François-Xavier Bellamy trop tendre pour la politique ?

Publié par le 28 Fév, 2019 dans Blog | 13 commentaires

François-Xavier Bellamy trop tendre pour la politique ?

Certes, il secoue un peu la politique mais n’est-il pas un peu tendre pour être jeté dans le marigot des politiques où nagent, en eaux troubles, de dangereux crocodiles ?

Il est peu d’exemples concluants de réussite d’une personnalité du monde civile s’aventurant en politique ! La dernière expérience du politologue Dominique Reynier est là, pour nous le rappeler.

On peut d’ailleurs s’en désoler car cela montre qu’en France la politique tourne en circuit fermé et rejette tout nouvel arrivant qui pourrait apporter du sang neuf et des méthodes nouvelles.

Emmanuel Macron est peut-être un contre-exemple mais la façon dont tourne son quinquennat laisse de sérieux doute.

La Lettre patriote publie un article dans laquelle elle se désole des déclarations de Xavier Bellamy et qui pour elle équivalent à un suicide :

François-Xavier Bellamy suicide sa campagne …

En choisissant François-Xavier Bellamy comme tête de liste LR aux élections européennes, Laurent Wauquiez était sûr d’avoir fait le bon choix. Bellamy, c’était l’assurance d’une “troisième voie”. Bellamy ne lui ferait pas un coup à la Juppé : il ne passerait pas à gauche ni même au centre. Bellamy, ça sentait bon Versailles et la droite RPR. Avec le jeune professeur de philosophie élu municipal, on récupérait une sorte de Marine Le Pen polie et cultivée, une manière de Philippe de Villiers citadin, un homme à la Séguin, mais de droite monarchiste. C’était tout bénéf’ : les grenouilles de bénitier allaient forcément se pâmer devant le bel homme enfin de droite, enfin catho, enfin pas européiste ni capitaliste.

Et puis, Badaboum !

Lors d’une rencontre avec les journalistes de l’association Europresse, on a demandé au jeune homme d’indiquer ses choix. Florilège :

Ce qui est certain, c’est qu’entre la vision d’Emmanuel Macron et la vision de Marine Le Pen, je serais clairement plutôt du côté d’Emmanuel Macron.

Aïe.

Pressé de dire ce qu’il pensait d’une Europe fédérale avec transfert de souveraineté, Bellamy répond :

Aujourd’hui, ce ne serait pas souhaitable. Mais si demain on a réussi à faire progresser la conscience européenne, la conscience d’une communauté culturelle européenne, eh bien ça pourrait devenir souhaitable.

Re-aïe !

Sur le contrôle des migrations, il s’agit d’aller plus loin dans la coopération, pas de sortir de Schengen comme le voulait la droite en 2012.

Ca commence à piquer les yeux, pour un candidat qu’on vendait “troisième voie”, non?

Enfin, dernier clou dans le cercueil des espoirs LR aux élections européennes, Bellamy explique en une phrase conclusive sa vision de l’Europe :

Je suis plutôt Juncker qu’Orban

Voilà, c’est fini. En un instant, en un entretien, en une confession, l’illusion que caressaient certains chroniqueurs, l’espoir des rédactrices versaillaises de Famille Chrétienne, tout ça est parti en poussière. Il ne reste qu’une diffuse odeur de soufre. Et un joli garçon. La politique française va-t-elle désormais se réduire à de faux combats entre beaux garçons ? A vomir.

Marc Sergent pour la Lettre patriote.

Effectivement, il y a beaucoup de naïveté dans ces propos. Même si on peut être d’accord sur le fond avec ceux-ci, il n’en reste pas moins que dans une campagne électorale si on dit la pure vérité … On est mort !

Dernière minute : François-Xavier Bellamy a publié un communiqué pour dénoncer la déformation de ses propos devant des journalistes. La Lettre patriote semble avoir repris des propos tronqués …

Je découvre ce soir, avec étonnement, une dépêche relatant en quelques lignes les échanges que j’ai eus hier avec des journalistes, et qui va manifestement contre le sens de mon propos.

– A l’occasion de cette rencontre, j’ai redit, comme je l’explique sans discontinuer depuis des semaines, qu’il ne peut y avoir une souveraineté européenne puisqu’il n’y a pas de peuple européen, et j’ai rappelé combien ce point me distinguait radicalement de la vision évoquée par Emmanuel Macron dans plusieurs de ses discours, qui décrivaient un projet clair de dépassement des nations. J’ai indiqué qu’à mon sens il ne pourrait y avoir de démocratie européenne que s’il y avait un peuple européen, et qu’aucune décision politique ne pouvait faire exister un peuple unique au mépris de la lente maturation de l’histoire, des cultures et des langues qui font la belle richesse de l’Europe dans la diversité des peuples qui partagent en elle une civilisation commune. Je ne comprends pas qu’on puisse tirer de ce raisonnement très clair une conclusion inverse à celle que je ne cesse de défendre depuis plusieurs semaines.

– Sur Viktor Orban, j’ai expliqué le sens de la présence du Fidesz au sein du PPE, et j’ai expliqué pourquoi, comme Arnaud Danjean, je n’aurais pas voté en faveur d’une procédure contre la Hongrie. Cela ne signifie pas que nous soyons d’accord en tous points avec les politiques menées par le gouvernement hongrois, et j’ai indiqué en particulier que je trouve indignes du débat public les attaques ad hominem que Viktor Orban a mises en scène contre Jean-Claude Juncker ces derniers jours, et qu’à ce titre je me sentais solidaire de ce dernier.

– Le troisième point est le plus significatif : tout le sens de mon engagement dans cette campagne, c’est d’empêcher le débat politique de sombrer dans un affrontement stérile entre « populistes » et « progressistes » – entre l’impuissance des colères et l’inconscience du déni, qui s’alimentent réciproquement. Je ne crois pas que l’avenir de la France sera plus libre et plus prospère en détruisant l’alliance des démocraties européennes, c’est vrai : et de ce fait, je ne me reconnais pas dans la critique systématique incarnée par Marine Le Pen ou Nicolas Dupont-Aignan. Pour autant, croire que l’Europe est nécessaire ne nous oblige pas à poursuivre le projet d’Emmanuel Macron, celui d’une fuite en avant fédéraliste, que personne d’ailleurs ne partage parmi les autres pays de l’Union. Il a proposé à Athènes et à la Sorbonne une vision très explicite, et elle permettra s’il la défend aujourd’hui de susciter un vrai débat ; car cette vision n’est absolument pas celle en laquelle je crois pour l’avenir de notre pays, et de l’Union Européenne. Je ne crois pas, je ne veux pas que l’avenir de l’Europe passe par une dépossession de la souveraineté des démocraties qui la composent – et, comme je n’ai cessé de le dire ces dernières années et de le répéter encore clairement au cours de ce déjeuner, c’est pour cette raison que je ne crois pas en une armée européenne, en un budget de la zone euro, ou dans des élections sur des listes transnationales par exemple…

Tous mes écrits, mes propos, mes choix, confirmeront la constance de cette conviction. Notre ligne est claire : nous voulons agir pour sauver le projet européen de la défiance qu’il suscite, en le remettant de façon pragmatique et efficace au service des peuples européens, au service des citoyens français. C’est ce que nous avons défendu ces derniers jours sur les questions d’agriculture – ce que nous continuerons de proposer face au défi migratoire, à la guerre économique, à la crise écologique… Sur tous ces sujets, nous avons besoin de repenser l’Europe pour nous permettre de maîtriser notre destin, et non de le subir. Tout au long des prochaines semaines, nous continuerons de faire des propositions concrètes et précises en ce sens. Elles iront peut-être au-delà du jeu installé entre « populistes » et « progressistes » ; mais notre avenir mérite bien qu’on ne se contente pas d’idéologies simplistes. Il nous faut une alternative, claire, pragmatique, sérieuse, et authentiquement démocratique. Nous allons la défendre ensemble.

François-Xavier Bellamy

Merci de tweeter cet article :





13 Réponses à “François-Xavier Bellamy trop tendre pour la politique ?”

  1. Richard Mauden dit:

    Fin des UMPS de la droite molle (exit Juppé) cachés chez les LR :
    Ce qui est certain, c’est qu’entre la vision d’Emmanuel Macron et la vision de Marine Le Pen, je serais clairement plutôt du côté d’Emmanuel Macron.
    Je suis plutôt Juncker qu’Orban
    Je suis plutôt Hollande que de Gaulle !

    • Petit à petit, l’oiseau fait son nid(sur ce blog).

      On va bientôt apprendre aussi, mais on s’en doutait déjà, que vous êtes non seulement macro-compatible, mais peut-être également islamo-compatible, si ça se trouve…

  2. Le philosophe a rarement l’instinct du tueur, celui qui permet de réussir en politique. N’est pas Marc Aurèle qui veut.

  3. Esperons qu’il n’en pense pas un mot, et que ce n’est que de la tactique dans une campagne.

  4. JORDAN BARDELLA

    Qui est Bel-Ami? C’est l’ami d’Al Makroen decLarem?

    Moi, je préfère Jordan Bardella.

    Il est temps pour LR de s’allier avec RN… si non après Européenne… ils seront au même niveau que PS ou EELV.

  5. et ce n’est que le début … il va encore en faire des gaffes, en sortir des maladresses qui seront immédiatement reprises par tous ses adversaires …
    Il manque de métier: il aurait dû répondre « ni l’un ni l’autre » et en profiter pour développer ses idées, ou botter en touche …

    Le problème avec ce type de profil, c’est que le milieu politique est cruel, sans pitié, et que ça ne s’improvise pas !
    Dans « l’ancien système », on gravissait les échelons, on se formait, on se forgeait une carapace au contact des anciens.
    Là il est largué dans la fosse au lions, c’est un peu léger ..

  6. J’ajoute, qu’il risque de renvoyer très tôt une décevante image d’amateur qui rendra son message inaudible et découragera les électeurs …

  7. Effectivement, aie et re-aie!
    Impossible pour moi (et nombre de mes amis) de voter pour quelqu’un qui « pourrait » voter macron ou qui est plutôt Junker qu’Orban

    C’est une limite impossible à franchir pour moi.

    Même je ne suis certaine de vouloir voter pour un clone de Marc Aurèle, encore que si nos gouvernants couchaient à même le sol et mangeant simplement pour vivre, cela nous coûterait moins cher que les ors de Élysée, effacés, il est vrai par bribri, elle-même et remplacés par du gris et du blanc…et la vaisselle de Sèvres.
    Mais bon, M Bellamy est chrétien, contrairement à Marc Aurèle qui les a persécutés, les voyant comme des fauteurs de troubles.

    Pourtant, M Bellamy a de bonnes idées, son site fait penser à un jeune homme bien, mais ce genre de discours va faire qu’il va m’être impossible de le « vendre » à mon entourage qui ne peut plus supporter macron et sa clique, et dont l’UE sort par leurs 2 yeux!!

  8. Pour en revenir à ce pauvre Bellamy, l’intellectuel égaré dans la fosse aux lions, pour reprendre l’expression de Pheldge et qui me fait presque autant pitié que Fillon, appelant ses électeurs à voter Macron, au soir de sa défaite au premier tour de l’élection présidentielle, on aurait envie de lui conseiller de laisser sa place à un vrai pro de la politique et à la droite qui l’a désigné comme tête de liste, d’arrêter d’être la plus bête du monde.

  9. Il aurait fallu ajouter le commentaire qu’a fait Bellamy sur Facebook en réponse aux critiques pour être pleinement équitable! Non, il n’a pas la vision fédéraliste de Macron sur l’Europe et n’aurait pas voté contre Orban. Il s’en explique très bien.
    Si son âge pourrait ne pas jouer en sa faveur, il suffit de l’écouter pour être bluffé par sa maturité et ses convictions! Rien à voir avec le p’tit coq national, qui lui a les rênes du pays et abuse largement de ses pouvoirs, comme un gamin capricieux et suffisant. Bellamy est tout son contraire: il ne s’adapte pas à son auditoire, comme l’autre le fait de façon éhontée quitte à dire le contraire de ce qu’il fait. Sa parole est limpide et sa réflexion pesée: ça nous change des campagnes au ras des pâquerettes, et du concert du politiquement correct.
    Pour ma part, la voie qu’il a choisie de défendre me correspond tout à fait et je lui garde toute ma confiance ainsi qu’à Evren et Danjean. Le fait qu’ils remontent dans les sondages excitent les oppositions, qu’elles viennent de leur droite ou de leur gauche.. sans parler des médias qui commencent à s’affoler.

    • « Il s’en explique très bien. » parfait, mais trop tard ! le mal est fait, et les journalistes se réjouissent d’avance à l’idée des pièges qu’ils vont pouvoir lui tendre !
      Encore une fois, s’il veut survivre dans le marigot politique, il doit faire beaucoup mieux !

  10. Un perdreau de l’année envoyé au front!

    Macron et sa campagne permanente tous les jours depuis des mois sur les chaines de tv…….à la radio plus de 14 heures au salon de l’agriculture…..les débats retransmis…….etc…….

    Déjà que je n’ai jamais pu le supporter mais alors là, c’est à vomir, trop c’est trop c’est l’écœurement.
    Je ne suis pas une fan de la tv mais là, je ne la regarde pratiquement plus du tout.

    Pour en revenir au LR!
    Ce faux jeton de Juppé encore ce matin qui en a remis une couche sur macron. c’est vrai, il lui devait bien ça!
    il quitte la vie politique mais continuera son pouvoir de nuisance au CC. C’est certain.

    Copé:
    « Je n’ai pas encore avoir fait mon choix, j’attends de voir cette campagne », a déclaré Jean-François Copé, maire LR de Meaux, sur LCI, tout en soulignant que « la famille des Républicains » était « dans le zig et dans le zag » et que certains LR étaient « ambigus ».
    Lui n’est pas dans le zig ou le zag mais pense uniquement à sa reelection comme maire de Meaux!

    Pécresse? Même faux jeton……..la voilà de retour avec sa mixité sociale et ses ghettos……
    Espece d’opportuniste, il y a une frange de la populace qui se ghettoïse toute seule.

    Les violences en idf augmentent…..
    Pendant le temps que l’on cogne sur les gilets jaunes que l’on les éborgne, les affaires des caids des cités doivent être florissantes!
    Même pas une petite ronde de police!
    Enfin, ce n’est pas de la faute des flics…….mais des politiques.
    Ce sont bien eux qui ordonnent de canarder les gilets jaunes, tous ces petits flics des commissariats avec un brassard orange au bras! Benlalla se serait régaler!

    Les LR c’est cuit pour eux……trop de judas dans leurs rangs qui n’ont pas le courage de rejoindre macron!
    Qu’ils y aillent, ça assainirait le parti!
    Une vrai droite et non une fausse droite avec un discours à l’eau tiède. c’est terminé pour eux comme pour les autres partis, ps etc.….

    Nous gens de droite la vraie,qui nous reste t il?
    Personne.

  11. Tactiquement, c’est une excellente nouvelle pour MLP et NDA car il va capter la « droite molle » déçue de la Macronie et décider l’aile droite de LR à suivre la voie tracée par l’un des transfuges, Thierry Mariani.

    Pour LR, le gain peut être supérieur que la perte à droite, pour Macron,. c’est de la perte sèche et pour MLP et NDA, c’est un gain certain.

    Sans alliance, tactiquement, la droite française ne peut que gagner en poussant le pouvoir dans ses derniers retranchements en période de crise des gilets jaunes qui s’amplifiera à l’issue du « grand débat » en « grande débâcle »…

    Si LR se droitisait, il céderait la droite molle à Macron, sans gain à droite ce qui rendrait hégémonique LAREM. Sans programme clair et pour les Européennes, il ne faut pas dévoiler son jeu.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *