir Émile Littré, étymologies :

      Quand un mot, perdant sa signification propre et générale, passe à une signification toute restreinte, d’où il n’est plus possible de le déplacer, c’est qu’il a reçu une atteinte de pathologie.

      Trépas et trépasser, conformément à leur composition (tres, représentant le latin trans, et passer), ne signifiaient dans l’ancienne langue que passage au delà, passer au delà.

      Par une métaphore très facile et très bonne, on disait couramment trespasser de vie à mort, trespasser de ce siècle. […] son sens originel est passer au delà

      (lu sur Lexilogos, rubrique : « pathologies verbales, Lésions de certains mots dans le cours de l’usage »)

      Finalement nous passons au delà de la bêtise (je n’ose sur ce site de bonne tenue, utiliser certains mots macroniens comme « c***ie »)

      Nous passons donc du rance gauchiste au sublime de la droite éduquée et cultivée.

      Peut être sibeth, qui porte si bien son prénom, est intelligente, le problème est qu’elle le cache bien.

      Dommage qu’elle ait obtenu ce poste parce que « fille de », justement, et non parce qu’elle est une migrante (ce qui est pourtant son cas, puisqu’elle a quitté son pays pour la France, qu’elle n’a pas l’air d’apprécier, d’ailleurs)

      Enfin, si vous trouvez que sa façon de s’habiller est un peu excentrique, eh bien je pense que vous avez mauvais gout.

      Maintenant, rassurez vous, la blonde et blanche Bribri est aussi mal fringuée que sibeth, et pourtant ses vêtements coûtent sans aucun doute beaucoup plus chers.
      il est vrai qu’elles toutes les deux un manque de grâce et de maintien assez stupéfiants!

      Il ne s’agit donc pas de racisme (c’est vous qui est êtes raciste, je crois bien), mais d’observation : nous avons des yeux, et des oreilles qui nous permettent de voir et d’entendre et un cerveau pour comprendre (« prendre avec »)

      C’est ballot, ballot, n’est ce pas!
      Difficile de nous faire culpabiliser, donc de nous manipuler.

    • Oui, amusant le commentaire de la goche molle ou folle.

  4. La Sibeth joue à fond la provocation, parce qu’elle sait qu’elle a un joker qui lui permet de se sortir de tout conflit : « vous m’attaquez parce que je suis noire, vous êtes raciste »

    Quant à Bussereau et aux autre prétendus de droite, qui rampent de peur d’être également taxés de racisme, je pense qu’ils feraient d’excellents prof à l’université d’Evergreen vue dans un billet précédent ! quelle bande de chapons !

  5. Jacques Boudet dit:

    Un Chat est un Chat.

    Cette nuit j’écoutais par hasard Madame Nadine Morano sur ‎LCI : propos articulés : sujet verbe complément, grammaire, ‎syntaxe, orthographe, soit,
    mais
    pas de mots inclusifs
    pas d’éléments de langage
    pans d’anglicismes, « djeunisme »,
    sans évoquer LGBT SISGENRES

    Cauchemardesque : les « heures sombres », la bête immonde.

    AU SECOURS, HELP, HILFE !‎

  6. Etre noire sert d’alibi à Ndiaye, comme le fait d’être une femme est brandi sans arrêt, avec son arrogance habituelle, par Ségolène Royale, quand elle se retrouve en difficulté et veut masquer son inutilité ou sa nullitude…

    Aux dernière nouvelles, Mamadou barry aurait été massacré non par un Algérien mais par un Turc…

    • Turc veut dire, à 90% de chances de tomber juste, musulman.

      Donc vraisemblablement haine de « l’autre » c’est à dire meurtre par xénophobie.

  7. Autre chose que je ne supporte plus à leur lecture : les faits d’agressions avec mort d’homme ou séquelles profondes et définitives pour la victime, que les journalopes vendus s’obstinent à appeler « rixe ».

Trackbacks/Pingbacks

  1. En creusant l’affaire Morano versus Ndiaye … | A droite fièrement ! - […] – Les intouchables de la gauche – Plus facile de s’acharner sur Nadine Morano que de dénoncer les vrais…

Répondre à Pheldge Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *