Croissance : la France en panne !

Publié par le 28 Août, 2018 dans Blog | 3 commentaires

Croissance : la France en panne !

Les étrangers taxent les Français d’arrogance !

Et ils n’ont pas tout à fait tort !

Car si les Français en général, et leurs dirigeants en particulier, voulaient bien regarder les statistiques économiques européennes, ils battraient leur coulpe et surtout ils lanceraient les réformes indispensables.

La France a des atouts considérables : une position géographique favorable, une main d’oeuvre hautement qualifiée, des infrastructures puissantes mais tout est gâché par cette dépense publique qui ruine le pays, tue la croissance et maintient un chômage de masse.

La France a une croissance égale à la moitié de la moyenne de la zone euro et fait moins bien que nos voisins (Italie, Belgique,Royaume-Uni, Portugal, Allemagne et Espagne).

Cette semaine, un article de Nicolas Lecaussin et Gabrielle Gambuli paru sur le site de l’IREF (Institut de Recherches Economiques et Fiscales) tire la sonnette d’alarme :

Croissance et chômage : la France a complètement décroché

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, l’IREF ne cesse d’attirer l’attention sur les fausses réformes mises en place par le gouvernement. D’un côté, aucune réforme de l’Etat, de l’autre, une prétendue réforme de l’assurance chômage qui, en réalité, mènera à une étatisation encore plus forte du système. Pas de baisse des dépenses publiques, ni du nombre de fonctionnaires, déjà largement plus nombreux que dans la plupart des pays européens. La communication du pouvoir a réussi à cacher en partie l’absence des réformes. Mais les chiffres et les statistiques sont têtus. Les dernières études d’Eurostat publiées mi-août dévoilent une situation préoccupante pour la France, qui décroche de plus en plus.

En ce qui concerne la croissance au premier semestre, la France est dernière avec seulement 0,4 % de hausse du PIB contre 0.8 % en moyenne dans la zone euro. Sur la même période, les Etats-Unis affichent une croissance 4 fois supérieure ! Même le Royaume-Uni fait mieux que la France (0.6 %).

Source Eurostat (Août 2018)

Considérons maintenant le taux de chômage : la France semble aussi avoir perdu le train. Alors que l’Allemagne affichait un taux de chômage plus important que la moyenne de l’Union européenne de 2002 à 2008, elle est très nettement en-dessous depuis la crise économique et financière. Elle se targue aujourd’hui d’un taux deux fois plus faible (3,8% pour l’Allemagne contre 7,6% pour l’UE).

Celui du Royaume-Uni est en-dessous de celui de l’UE depuis 2000, avec des écarts allant de 1,7 points (en 2008) à 4,3 points (en 2004). Aujourd’hui, l’écart est de 3,2 points de pourcentage.

En France, très mauvaise élève comparée à ses camarades allemand et britannique, la situation du marché du travail est défavorable par rapport à la moyenne européenne depuis 2014. Notre pays accuse aujourd’hui un écart de 1,8 points avec le taux de chômage de l’UE, de 5 points avec celui du Royaume-Uni et de 5,6 points avec celui l’Allemagne.

L’Union européenne connait une chute considérable de son taux de chômage, passant de 10,9% en 2013 à 7,6% en 2017, soit une baisse de 3,3 points de pourcentage en 4 ans.

Alors que l’Allemagne et le Royaume-Uni affichent de façon très nette une baisse de leur taux de chômage, respectivement depuis 2005 et 2012, on ne constate en France qu’une très légère amélioration depuis 2015. En effet, le chômage a reculé d’un point depuis 2 ans et revient à son niveau de 2010-2011.

Source Eurostat (juin 2018)

Si l’Allemagne est devenue un modèle, si elle a réussi à abaisser ses déficits publics et sociaux, à réduire le nombre de ses chômeurs et à avoir une balance commerciale excédentaire, c’est grâce à des mesures essentielles : abaissement des dépenses publiques, réforme du statut de la fonction publique, flexibilisation du marché du travail, encouragement à la création d’entreprise. Même constat pour le Royaume-Uni qui a accompli d’importantes réformes sous David Cameron et qui résiste malgré le Brexit. Des réformes que la France ne fait toujours pas …

En conclusion …

Au vu de ces chiffres, comment expliquer qu’Emmanuel Macron fasse la même erreur que son prédécesseur : augmenter les impôts et les charges ! Ce qui tue la croissance et empêche le chômage de régresser ?

Peut-être devrions-nous nous inspirer du Portugal qui était en quasi faillite il y a 5 ans et qui aujourd’hui fait deux fois mieux que la France en terme de croissance !  Mais voilà, le Portugal pratique une politique économique strictement inverse aux préconisations de Bruxelles …

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “Croissance : la France en panne !”

  1. L’ Wauquiez a meme precisé que les France fait moins bien que la Grece…

    Ce que le sondage ne montre pas.

    Est ce vraiment vrai que le chomage a baissé un peu en France ???
    n’est pas plutot de la propagande pour relever un hollande ou un macron…

    Les sondages sont tenus par la goche, cela depuis tres longtemps, il suffit s’etre attentif pour le verifier.

  2. Le taux de chômage est calculé par l’Insee selon les normes du Bureau international du travail (BIT) selon lesquelles un chômeur est une personne de plus de 15 ans qui remplit trois critères. D’abord, elle n’a pas travaillé du tout au cours de la semaine de référence. Ensuite, elle est disponible pour travailler dans les deux semaines. Enfin, elle a recherché activement un travail dans les trois dernier mois ou en commence un dans moins de trois mois.

    Au second trimestre 2018, le nombre de chômeurs de catégorie A, c’est-à-dire sans aucune activité est en hausse de 0,1% par rapport au trimestre précédent, soit une augmentation de 4 600 demandeurs d’emploi. Toutes catégories confondues, au second trimestre 2018, le nombre d’inscrits s’élève à 6 238 900 personnes en France métropolitaine contre 6 255 800 au trimestre précédent. Il s’agit d’un repli de 0,3%.

    Au second trimestre 2018, par rapport au trimestre précédent, le nombre de chômeurs est en augmentation de 1,9% chez les moins de 25 ans alors qu’il avait baissé de 1,2% au trimestre précédent. Chez les 50 ans et plus, la hausse trimestrielle est de 0,1%. En revanche, chez les 25-49 ans, le nombre de demandeurs d’emploi baisse de 0,3%. Précisons également que le nombre de chômeurs est stable chez les hommes tandis qu’il augmente de 0,2% chez les femmes.

    Au second trimestre 2018, sur les cinq catégories de chômeurs, trois sont en baisse : les chômeurs de catégorie B (-0,7%), les chômeurs de catégorie D (-2,5%) et les chômeurs de catégorie E (-4,6%). En revanche, le nombre de chômeurs de catégorie A est en augmentation de 0,1%. Le nombre de chômeurs de catégorie C est pour sa part en hausse de 0,5%.

    Le nombre d’inscrits depuis un an ou plus est en hausse de 1,6% (de 2 570 000 à 2 611 000). Sur un an, l’augmentation est même de 7,2%. Observons également que le nombre de demandeurs d’emploi de deux ans à moins de trois ans augmente de 2,8%.

    https://www.journaldunet.com/management/conjoncture/1038148-taux-de-chomage-et-nombre-de-chomeurs-en-france/
    (article commentant le 2eme trimestre, puisque le 3eme trimestre n’est pas terminé!!!!)

    J’ajoute que, traditionnellement, le mois d’aout est favorable en ce qui concerne la diminution du chômage, puisque nombre de petits boulots d’étés permettent de ne plus faire partie du nombre de chômeurs.

    j’espère avoir répondu à la question que se posait Pseudo 49

  3. Que voulez vous,c’est le principe des vases communicants.

    La croissance est atone,le chomage augmente et la cote de confiance et de popularité du minus habens présidentiel plonge…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *