La macronie rend-elle fou ?

Publié par le 17 Jan, 2019 dans Blog | 4 commentaires

La macronie rend-elle fou ?

La macronie est née de rien si ce n’est de Macron …

Les « cadres » de la macronie ne sont visiblement pas à la hauteur de leur gourou et de sa « pensée complexe ».

Une fois qu’on a cité Castaner, Griveaux, Legendre et Ferrand, qui ne sont que des seconds couteaux et qui ne brillent pas particulièrement pour leur charisme, on cherche désespérément d’autres personnalités capables de relayer la stratégie jupitérienne.

Frédéric Lordon

Je voudrais relayer ce matin un texte de Frédéric Lordon publié dans son blog abrité dans le Monde diplomatique … Oui, cher lecteur, A droite, fièrement ne recule devant rien pour élever le niveau de notre blog !

Frédéric Lordon est économiste, chercheur au Centre de sociologie européenne en sociologie économique sous le statut de directeur de recherche au CNRS. Il est chercheur en philosophie depuis 2012 à la section 35 du CNRS. Il est membre du collectif Les Économistes atterrés.

Voici la première partie du texte que j’ai segmenté compte tenu de sa longueur :

Les forcenés

Méthodologiquement, et déontologiquement, il faut maintenir les hypothèses psychiatriques dans un statut d’ultime recours quand il est question de politique, et ne se tourner vers elles qu’après avoir tout essayé. Au point où nous en sommes cependant, observant Macron, Griveaux, écoutant le défilé ininterrompu des députés LREM sur les chaînes d’information continue et les chiens de plage arrière qui font « oui oui » en leur passant les plats, on cherche en tous sens, et surtout en vain, ce qui pourrait nous sauver de ce dernier recours. Après avoir épuisé toutes les explications alternatives, il va falloir s’y résoudre : ces gens sont complètement fous.

On savait depuis longtemps que chaque fois que l’un d’eux dit « j’ai bien entendu » ou « nous sommes à l’écoute », il utilise juste d’autres mots pour dire « nous n’en ferons qu’à notre tête et vous n’existez pas ». Cependant, il y a un point où le cynisme bonnasse de type chiraquien ou hollandiste ne fait plus une hypothèse suffisante. Quand un mouvement quasi-insurrectionnel hurle au gouvernement qu’il mettra le feu plutôt que de continuer dans cette direction, et que le gouvernement lui répond qu’il a « bien entendu l’impatience », qu’il a bien compris la demande, l’envie même, d’aller encore « plus loin dans le changement », de se montrer « encore plus radical dans les méthodes et les manières de faire », comment écarter l’hypothèse psychiatrique ? Quel type de rapport Benjamin Griveaux entretient-il avec la réalité quand il se prévaut d’une « envie de changement des Français », en tout cas d’une envie du type de celle qui appellerait sa réponse à lui ? Et, accessoirement, pourquoi ne se trouve-t-il pas un média pour le lui faire remarquer clairement ? En commençant d’ailleurs par lui faire observer que « ses » Français, mesurés au score réel de la présidentielle, font à peine plus de 10 % du corps électoral (1), et qu’ils n’ont porté Macron au pouvoir qu’au terme d’une gigantesque prise d’otages de deuxième tour, méthodiquement agencée de longue date avant le premier — autrement dit sans aucune des « envies » que leur délire Griveaux.

Orwell, qui n’est pas redevenu par hasard une référence contemporaine, a dit comme personne le tour de langage propre au pouvoir dictatorial : l’inversion, en fait la négation, systématique des choses par les mots — la guerre qui est la paix, l’esclavage la liberté et l’ignorance la force. Mais c’est autre chose encore, d’une autre nature, qui émane par exemple du discours de « vœux » de Macron. C’est qu’il faut un twist déjà très prononcé pour revendiquer « avoir posé les bases d’une stratégie ambitieuse pour améliorer l’organisation de nos hôpitaux » (2) quand le système de soin est au bord de l’effondrement et que médecins et infirmières en sont à se suicider ; de même pour prétendre « lutter contre le réchauffement climatique » quand les mesures prises finissent par écoeurer un personnage a priori aussi disposé à tous les simulacres que Nicolas Hulot. Ou pour se targuer « d’éradiquer la grande pauvreté » quand, du fait de politiques de guerre sociale à outrance, elle explose dans les statistiques et sous nos yeux mêmes. Il faut avoir passé des caps pour expliquer sans ciller que la transformation « en profondeur des règles de l’indemnisation du chômage », de « l’organisation du secteur public » et de « notre système de retraite », transformations qui promettent les demandeurs d’emploi à une précarité sous surveillance sans précédent, le secteur public au saccage néomanagérial, et les retraités à la misère, pour expliquer, donc, que tous ces bons soins sont faits « au fond pour bâtir les nouvelles sécurités du XXIe siècle ».

À ce stade, l’examen clinique est déjà très lourd, mais il ne prend sa véritable consistance qu’au moment, proprement glaçant, où le sujet déclare placer toutes ses intentions sous le signe de la vérité et de la réalité, et jusqu’à en faire un vœu, « un vœu de vérité » — consciencieusement mâchonné par le commentariat médiatique. C’est alors qu’on le voit passer le 38e parallèle quand, bien en face, il nous souhaite pour 2019 « de ne pas oublier qu’on ne bâtit rien sur des mensonges ». Et c’est à l’instant où il nous sermonne que « nous nous sommes installés dans un déni parfois flagrant de réalité » que toutes les alarmes se mettent à sonner.

C’est donc avec des profils de ce genre qu’il faudrait aller jouer au « grand débat », et avec lesquels la « presse démocratique » appelle elle aussi à aller « parler », puisque « parler », c’est la « démocratie ». Des profils qui ont pourtant annoncé la couleur, qui invitent à discuter de tout mais sous l’évidence préalable qu’« on ne détricotera pas ce qui a été réalisé en dix-huit mois », c’est-à-dire qu’on ne changera rien — sinon à donner du même en pire. On réalise ici que c’est de nouveau à Benjamin Griveaux qu’on doit cet encouragement à débattre, décidément un personnage remarquable, fin connaisseur du pays profond depuis « la clope et le diesel (3) », et l’on se dit qu’on pourra raconter ce qu’on veut à propos des animateurs de l’après-midi « Portes ouvertes » au ministère, sauf qu’ils ont manqué de sens politique.

Comme un événement se reconnaît à sa puissance de classement, à son pouvoir de montrer qui est où, et qui pense quoi — après le TCE de 2005, Trump ou le Brexit, celui des « gilets jaunes » en est un au plus haut point —, l’événement dans l’événement, dont les portes défoncées du ministère fait certainement partie, l’est au carré : il fait tout sortir. À commencer de l’intéressé lui-même qui, pour se refaire une dignité express après avoir changé de linge, va puiser dans les dernières ressources de son lyrisme Sciences-Po pour expliquer que ce qui a été attaqué, « c’est la maison France ». Si l’on prend le parti charitable de considérer que « la maison France » (assez judicieusement rebaptisée par un internaute « la maison Business France ») n’est pas une entité imaginaire pour enfants en bas âge, ou bien pour délirant échappé du CMP, il faut expliquer à Griveaux que, non, c’est bien lui qui a été visé, qu’il n’était d’ailleurs pas illogique qu’il en fût ainsi car, est-il dit quelque part, le malheur va à celui par qui le scandale arrive et que, porte-parole d’une clique qui scandalise le pays, il a lui-même, à force de provocations et de mépris, porté l’outrage général à des sommets qu’on ne peut décemment pas imaginer franchir en toute impunité. Appelons donc Benjamin Griveaux à refaire des distinctions élémentaires, dont la perte est une indication préoccupante de plus : il n’est pas « la maison France » en personne, ni même « les institutions ».

Cette confusion n’existe cependant pas qu’à l’état isolé dans les têtes les plus dérangées de ce gouvernement. Un reportage court mais frappant de l’AFP auprès des forces de l’ordre révélait avec quelle sorte de conditionnement les chefs bourrent les têtes de la troupe avant de l’envoyer matraquer : « ils nous disent que si on perd cette bataille-là tout peut s’effondrer. Ils nous rappellent l’importance de notre métier pour la démocratie et la république (…) Notre vocation, c’est de défendre les institutions (4) », témoigne ainsi l’un d’eux. Brutes fascisées mises à part, qui n’ont besoin d’aucun motif pour cogner, que resterait-il de l’ardeur des policiers si on leur expliquait posément que, Griveaux et Macron dégagés, les « institutions », qui ne se confondent pas avec leurs occupants transitoires, seraient toujours là… accessoirement débarrassées des personnages qui leur bricolent la même vie pourrie que ceux sur qui ils ont ordre d’aller taper ? Défendre Macron n’est pas défendre « les institutions » : c’est défendre Macron — barricadé dans les institutions.

Mais l’on pourrait aussi, à l’exact inverse, répondre tout autre chose au spasme indigné de ce que, sinon « la maison France » du type en rupture de cachets, ce sont « les institutions de la République qu’on attaque », autre chose qui ferait le choix de prendre cette phrase de carton-pâte au sérieux malgré tout, et qui lui dirait que, tout bien réfléchi, en définitive, oui, c’est vrai, il y a de ça. On ne sait jamais trop où se situer entre le trop et le trop peu d’importance accordée aux questions institutionnelles, mais si vraiment les renversés du Fenwick tiennent à en parler, alors oui : se débarrasser des institutions de la Ve République, ça peut en effet faire partie de l’idée générale (5).

(1) À 79 % de taux de participation et 45 % de vote utile (mesurés par un sondage Opinionway), les 24,1 % de Macron au premier tour donnent un soutien réel de 10,47 % des inscrits.
(2) Emmanuel Macron, « Vœux 2019 aux Français », 31 décembre 2018.
(3) Pour Griveaux, Wauquiez est « le candidat des gars qui fument des clopes et roulent au diesel », JDD, 2 décembre 2018.
(4) « Si on perd cette bataille-là, tout peut s’effondrer », AFP, 9 décembre 2018.
(5) Fenwick est une marque bien connue de chariot élévateur.

A très bientôt pour la suite, même chaîne, même heure …

Merci de tweeter cet article :





 

4 Réponses à “La macronie rend-elle fou ?”

  1. Richard Mauden dit:

    Méthodologiquement, et déontologiquement, les hypothèses psychiatriques dans un statut d’ultime recours quand il est question de politique est un signe d’échec de la pensée. La simple psychologie des foules de Gustave Le Bon est éclairante.
    Denis Mellier
    « L’opposition entre la psychologie individuelle et la psychologie sociale, ou psychologie des foules, qui peut bien à première vue nous paraître très importante, perd beaucoup de son acuité si on l’examine à fond. (…) Dans la vie psychique de l’individu pris isolément, l’Autre intervient très régulièrement en tant que modèle, soutien et adversaire, et de ce fait la psychologie individuelle est aussi, d’emblée et simultanément, une psychologie sociale, en ce sens élargi, mais parfaitement justifié. »

  2. Lordon n’est franchement pas ma tasse de thé, la psychologie non plus d’ailleurs, qui est une nouvelle religion de l’excuse.

  3. Tout simplement, macron est un produit de la banque rothschid, superpuissance mondiale n°1 et de loin, et accomplit comme un serviteur docile, car c’est l’argent qui decide, ce pour quoi il a été mis en place pour servir leurs interets…uniquement… d’ou le refus d’ecouter le peuple.

    Il faut voir derriere le decor habituel pour voir et comprendre ou ce trouve le reel pouvoir grace a l’argent qui font plier les politiques, les lobbys n’en sont un petit exemple.

    Les banques sont decisive dans l’action,si l’argent ne suit pas, le politique doit plier selon leurs grés et interets.

    On a eu un aperçu d’intervention de ses superpuissances d’argent lors de la presidentielle avec le president de Bildelberg allant a la rencontre de Fillon difusé aux medias, preuve que la politique les interessent…et veulent en prendre le controle total…c’est ce qu’a fait la 1ere banque du monde avec la france via macron…

    La psychologie est une erreur d’explication, tout a une raison avec l’action des politiques, il suffit de la trouver, seule notre ignorance des causes, cachés ou ignorer, nous fait bifurquer sur de mauvais chemins.

    Mais il est certains d’une chose, ces politiciens ont une tete solide et sont des realistes, seul leurs buts peuvent parfois nous paraitre incomprehensibles, mais leurs agenda ne sont pas ceux du peuple car derriere decident les pouvoirs de l’argent et est d’autant plus facile avec nos pays sur-endéttés.

    Donc, la macronie ne sert que la banque rothschild, pas les français, ce qui explique l’extreme violence faite aux gilets jaunes, pourtant representatif du peuple, et le refus du dialogue, sauf par debat orienté et limité a leurs conditions, et impose le grand remplacement et traité de marrakech, signant la fin de la france.

    Ainsi tout s’explique…

  4. Ah Lordon, nuits debouts etc … non, Christian, merci, mais ce triste pantin gauchiste, je passe !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *