Ces curieuses plaintes … sans victimes !

Publié par le 15 Nov, 2020 dans Blog | 2 commentaires

Ces curieuses plaintes … sans victimes !

L’ancienne ministre de la santé, Agnès Buzyn, coule des jours heureux après qu’elle ait fait classer l’hydrochloroquine parmi les « substances vénéneuses » alors que le médicament était connu depuis 7 décennies et que des millions, sinon des milliards, de patients en avaient absorbé !

Plus fort encore, l’actuel ministre de la santé, Olivier Véran, est maintenu à son poste après qu’il ait interdit la prescription du même médicament le lendemain de la publication d’un article dans la revue scientifique The Lancet. Après que cet article, entièrement bidonné, ait été retiré de la revue, le même ministre ne revenait pas sur son interdiction !

En même temps, comme dirait, le progressiste fou de l’Elysée, le Professeur Raoult faisait l’objet d’une plainte déposée par le Conseil de l’Ordre des médecins. Et ceci, alors que les résultats obtenus avec ce médicament – utilisé à bon escient, et à la bonne dose – à l’IHU de Marseille ne sont pas contestés.

Et ceci, en l’absence de la moindre plainte déposée par un patient ou un proche !

Voici ce qu’en dit, Jany Leroy, dans cet article paru sur Boulevard Voltaire :

Le dossier du professeur Raoult est lourd. Rappeler les attaques et bâtons dans les roues dont il fut la cible emmènerait le lecteur jusqu’à une heure avancée de la nuit. Quelques minutes après la dernière phrase de sa première apparition médiatique marquante, des spécialistes arrivaient essoufflés sur les plateaux de BFM TV. Son protocole ne marchait pas. Ils l’avaient essayé en route, ça ne donnait rien.

En toute logique, le complotiste moyen fut intrigué par tant de précipitation. L’ensemble des journalistes, eux aussi, savaient que l’hydroxychloroquine était un produit pire que la mort-aux-rats. Tous titulaires d’un doctorat de médecine obtenu par correspondance quelques minutes avant l’émission. Le docteur Patrick Cohen, ex-interne des services de neurologie de France Inter, menait la charge. Le professeur ne passerait pas.

Le complotiste invétéré constatait que les chiffres de mortalité présentés comme beaucoup moins élevés qu’ailleurs par le professeur n’étaient pas contestés. Le débat semblait se situer sur d’autres terrains : pas d’étude randomisée, la couleur de sa blouse, la longueur de sa barbiche, infraction à la déontologie et autres charabias hors sujet dans le contexte d’un virus galopant. Avait-il, oui ou merde, des résultats tangibles et encourageants sur les patients que son service admettait ? Le téléspectateur soupçonneux resta sur sa faim. Les débatteurs parlaient d’autre chose.

Contre toute attente, le guerrier Macron ne nommait pas une commission d’experts chargée de vérifier le sérieux des résultats publiés par l’IHU de Marseille. Sous réserves d’un groupe constitué de scientifiques de haut niveau et dépourvus de conflit d’intérêt, sa conclusion eût clos le débat. Il n’en fut rien.

Avec un retard à l’allumage inexpliqué, le Conseil de l’ordre des médecins se décide, enfin, à porter plainte contre l’infâme tueur de malades marseillais. Griefs multiples. Très grosse ardoise :

  • Violation de la confraternité,
  • information erronée du public,
  • exposition à un risque injustifié,
  • infraction au Code de déontologie,
  • manquements à ceci et cela,
  • et le drôlatique « utilisation de traitements non validés ».

Dans l’attente d’un traitement estampillé par les instances valideuses,
le malade est invité à remettre son décès au lendemain.

Là encore, l’amateur de complots – décidément détraqué – se demande comment il est possible que, dans cette foule de plaignants, ne figure aucun des patients soignés par les services du professeur Raoult. Ne doutons pas que le moindre mécontent eût croulé sous les invitations des chaînes d’info. Tapis rouge et champagne à volonté.

De curieux procès dont sont absentes les supposées victime …

Un protocole nuisible qui n’aurait généré, jusqu’à preuve du contraire, aucun incident ? Les complotistes finiront dans l’un des 50 « super-congélateurs » achetés par Olivier Véran pour stocker les vaccins Pfizer.

Jany Leroy pour Boulevard Voltaire.

Pour détendre l’atmosphère …

Merci de tweeter cet article :





2 Réponses à “Ces curieuses plaintes … sans victimes !”

  1. Richard Mauden dit:

    Erreur ! Le Big Pharma est à l’origine de la plainte contre le Pr Raoult par l’intermédiaire des marionnettes de la SPILF et du Conseil de l’Ordre arrosés par ses subsides. c’est le Big Pharme la victime si le remdesivir réputé inefficace et dangereux n’est pas prescrit aux masses soumises des malades du Covid-19 !

  2. Richard Mauden dit:

    Le Pr Raoult poursuivi par le Big Pharma au Conseil de l’Ordre des médecins
    Le Pr Raoult a été attrait dans un procès en sorcellerie par le Big Pharma et la Sainte Inquisition des notables de l’Ordre des médecins et de la clique hospitalo-universitaire corrompue par le Big Pharma.
    Le Big Pharma veut faire triompher la loyauté des notables de la médecine hospitalo-universitaire corrompue par le Big Pharma. C’est pourquoi le Conseil de l’Ordre des médecins met en scène les passions honteuses comme la dénonciation, la jalousie, la méchanceté, la malveillance et la haine du Pr Raoult.
    Nous sommes loin de l’amour du prochain et de la bienveillance confraternelle, de la communauté scientifique des hommes de bonne volonté réunis pour faire triompher la vérité des données de la science.
    Le procès en sorcellerie du Big Pharma a besoin et se suffit d’accusations et de dénonciations.
    La clique hospitalo-universitaire corrompue par le Big Pharma donne un rôle majeur à la rumeur pour saisir le Conseil de l’Ordre des médecins ! Ce qui suffit à mettre en branle la machine de la Sainte Inquisition.
    La maîtrise de la pensée hospitalo-universitaire ne rend pas intelligent, la preuve en est faite.
    Les profiteurs des rentes du Conseil de l’Ordre des médecins sont souvent les plus mesquins dans la vengeance qu’ils exercent contre le Pr Raoult qui aurait contredit l’Ordre établi. Selon la Cour des Comptes :
    « Le Conseil de l’Ordre des médecins reste marqué par des problèmes de gouvernance, de sérieuses défaillances de gestion, des insuffisances constantes dans l’exercice de ses missions. Les rétributions $$$ des représentants de l’Ordre : Alors que les fonctions ordinales sont normalement bénévoles, la Cour des Comptes pointe les indemnités élevées des conseillers. Des chiffres qui atteignent 9 177 € brut par mois pour le président, le Dr Patrick Bouet, et plus de 8 211 € brut pour le secrétaire général. $$$
    « L’ordre exerce mal (ou pas) le contrôle de l’obligation de respecter les règles déontologiques par les médecins vis-à-vis des relations avec l’industrie pharmaceutique $$$. Des errements qui pourront donner lieu à une saisine des autorités judiciaires par la Cour des Comptes via le Parquet général près la Cour.
    Ça n’empêche pas le Conseil national de l’Ordre des médecins et la caste hospitalo-universitaire sous la coupe des labos pharmaceutiques de menacer le Pr Raoult ! Pour mieux comprendre comment une telle flambée de haine polémique anti-Raoult a pu passer pour des méthodes de la science, il faut comprendre que le bal des hypocrites, c’est l’incurie de la caste hospitalo-universitaire anti-Raoult grassement subventionnée par le Big Pharma. C’est pourquoi le bilan la crise du Covid-19 sous la coupe du Big Pharma est désastreux pour le comité de la caste hospitalo-universitaire anti-Raoult. Et la gestion de la crise du Covid-19 par Macron se solde par la débâcle de la caste hospitalo-universitaire anti-Raoult subventionnée par le Big Pharma !
    La polémique de rétorsion anti-Raoult se transforme simplement en polémique de répression issue de l’esprit conservateur des situations acquises et de l’esprit de jouissance avec les rentes $$$ du Big Pharma.
    À en croire les irresponsables de la presse collabo, notre époque exigerait de condamner le Pr Raoult par les médiocres polémistes payés par Gilead. Faut croire que, dans ses critiques acerbes du Big Pharma et du système des hospitalo-universitaires corrompus par Gilead, le Pr Raoult a fait mouche !
    Il a sûrement été efficace et percutant pour que la caste des nantis du système Gilead veuille sa peau pour imposer le remdesivir inefficace et dangereux de Gilead $$$ et pour interdire l’hydroxy-chloroquine.
    Mais on voit que les commentateurs médiocres payés par Gilead ne font que cogner dans le vide.
    Car dès qu’ils attaquent quelqu’un comme le Pr Raoult, on les accuse très justement d’être de parti pris et d’obéir à des jalousies et à des haines personnelles quasi-obsessionnelles financées par Gilead. Car, l’avez-vous remarqué ? On distingue, par rapport au Pr Raoult, comme par rapport au reste des médiocres corrompus par Gilead, qu’il n’y a plus maintenant que des pour inconditionnels du Pr Raoult, et des anti-Raoult obsessionnels corrompus. Ainsi, les attaques anti-Raoult seraient bien l’affaire de Gilead.
    Les médias collabos corrompus sont des polémistes anti-Raoult financés $$$ par Gilead.
    Louise Colcombet et Elsa Mari, un article partisan publié par Le Parisien : Le professeur Didier Raoult poursuivi par l’Ordre des médecins. Son traitement contre le Covid-19 avait fait naître d’immenses espoirs, son franc-parler avait fait le reste. Icône médiatique du printemps, aussi adulé que détesté (???), le professeur Didier Raoult doit aujourd’hui rendre des comptes. (Ben voyons !) Ce microbiologiste à la renommée mondiale, directeur de l’Infectiopole (IHU) de Marseille, fait l’objet de poursuites devant l’Ordre des médecins qui a été dénoncé par le rapport de la Cour des comptes pour ses indemnités somptuaires : « Les rétributions $$$ des représentants de l’Ordre : Alors que les fonctions ordinales sont normalement bénévoles, la Cour des Comptes pointe les indemnités élevées des conseillers. Des chiffres qui atteignent 9 177 € brut par mois pour le président, le Dr Patrick Bouet, et plus de 8 211 € brut pour le secrétaire général. $$$
    « L’ordre exerce mal (ou pas) le contrôle de l’obligation au respect des règles déontologiques et des relations des médecins avec le Big Pharma, l’industrie pharmaceutique. Des errements du Conseil de l’Ordre des médecins qui pourront donner lieu à une saisine des autorités judiciaires par la Cour des Comptes via le Parquet général près la Cour. » Et c’est le même Conseil de l’Ordre critiqué à juste titre pour ses errements par Cour des Comptes qui reproche au Pr Raoult une kyrielle d’entorses (Le Parisien) au Code de déontologie : violation de la confraternité, information erronée (???) du public, exposition à un risque injustifié et même… charlatanisme. (???), La procédure fait suite à une plainte à l’Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône.
    Le Parisien partisan rejoint Le Monde de la haine de gauche, le pire cauchemar des médias collabos est devenu la réalité de la désinformation en France ! Le Parisien-Le Monde de la haine de gauche, pur valet du Big Pharma : Covid-19 : Didier Raoult visé par une plainte devant l’ordre des médecins. Le Pr Raoult, spécialiste mondialement reconnu des épidémies en France, figure contestée par Le Parisien-Le Monde de la haine de gauche, valet du Big Pharma, fait face à des accusations absurdes et mensongères émanant de la Société de pathologie infectieuse de langue française Spilf corrompue grave par Gilead et le Big Pharma.
    Lors des auditions devant la commission d’enquête parlementaire, le Pr Raoult a dénoncé les liens et conflits d’intérêts entre médecins et chercheurs et les laboratoires pharmaceutiques. Pour saisir la motivation de la plainte contre le Pr Raoult, TransparenceSanté et EuroforDocs révèlent l’information suivante :
    La Spilf a reçu 853 000 € des laboratoires pharmaceutiques dont 100 000 € de Gilead entre 2012 et 2020, sommes qui se sont envolées dans les dernières années. Et il manque des conventions sans montant.
    France-Soir : Didier Raoult attaqué par la SPILF. Qu’est-ce que cela peut cacher ? Après l’étude Fiolet supportée par l’INSERM, qui malgré de nombreuses failles s’essaie à déstabiliser l’hydroxy-chloroquine comme traitement contre le Covid-19, c’est au tour du Professeur Didier Raoult d’être attaqué en justice par la SPILF. Il est au centre des attentions depuis le début de la crise pour ses prises de positions et ses résultats à l’IHU de Marseille qui ont fait beaucoup pour les Français. Pour certains (corrompus du Big Pharma) cela a assez duré et le Pr Raoult est dangereux pour la santé. La Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF) est une association regroupant des professionnels de la santé. Créée en 1974, elle compte plus de 500 adhérents pour la plupart médecins. Mais que reproche-t-on au professeur Raoult ?
    Selon la SPILF, Didier Raoult a enfreint neuf articles du Code de déontologie de la profession dont la promotion d’un traitement dont l’efficacité n’aurait pas été démontrée, la diffusion de fausses informations, le manquements au devoir de confraternité ou des essais cliniques réalisés à la limite de la légalité. (???)
    Sur Twitter, l’avocat Di Vizio s’est prononcé, jugeant la plainte irrecevable. Mais qu’est-ce qu’il se cache derrière l’attaque de la SPILF ? Des années de désaccords, des jalousies entre médecins ? Lors des auditions devant la commission d’enquête parlementaire, beaucoup ont parlé de liens et conflits d’intérêts entre les médecins et les laboratoires pharmaceutiques. Le site TransparenceSanté et EuroforDocs donnent l’information suivante : La SPILF a reçu 1,7 million € (5 septembre 2020) des laboratoires pharmaceutiques dont 100 000 € de Gilead entre 2012 et 2020, sommes qui se sont envolées dans les dernières années.
    Et il manque des conventions sans montant. De plus la SPILF est propriétaire de ses bureaux au 21 rue Beaurepaire dans un immeuble cossu dans le 10 ème arrondissement à Paris. Dans la base EuroforDocs, la SPILF a des dénominations différentes rendant plus complexe l’identification des sommes perçues.
    Les membres du bureau et du conseil d’administration de la SPILF ont reçu plus d’1.6 millions € : Le président Pierre Tattevin a reçu 81 083 € des laboratoires pharmaceutiques dont 15 028 € de Gilead. Le Dr Aumaitre ayant reçu plus de 300 000 € ou le secrétaire général 115 000 €. Il est évident que de telles sommes d’argent ne sont plus anodines. Un membre proche de la SPILF sous couvert d’anonymat dit qu’à la SPILF les décisions sont prises quasiment par une ou deux personnes. (contre le Pr Raoult ?)
    La SPILF s’est assurée depuis des années, les services de Yannick Queyroux pour l’aider à lever des fonds auprès des laboratoires et des institutionnels. Ce qu’il a confirmé. Monsieur 20% est ainsi connu au sein de la SPILF puisqu’une convention d’honoraire lui permettrait de recevoir 10 à 20% des sommes levées.
    Un PUPH (professeur d’université praticien hospitalier) sous couvert d’anonymat dit :
    « Les chiffres des déclarations de TransparenceSanté, ne sont que la partie visible de l’iceberg. Les labos ont des systèmes bien organisés. Les sommes d’argents sont versées par les filiales étrangères de ces sociétés qui n’ont pas à être déclarées dans TransparenceSanté. »
    Contacté, Pierre Tattevin, président de la SPILF, n’était pas disponible pour répondre. Ben voyons !
    nexus.fr : La SPILF a reçu en 3 ans 610.000 € des labos dont 80.000 € de Gilead. Alors qu’une plainte vient d’être émise contre le Pr Raoult, on peut légitimement se poser la question de l’impartialité des membres de l’association Spilf (Société de pathologie infectieuse de langue française). En effet, de nombreux laboratoires pharmaceutiques ont financé la Spilf sur les 3 dernières années : l’association a reçu plus de 200.000 € par an de dons sous forme de rémunérations, avantages ou conventions. Une déclaration d’intérêts que beaucoup de médias n’ont pas cru bon de rappeler. Toutes les données sont disponibles sur eurofordocs.fr. On note une accélération des financements de la Spilf par les laboratoires pharmaceutiques !
    858.000 € de subventions en vingt ans dont 610.000 € rien que sur les trois dernières années !
    80.000 € donnés par Gilead en 2 ans, vendeur du remdesivir. Après vérification sur eurofordocs.fr, on découvre que Gilead fait partie des principaux donateurs. L’industriel a donné à la Spilf 40.000 € en 2017 et 40.000 € en 2018 pour deux conventions. Sachant que Gilead veut imposer le remdesivir, le très coûteux et dangereux concurrent de l’hydroxy-chloroquine dans le traitement du Covid-19, l’information prend toute son importance au vu des enjeux financiers gigantesques que ce marché sanitaire offre. L’UE a signé le 29 juillet 2020 un contrat avec Gilead pour garantir l’accès à des doses de traitement du Veklury (remdesivir).
    Si la Société de pathologie infectieuse ne souhaite pas s’exprimer sur une instruction en cours, son président rappelle que son objectif n’est pas d’obtenir la radiation, mais seulement que le Pr Raoult arrête de promouvoir son traitement, car, dit Pierre Tattevin, qui a reçu 81 083 € des laboratoires pharmaceutiques dont 15 028 € de Gilead : « Il fait des dégâts » (surtout aux super-profits de Gilead et de ses copains corrompus ?)

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *