François-Xavier Bellamy : un déferlement d’intolérance!

Publié par le 30 Jan, 2019 dans Blog | 8 commentaires

François-Xavier Bellamy : un déferlement d’intolérance!

Un véritable suicide collectif !

Certains responsables politiques des Républicains semblent vouloir s’écrier ensemble :

Plutôt mourir que s’avouer de droite !

La gauche est morte, mais après des décennies de noyautage idéologique de tous les corps intermédiaires (médias, syndicats, éducation, justice), elle laisse à sa place une droite honteuse qui n’ose plus se dire de droite.

Les réactions au sein des Républicains après la nomination de François-Xavier Bellamy en tête de liste pour les élections européennes sont hallucinantes. Il s’agit de l’élection des députés au parlement européen qui auront à légiférer au niveau européen et n’ont pas compétence à traiter des sujets de société au sein de chacun des pays.

Et pourtant, les seuls reproches qui sont faits à François-Xavier Bellamy portent sur ses convictions intimes notamment sur l’IVG, le mariage pour tous et la PMA. Tous des sujets qui n’ont rien à voir avec l’élection européenne.

Ces réactions politiques sont irresponsables car elles vont alimenter les médias qui – on le constate dès aujourd’hui – vont focaliser leurs questions (et leurs commentaires critiques) sur ces convictions conservatrices et occulter le programme européen que défendra le candidat Bellamy.

En voici un florilège :

Rachida Dati : Ses convictions personnelles ne sont pas les miennes. Elles ne seront jamais les miennes !

Christian Estrosi : Je m’intéresse à sa personnalité : quelqu’un d’extrêmement conservateur, qui a des positions que je ne partage pas du tout, sur l’IVG, sur le mariage pour tous, sur la PMA !

Eric Woerth : Monsieur Bellamy représente une toute petite partie de la droite qui amène un certain nombre de débats qui n’ont pas leur place dans le débat européen.

Gérard Larcher : François-Xavier Bellamy, pour moi, ne cochait pas, ne coche toujours pas toutes les cases pour être une tête de liste pour rassembler une famille politique qui est diverse. Bellamy n’était pas mon choix, je l’ai dit depuis plusieurs semaines, nous ne partageons pas les mêmes conceptions, une vision de la société, mais c’est un homme de qualité.

Les adversaires des Républicains ne sont pas en reste !

Xavier Lagarde : La direction des LR a confié la liste à l’extrême droite. C’est désormais la liste de Sens commun avec M. Bellamy, car on peut toujours ajouter tout ce que l’on veut derrière, mais le choix de la tête de liste et la ligne politique choisie sont le contraire de ce qu’ont toujours porté Chirac et Sarkozy, sans parler d’Alain Juppé.

Yannick Jadot : quand vous voyez que les Républicains fassent le choix d’une personne qui s’aligne sur cette vision totalement archaïque de la société, de la famille, de la tolérance, je trouve que c’est une responsabilité très lourde. […] Donc on a une sorte de national-populisme, de réactions sur les enjeux de société. C’est dangereux !

Le point godwin est atteint avec Yannick Jadot avec le slogan sous-jacent : Bellamy – Hitler, même combat !

Christian Estrosi a oublié d’où il vient !

Je voudrais terminer cet article désespérant pour le militant que je suis, par le cas du triste sire qu’est Christian Estrosi. Je suis assez âgé pour me souvenir qu’il y a quelques dizaines d’années, le même Christian Estrosi qui se drape aujourd’hui dans les valeurs du progressisme de gauche, appartenait à l’aile la plus à droite du RPR et n’hésitait pas à composer, à Nice, avec le Front National local !

La preuve en est apportée par cet article du site Street Press paru en juillet 2014 et intitulé :

Que faisait Christian Estrosi sous une banderole du FN ?

Un article dont voici quelques extraits :

La photo date de 1988. Sous une banderole du FN, Christian Estrosi mais aussi le député UDI Rudy Salles. Sur StreetPress, Jacques Peyrat, ancien maire de Nice et député FN, décrypte la photo et ouvre la boite à souvenirs.

Christian Estrosi, costume impeccable, patiente sous une banderole… du Front National. La photo date des années 1980, mais depuis quelques jours elle resurgit sur les réseaux sociaux. Depuis lundi exactement, jour du dernier match de l’Algérie. Une rencontre pour laquelle le maire de Nice avait pris un arrêté municipal « interdisant l’utilisation ostentatoire de tous les drapeaux étrangers sur l’hypercentre ». Christian Estrosi, proche du Front National ? Rien de nouveau sous le soleil de la promenade des Anglais. C’est en tout cas ce que semble dire cette photo sans légende.

Mais que faisait tout ce beau monde sous une banderole du Front National ?

La réponse nous vient de Jacques Peyrat, à l’époque député Front National, qui se souvient bien de cette manifestation qu’il avait organisée en 1988 :

« C’était une manifestation pour la Nouvelle Calédonie organisée à la suite des événements qui s’étaient passés là-bas à la grotte d’Ouvea [en 1988, ndlr]. Un rassemblement monté par le Front National dont j’étais le responsable à l’époque, d’où la bannière. Le Maire [Jacques Médecin, ndlr] était venu à cette manifestation et tous ses séides avaient suivi. »

Et d’identifier sur la photo, en plus des personnalités évoquées plus tôt, plusieurs responsables locaux du RPR et, « à l’extrême droite sur la photo », deux cadres du Front : L’ancien suppléant de Jean-Marie Le Pen, le mégretiste Jean-Paul Ripoll et le conseiller régional Jean-Pierre Gost.

Un coup monté ?

Le député centriste Rudy Salles a un tout autre souvenir des événements. Selon son entourage, il aurait été piégé: « Des militants du FN ont brandi la bannière juste au moment de la photo », nous dit un proche.

Contacté par StreetPress, Christian Estrosi n’a pas donné suite à nos demandes d’interview.

Mathieu pour Street Press.

En politique comme en religion, les convertis sont les plus radicaux ! Christian Estrosi qui ne cesse de faire des courbettes devant Emmanuel Macron, est le cas typique de l’homme politique sans foi ni conviction.

Tout ceci est à vomir !

Que fait encore Estrosi dans les rangs des Républicains ? Qu’il se mette En Marche !

Merci de tweeter cet article :





8 Réponses à “François-Xavier Bellamy : un déferlement d’intolérance!”

  1. Richard Mauden dit:

    C’est toujours la même histoire qui continue !
    Le rassemblement de la Manif’ pour tous a ravivé la polémique sur le nombre de participants : 70.000 selon la police, 500.000 selon les organisateurs. Parce qu’une mobilisation se juge sur sa fréquentation, le comptage revêt une importance symbolique pour les parties qui s’opposent.
    Avec la manifestation contre le mariage gay, la polémique a pris un tour particulièrement vif. Il est difficile de juger fidèlement l’affluence d’une manifestation. Il est intéressant de se pencher sur les méthodes de calcul. Depuis le doigt mouillé jusqu’au gadget hyper technologique, chacun le fait comme il le sent.
    La combinaison de modèles théoriques : C’est une combinaison de modèles théoriques que les organisateurs de la « Manif pour tous » brandissent pour justifier le chiffre, contesté, de plus d’un million de manifestants sur le Champ de Mars dimanche 13 janvier. Leur méthodologie a été fixée par le général Bruno Dary, ancien gouverneur militaire de Paris. Le premier modèle est ce qu’ils appellent les « flux globaux ». Bruno Dary explique : « Quand le début du cortège arrive sur le lieu de rendez-vous et que la fin du cortège quitte le point de départ sur un trajet de quatre kilomètres, on compte environ 130.000 manifestants. »
    Le « flux horaire » d’une manifestation, c’est 50.000 à 60.000 personnes qui défilent en une heure. Ces techniques ne semblent pas tenir compte de paramètres déterminants, comme la largeur de l’avenue. Leur troisième méthode est celle de la CFDT. Les organisateurs considèrent que le Champ de Mars peut accueillir 700.000 personnes, or ils l’estiment rempli hauteur d’une fois et demi, ce qui revient à dépasser le million.

  2. Je m’en doutais un peu, car M Bellamy est quelqu’un de bien, absolument pas dans les traces macronesques…
    Donc, pas où la soupe est servie en ce moment.

    Il faudrait un tsunami pour emporter tous ces vieux rancis de la politique politicienne,qu’ils soient de droite ou de gauche, pour qui « le pognon de dingue » des autres est fait pour aller dans leurs popoches à eux.

    Comme ces pervertis n’ont aucune idée pour redresser la France (je me demande même s’ils cherchent tant certains sujets ont une réponse évidente… notamment où trouver les économies à faire), ils polémiquent sur des sujets « sociétaux », espérant ainsi à la fois:

    — Noyer le poisson (c’est à dire cacher leur incompétence)

    — Se faire bien voir des gens à la mode : « pipoles » LGBT,

    — Se faire bien voir des minorités agissantes (les GJ, on le sait bien ne sont pas minoritaires, puisque soutenus par -encore malgré les enfumages de la presse aux oredres pour les amalgamer avec les caseyeurs notoirement de gauche!!- à 65%, chiffres officiels)

    — Se faire bien voir, notamment ici, des populations qui nous colonisent en tapant sur un chrétien qui, bien que philosophe, connait encore la physiologie des mammifères et connait l’histoire de la Planète et l’histoire des décadences, décadences qui commence toujours par une dégradation des meurs !

    Ne reste plus que la petite phrase assassine de Juppé droit dans ses bottes et de Bayrou de secours….

    Plus on tapera sur M Bellamy, plus le peuple le mettra aux Nues..
    Enfin je l’espère, car parfois je mets en doute l’esprit d’analyse de mes compatriotes.

  3. Richard Mauden dit:

    Jacques Pezet sur Libé : On comprend que François-Xavier Bellamy, fervent catholique, revendique le fait que le «christianisme dit la vérité», dans le sens, où il le considère comme universel et non pas variable, comme une valeur ou une conviction. Il finit son intervention en distinguant les Chrétiens des autres citoyens : «Nous ne sommes pas là pour défendre nos convictions. Laissons cela aux autres, laissons cela à ceux qui ne défendent que leurs intérêts, laissons cela à Christiane Taubira, à Vincent Peillon. Laissons-les défendre leurs convictions. Nous servons le bien de l’homme, nous servons le bien de tout homme, et aucun autre but n’est suffisamment grand pour nous.»
    Claire Underwood‪@ParisPasRose‬
    « Il n’y a qu’une seule bonne raison de croire au Christ, et cette seule raison c’est la certitude que le christianisme dit la vérité. »
    Démarrage de campagne sur les chapeaux de roues pour François-Xavier Bellamy, tête de liste @lesRepublicains pour les #Européennes.

  4. Il me plait bien ce jeune philosophe, il parle un langage clair et non le gloubi-boulga de l’homme politique moyen. Mais à une époque où tout se décline en slogans courts et secs, j’ai bien peur que ses fines analyses passent un peu inaperçues.

  5. Très heureuse que nous ayons enfin une représentation à droite ! J’avais peur soit de devoir m’abstenir, soit de devoir voter pour le RN !

  6. Il va avoir du paiun du la planche ce jeune polticien, et combattre le retour possible de 130 assassins parties faire le djihad, pour combattre la France, et tous les francais:

    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2019/01/30/31001-20190130ARTFIG00108-avons-nous-vraiment-les-moyens-de-rapatrier-130-djihadistes-en-france.php?redirect_premium

  7. Pour ce qui est de la 5éme colonne Macro-Juppéiste, leur collusion, pour certains, est double voire triple:
    – avec Castaner qui s’ est retiré pour permettre son
    élection à la présidence de la région P.A.C.A.
    – avec les medias, en impliquant de plus en plus son épouse
    en politique et vice versa (francetv et sudradio)
    – avec la « Macronie » en s’engageant en faveur de « Manu »,
    s’être réjoui du très bon score du président dans sa
    région et particulièrement à Nice, en s’opposant aux LR
    sur la liste aux Européennes et sur le rapatriement des
    franco-djihadistes.

    J’évoque bien sûr M. Estrosi qui, moins de 18 mois après son élection à la présidence de la région P.A.C.A ayant entraîné la nulle représentation de la gauche au conseil régional, a démissionné pour « se consacrer » à la ville de Nice.
    Ce franc-macon motocycliste a déjà trop amorcé son virage à gauche et a auparavant préféré la région en demissionnant de sa députation lors de la loi sur le cumul des mandats.
    Cette loi l’a contraint à cocufier les électeurs de sa circonscription puis de sa région pour lesquels il n’avait d’égards que le pouvoir et l’argent qu’ils lui octroyaient via son avidité cumularde.
    Je me demande ce qu’attend « Manu » pour lui offrir un poste cousu d’or, compatible avec sa vie de mari et père soixantenaire, pour récompenser son confrère du clan des conjoints intergénérationnels des preuves d’amour qu’il a eu à son égard.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *