Justice : si on voulait, on pourrait ! (suite)

Publié par le 22 Fév, 2020 dans Blog | 5 commentaires

Justice : si on voulait, on pourrait ! (suite)

Dans un récent article, je relayais un édito de Guillaume Roquette qui dénonçait le deux poids, deux mesures qui règnait  dans le traitement de la délinquance par la justice.

Je tombe ce matin sur un article paru sur Boulevard Voltaire et écrit par un avocat, Bernard Hawadier. Un article qui pointe, lui aussi, le deux poids deux mesures, mais cette fois-ci dans le domaine du viol du secret de l’instruction.

J’ai toujours été choqué, notamment dans les multiples enquêtes qui ont pris Nicolas Sarkozy pour cible, de trouver dans la presse (souvent de gauche : Le Monde, Canard enchainé, Mediapart, etc …) dès le lendemain le compte rendu des interrogatoires.

C’est totalement contraire à la loi et tout le monde – politiques, magistrats, avocats et journalistes inclus – s’en accommode. Le problème est encore aggravé par le fait que tous les « interrogés » ne sont pas logés à la même enseigne !

Voici ce qu’en dit Bernard Hawadier :

Violation du secret de l’instruction : deux poids, deux mesures ?

Un de mes confrères, Monsieur le Bâtonnier Jean-Louis Keita, vient d’être mis en examen et placé en détention à Aix-en-Provence. On lui reproche d’avoir divulgué des informations sous couvert du secret de l’instruction, au profit d’un client extérieur, pour qui ces informations étaient particulièrement précieuses et utiles. J’ignore ce qu’il en est de sa réelle implication, de sa responsabilité voire de sa culpabilité. Ces faits peuvent être graves.

Cela ne m’empêche pas d’être doublement scandalisé. Pourquoi ?

Cet homme, présumé innocent, est cloué au pilori et traité comme un malpropre. Incarcéré comme tous les malfrats qu’il a eu l’honneur de défendre avec talent pendant sa longue et belle carrière ! Il y de la démesure dans sa détention, qui vient pourtant d’être confirmée par la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence ce 19 février, comme le rapporte Le Monde.

Mais surtout, je suis dans une colère noire à cause de l’hypocrisie persistante de notre système judiciaire. Je m’explique. Volontairement, les avocats de notre confrère ont demandé à ce que l’audience devant la Cour d’Appel, au cours de laquelle fût évoquée sa demande de mise en liberté, se déroule à huis-clos. Le Parquet général s’y est opposé. La Cour l’a néanmoins ordonné.

Et voilà que le lendemain matin le journal La Provence donne tous les détails de l’affaire et divulgue même une partie du déroulement de l’audience. C’est insupportable ! Cela signifie que soit un magistrat soit un greffier a divulgué ces informations à la presse, violant ainsi à son tour le même secret de l’instruction au titre du respect duquel notre confrère a été placé en détention.

Pourquoi la presse continue-t-elle d’avoir le droit de violer le secret de l’instruction, dont on maintient l’application contre vents et marée, et à juste titre, tant il est nécessaire ? Pourquoi y a-t-il deux poids deux mesures ? Les journalistes seraient-ils au-dessus des lois ?

Cela fait longtemps que l’on parle du pouvoir de la presse. On l’évoque dorénavant au même titre que les trois pouvoirs : exécutif, législatif et judiciaire. Mais jusqu’à nouvel ordre il n’est pas encore inscrit de la constitution. Les journalistes ne disposent d’aucune espèce de dérogation légale. Pourquoi n’impose-t-on pas le respect de la loi à la presse ?

Il y a une solution pourtant simple. Il suffit de poursuivre tout responsable de rédaction dont le journal a publié une information couverte par le secret, du chef de recel de secret de l’instruction. Le problème serait réglé.
A l’évidence le pouvoir exécutif ne le veut pas. Le pouvoir judiciaire lui donne la main… « On » distille les informations que l’« on » décide de divulguer jouant ainsi avec ce quatrième pouvoir tant craint et devant lequel nos édiles font leurs dévotions tous les matins !

Bernard Hawadier pour Boulevard Voltaire.

ET oui ! Si on voulait, on pourrait ! Mais on ne veut point !

Merci de tweeter cet article :





5 Réponses à “Justice : si on voulait, on pourrait ! (suite)”

  1. Tous sont complices pour faire régner leur « justice » et plus le temps passera, plus cela empirera, et l’on verra que ce sera la loi du plus fort servant leur propre idéologie et écrasant, au nom de la fausse justice, tout ce qui leur ferait obstacle.

    Cela ne fait que commencer.

  2. Surtout si le batonnier « tire » a droite…
    C’est la meme chose contre les personnes pas assez a goche ou a droite…

    La violation du secret et le battage mediatique gochiste, permet aux pseudos juges d’etre plus clement ou plus servere voire injuste contre tel ou tel individu…

    D’avance les des sont completement trucqués par des individus souvent peu respectables.

  3. C’est une histoire taubiresque !

  4. Encore une fois, le RN/FN se plaignait depuis des décennies de l’acharnement judiciaire dont il était victime, la droite qui se définissait de gouvernement, en a bien profité durant les alternances droite/gauche.
    Tout comme les barrages anti-FN de l’époque et les radiations des auteurs d’alliance avec le diable, à force de jouer avec les suffrages, peurs, naïveté et leur sécurité en se servant « injustement de la justice », le boomerang vous rattrape ou la corde casse.

    Effectivement, l’abus des juges mais aussi des journalistes intéresse de plus en plus les électeurs et des mesures seront exigées par ceux-ciun jour.
    Ceux qui ont favorisé le renouvellement de la classe politique et qui s’en sont réjouis dans leur grande majorité, pourraient bien subir les foudres des cocus des urnes!!!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *