2022 : le scénario catastrophe (2/2)

Publié par le 19 Juin, 2019 dans Blog | 2 commentaires

2022 : le scénario catastrophe (2/2)

Je vous devine impatient de découvrir la suite du scénario proposé par Vicento80 …

Résumé de l’épisode précédente : après sa victoire en 2022, Macron est battu en 2027 par la candidate écolo Mme X. Après quelques années d’application du programme des Khmers verts, l’économie s’effondre …

Voici donc la suite :

Et la Finance ?

Macron comptait beaucoup sur le Brexit pour récupérer l’industrie financière de la City de Londres, et s’est montré intransigeant jusqu’au bout. Las, entre les concessions finalement accordées par les allemands et une certaine résilience de la Grande-Bretagne, ses espoirs furent vite déçus. Certes, le Brexit fut un demi-succès, ou demi-échec, pour les britanniques. Le petit peuple, une nouvelle fois trahi par ses élites financières, y perdit beaucoup, le payant par chômage et perte de pouvoir d’achat. Le Royaume-Uni y perdit aussi l’Ecosse, fier peuple parti écrire son Histoire. Mais Londres resta le paradis de la finance, encore plus qu’avant. Un trou noir offshore aux portes de l’Europe. Et Paris demeura une place de 2e division. Et même vouée à la 3e, Zürich, Genève, Luxembourg, Francfort et Amsterdam allant largement la distancer avec les nouvelles mesures fiscales annoncées par le gouvernement vert.

Macron avait cru aussi pouvoir profiter de la défaite surprise de Donald Trump en 2020 pour créer un axe progressiste et multilatéral avec le nouveau président Démocrate. Là aussi la désillusion fut rapide et complète, tant il fut patent que les USA resteraient les USA, et que derrières les accolades de façade tout continuerait comme avant…

2030

Les effets de la politique du gouvernement Vert sont déjà largement visibles. Les lois de répression du climato-scepticisme ont été considérablement renforcées, et étendues à d’autres domaines comme la lutte contre « toutes-les-inégalités ». Les médias sont muselés. Les mouvements de protestations en faveur des libertés, et même simplement face aux destructions d’emploi massives ont été fortement réprimés. En revanche, face aux violences des banlieues, la paix a été achetée en créant des territoires spéciaux dotée d’une autonomie juridique, et de milices.

La grande loi écologique a consisté à créer un « crédit carbone » pour chaque personne. Pour chaque achat réalisé, chaque individu se voit débiter d’un montant de crédits carbone. Au-delà d’un certain quota, ses comptes bancaires et ses cartes sont bloquées. Facile à imposer puisque le cash a été supprimé lors du quinquennat précédent. Et puis les écolos font coup double en réalisant un vieux rêve marxiste. Puisque rien ne justifie de doter plus un tel qu’un autre en crédit carbone, il a été décidé que chaque adulte, qu’il soit en situation régulière ou non, recevrait chaque année le même quota, indépendamment de tout autre critère (revenus, âge, et même nombre d’enfants afin d’inciter à diminuer les naissances). Donc au final il est devenu quasiment inutile de bien gagner sa vie puisque l’on se retrouve bridé par les crédits carbone. Il faut alors acheter à prix d’or des « services carbone négatifs » pour récupérer un bonus de crédits. Il va sans dire qu’une petite nomenklatura « d’initiés » au pouvoir, ainsi que ses amis artistes autorisés, journalistes aux ordres, … est dispensée du système.

De même que dans les fameux quartiers « autonomes », une tout autre économie s’applique.
C’est un futur fait d’un système à la soviétique, d’une chute économique façon Venezuela, et d’une balkano-kosovisation du territoire et des mœurs qui attend le pays pour les décennies à venir. Certains territoires résistant encore à la vague ont d’ailleurs pris les devants : les Savoie, le Jura et le pays de Gex faisant sécession afin de rejoindre la Confédération Helvétique, la Corse et le Pays Basque tentant eux l’aventure en solitaire.

A côté, le monde et le Réel font leur chemin.

Le climat évolue, on constate une hausse des températures moyennes du globe, mais inférieures aux prévisions les plus alarmistes, sans que l’on ne soit capables de trancher définitivement le débat sur les causes de cette évolution. Et surtout, la fin du monde qu’en 2020 les écolos annonçaient pour 2030 n’a pas eu lieu. Il y a certes ici et là des situations difficiles à gérer, mais de nombreux pays se sont adaptés à coup d’investissements judicieux.

La Chine au régime toujours aussi impitoyable, est devenue leader incontestée dans la majorité des domaines technologiques. Ses émissions de CO2 ont fortement augmenté, et contribué pour moitié à la hausse de celles constatées au niveau mondial. Mais aujourd’hui, grâce à sa maîtrise de nouvelles technologies rentables, elles commencent à diminuer sérieusement, entraînant à sa suite celles du monde entier. Elle entraîne le monde asiatique, et a rallié à elle la Russie qui se remet difficilement par ailleurs de sa chute démographique.

Les USA restent incontournables économiquement et militairement, mais sont devenus un enfer politiquement correct. La Grande Bretagne réduite à l’Angleterre et Galles est un paradis fiscal offshore, vassal des USA, extrêmement inégalitaire.

En Europe continentale à l’Ouest, un axe Flamand-Danois-Autrichien (auquel la Suisse s’est associée) a pris la tête d’un pôle conservateur à la faveur des derniers scrutins électoraux, et parvient à rétablir un ordre sécuritaire et maintenir une prospérité économique certaine. Rejoint par les pays de l’Est, il attire à lui une Italie pas au mieux économiquement mais qui a su arrêter à temps la machine migratoire, et provoque une scission en Allemagne où la riche Bavière attachée à sa tradition souhaite s’émanciper d’un reste de l’Allemagne certes encore relativement prospère mais perdu par le communautarisme. Ailleurs, en Espagne, Wallonie, les gouvernements socialistes ou Verts-Rouge ont créé une situation analogue à la Française. La plus spectaculaire étant la chute de l’ex-très prospère Suède…

—–

Bien évidemment, j’espère que rien de cela ne se réalisera – que la France restera une malgré les coups de boutoirs du communautarisme et de l’indigénisme ; que l’écologie suivra la voie de la raison, du débat scientifique et du progrès technologique , afin de trouver les meilleurs compromis pour assurer un avenir viable à nos enfants sans sacrifier leur niveau de vie (ni le nôtre); et surtout que nos libertés resteront préservées de tout type de totalitarisme, qu’il soit de droite, de gauche ou du centre, qu’il soit religieux, écologiste, ou motivé par quelque idéologie que ce soit.

Je ne suis pas sûr que la personne qui arrivera à réaliser ce programme de préservation (civilisationnelle, économique, écologique, libertés) existe aujourd’hui au panel politique français.
Je suis en revanche à 100% certain qu’elle ne peut aujourd’hui émerger de la gauche et de son avatar macroniste.

Vicento80 pour A droite, fièrement !

Un grand bravo à Vicento80 !

Merci de tweeter cet article :





2 Réponses à “2022 : le scénario catastrophe (2/2)”

  1. Le gros défaut de la démonstration est que la France se trouverait sous la tutelle du FMI bien avant 2030.

    On peut alors imaginer la spoliation des assurances vie, environ 2000 milliards en échange de beaux papiers qui auront autant de valeur que les assignats.

    On peut aussi imaginer quelques disettes dues à l’obligation de produire que du bio, avec interdiction d’importation de tourteaux de soja OGM entraînant la disparition de la majorité de l’élevage français. On n’avait pas vu de disette depuis Napoléon III.

    • Tout à fait. J’ai fait l’impasse sur le sujet financier/ FMI mais c’est plus que probable.

      Sur l’élevage, le Bio et autres sujets écolos on peut imaginer des tonnes d’autres idées pas si farfelues malheureusement. Pourquoi pas la fin du vignoble français avec une nouvelle loi Evin d’inspiration hygiéniste intégriste ?

      Pour l’histoire de la CB qui se bloque avec le CO2 consommés, c’est pas du bidon, certains y travaillent déjà. En Suède je crois…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *