Et Dieu créa Laetitia Casta !

Publié par le 25 Juil, 2019 dans Blog | 1 commentaire

Et Dieu créa Laetitia Casta !

On voudra bien m’excuser
pour ce total hors-sujet !

Mais, c’est que le dit-sujet en vaut la peine ! Et en période de vacances, on peut bien se laisser aller à célébrer la beauté de cette magnifique mannequin et comédienne qu’est Laetitia Casta.

Quand il m’arrive d’apercevoir, à la télé, durant ces fameuses « Fashion Weeks », des défilés de mannequins, je ne peux m’empêcher de déplorer parfois l’effrayante maigreur de ces jeunes femmes qui adoptent toutes, en plus, une démarche saccadée qui n’a rien de naturelle. L’objectif final de ces présentations est-il vraiment de séduire des clientes « normalement constituées » ? On peut se le demander !

Mais, Dieu merci – c’est le cas de le dire – il existe des mannequins qui ont refusé de se plier à ces stéréotypes de la mode. Laetitia Casta est l’une d’entre elles !

Voici un article publié sur Boulevard Voltaire qui glorifie cette jeune femme ainsi qu’une de ses glorieuses prédécesseur(e)s et remercie … leur Créateur :

Note du blogueur : ATTENTION, si des féministes tombent sur cet article, nous pourrions, Boulevard Voltaire et moi, être poursuivis pour sexisme patent ! Mais nous assumons !

Dieu créa la femme pour ne pas que l’homme s’ennuie. Il révéla Brigitte Bardot à la fin de la décennie 50, et il récidiva quarante ans plus tard avec Laetitia Casta. A l’instar de son aînée, elle commença une carrière de mannequin avant d’évoluer vers le métier d’actrice. Comment ne pas être sous le charme de cette femme pulpeuse au regard nitescent qui tranchait avec l’allure anorexique de ses consœurs ? Laetitia Casta rend hommage au corps de la femme.

Elle n’est pas ingrate envers la Création et sa générosité l’incite à dévoiler sa beauté vénusienne en posant en tenue d’Eve. À la quarantaine, elle montre aux yeux de tous que la fraîcheur féminine n’est pas un souvenir, mais bien une réalité. De Botticelli à Henri Gervex, en passant par Ingres, Courbet, Gauguin, Bouguereau, Renoir et tant d’autres, ils ont tous succombé à la fascination pour le corps de la femme. La photographie perpétue l’art de mettre en valeur le beau sexe.

Chacun doit faire fructifier ses talents et si la nature a donné à Laetitia Casta la beauté, elle a bien raison de la mettre au service de ses opinions. Car le geste de celle qui fut Marianne de l’An 2000 n’est pas anodin.

Depuis les pressions du fondamentalisme islamique et des mouvements « balance ton porc » et «me too », il faut se justifier pour oser exposer la nudité féminine. Un comble au pays de la « Liberté guidant le peuple » que Delacroix avait peint les seins nus.

Son geste est anti-femen, car accompli avec élégance et sans violence.

Laetitia Casta ne cherche pas à choquer mais, au contraire, à magnifier la femme dans toute sa féminité. Il y a quelques mois, une marque de lingerie avait affiché une publicité sur la façade d’un grand magasin parisien, montrant de superbes fesses culottées de lingerie fine. Madame le maire, outragée, avait crié au sexisme… alors que la ville lumière compte des dizaines de statues d’Apollon nu dans les parcs, été comme hiver, à la vue de tous les passants ! On dit que le ridicule ne tue pas, mais ce genre de censure, elle, risque d’étouffer la création et de soumettre toute audace à l’agrément des ayatollahs de la bien-pensance. Quelle régression !

Je remercie Laetitia Casta, pour son geste, que je considère comme un magnifique pied-de-nez à tous les puritains de tout bord, aux féministes, et aux obscurantistes de toute chapelle. Je lui sais gré de rendre plus actuelle que jamais la citation de Dostoïevski :

« La beauté sauvera le monde ».

NDLR : Laetitia vient de poser nue dans le magazine Elle.

Boulevard Voltaire.

Merci de tweeter cet article :





Une réponse à “Et Dieu créa Laetitia Casta !”

  1. Comme la plupart des gens beaux, ceux ci ne sont pas tourné vers l’ideologie dans le sexisme, mais la realité que n’ose pas regarder la goche ordinaire, ordianirement sans talent, et meprisante a l’edgard de tous…
    D’ou sa tolerance envers le burquini et l’islam qui favorise l’ordinaire, le banal, le quelquonque,
    d’ou son intolerance envers les femmes au dessus de la moyenne et de cette goche, qui prone l’egalitarisme pour cacher souvent le quelquonque, le banal et le manque de talent de la goche, qu’elle essais de cacher sous une egalitarisme totalement aveugle.

    PS/
    La beauté appelle l’amour, l’exact contraire ou presque les mauvais sentiments… et l’aveuglement.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *