Etat de droit ? D’accord, mais alors pour tout le monde!

Publié par le 2 Nov, 2020 dans Blog | 6 commentaires

Etat de droit ? D’accord, mais alors pour tout le monde!

N’avez-vous pas le sentiment que l’état de droit, dont on nous rebat constamment les oreilles, ne sert que les intérêts des crapules, des délinquants, des migrants et des terroristes et qu’elle ne cible que les honnêtes citoyens  ?

J’ai appris récemment qu’une instance juridique externe à la France – probablement la CEDH – interdit de renvoyer une embarcation chargée de migrants vers son pays de départ, et ceci, même s’il y a un accord avec ce pays garantissant la sécurité de ces migrants.

Quelle est la réelle finalité de cette loi, sinon la promotion aveugle d’une immigration de peuplement, pour ne pas dire de remplacement ? Donc contre la volonté du peuple !

Et dans le même temps, le gouvernement peut nous confiner, dans des conditions d’injustice dénoncées partout, sans que l’état de droit n’ait quelque chose à dire pour nous protéger !

Et tout ça dans un manque total de logique et de cohérence !

Comment au pays de Descartes, peut-on fermer les frontières externes de l’Europe et laisser ouvertes toutes les frontières internes alors que l’on sait que l’Europe est la région où la pandémie est la plus grave ?

Notre ami Christian54 m’a confié ce matin son exaspération concernant ces privations de liberté. Exaspération que je partage avec lui et donc maintenant avec vous :

De plus en plus profond …

En ce matin sinistre, c’est la première image qui me vient à l’esprit… Ce n’est pas pour définir la façon dont nous traite le gouvernement – encore que ce pourrait être un bon sujet de réflexion – mais sur le ressenti d’une volonté anti-démocratique qui me paraît de plus en plus affichée.

Dans tous les domaines je ressens comme une volonté anti-démocratique et une envie du pouvoir en place de museler toute opposition.

En tout, ceux qui nous gouvernent agissent comme s’ils voulaient nous mater. Les exemples foisonnent : les sondages démontrent que si l’un des sbires du pouvoir déplaît, on le met en vedette au lieu de s’en débarrasser (choix du premier ministre, dont selon le Point 85,8% des lecteurs trouvent qu’il est pire que Philippe, maintien du duo Véran/Salomon, dont on se demande s’ils réfléchissent à côté, persistance d’une erreur flagrante de casting : Dupont Moretti, etc etc).

D’où le sentiment que l’on se moque carrément de nous. 

Toutes les annonces faites sont soigneusement choisies pour générer la peur (comme le mensonge sur le nombre de nouveaux cas) et anéantir la vie sociale (on nous apprend que l’ennemi, c’est notre voisin, celui qui va nous infecter).

Ce matin, malgré toutes les annonces faites par notre conducator juvénile adoré, l’hommage à Samuel Paty sera des plus restreints, aucune discussion sur les caricatures, pourtant amplement annoncée, n’aura lieu. Macroncescu se couche et rampe sous le tapis. Rien n’est fait et rien ne sera fait. Les loups gris se promènent en bandes et impunément dans nos villes, les expulsions d’islamistes n’auront pas lieu, une seule mosquée sera fermée (et encore pas longtemps), les racailles seront chouchoutées. 

Sur le plan économique, ce n’est pas mieux. La fermeture des librairies montre à quel point il est nécessaire d’emprisonner les esprits. Reconfinés, nous serons plus malléables. La liberté de penser, à condition que nous gardions nos pensées pour nous,  est la seule qui nous reste. Surtout, ne pas mentionner à quel point le peuple est trahi par son génie à quatre pattes (référence, voulue, à celui des Carpates). 

Réveillons nous ! Dénonçons sans relâche toutes les trahisons, toutes les traîtrises de ce pouvoir qui n’en est déjà plus un ! Reprenons les rênes de nos vies et ne laissons pas ceux qui veulent nous asservir ou ceux qui nous trahissent continuer sans vergogne leur criminel travail de sape. Et dire qu’il va falloir encore deux ans avant de savoir si nous aurons encore le droit de voter pour nous débarrasser de ceux qui nous font tant de mal !

RÉAGISSONS !

Christian54 pour A droite, fièrement !

Dernière minute :

Injustice insupportable !

Après les petits commerçants, les coiffeurs et les fleuristes, les gérants de sex-shops interpellent le gouvernement :

Merci de tweeter cet article :





6 Réponses à “Etat de droit ? D’accord, mais alors pour tout le monde!”

  1. Et les carottes aussi : c’est ce qu’utilise « la petite Charlotte, étendue sur sont lit » (chanson du bréviaire du carabin).

    Excellent article de Christian 54 et Christian adroite.

    Nous allons bientôt arriver aux tickets de rationnement!

    1- plus rien de superflu=
    **plus de chocolat,
    **plus de Nutella -les escrologistes vont être ravis
    **plus de gâteaux.
    ???,

    2- rationnement de ce qui est essentiel (afin que les clients puissent respecter les gestes barrières (5 m entre chaque, j’imagine puisque dans une église, on ne peut pas être plus de 10, 30 dans les meilleurs cas)
    **1kg de farine
    **1 baguette (zut, on nous demandait autrefois, en mars, d’en acheter pour la semaine)
    ** 50 g de beefsteak pour un adulte, 100g pur un ado??

    Et puis, comme les gens ne seront pas respectueux des lois, tickets de rationnement à imprimer après être passés avec nos codes secrets sur le site des impôts…

    Oui ce gouvernement et ses chefs sont des traitres, de vraies pourritures.

    Sans doute pour cela que, plutôt que de s’occuper du peuple de gueux réfractaires à la dictature, la garde rapportée de ces pourris est renforcée ce jour!

  2. Allez pour se détendre un peu!
    3 humoristiques (amères)
    et une très touchante, hommage au professeur.

    https://www.anthonyjoubert.fr/mes-nouvelles-vid%C3%A9os/

  3. Moi aussi je suis en colère pour toutes les raisons qu’invoque Christian54, mais aussi parce que le p’tit coq nous parle à longueur de temps de « nos » valeurs. Où sont-elles ces valeurs? Quelles sont-elles?
    Créer des enfants sans père? Interdire la liberté de conscience des médecins refusant de pratiquer un avortement tardif? Autoriser les chimères? Il faut lire le contenu des lois « bio-éthiques » pour comprendre que certaines valeurs ne sont pas les mêmes pour tous! Quand on perd à ce point le sens de l’éthique, on ne s’abrite pas derrière des pseudo-valeurs dites « républicaines »!
    On se gargarise avec la liberté d’expression, mais on évite de donner la parole au peuple sur des sujets qui le concerne directement comme l’immigration (qu’il ne cesse de payer de ses propres deniers!), sur le regroupement familial ou le droit du sol.
    On fait du bourrage de crânes en permanence (films, séries, reportages, pubs) pour des minorités avec qui jusqu’à présent on vivait paisiblement et dans une relative indifférence (chacun est libre de concevoir sa vie comme il l’entend) au point que ces minorités finissent par nous sortir par les pores, tant elles sont sur-représentées.
    Si les « valeurs républicaines » se concentrent dans le politiquement correct et le vivre ensemble, alors non, nous n’avons pas les mêmes valeurs!

  4. Je suis de l’avis de Cassandre pour ces minorités qui envahissent nos écrans. A croire que la France est à 50% de couleur noire et homosexuelle.
    Je ne suis pas contre la réussite de certains qui ont du talent, mais malheureusement pour ceux qui en ont, d’autres n’en ont aucun, ils ne sont là que parce qu’ils ont la bonne couleur. Et cela fait plus de mal que de bien!
    On a critiqué à l’époque les séries américaines où les noirs étaient soit des subalternes soit des méchants, aujourd’hui les gens de couleur sont majoritaires et aux postes supérieurs. Et D Trump a été élu!!!!! La culture n’est pas la représentation du pays.

  5. Voici nos droits que nous donne la constitution, ce qui est bon a connaitre avec les abus en cours et bien pensance.

    https://www.ohchr.org/en/udhr/documents/udhr_translations/frn.pdf

    Déclaration universelle des droits de l’homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde, Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènementd’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme, Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression, Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations, Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande, Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avecl’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales, Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement, L’Assemblée générale Proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant
    parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.
    Article premier Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.
    Article 2 Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.
    Article 3 Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.
    Article 4 Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.
    Article 5 Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.
    Article 6 Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.
    Article 7 Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.
    Article 8 Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.
    Article 9 Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ni exilé.
    Article 10 Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera,soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.
    Article 11 1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes lesgaranties nécessaires à sa défense lui auront été assurées. 2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ontété commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou
    international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis.
    Article 12 Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.
    Article 13 1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. 2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dansson pays.
    Article 14 1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. 2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur uncrime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.
    Article 151. Tout individu a droit à une nationalité. 2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.
    Article 16 1. A partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ilsont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution. 2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux.
    3. La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat.
    Article 17 1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété. 2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété
    Article 18 Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.
    Article 19 Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.
    Article 20 1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques. 2. Nul ne peut être obligé de faire partie d’une association.
    Article 21 1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis. 2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.
    3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.
    Article 22 Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays.
    Article 23 1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. 2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal 3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale. 4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.
    Article 24 Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.
    Article 25 1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires; elle adroit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de
    vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté. 2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la mêmeprotection sociale.
    Article 26 1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en cequi concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. 2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. 3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.
    Article 27 1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent 2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.
    Article 28 Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.
    Article 29 1. L’individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et pleindéveloppement de sa personnalité est possible. 2. Dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique. 3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s’exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.
    Article 30 Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant, pour un Etat, un groupement ou un individu, un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *