Retraite : le grand gâchis !

Publié par le 15 Déc, 2019 dans Blog | 7 commentaires

Retraite : le grand gâchis !

Jupiter aurait-il perdu la main ?

Tous les Français de bonne foi ont compris, depuis très longtemps, deux choses simples :

– Ils vivent plus longtemps et pour payer les pensions de retraités de plus en plus nombreux, il faudra travailler plus longtemps,
– Le système de retraite actuel est profondément injuste.

Il y a quelques semaines encore le principe de la retraite par points était approuvé par une large majorité de Français. Le gouvernement disposait alors d’un boulevard pour faire adopter sa réforme et mettre fin aux régimes spéciaux.

Aujourd’hui, après un cafouillage incroyable venu des membres même du gouvernement, les Français ont basculé et soutiennent la grève des nantis de la SNCF et de la RATP, accrochés à leurs avantages d’un autre temps.

Quel gâchis ! Si la réforme est finalement retirée, qui osera ultérieurement remettre de l’ordre dans notre système de retraite ?

Et pendant ce temps-là, les Français galèrent pour se rendre à leur travail avec un courage incroyable. Sans parler des PME et des commerçants déjà affaiblis par plus de 50 samedis de manifestation des gilets jaunes à qui un blocage, pendant les fêtes de Noël, donnerait le coup de grâce.

Guillaume Roquette rend hommage, dans son édito du Figaro Magazine, à cette France courageuse qu’il oppose à la France surprotégée qui profite de ses avantages pour bloquer la première.

Deux France

Guillaume Roquette

Admirables. Comment qualifier autrement ces millions de Français anonymes grâce à qui le pays continue, vaille que vaille, à fonctionner depuis une semaine. Les médias tendent trop rarement leur micro à ces consciencieux qui se sont levés bien avant l’aube pour rejoindre leur lieu de travail, marchent des kilomètres faute de transports en commun ou se battent – au sens premier du terme – pour monter dans l’un des rares trains que les cheminots ont daigné laisser rouler.

Ces Français-là ne manifestent pas. Le plus souvent, ils n’expriment même pas de colère vis-à-vis de la petite minorité qui bloque le pays. Ils essaient juste de continuer à mener une vie normale. Cela ne les empêche pas de s’inquiéter pour leur future retraite, mais ils voient mal en quoi paralyser les trains et les métros pourrait régler un problème auquel font face tous les pays développés: de moins en moins d ‘actifs pour financer des retraités vivant plus longtemps.

Ces Français-là nous rappellent que le mouvement social en cours est d’une ampleur limitée. Que le secteur privé ne l’a pas rallié. Ni les « gilets jaunes », en tout cas ceux des débuts, qui occupaient les ronds-points le samedi parce qu’ils travaillaient le reste de la semaine.

Notre système social est loin d’être parfait, mais il est peut-être le plus généreux du monde. Notre système économique est plutôt enviable lui aussi, même s’il est légitime de s’ inquiéter des excès d’une mondialisation sans contrôle et d’un système capitaliste qui s’est financiarisé à outrance. Pourquoi, alors, n’arrive-t-on pas à réformer ce qui doit l’être sans tomber dans des psychodrames qui médusent le monde entier? Sans doute faut-il aller chercher l’origine de cette violence sociale dans l’immédiat après-guerre. Il est de bon ton chez les esprits progressistes d’encenser le programme du Conseil national de la Résistance, qui a inspiré la reconstruction du pays à la Libération.

Mais c’est oublier que les beaux principes du CNR ont accouché d’un système social mêlant corporatisme et étatisme, qui, depuis plus d’un demi-siècle, pousse chacun à défendre bec et ongles son statut particulier, s’il a la chance d’en avoir un. On pense bien sûr aux régimes spéciaux de la fonction publique, mais il faut aussi citer, pour être juste, les professions réglementées qui s’opposent à la concurrence, ou les privilégiés bénéficiant de niches fiscales bâties sur mesure (lire le dernier livre de Denis Olivennes : Le Délicieux Malheur français).

Les syndicats sont les gardiens zélés de cette France bunkérisée, et c’est pour cela qu’ils sont si minoritaires : la grande majorité des actifs ne voit pas l’intérêt de se syndiquer, seuls ceux qui ont des avantages à défendre prennent leur carte. Emmanuel Macron avait vu juste quand il souhaitait mener des réformes sans se préoccuper de corps intermédiaires trop coupés de la société française.

Mais il avait sous-estimé leur capacité de nuisance.

Guillaume Roquette pour Le Figaro Magazine.

Merci de tweeter cet article :





7 Réponses à “Retraite : le grand gâchis !”

  1. Non le système à point n’est pas la solution et ce sera même catastrophique ( oser dire qu’on touchera 1000 euros/ mois en ayant cotisé 43 ans au smic montre bien ce qui attend tous ceux qui auront connu le chômage, la maternité, les temps partiels… des cacahuètes !! Par contre pour les Rsaistes longues durées, auront aussi 1000 euros, cherchez l’erreur !)
    Par contre je suis pour la suppression des régimes spéciaux et l’alignement des retraites. Il aurait peut être fallu commencer par ça avant d’aller plus loin !
    Il n’empêche que parfois c’est quand même grâce à ces « nantis » de la ratp, cheminots, fonctionnaires que des avancées ont été faites. Le Privé devrait aussi se défendre au lieu d’accepter de se faire plumer continuellement !! Il serait temps qu’il y ai une vraie solidarité contre ce gouvernement pourri !

  2. Mais vous n’avez rien compris enfin : il y a une solution toute dispo pour sauver notre merveilleux système. Faire venir 50 M de migrants en Europe dont les cotisations ramèneront les comptes à l’équilibre. Puisqu’on vous le dit…

    Trêve de plaisanterie, j’avais lu récemment un éditorial très intéressant de Nicolas Baverez (donc tout sauf un pro CGT anti réforme par principe) qui expliquait parfaitement pourquoi la réforme Macron est mal fichue et injuste.

    En soi le système par points n’est pas une mauvaise idée mais Macron s’est mis plusieurs bâtons dans les roues dès sa campagne.
    1/ refuser de toucher à l’âge légal, totem de gauche. Or l’évidence est qu’il faut travailler plus longtemps.

    2/ dans les pays où il a été adopté la valeur du point fluctue en + ou en – en fonction de la situation des comptes et de la croissance économique. C’est le principe de base de ce système qui est refusé d’emblée ici en France car trop sensible
    De 1 et 2/ découlent l’usine à gaz proposée avec invention de l’âge pivot etc…

    3/ il eut été préférable de procéder par étapes (même si cela aurait dû être fait bien avant) en rapprochant d’abord les régimes du public de ceux du privé. Plus lisible, moins violent pour certaines professions du public.

    4/ les probables lourdes concessions qui vont être faites aux catégories protégées (ou clientes de la gauche) le seront au prix d’un casse sans précédent de certains régimes de retraites excédentaires (professions libérales, independants, cadres , …)

    Après, qu’attendre d’une réforme d’inspiration socialiste qui nous promet encore et toujours plus de « justice » et d’égalité ?

  3. stéphane roncaglia dit:

    Pour moi les vrais régimes spéciaux ce sont ceux de nos députés, sénateurs, ministres qui eux ne seront probablement pas touché par cette réformes…Cette réforme des retraites est ordonné par l’Europe, et nous sera défavorables dans le privé comme dans le public. Je suis gilet jaune travaillant dans le privé, et manifeste désormais depuis 2 samedi avec ceux du public comme des prof et cheminot, qui nous ont rejoint sur les rond points etc…Sans blocage, juste du tractage. https://www.ledauphine.com/social/2019/12/07/annemasse-en-haute-savoie-les-gilets-jaunes-au-rond-point-d-etrembieres
    Parallèlement nous avons manifesté donc en gilet jaune solidaire avec le public ce jeudi 1/3 de gilet jaune pour 2/3 de cheminot qui voulaient parlementé avec Laurent Wauquiez.
    https://www.facebook.com/tv8infos/videos/800651940406755/UzpfSTEwMDAwMDE0MzQzNTM4MjpWSzo0NDIwMzUwNTMzOTA0NDc/
    Aucun blocage

  4. Même BFM le dit, on croule sous le pognon. 150 milliards de réserves pour les retraites
    http://www.wikistrike.com/2019/11/meme-bfm-le-dit-on-croule-sous-le-pognon.150-milliards-de-reserves-pour-les-retraites.html
    Publié par wikistrike.com sur 29 Novembre 2019, 08:29am

    Catégories : #Economie
    Même BFM le dit, on croule sous le pognon. 150 milliards de réserves pour les retraites

    Réserves de 150 milliards d’euros, et dette… remboursée, sans oublier une cagnotte de 24 milliards par an à partir de 2024 !!

    D’abord il y a 150 milliards de réserves dans les régimes de retraites… donc il y a tout de même de grosses sommes, très grosses même. Je sais certains pinaillerons en disant c’est les miens, d’autres, « c’est ma cassette », et les derniers… « touchez pas à mon grisbi ». Mais il y a quand même 150 milliards et de quoi faire une réforme juste sur la pénibilité des professions et des métiers et non effectivement par entreprise comme c’est le cas de la SNCF et de la RATP.

    jeudi 12 décembre 2019
    Macron vend nos Retraites aux Assurances !

    Les privatisations se poursuivent : « Macron vend nos Retraites aux Assurances ! »

    « C’est confirmé !
    Derrière la réforme des retraites, Emmanuel Macron veut offrir le marché juteux des retraites aux fonds de pension américains.

    https://www.youtube.com/watch?v=RpYUsa7lqTI

    Source : Nicolas Dupont-Aignan

    Le gouvernement se fout des français et demolie toujours un peu plus notre avenir.

    • https://www.youtube.com/watch?v=APPY9XfPb08
      Macron et ses ministres sont nos pires ennemis

      Riposte Laïque
      29,7 k abonnés
      Pierre Cassen revient sur l’annonce de la réforme des retraites, faite par le Premier ministre Edouard Philippe. Il décode le discours, et démontre, à travers l’action de l’ensemble des ministres de ce gouvernement, qu’ils oeuvrent quotidiennement contre les intérêts des Français, et que leur plan-retraite ne peut donc leur être favorable.

    • 66 ans ? 67 ans ? Ce que le gouvernement ne dit pas sur la réforme des retraites

      Publié par wikistrike.com sur 16 Décembre 2019, 10:56am
      http://www.wikistrike.com/2019/12/66-ans-67-ans-ce-que-le-gouvernement-ne-dit-pas-sur-la-reforme-des-retraites.html

      Catégories : #Politique intérieure, #Economie
      66 ans ? 67 ans ? Ce que le gouvernement ne dit pas sur la réforme des retraites
      C’est la principale pomme de discorde entre les syndicats réformistes et le gouvernement : un «âge d’équilibre» à 64 ans pour pouvoir partir avec une retraite à taux plein. Mais tout dans le fonctionnement de cette future mesure n’est pas ouvertement explicité, pour ne pas braquer plus les partenaires sociaux.

      Et si le futur «âge d’équilibre», mis sur la table la semaine dernière par Edouard Philippe pour «inciter les Français à travailler plus longtemps» ne restait pas à 64 ans ? Et si, pour les générations nées en 1980, 1990 et au-delà, il était finalement de plus de 65, 66 ou 67 ans ? Vu la crise provoquée par la mesure – qui a conduit la CFDT à rejoindre la mobilisation –, le gouvernement se garde bien d’expliquer le fonctionnement concret de cette «mesure d’âge» assortie d’un bonus-malus, pour laquelle plaidait Matignon afin de maintenir l’équilibre (d’où son nom) des caisses de retraite. Et pour cause, cela viendrait ruiner un argument majeur de la majorité : en faisant passer de 67 à 64 ans l’âge d’annulation de la décote, les personnes qui n’ont pas assez cotisé

  5. Bonjour,

    Fumisterie que ce système de retraite par points, grosse arnaque. Nos amis suédois sont contents. Personnellement, j’ai toujours été contre et je le suis encore. Si on veut changer de système de retraite, je dis oui, mais dans ce cas, on fait comme au Chili dans les années 80, pas avec un système par points qui donne carte blanche à l’Etat de faire ce qu’il veut, mais par capitalisation. Chacun bosse et prévoit ainsi sa retraite. Ce n’est plus une cotisation à fond perdu en cas de décès du cotisant.

    Allez lire http://h16free.com/2019/12/11/65026-retraites-encore-une-reforme-de-gauche-qui-aggravera-les-problemes Il explique mieux que moi mon aversion pour ce système.

Répondre à Vicento80 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *