La Suède et le COVID-19 : les médias vous mentent !

Publié par le 7 Août, 2020 dans Blog | 2 commentaires

La Suède et le COVID-19 : les médias vous mentent !

Les médias-Médor font où on leur dit de faire !

Si un jour on se sort du COVID-19, ce qui n’est pas gagné compte tenu de la montée en puissance des chaines d’infos nous alertant, matin, midi et soir, sur la deuxième vague, il faudra faire une analyse détaillée du travail des médias.

Quand le gouvernement clamait qu’il ne fallait porter des masques et en interdisait même la vente dans les pharmacie, la presse relayait.

Aujourd’hui, que le gouvernement impose le port du masque même parfois en plein air, la presse suit de nouveau les autorités sans rechigner.

La Suède a été la cible des médias quand, à l’inverse de beaucoup de pays, elle a refusé d’imposer un confinement général. On lui prédisait des centaines de milliers de morts !

Voici des extraits d’un article de Mike Withney paru dans le Saker Francophone qui vous dit la vérité sur l’état sanitaire de la Suède :

Le match Suède – Covid19 :
le seul graphique qui compte vous est caché

Si l’épidémie de Covid-19 continue de s’éterniser aux États-Unis, elle est largement terminée en Suède, où le nombre de décès est tombé à 2 morts par jour au maximum la semaine dernière. La Suède a été durement critiquée dans les médias pour ne pas avoir imposé de confinements draconiens comme les États-Unis et les autres pays européens.

Au lieu de cela, la Suède a mis en œuvre une politique à la fois conventionnelle et sensée. Elle a recommandé que les gens maintiennent une distance de sécurité entre eux et elle a interdit les rassemblements de 50 personnes ou plus. Elle a également demandé à leurs citoyens âgés de s’isoler et d’éviter autant que possible d’interagir avec d’autres personnes. En dehors de cela, les Suédois étaient encouragés à travailler, à faire de l’exercice et à vivre leur vie comme ils le feraient normalement même si le monde était toujours en proie à une pandémie mondiale.

Le secret du succès de la Suède est que ses experts ont opté pour une stratégie réaliste, durable et fondée sur la science.

L’intention n’a jamais été de « combattre » le virus qui fait partie des infections les plus contagieuses du siècle dernier, mais de protéger les personnes âgées et vulnérables tout en permettant aux personnes jeunes et à faible risque de circuler, contracter le virus et développer les anticorps dont elles auraient besoin pour lutter, à l’avenir, contre des agents pathogènes similaires.

Il est clair maintenant que c’était la meilleure approche. Et tandis que la Suède pourrait encore connaître des épidémies sporadiques susceptibles de tuer 2 à 300 personnes supplémentaires, toute récidive de l’infection à l’automne ou à l’hiver ne sera pas une redoutable « deuxième vague », mais un événement grippal beaucoup plus faible qui ne submergera pas le système de santé publique, ni ne tuera des milliers de personnes.

Comme nous l’avons noté précédemment, les médias ont été particulièrement vicieux dans leurs critiques de l’approche suédoise qu’ils ont qualifiée de trop « laxiste ». Découvrez cet échantillon de titres récents :

  • La Suède devient un repoussoir de la façon de gérer la Covid-19, CBS News
  • L’absence de confinement a augmenté les décès dus à la Covid-19 en Suède, U of V Newsroom
  • La Suède est devenue le mauvais exemple du monde, New York Times
  • La Suède n’a pas confiné et plus de gens sont morts de la Covid-19, mais la vraie raison pourrait être quelque chose de plus sombre, Forbes
  • La Suède espérait que l’immunité de groupe réduirait la Covid-19. Ne fais pas ce que nous avons fait. Ça ne fonctionne pas. USA Today
  • Le nombre de morts du coronavirus en Suède approche maintenant de zéro, mais les experts avertissent de ne pas saluer cela comme un succès, Business Insider
  • L’absence de confinement contre la Covid-19 a augmenté le nombre de décès en Suède, conclusion de l’analyse, Virginia edu
  • Les décès de la Covid-19 en Suède sont liés  au non-confinement alors que le pays se prépare pour la deuxième vague, Newsweek
  • La Suède tente un nouveau statut : l’État paria, New York Times

Comme vous pouvez le voir, les médias ont adopté une ligne très dure avec la Suède. Mais pourquoi ? Qu’a fait la Suède qui a provoqué une réponse aussi hostile ?

Rien, vraiment, ils ont juste ignoré les ordres répressifs de rester à la maison et poursuivi leur propre politique indépendante. L’approche suédoise contraste fortement avec des confinements coûteux, inefficaces et socialement dommageables. Voici un extrait d’un article de The Evening Standard qui souligne ces points précis :

« Les verrouillages n’ont guère changé le nombre de personnes décédées du coronavirus, selon une étude. Des chercheurs de l’Université de Toronto et de l’Université du Texas ont constaté que le fait qu’un pays soit verrouillé ou non n’était «pas associé» au taux de mortalité de la Covid-19. »

Les experts ont comparé les taux de mortalité et les cas dans 50 pays durement touchés jusqu’au 1er mai et ont calculé que seulement 33 personnes sur un million étaient mortes du virus… L’étude a révélé que l’imposition de mesures de verrouillage a réussi à empêcher les hôpitaux de déborder, mais cela ne s’est pas traduit par une réduction significative des décès.

«Les actions gouvernementales telles que la fermeture des frontières, le verrouillage complet et un taux élevé de tests Covid-19 n’ont pas été associées à des réductions statistiquement significatives du nombre de cas critiques ou de la mortalité globale», a déclaré l’étude, publiée dans le journal en ligne Lancet EClinicalMedicine.

« Le verrouillage du coronavirus n’a fait aucune différence sur le nombre de décès, mais a empêché le débordement des hôpitaux », Evening Standard

Conclusion : les confinements sont inutiles, mais les médias continuent de les soutenir. Pourquoi ?

Parce que les médias appartiennent à des élites qui considèrent les confinements comme un moyen efficace d’exercer un plus grand contrôle sur la population. Le vrai problème est le pouvoir, pas l’efficacité ni sauver des vies. Le modèle suédois sape cet effort en offrant une alternative viable qui remet en question les verrouillages et sort les pays de la crise. C’est la raison pour laquelle la Suède a été traitée ouvertement avec une telle hostilité, car les élites considèrent la gestion de crise comme un outil utile pour apporter les changements structurels qu’elles veulent imposer aux systèmes politiques et économiques. Les oligarques milliardaires ne voient pas les crises comme des « périodes de désordre ou de détresse intenses », mais comme des opportunités en or qui peuvent être exploitées à leur avantage.

La Suède est également critiquée pour son taux de mortalité qui est supérieur à certains, mais inférieur à d’autres. À ce jour, le nombre de décès par coronavirus en Suède est de 5 667, ce qui est considérablement plus élevé que ses voisins en Norvège et au Danemark, mais inférieur à la Belgique, l’Italie, la France, le Royaume-Uni et l’Espagne. En d’autres termes, la Suède est quelque part au milieu du peloton. Fait intéressant, la Suède se compare assez bien aux États américains mal gouvernés avec des populations de taille similaire.

Regardez :

  • Suède pas de verrouillage
    Population de 10,2 millions
    Décès de coronavirus – 5 667
  • Confinement n° 1 New York City – gouverneur Démocrate, Andrew Cuomo
    Population – 8,3 millions
    Décès par coronavirus – 32 133 – 5 fois et demi de plus que la Suède avec 2 millions de personnes en moins
  • Confinement n° 2 New Jersey – gouverneur Démocrate, Phil Murphy
    Population: 9,2 millions
    Décès par coronavirus – 15 684 – 3 fois plus que la Suède avec une population plus petite.
  • Confinement n° 3 Massachusetts – gouverneur Démocrate, Charlie Baker
    Population – 6,9 millions
    Décès par coronavirus – 8 380 – une fois et demie le total de la Suède avec 3 millions de personnes en moins.

Ce sont les vrais perdants du coronavirus, les trois États dirigés par des gouverneurs libéraux qui ont imposé des verrouillages contre-productifs qui ont effondré leurs économies, tué des dizaines de milliers de personnes et n’ont rien fait pour enrayer la propagation de l’infection. En revanche, la Suède a bien résisté à la tempête, renforcé l’immunité naturelle du public et remis l’économie sur la voie de la reprise.

Lire l’article complet sur le Saker Francophone, dont voici la conclusion :

Qu’est-ce que tout cela veut dire ?

Cela signifie que probablement seulement une personne sur sept contractera le virus quelle que soit son degré de vulnérabilité. Cela signifie qu’une grande partie de la population a une immunité naturelle, c’est plus que nous ne le pensions. Cela signifie que les tests d’anticorps ne racontent pas toute l’histoire, mais que les cellules T et l’immunité croisée empêchent également la transmission à des personnes par ailleurs en bonne santé. Cela signifie que la Covid-19 n’est pas la peste noire qui serait à la hauteur du battage médiatique manipulateur qui a été utilisé pour précipiter la plus grande crise sociale, économique et politique du siècle. Cela signifie que les verrouillages idiots n’ont pas empêché de nouveaux cas et décès, mais les ont simplement reportés à une date ultérieure.

Cela signifie que la Suède était sur la bonne voie depuis le tout début et qu’elle revient rapidement à la normale alors que les États-Unis s’enfoncent plus profondément dans la crise, de leur propre initiative.

Bravo la Suède !

Mike Withney pour le Saker Francophone.

Merci de tweeter cet article :





2 Réponses à “La Suède et le COVID-19 : les médias vous mentent !”

  1. Je cite :

    les élites considèrent la gestion de crise comme un outil utile pour apporter les changements structurels qu’elles veulent imposer aux systèmes politiques et économiques. Les oligarques milliardaires ne voient pas les crises comme des « périodes de désordre ou de détresse intenses », mais comme des opportunités en or qui peuvent être exploitées à leur avantage.

    C’est cela et rien d’autre.

  2. juste une rectification « trois États dirigés par des gouverneurs libéraux », ce ne sont pas des « libéraux » au sens où nous l’entendons ici : « liberals » aux USA désigne les progressistes et les socialistes …

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *