La France bascule dans « l’administrativisme castriste »

Publié par le 21 Nov, 2020 dans Blog | 14 commentaires

La France bascule dans « l’administrativisme castriste »

« Les Français sont des veaux ! »

Cette déclaration, prêtée au général de Gaulle, n’a jamais été aussi vérifiée qu’en ces temps de pandémie !

Pour une maladie qui tue de manière très faible et qui ne menace véritablement qu’une partie très réduite de la population, le pouvoir a réussi à imposer aux Français deux confinements de toute la population !

Mais où sont passés les Gaulois réfractaires ?

Pour deux points d’augmentation du prix de l’essence, les Gaulois de la France périphérique avaient pris d’assaut les ronds-points et les avaient occupés pendant des mois.

Et aujourd’hui, un pouvoir déjà affaibli a réussi l’exploit de confisquer les droits les plus élémentaires sans pratiquement de réactions autres que celle du « Savant de Marseille » (© Canteloup) armé de sa potion magique..

La méthode utilisée : terroriser la population en faisant intervenir pendant des mois, chaque soir à 19H sur toutes les chaines d’infos, un croque-mort qui égrainait lugubrement le nombre de contaminés et de morts de la journée !

Et cette puissance retrouvée est montée à la tête du pouvoir !

Voilà qu’il repousse le Black Friday, qu’il décide si on va pouvoir acheter ou non des sapins pour Noël, et nous impose de remplir ces humiliantes attestations de sortie !

Je vous laisse avec Charles Consigny qui nous dit que la République française ressemble de plus en plus au régime castriste :

Mais un jour, toutes ces humiliations ne se retourneront-elles pas contre le pouvoir ?

2022 risque d’être sanglant !

Pour terminer, voici André Bercoff qui se paye le croque-mort cité plus haut :

Merci de tweeter cet article :





14 Réponses à “La France bascule dans « l’administrativisme castriste »

  1. Il y a des morts de covid et puis il y a des morts des décisions politiques. Merci de ne pas mélanger les deux! Alyson n’est pas une victime du covid. Elle était jeune, en bonne santé, elle avait un travail et une vie devant soi, elle a créé son propre business et n’a rien demandé à l’état. C’est l’état qui l’a tué, comme tous ceux qui comme elle ne se sortent pas, mais pas à cause du virus mais bien à cause des décisions des politiques. Tous ceux qui vivront le reste de leur vie pour payer ses dettes au lieu de profiter du fruit de leur travail. Tous ceux qui auront du mal à avancer à cause de la déprime et anxiété du au confinement. Tous ceux qui décéderont ou auront des problèmes à vie, car non soignés pour autres maladies. Et (presque) tous les autres qui payeront pendant des décennies voire pendant des générations la crise qui va nous tomber dessus. Tous ces gens là ne sont pas les victimes du virus mais bien des décisions prises par le(s) gouvernement(s). J’aurais bien aimé qu’il se trouve quelque part 1 journaliste, juste un qui oserait mettre les gouvernements face à leur responsabilité et qu’insisterait pour avoir la réponse à qu’est-ce qui justifie de sauver un malade de covid de 85 ans en tuant une fille de 24 ans en bonne santé???

    • Cette jeune femme était une indépendante, ce qui est inconcevable dans un Etat administré. L’indépendance se paie cher, de nos jours.

      Dix suicides chez France-Telecom valent des procès aux dirigeants, les suicides d’indépendants ou de paysans, bien plus nombreux, n’intéressent personne.

      • Je me suis emportée comme d’habitude…
        Ce que je voulais dire c’est que la mort de cette jeune femme est une conséquence directe des décisions prises par le gouvernement belge mais les médias parlent d’encore une victime de la pandémie. C’est ça qui me met en rage

    • Qu’est-ce qui justifie de sauver un malade de covid de 85 ans en tuant une fille de 24 ans en bonne santé???

      Je pense qu’on eut faire les 2!

      1– Sauver cet ancien de 85 ans en autorisant son médecin à lui prescrire la potion du Druide de Marseille, qui fonctionne très bien si on le donne de façon précoce, à domicile, même aux personnes âgées.
      En lui permettant d’avoir de l’oxygène à domicile, si nécessaire (c’est possible de louer des bouteilles d’oxygène chez un prestataire, voire chez son pharmacien)

      Ceci parce que je ne vois pas en quoi la morale -et l’éthique- permettrait de tuer un malade avec une injection de Rivotril (Contre indication majeure : insuffisance respiratoire)ou de Midazolam (idem)
      Et que les pseudos médecins ne me racontent pas que les benzodiazépine enlèvent les douleurs du Covid!

      2–Et, parallèlement, arrêter ce con-finement inutile (voire négatif puisqu’il empêche la fameuse immunité de groupe que ces gouvernements de mafieux disait attendre avant de pouvoir chanter victoire!).

      Ce qui aurait permis à cette charmante jeune fille de pouvoir continuer à travailler sans problèmes!
      Et donc de ne pas déprimer au point de se suicider.

      Et ceci, sans masques.
      Certaines études disent qu’ils ne servent à rien (comme c’était écrit sur les boites, mentions que ces mafieux ont fait supprimer sur les nouvelles boites!), voire sont nocifs.
      D’autres études vont jusqu’à parler d’électro-statisme qui permettrait aux virus collés sur les postillons de se mettre sur les particules solides qui ne pourraient plus passer au travers des pores des masques, des virus qui préfèreraient se coller aux fibres des masques plutôt que de passer par les pores….(malins les virus)
      Parfois ces études sembleraient logiques, parfois elles sont véritablement absurdes.

      Pour ma part, je ne puis donner un avis scientifique, autre que ce qui est écrit sur les boites qui ont été vérifiées conformes à la norme….(norme sans doute modifiée pour la circonstance)et que j’ai respecté pendant des années de travail à l’hosto…

      • -Je pense qu’on eut faire les 2!-

        Peut être, je n’en sais rien. Je ne suis pas qualifiée pour en juger.
        Alors je prends les infos données par le gouvernement, histoire d’éviter de voir le débat virer dans les eaux complotistes et être disqualifiée d’office.
        D’abord, je sais que chaque mort est difficile à vivre pour les proches, peu importe l’âge du décédé. Mais à un moment donné il va falloir s’y faire à l’idée qu’on va tous mourir. Sans exception et peu importe qui sera au gouvernement. On sera tous d’accord qu’il vaut mieux s’en aller à 85 ans qu’à 23.
        Ce que je demande c’est qu’on mette sur la balance d’un côté ce qu’on a gagné avec les décisions du gouvernement et de l’autre côté ce qu’on a sacrifié. Parce que la personne de 85 ans qu’on a « sauvé » décédera dans 6 mois de la grippe. Ou dans 1 an d’une crise cardiaque. La jeune fille elle a perdu 60 ans mais pas que, aussi ses proches, ses amis, ses clients, les enfants qu’elle aurait eu … Quand il aurait suffi que la personne fragile s’isole elle même pour permettre aux autres de vivre normalement.
        PS (post scriptum, pas parti socialiste): A la prochaine épidémie de grippe, comment vont-ils justifier aux morts qu’eux ne méritaient pas un confinement pour les sauver?

        • Pardon d’avoir écrit « eut » au lieu de « peut », mais vous avez compris.

          Pour moi, praticienne hospitalière ayant travaillé en Soins Palliatifs pendant plus de 10 ans, la vie est respectable quelque soit l’âge et la condition de vie de l’être humain.

          Toute personne en vie, fusse un minute avant son dernier souffle est digne de vivre donc d’être aimée et par conséquent soigné.

          Il n’y a pas de hiérarchie suivant l’âge, le sexe, le milieu culturel la « race » pour un soignant.

          La famille de cette personne de 85 ans a perdu une mère (ou un père), une grand mère, une tante.
          L’entourage a perdu une amie.

          Oui, on peut faire les 2!

          Soigner notre ancien et arrêter un confinement- non finement fait et n’ayant plus aucun intérêt si tant est qu’il en est eu un, puisqu’il nous prive d’avoir une immunité de groupe, il nous prive de tendresse, d’affection, qui sont nécessaires pour avoir un bon système immunitaire.
          (et c’est prouvé par étude randomisée.. avec des singes! Et confirmé par les problèmes des enfants séquestrés sans affection dans les orphelinats de Roumanie sous Ceausecu, entre autres )

          Par pitié pour vous, ne prenez pas les infos données par le gouvernement, histoire d’éviter de voir le débat virer dans les eaux complotistes et être disqualifiée d’office.

          Il ne s’agit pas de complotisme de ma part (et de nombre de mes anciens collègues -je suis retraitée depuis 3 ans-) mais du vécu de terrain.

          Les experts auto-nommés n’ont, à mon avis, pas vu de malades depuis la fin de leurs études (donc de leurs stages) et parlent en fonction des royalties qu’ils vont recevoir de leurs chefs et des labos.

          Ensuite, il s’agit d’éthique (pas des tiques, comme me l’avait dit une fois l’une de mes élèves infirmières, lorsque j’avais demandé la définition d’éthique)
          Éthique qui met de l’humain dans la loi.
          Taper sur Google : « triangle de Ricoeur » vous pourrez méditer dessus.
          Par ailleurs, vous constaterez qu’il est peut probable que macron fut son disciple, mais plutôt celui qui vidait sa corbeille à papier, sans lire les brouillons chiffonnés, qui + est!)

          Alors désolée, pour vous, mais quelque soit l’âge de la personne devant moi, je soigne!

          Et puis, comment pouvez vous savoir qu’à 85 ans on mourra de la grippe (il est vrai aussi mortelle que le Covid!!) ou d’une crise cardiaque 1 an après?

          Et comment pouvez vous savoir si cette pauvre jeune femme, morte à cause des idioties dictatoriales gouvernementales macroniennes, ne se serait pas fait écrasée en traversant la rue devant chez elle 2 jours plus tard?

          Rassurez vous : je tente de faire ce que je peux pour que les petits commerçants puissent vivre, même si ce n’est qu’à ma toute petite échelle (je consomme peu), car, je trouve scandaleux, comme vous, que la bande de brèles macronienne instaure une dictature qui conduit des entrepreneurs (de tous âges) au suicide!

          Et j’espère que ces minables se retrouveront un jour devant un tribunal.

          De plus je ne vois pas le rapport avec le con(non)finement et les soins en hôpital d’une personne âgée!

          Lorsqu’on supprime des lits et du personnel (MMe Buzyn a dit à l’une de mes collègues, lors d’une intervention de cette petite dame dans notre région, « : il ne s’agit pas d’un manque de moyen finanacier, pateriel ou de personnel, mais un problème de management! Vous pouvez faire plus avec moins »)-encore depuis mars!!!-, voilà où on arrive!
          Nécessité de choisir en fonction de l’âge…. et autres critères stupides, et en euthanasiant, cela va plus vite et coûte moins cher.

          Ma réponse est longue, eproportionelle à la colère voire à la haine que j’ai pour ces gouvernants.

          • financier et matériel… pardon

          • Je pense qu’on se rejoint sur pas mal d’arguments comme l’incompréhension de ces mesures autodestructrices qu’on nous impose. Je vais essayer de vous répondre en ce qui concerne les quelques points où nos opinions divergent.
            Dans mon commentaire je ne parlais pas de personnes qu’il faut ou pas soigner à l’hôpital, mais comme vous avez abordé le sujet … En tant que soignante vous consacrez la même attention à chaque patient peu importe son âge ou condition et je vous dis bravo et heureusement qu’il y ait des soignants comme vous. Dans un monde parfait, il n’y a pas de débat. On soigne tous, de mieux qu’on peut et on donne tout ce qu’on a à chaque patient. MAIS. Même si la santé n’a pas de prix, elle coute très cher. Et comme l’argent ne pousse pas sur les arbres et on en a une quantité limité, on doit choisir où on va le dépenser. Je sais que ça parait très froid mais c’est la réalité. Combien coute par jour de garder une personne âgée en soins intensifs sous respiratoire et autres engins en sachant qu’elle a des chances infimes de s’en sortir? On pourrait utiliser cet argent pour financer des repas sains dans les écoles ou des cours de sport pour ceux qui ne peuvent pas se les payer ou encore engager des infirmières pour les soins intensifs … C’est un sale boulot de devoir faire ce genre de choix, mais quelqu’un doit le faire.
            En ce qui concerne l’utilité du confinement, on est d’accord sur toute la ligne. Je crois que sur ce point là, tout le monde à perdu la tête. Ou pire …
            Sur les informations du gouvernement, je vous rassure, je leur fais pas confiance, au point que s’ils disent bonjour je sors avec un parapluie. Ma démarche était plutôt dans le sens « même pas besoin d’utiliser les infos alternatives, déjà avec les infos officielles il y en a assez pour tous les pendre. »
            Comment je sais que la personne de 85 ans mourra avant celle de 23? Je ne le sais pas mais statistiquement c’est plus probable. Et c’est de ça qu’il s’agit. Gouverner c’est prévoir et comme les gouvernements n’ont pas de boule de cristal, ils utilisent les différents outils comme la statistique pour anticiper au mieux les éventements et s’y préparer. (en tout cas en théorie). Ergo, si je dois faire un choix, et in fine c’est de ça qu’il s’agit, je vais privilégier la vie de la femme la plus jeune. Mais ça c’est mon opinion. Quelqu’un va dire qu’il faut tirer au sort. Un autre va dire on va voter et voir qui a plus de proches … peu importe, le choix ne sera jamais bon. C’est un sale boulot de devoir faire ce choix mais quelqu’un l’a fait. Ce que je demande c’est qu’il assume.
            Vous demandez où est le rapport avec le confinement et les soins en hôpital d’une personne âgée! Bah, il y en a pas! Je n’ai pas parlé de ça mais du fait de confiner des personnes saines, les empêcher de travailler, aller à l’école, faire tourner l’économie etc. pour essayer d’éviter que des personnes fragiles (dont la personne de 85 ans que j’ai pris pour exemple était le modèle type) ne doivent pas y aller (à l’hôpital, pas travailler). Donc voilà le cœur de mon argument. Ils ont CHOISI de détruire tout un pan de la population pour soi disant diminuer les risques d’une minorité (dieu, que je déteste ce mot). Depuis les premiers jours de la quarantaine en mars je posais la questions pourquoi ne pas isoler que les personnes à risque. J’attends toujours la réponse.
            C’est clair que c’est pas facile de faire ce genre de choix mais ils ont tout fait: menti, trompé, triché pour avoir ce job. Ils ont fait leurs choix, et leurs choix ont et auront des conséquences encore longtemps. Tout ce que je demande c’est qu’ils assument. Et quand je les entends se plaindre comme quoi c’est pas facile j’ai envie de crier. Ils n’ont pas les salaires qu’ils ont et les privilèges qui vont avec parce que le job est facile. Prendre des décisions c’est facile. Prendre des bonnes décisions pas si facile. Répondre pour les tragédies qu’on a causées avec ses mauvaises décisions c’est impératif!

  2. La Gigantesque Arnaque du COVID 19 L’Association des officiers de réserve de l’Armée Française la pandémie du COVID-19 a un agenda caché pour le totalitarisme mondial, la nanotechnologie de tous, l’irradiation 5G et le génocide.

    12 OCTOBRE 2020 ~ MICHEL DUCHAINE
    https://michelduchaine.com/2020/10/12/la-gigantesque-arnaque-du-covid-19lassociation-des-officiers-de-reserve-de-larmee-francaise-la-pandemie-du-covid-19-a-un-agenda-cache-pour-le-totalitarisme-mondial-la-nanotechnologi/

    Un document récemment publié dans le but d’informer le public a récemment circulé en ligne, offrant un aperçu plus approfondi de ce qui pourrait vraiment se passer derrière la façade publique de la pandémie COVID alors que ses fabricants (OMS / Gates / CDC et consorts) appellent à s’unir pour «combattre le virus». Les officiers de la Réserve de l’armée française qui sont l’auteur de ce document ont mené une enquête de 50 jours sur toutes les questions COVID et ont conclu qu’il y avait un ordre du jour sinistre plus vaste derrière les mensonges et les fausses déclarations de vérité qui ont marqué la couverture du COVID et la 5G, et que cet ordre du jour comprend le déploiement du totalitarisme mondial, le «puçage» de toute l’humanité avec des vaccins à ARN infusés de nanotechnologies avec la double fonction de transhumaniser ou de modifier synthétiquement le corps et le cerveau humains avec des nanobiocapteurs et des nanomachines tout en implantant des trackers GPS ou des RFID nanotechnologiques, préparant les humains à une vie complètement surveillance, avec le contrôle et la modification cellulaires et neurologiques, ainsi que la connexion des cerveaux à « un esprit de ruche » central ou à un cerveau Internet. Cela va au-delà de ce qu’a imaginé Orwell sur la prise de contrôle humaine de la science-technologie.

    La préface d’ouverture comprend une note du chef du groupe d’enquête déclarant qu’ils ont trouvé « l’identification d’une corruption évidente et d’un programme contraire au bien-être public, aboutissant à une intention criminelle et génocidaire, et la mise en œuvre d’un État totalitaire ».

    Lorsque vous lirez ce document, vous comprendrez qu’il n’a pu être rédigé que par des personnes professionnelles, bien informées et éduquées. À mon avis, ils comprennent des médecins, des avocats et des officiers de l’armée. Ils ont clairement eu accès à des personnes conscientes des objectifs «inavouables» des auteurs de cette escroquerie. »

    Je vous en livre l’introduction et la conclusion.

    Il est triste de constater que ce document a fait le buzz sur les sites anglophones, et en d’autres langues, alors que je n’en ai pas trouvé trace sur les sites francophones, sauf chez les Grands Médias Menteurs (AFP,…) qui, naturellement, déclarent que c’est un document faux. Il m’a fallu bien chercher pour en trouver une copie en pdf, dont la référence est ci-dessous.

    https://fr.scribd.com/document/471028568/Rapport-d-enquete-d-un-groupe-d-officiers-de-reserve-sur-la-pandemie-de-COVID-19-et-ses-liens-avec-le-SARS-CoV-2-et-d-autres-facteurs#download

    Des cadres de réserve ont enquêté pendant 50 jours pour clarifier les problématiques liées à la «pandémie» de 2020. Le Rapport rendu a été interdit de diffusion pour l’instant. Toutefois, devant l’urgence et la gravité des faits, nous avons choisi de le communiquer tout de même à la société civile. Vous avez entre les mains la version «grand public» expurgée des références au Groupe et des sigles de l’Unité.

    RAPPORT D’ENQUÊTE D’UN GROUPE D’OFFICIERS DE RÉSERVE SUR LA PANDÉMIE DE COVID-19 ET SES LIENS AVEC LE SRAS-COV-2 ET D’AUTRES FACTEURS

    Le 13 mai 2020

    Conformément à vos instructions et en vous transmettant le présent Rapport, le groupe d’enquête a l’honneur de vous faire part de ses observations relatives aux caractéristiques de l’épidémie de COVID-19, telles qu’elles ont pu être observées.

    Proposer un protocole de prévention et informer sur les pistes thérapeutiques à imposer premièrement, de définir les paramètres de l’agent pathogène, ce qui n’a pas manqué de révéler de graves incohérences dans la version officielle.

    Ces incohérences ont débouché sur la mise en évidence d’une corruption manifeste et d’intentions contraires au bien public, culminant avec des intentions criminelles et génocidaires, et la mise en place d’un état totalitaire, qui sont rapportées dans nos conclusions.

    La Responsable du Groupe d’Enquête

    USAGE INTERNE – DIFFUSION RESTREINTE

    AVERTISSEMENT:

    Le groupe d’enquête met en garde contre une désinformation qui semble entourer ce dossier, sur lequel beaucoup d’avis sont divergents – notamment entre les «autorités» et les praticiens de terrain.

    Toutefois, les éléments semblant former consensus ont été relevés et synthétisés, afin de constituer une bibliothèque de connaissances de nature à aider le lecteur à renforcer son système immunitaire et son hygiène de vie, face à un virus qui n’a rien d’ordinaire. Une évidence cependant: ce virus, s’il existe, n’a rien de naturel ni d’accidentel.

    TABLE DES MATIÈRES

    Caractéristiques du virus
    Ses forces et ses faiblesses
    Les symptômes
    Les tests de dépistage
    L’incidence du temps et du climat
    Moyens de prévention: désinfection de la peau et des surfaces
    Les gestes barrières
    Soins conventionnels
    La dimension psychologique
    Soins naturels accessibles au public
    Fabrication d’un masque artisanal
    Des informations alternatives détonantes
    Vaccin et puce électronique
    Conclusions
    ANNEXES

    —————————

    Que soit ici remercié le groupe d’enquête, composée de cadres de réserve qui, durant cinquante jours, ont enquêté sans relâche pour y voir plus clair dans la «pandémie de Covid-19» et ont livré leurs conclusions – toutes recoupées et sourcées -. L’analyse livrée est parfois très éloignées de la thèse officielle. Il a fallu aux enquêteurs faire un choix – à la fois difficile et courageux – entre la servilité d’une posture conventionnelle et sans risques, se bornant au discours officiel, et la loyauté due à des populations civiles touchées au cœur et souvent désinformées par certaines institutions qui se sont avérées inféodées à l’Ordre Marchand. Cette fois encore, les réservistes seront aux côtés de la Nation.

    …..

    Stage ATTILA sur la base aérienne 120 de Cazaux. CPA30 EH 01.067 « Pyrénées ».
    CONCLUSIONS

    Force est de constater que, factuellement, des incohérences flagrantes et des «vides» inexplicables invalident la théorie officielle et que la gestion de la «crise» sanitaire, tout aussi incohérente, semble plutôt prétexte à une prise de contrôle totalitaire au niveau mondial. Ce qui nous est apparu comme une guerre et biologique et électromagnétique, soutenue par une vaste opération «d’enfumage», dissimule à l’évidence une corruption massive jusqu’au sein de l’OMS et les intentions les plus inavouables. Si l’existence d’un virus ne peut en aucun cas être écartée, et si donc les «gestes barrières» devront continuer à être appliqués jusqu’à la fin de la «crise» sanitaire, une guerre de type électromagnétique est indéniablement à l’œuvre derrière cet écran de fumée semant la confusion jusque dans les rangs des personnels médicaux et hospitaliers. Ainsi, il est avéré que beaucoup d’antennes ont été mises en place à la faveur du confinement, sans souci du «principe de précaution» pourtant largement évoqué par ailleurs, notamment pour entraver des traitements médicaux. Bien que des technologies de type HAARP ou SURA viennent immédiatement à l’esprit, les installations de 5G, terrestres et aériennes (satellites d’Elon Musk en orbite à faible altitude),participent à l’évidence à ce projet de «guerre totale».A cet égard, il est impossible de ne pas remarquer la similitude des dégâts pulmonaires observés par tous les urgentistes dans le cadre de l’épidémie de COVID-19 avec les dommages causés par l’usage d’une arme à rayonnement, et jusqu’aux maux de tête permanents, fatigue croissante, aux sensations de brûlure dans les poumons, à la thrombose et à la perte de sensibilité aux odeurs et aux goûts cités également comme un des symptômes du COVID-19. A cet égard, le rapport du Docteur Jeremy K. Raynes, ingénieur en champs électromagnétiques –qui fait autorité – indique que des signaux sont utilisés par le corps humain pour réguler ses processus, alertant que des signaux électromagnétiques extérieurs peuvent interférer gravement dans ce processus. Manifestement jusqu’à désorganiser le système immunitaire. Par ailleurs, les intentions d’imposer au niveau mondial une monnaie dématérialisée, un vaccin comportant des nano puces, et une puce électronique sous-cutanée reflètent à l’évidence des tentations totalitaires. Mais s’il a été constaté que des activités industrielles (activités minières, extraction de pétrole et de gaz, géothermie) peuvent, dans certains cas, induire des séismes, aucune enquête n’a été diligentée par la réaction de la Terre à l’utilisation massive d’une technologie 5G. Pourtant, depuis les essais de 5G réalisés avec l’aval de l’ARCEP (autorité de régulation des communications électroniques et des Postes), des séismes inhabituels – vite oubliés – ont fait trembler la France notamment en novembre 2019 et des communes ont été reconnues en état de catastrophe naturelle. Si l’on ajoute à cela le fait que des éruptions solaires – que l’on pense en corrélation étroite avec l’activité volcanique – seraient de nature à rendre brutalement inopérants tous les système électroniques, le jeu d’apprenti-sorcier auquel se livrent certains acteurs internationaux de l’industrie et de la finance pourrait bien nous acheminer vers un avenir des plus incertains. Quoi qu’il en soit, l’implication de la 5G est hautement suspectée dans le présent désastre sanitaire, soit que l’exposition à ces rayonnements ait hautement potentialisé le pouvoir pathogène du virus ou de la bactérie Prevotella à l’origine du choc cytokinique, soit que l’épisode viral du «COVID-19» ne soit que la préparation d’une opération combinée de plus grande envergure, conjuguée à un écran de fumée visant à dissimuler des essais en grand de cette arme électromagnétique, à des fins criminelles qui resteront à éclaircir.

    Préconisations

    Le Groupe d’enquête préconise solennellement la création d’un «Groupe d’études NRBC» permanent, orienté vers l’étude des agents biologiques et vers l’étude des rayonnements morbides, aux fins de donner aux populations les moyens de se préserver d’un usage éventuel et massif des technologies de 5G qui, une fois en place et poussées à forte puissance, se traduiraient immanquablement par une hécatombe, spécialement si elles sont combinées à des injections pathogènes sous forme vaccinale et à des épandages aériens(chemtrails) de perturbateurs endocriniens ou d’agents viraux. Ainsi, si les décès provoqués par le COVID-19 ont pu être favorisés par des essais de 5G augmentant le pouvoir pathogène du virus, réciproquement des décès provoqués par une montée en puissance ponctuelle d’antennes de 5G ont pu être attribués au COVID-19. Au terme de cinquante jours d’enquête et au plan de l’étude des risques, le Groupe d’enquête préconise que devraient être analysés d’urgence par un Groupe Étude des Menaces :

    – L’impact sociologique de la pandémie de COVID-19 sur les libertés publiques et l’économie

    – Le contenu du vaccin obligatoire en préparation et notamment la présence de nanotechnologies (puces électroniques de contrôle des populations)

    – Les intentions relatives à une abolition de la monnaie physique et son impact sur les libertés publiques (puçage des populations, qui a déjà commencé en Europe)

    – L’impact sanitaire et sur les libertés publiques du déploiement massif de la 5G, le déploiement et le rôle exact des dispositifs HAARP et SURA

    – La nature exacte des trainées chimiques et leurs objectifs (chemtrails): les métaux lourds comme perturbateurs endocriniens (aluminium, baryum), l’épandage de virus ethniques

    – Le risque d’affrontement communautaire comme outil de destruction des nations

    – Les risque de guerre mondiale (conflit NRBC généralisé).

    Au plan individuel, le G.E. recommande de développer son autonomie (point d’eau naturel à proximité, vivres, potager, poulailler, ruches pour ceux qui le peuvent, huiles essentielles, argile verte, quercétine), de ne pas se soumettre sans réfléchir à un vaccin qui nous serait proposé dans le cadre de la «pandémie» (la Loi interdit des soins sans le consentement éclairé du patient), à se tenir éloigné d’installations de 5G en état de fonctionnement et de prendre garde aux épandages aériens (chemtrails) qui pourraient reprendre à l’issue du confinement: ilfaudrait alors ne pas sortir de chez soi.

    Si on ajoute à cela le risque que soient encouragés des affrontements intercommunautaires pour déstabiliser et détruire les états-nations en vue de conduire les populations vers une gouvernance mondiale non-élue et totalitaire, ainsi que les risques de conflits NRBC, la situation à venir pourrait bien demander beaucoup de vigilance et de solidarité, dans un esprit fraternel et de complémentarité. Certains semblent avoir décidé d’ouvrir la boite de Pandore.

    AUTRES DOCUMENTS LIÉS

    CE RAPPORT A ETE INTERDIT A LA DIFFUSION

    Des cadres de réserve ont enquêté pendant 50 jours pour clarifier les problématiques liées à la « pandémie » de 2020.Le Rapport rendu a été interdit de diffusion pour l’instant.Toutefois, devant l’urgence et la gravité des faits, nous avons choisi de le communiquer tout de même à la société civile.Vous avez entre les mains la version « grand public » expurgée des références au Groupe et des sigles de l’Unité.
    RAPPORT D’ENQUÊTE
    D’UN GROUPE D’OFFICIERS DE RESERVESUR LA PANDEMIE DE COVID-19ET SES LIENS AVEC LE SRAS-COV-2 ET D’AUTRES FACTEURS
    Le 13 mai 2020Conformément à vos instructions et en vous transmettant le présent Rapport, le groupe d’enquête al’honneur de vous faire part de ses observations relatives aux caractéristiques de l’épidémie deCOVID-19, telles qu’elles ont pu être observées.Proposer un protocole de prévention et informer sur les pistes théraeutiques a imposé premièrementde définir les paramètres de l’agent pathogène, ce qui n’a pas manqué de révéler de gravesincohérences dans la version officielle.Ces incohérences ont débouché sur la mise en évidence d’une corruption manifeste et d’intentionscontraires au bien public, culminant avec des intentions criminelles et génocidaires, et la mise enplace d’un état totalitaire, qui sont rapportées dans nos conclusions.
    La Responsable du Groupe d’Enquête,SOUS TOUTES RESERVE
    RAPPORT DE SYNTHESE
    COVID-19
    CORONAVIRUS SRAS-COV-2
    Co
    rona
    vi
    rus
    d
    isease 20
    19

    COVID
    Certificat Of Vaccination IDentity
    19
    1=A 9=i AI = Intelligence Artificielle
    USAGE INTERNE – DIFFUSION RESTREINTE
    AVERTISSEMENT : le groupe d’enquête met en garde contre une désinformation qui sembleentourer ce dossier, sur lequel beaucoup d’avis sont divergents – notamment entre les« autorités » et les praticiens de terrain.Toutefois, les éléments semblant former consensus ont été relevés et synthétisés, afin deconstituer une bibliothèque de connaissances de nature à aider le lecteur à renforcer sonsystème immunitaire et son hygiène de vie, face à un virus qui n’a rien d’ordinaire. Une évidencecependant : ce virus, s’il existe, n’a rien de naturel ni d’accidentel.Mentions légales : Tous les renseignements regroupés dans le présent document sont donnés àtitre purement informatif et culturel. Ces indications ne sont pas un avis médical : consultezvotre médecin. « Seuls les médecins peuvent prescrire des médicaments et seuls des chercheursévoluant dans un cadre institutionnel sont habilités à publier des recherches scientifiquesvalides. » Ce qui n’empêche pas en l’occurrence que des protocoles non validés sauvent visiblement des vies.
    2
    TABLE DES MATIERES
    1. Caractéristiques du virus2. Ses forces et ses faiblesses3. Les symptômes4. Les tests de dépistage5. L’incidence du temps et du climat6. Moyens de prévention : désinfection de la peau et des surfaces7. Les gestes barrières8. Soins conventionnels9. La dimension psychologique10. Soins naturels accessibles au public11. Fabrication d’un masque artisanal12. Des informations alternatives détonantes13. Vaccin et puce électronique14. Conclusions
    ANNEXES
    Que soit ici remercié le groupe d’enquête, composée de cadres de réserve qui, durantcinquante jours, ont enquêté sans relâche pour y voir plus clair dans la « pandémie deCovid-19 » et ont livré leurs conclusions – toutes recoupées et sourcées -.L’analyse livrée est parfois très éloignées de la thèse officielle.Il a fallu aux enquêteurs faire un choix – à la fois difficile et courageux – entre la servilitéd’une posture conventionnelle et sans risques, se bornant au discours officiel, et laloyauté due à des populations civiles touchées au cœur et souvent désinformées parcertaines institutions qui se sont avéré inféodées à l’Ordre Marchand.Cette fois encore, les réservistes seront aux côtés de la Nation.
    TEMPS DE SURVIE DU VIRUS
    SUR LA PEAUQUELQUES MINUTES (¼H)DANS L’AIR3HCUIVRE
    (naturellement antiseptique)
    4HVETEMENTS,CHEVEUX,SURFACES POREUSES12HBOIS
    élimine toute humidité et agit par dessiccation(bois non verni)
    4H(jusqu’à 4 jours)CARTON24H(jusqu’à 5 jours)VERREMETALACIER
    (surfaces polies)
    3 JOURS(jusqu’à 5 jours)PLASTIQUE3 JOURS(jusqu’à 9 jours)
    Le temps d’incubation du virus est présumé compris entre 1 et 14 jours (le plus souvent 5 jours.)
    NB. Gants et masque conseillés pour les courses en raison du risque de contaminationdans un milieu clos et fréquenté.
    5
    3

    1.
    CARACTERISTIQUES DU CORONAVIRUS SRAS-COV-2

    (Coronavirus 2019-nCoV)


    Le virus n’est pas un organisme vivant, mais une molécule de protéine (ARN) recouverte d’unecouche protectrice de lipides (graisses) qui, lorsqu’elle est absorbée par les cellules desmuqueuses oculaires, nasales ou buccales, modifie leur code génétique (mutation) et lesconvertit en cellules de multiplicateurs et d’agresseurs.

    Parce que le virus n’est pas un organisme vivant, il n’est pas tué, mais se décompose de lui-même. Le temps de désintégration dépend de la température, de l’humidité et du type dematériau dans lequel il se trouve.

    Certains virus n’ont pas de péplos (enveloppe). Les poliovirus par exemple en sont dépourvus.Ce sont des virus « nus ». Le Coronavirus en possède une.

    Que cela change-t-il d’avoir ou de ne pas avoir de péplos ?

    Le fait d’avoir un péplos rend le virus très fragile. C’est une membrane aussi fragile quen’importe quelle membrane biologique. Un virus, quel qu’il soit, pour être infectant doit êtreentier. Or, il y a deux sites où les virus à enveloppe vont dégrader rapidement leur enveloppeet du même coup perdre leur pouvoir infectieux : le milieu extérieur et le tube digestif. Dansces mêmes endroits, les virus nus vont résister beaucoup plus longtemps.

    Les Coronavirus se transmettent par voie digestive et par voie respiratoire.

    Dans le milieu extérieur, les virus à péplos ne vont pas survivre longtemps car ils vont êtreinactivés par deux facteurs :– la température, même la température ordinaire– et la dessiccation.
    2.
    SES FORCES ET SES FAIBLESSES

    Le coronavirus se transmet par ingestion, par respiration et par les muqueuses. Le virus nepeut pas passer à travers une peau saine.

    Un éternuement le projette jusqu’à 4m, il peut rester 45 mn à 3 heures en suspension dansl’air dans des microparticules

    Son temps d’incubation est de 2 à 14 jours.

    Ce virus est très élaboré, il peut tromper le système immunitaire et même le retournercontre le malade, voire infester des bactéries pour les rendre hautement pathogènes, commenous le verrons plus loin

    son pouvoir pathogène peut être augmenté par des rayonnements électromagnétiques,comme nous allons le démontrer (5G)

    Ce virus est très fragile : la seule chose qui le protège est une fine couche de graisseextérieure.

    Dans le milieu extérieur, il est sensible à la température et à la dessiccation.

    Il n’aime pas la chaleur, ni les UV (soleil) ni les milieux secs (ou qui absorbent l’humidité).

    Il se désintègre
    dans des conditions dépendant de la nature de la surface, de la températureet de l’humidité (données variant selon les études) :
    3.
    LES SYMPTOMES

    En l’absence de tests généralisés, les symptômes connus de l’infection par le CoronavirusSTRAS COV 2 sont les suivants, mais ne sont pas tous développés chez toutes les personnesinfectées (55 à 70% de personnes asymptomatiques) :

    maux de tête persistants

    fièvre supérieure à 38,1° (dans 90% des cas)

    frissons, tremblements

    nausée

    confusion

    rhume

    perte du goût (agueusie)

    perte de l’odorat (anosmie)

    fatigue intense, faiblesse

    courbatures, douleurs musculaires

    essoufflement

    lésions cutanées (20% des cas) : érythème, urticaire

    conjonctivite possible

    symptômes digestifs (selles bizarres), nausée

    toux sèche, maux de gorge

    maux de tête intolérables

    sensation de picotement puis de brûlure intense aux poumons

    arythmie cardiaque

    choc cytokinique –surréaction du système immunitaire, qui s’attaque aux cellules saines

    thrombo-embolie veineuse généralisée (particulièrement pulmonaire)

    détresse respiratoire aigüe sévère

    défaillance d’organes multiples, dommages cérébraux.Ces symptômes ont été regroupés en trois stades. Ce qui interpelle est l’immense éventail dessymptômes, qui sont à géométrie variable et pour la plupart déjà existants dans d’autres pathologies.
    6

  3. Qu’attend t’on pour faire une étude randomisée en double aveugle (c’est à le mode) sur l’efficacité des masques chirurgicaux et ffp2. Voire sur le confinement (en simple aveugle!), la moitié des morts venant des ehpad (si on analyse correctement les chiffres), milieu presque totalement confiné et professionnalisé.

    P.S.
    Une ERDA pourrait aussi être utile sur l’efficacité -et le pouvoir de nuisance- des attestations autosignées de circulation.

    • Waouh : super.
      Moi, je choisirai bien le groupe sans masques.
      Ceci dit, je crois que l’étude a été faire dans un pays du nord.

      https://covidemence.com/2020/11/20/etude-danoise-sur-le-masque-bide-officiel/

      https://swprs.org/danish-mask-study-no-benefit/
      (article complet, mais en anglais. je l’a traduit facilement en français avec deep traductor,mais l’article est long -12 pages en français-)

      Ceci est d’ailleurs préconisé par le propriétaire du blog, je viens de le constater ce soir en recherchant le lien pour vous le donner

      Conclusion :

      La recommandation de porter des masques chirurgicaux en complément d’autres mesures de santé publique n’a pas réduit le taux d’infection par le SRAS-CoV-2 chez les porteurs de masque de plus de 50 % dans une communauté où les taux d’infection sont modestes, où il existe un certain degré de distanciation sociale et où l’utilisation générale des masques est peu courante. Les données étaient compatibles avec un degré moindre d’autoprotection.

      Dans le cadre de cet essai contrôlé randomisé à base communautaire, mené dans un environnement où le port du masque était peu fréquent et ne faisait pas partie des mesures de santé publique recommandées en rapport avec la COVID-19, la recommandation de porter un masque chirurgical en dehors de la maison, entre autres, n’a pas réduit, à des niveaux conventionnels de signification statistique, l’infection par le SRAS-CoV-2 par rapport à l’absence de recommandation de port du masque. Nous avons conçu l’étude pour détecter une réduction du taux d’infection de 2 % à 1 %.

      Bien que nous n’ayons pas constaté de différence statistiquement significative en présence d’autres virus respiratoires, l’étude n’était pas suffisamment puissante pour tirer des conclusions définitives sur l’effet protecteur des masques pour d’autres infections virales. De même, l’étude n’avait qu’une puissance limitée pour les analyses des sous-groupes.

      On a émis l’hypothèse que les masques réduisent la taille de l’inoculum (34) et pourraient augmenter la probabilité que les utilisateurs de masques infectés soient asymptomatiques, mais cette hypothèse a été contestée (35)

      Les études d’observation récentes qui indiquent une association protectrice entre le port obligatoire du masque dans la communauté et la transmission du SRAS-CoV-2 sont limitées par la conception de l’étude et l’introduction simultanée d’autres interventions de santé publique (14, 43).

      Ainsi, ces résultats ne fournissent pas de données sur l’efficacité du port généralisé des masques dans la communauté pour réduire les infections par le CoV-2 du SRAS.

      Je viens de tenter de vous copier les conclusions.

      A mon sens, l’article est fouillis, on y trouve de tout, et ainsi on peut y trouver des moyens de faire dire tout et son contraire .
      Ceci dit, tout ceci est une traduction automatique.

    • Suite..
      L’article en question, dont je vous ai donné quelques extraits ci dessus, vient d’être commenté par le Dr Delepine sur Riposte laïque:

      https://ripostelaique.com/une-etude-confirme-linutilite-du-port-generalise-du-masque.html

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *