Ce syndicat de police que les médias ignorent …

Publié par le 5 Juin, 2019 dans Blog | 3 commentaires

Ce syndicat de police que les médias ignorent …

Je prends le pari que vous n’avez probablement jamais entendu parler du syndicat de police :

France Police – Policiers en colère

Qu’il soit pour ou contre le mouvement des Gilets jaunes, chacun a pu mesurer la curieuse différence de traitement entre les gilets jaunes et les bad blocks. On a vu des vitrines de banques attaquées sous le regard de policiers qui n’intervenaient pas et dans le même temps des coups portés sur des manifestants beaucoup plus calmes.

Seuls des syndicats de police Alliance, Unité SGP Police FO et Unsa-police, qui eux, réclamaient plus de répression,  ont eu droit de cité sur les ondes des grands médias.

La justice a également été chargée de réprimer durement les Gilets jaunes  interpelées et c’est aujourd’hui le tour de policiers accusés de violences injustifiées envers les manifestants de comparaitre devant elle.

Je relaye ce matin, le communiqué-coup du gueule du syndicat : France Police – Policiers en colère qui dénonce le fait que des policiers-lampistes vont être condamnés alors que les politiques-donneurs d’ordre seront épargnés.

En remerciements d’avoir sauvé la Macronie, des policiers seront jugés pour avoir réprimé les Gilets jaunes

Pendant que nos collègues vont passer au trapèze, les donneurs d’ordres, eux, ne sont toujours pas inquiétés par la justice et coulent des jours heureux sous les ors des palais de la République.

Macron, Philippe, Castaner et Nunez sont les cerveaux et les donneurs d’ordres de la terrible répression mise en place dès le 17 novembre pour écraser le mouvement des Gilets jaunes et éviter ainsi d’apporter une réponse politique à la crise.

Alors que les syndicats de police Alliance, Unité SGP Police FO et Unsa-police appelaient à toujours plus de répression, France Police – Policiers en colère a été le seul syndicat de police à dénoncer la stratégie du maintien de l’ordre, pressentant le risque juridique pour nos collègues.

Aujourd’hui, le régime politique est sauvé. La Macronie n’a plus besoin de ses larbins pour se protéger du peuple en colère. On peut donc livrer en pâture aux chiens quelques soldats pour faire oublier ce qui s’est passé et pourquoi ça s’est passé.

Le syndicat France Police – Policiers en colère a été souvent critiqué en interne pour ses positions durant la crise des Gilets jaunes. Les faits aujourd’hui nous donnent malheureusement raison. Pour avoir appliqué les ordres, nos collègues vont se faire lyncher, non pas sur l’autel de la raison d’Etat, mais bien immoler sur le bûcher des intérêts politiques particuliers de quelques-uns.

Notre organisation syndicale étudie toutes les voies de recours légales pour faire traduire les véritables responsables de ce fiasco démocratique, qui dure maintenant depuis plus de six mois, devant les autorités judiciaires compétentes.

Dès lors qu’un policier sera condamné, il faut que ceux qui ont encouragé ces violences présumées soient également poursuivis, jugés et condamnés. Nous ne lâcherons rien.

Force et honneur.

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “Ce syndicat de police que les médias ignorent …”

  1. Richard Mauden dit:

    Force et honneur ! La devise de Gladiator !

  2. Si, je regarde, déjà tous les samedi.

    je sais ainsi exactement le nombre de manifestants GJ en France et à Paris.

    Je puis vous dire que ces chiffres n’ont rien à voir, mais alors rien à voir avec les chiffres donnés par castagnette.

    ce site est dans mes favoris

  3. stéphane roncaglia dit:

    Ce gouvernement a envoyé des pauvres (les gilets bleue) se battre contre d’autre pauvres (les gilets jaune), pendant que là-haut ce gouvernement est bien à l’abri, et se moque bien des deux !!! https://fr.sott.net/article/33987-Un-syndicat-de-police-reconnait-et-accuse-le-gouvernement-d-avoir-ordonne-la-repression-envers-les-Gilets-Jaunes?fbclid=IwAR3MphthSv53eyCSimiSAfweeX51KV3agY5L9yt_PehkhRLAlaqh9lJlTJM

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *