L’écologie politique, une inculture scientifique !

Publié par le 20 Août, 2019 dans Blog | 8 commentaires

L’écologie politique, une inculture scientifique !

 Je relaye aujourd’hui un nouveau texte allant à contrecourant de l’air du temps « écologique » qui fait suite à un précédent article (Atome ou CO2 : il faudra bien choisir !)

Ne croyez pas pour autant que je ne sois pas sensibilisé aux problèmes écologiques et que je sois un adepte des théories du complot. Je déplore notamment que l’extrême politisation des mouvements écologistes en France y ait largement desservi la cause écologiste.

Mais une des raisons d’être de ce blog est de diffuser des informations que les médias refusent de relayer, parce qu’elles ne vont pas dans le sens de ce qu’ils considèrent comme le bien.

Voici donc une tribune libre signée de Gérard Kafadaroff * et Jean-Pierre Riou * et parue dans le magazine l’Opinion :

« L’écologie politique à contresens ».
La tribune de Gérard Kafadaroff et Jean-Pierre Riou

« L’inculture scientifique fréquente chez les responsables politiques et des leaders d’opinion ouvre la voie à la démagogie, au relativisme ambiant accordant la même valeur à tous les avis »

Une croyance forte, une conviction bien ancrée, si légitimes qu’elles puissent paraître, peuvent paralyser la pensée et aboutir à l’inverse du but recherché, si elles s’écartent de la réalité et de la vérité scientifique assise sur la démarche expérimentale. L’écologie politique très prégnante dans la société française n’échappe pas à cette dérive et conduit souvent à des choix politiques néfastes s’éloignant des véritables enjeux. C’est le cas pour des sujets fortement médiatisés touchant au climat, à l’énergie, à l’agriculture ou à la biodiversité.

Pour lutter contre le réchauffement climatique et réduire les émissions de gaz à effet de serre, l’écologie politique défend le développement des énergies renouvelables (éolien, solaire photovoltaïque) et la réduction, voire l’abandon de l’énergie nucléaire. Elle feint d’ignorer que le cycle complet du nucléaire français est très faiblement émetteur de CO2, qu’il produit de l’électricité à la demande, contrairement aux énergies renouvelables, dont l’intermittence liée aux caprices de la météo, impose le concours de centrales pilotables à gaz ou au charbon qui détériorent leur bilan CO2 et renchérissent, comme en Allemagne, le coût de l’électricité.

Ces investissements considérables et contestables dans l’éolien et le solaire photovoltaïque pour répondre à l’urgence climatique se font au détriment des deux secteurs les plus émetteurs de CO2 et les plus créateurs d’emploi : les transports et l’habitat.

Nuisances.

Enfin, surprenant est le choix des défenseurs de l’environnement et de la biodiversité en faveur des éoliennes géantes qui défigurent nos paysages, aujourd’hui dans nos campagnes, demain sur notre littoral malgré leur coût faramineux, qui créent diverses nuisances aux riverains et occasionnent perturbation et mortalité des oiseaux et chauves-souris.

Concernant l’agriculture, l’écologie politique milite pour une agriculture sans intrants chimiques, ni innovation biotechnologique en amélioration des plantes (OGM) et prône l’agriculture biologique, ignorant les conséquences économiques et écologiques de ces choix.

Même si elle utilise aussi des pesticides qualifiés de naturels, l’agriculture biologique (AB) est le modèle agricole alternatif fortement promu par les décideurs politiques et la mouvance écologiste. S’il répond à une demande des consommateurs aisés, bénéficie du marketing offensif et intéressé de la grande distribution alimentaire et peut améliorer le revenu des agriculteurs, l’AB a ses limites à la fois sur les plans économiques, environnemental et sanitaire.

Avec des rendements aléatoires et plus faibles que l’agriculture conventionnelle, la généralisation de l’AB nécessiterait, pour satisfaire la demande alimentaire, la mise en culture de nouvelles terres au détriment de la biodiversité et l’importation accrue de produits bio, peu souhaitable d’un point de vue économique et environnemental. Plus exigeante en travail mécanique, elle génère davantage de CO2 et demandant plus de travail manuel, elle est plus vulnérable à la concurrence des pays à bas coût de main-d’œuvre. Enfin, les prix plus élevés des produits bio et la plus grande exposition de l’AB aux contaminants biologiques sont de réels freins au développement de ce mode de production agricole.

De nombreux écologistes et quelques responsables politiques vont jusqu’à réclamer l’abandon total et immédiat de tous les pesticides, ignorant les caractéristiques spécifiques de chacun d’eux, rejetant les évaluations rigoureuses et au cas par cas des agences sanitaires avant leur mise en marché et surtout sans proposer des solutions alternatives efficaces pour lutter contre insectes ravageurs, maladies et mauvaises herbes affectant les cultures.

Cette phobie des pesticides irréfléchie et l’ignorance de la réalité agricole conduisent à des aberrations comme l’interdiction programmée et sans fondement scientifique du désherbant glyphosate utilisé dans le monde depuis quarante-cinq ans. Une décision strictement politique répondant aux demandes des écologistes qui va mettre un terme à ce qui se fait aujourd’hui de mieux en matière d’agroécologie : l’agriculture de conservation reposant sur le semis direct (aucun travail du sol) combiné avec un couvert végétal du sol en interculture. Une technique agronomique offrant à la fois réduction des coûts, amélioration de la fertilité des sols et des bénéfices environnementaux majeurs comme la séquestration du CO2 atmosphérique dans le sol et la diminution des émissions de CO2 lié à la réduction du nombre de passages de tracteurs.

Technique qui participe aussi à l’amélioration de la biodiversité en activant la vie biologique des sols et en offrant refuge et nourriture à la faune sauvage en toute saison. Autant d’avantages ignorés ou rejetés par les écologistes politiques ne retenant qu’une seule chose : la nécessaire application annuelle d’une faible dose de glyphosate avant semis !

Biodiversité

L’écologie politique est fâchée avec la chimie mais elle l’est tout autant avec la génétique et les biotechnologies végétales à l’instar des OGM, autre psychose française. L’Union européenne autorise l’importation et la consommation de nombreux OGM mais un seul est autorisé à la culture, un maïs résistant à deux insectes ravageurs (pyrale et sésamie), connu par son acronyme Mon810 ou maïs Bt. Sous la forte pression écologiste et prétextant du principe de précaution, la France, frileuse, l’a interdit, toujours sans justification scientifique et contre l’avis des instances officielles d’évaluation.

Ce maïs permettait de supprimer deux traitements insecticides aériens, contribuait à préserver la biodiversité en respectant les insectes auxiliaires utiles (abeilles, coccinelles, syrphes…) et les oiseaux. En plus il offrait un bénéfice sanitaire en réduisant les teneurs en mycotoxines du maïs dont plusieurs sont des cancérigènes avérés. Diabolisés en France, les OGM sont utilisés chaque année par 17 millions d’agriculteurs dans le monde sur des surfaces représentant sept fois la surface agricole française !

Une fois encore les croyances l’ont emporté sur les savoirs conduisant le pays dans la voie du dogmatisme et de choix politiques erronés souvent contraires aux objectifs écologiques affichés. La passion écologique se montre réfractaire au doute, à l’analyse critique et manifeste une propension surprenante à se focaliser sur les risques et ignorer les bénéfices. Elle a pris une inquiétante coloration anti-science alors que c’est justement la science et les technologies qui permettront de répondre aux grands défis de la société.

L’inculture scientifique fréquente chez les responsables politiques et des leaders d’opinion ouvre la voie à la démagogie, au relativisme ambiant accordant la même valeur à tous les avis. Elle laisse s’installer, comme les récents débats pour les élections européennes l’ont montré, une orthodoxie « écolomaniaque», sans véritable débat argumenté et rationnel s’appuyant sur les faits et la science.

Gérard Kafadaroff et Jean-Pierre Riou pour l’Opinion.

* Gérard Kafadaroff est ingénieur agronome ; Jean-Pierre Riou est chroniqueur indépendant sur l’énergie. Ils sont membres du Collectif Science-Technologies-Actions.

Merci de tweeter cet article :





8 Réponses à “L’écologie politique, une inculture scientifique !”

  1. Christian 54 dit:

    Il est vrai que bien des arguments développés par les khmers verts conduisent à les faire percevoir comme des buses intellectuelles profondes.
    Un exemple tout simple : à les écouter, mieux vaut renoncer à enfouir les déchets nucléaires à 500 m de profondeur, il est moins dangereux de les laisser à l’air libre à la Hague.
    Ces ravagés du bulbe, pour envoyer leur passionaria neu-neu à New York sous une forme écologique, l’expédient par bateau mais déplacent plus de 6 personnes en avion. Ce n’est ni écolo ni logique : c’est profondément débile !

  2. Rechauffement planetaire, le 1 er aout : 14 ° jusqu’a 13 H00 /14 H00…

    De meme apres les fortes chaleurs, du froid ensuite… du jamais vu autrefois.

    La foutaise du rechauffement planetaire, politsé a mort, pour la perte de nos libertées et de nos deniers !

    • Alors la tribune ci-dessus parle d’inculture scientifique. Nier la réalité du réchauffement climatique aujourd’hui et de ses causes anthropiques est de l’inculture scientifique de niveau 2. Par ailleurs, votre inculture scientifique semble corrélée à votre inculture syntaxique.
      Cordialement.

      • Un peu court comme argumentaire ! Inculture scientifique de niveau 2, dites vous… La définition précise de votre système de mesure s’impose.
        Cordialement

      • @Bobby 44

        Cher ami,
        Climato-réaliste, je dirais plutôt que l’inculture des climato-réchauffistes est de niveau 4 (enfin si on considère que le niveau 1 est le meilleur… Tout est question de relativité dans ce monde progressiste relativiste).

        Notre inculture syntaxique est en réalité, pour nombre d’entre nous, plutôt une méconnaissance du clavier, une trop grande rapidité à écrire avec le dit clavier, accompagné d’un correcteur d’orthographe et de grammaire aussi stupide que l’intelligence artificielle dont on fait état à longueur de journées, et une absence de relecture (en ce qui me concerne)

        Pour le sujet qui nous intéresse, je vous conseille d’aller faire un peu de maraîchage dans nos régions (pardon, dans nos territoires habités par des fainéants illettrés).

        Vous pourrez constater, si vous savez lire sur un thermomètre (nous en avons même avec affichage numérique, rassurez vous) et sur l’échelle d’un pluviomètre, que cet été (comme les précédents) n’ont en réalité pas vu de canicule au sens de sa définition première (passage de la constellation des chiens) ni deuxième (T° supérieure à 40°C, 3 jours d’affilée avec des températures de nuit de moins de 10°C par rapport aux températures diurnes)

        Il est vrai qu’il est facile de hurler à la canicule en changeant la définition du mot pour avoir raison.

        Ainsi, nous avons, dans nos jardins, de grosses difficultés à avoir des légumes dits « du midi », alors que nous sommes dans une province au « climat » semi océanique, et largement au sud de la Loire.

        2 fois 4 jours de fortes chaleurs (frôlant 40°C , donc frôlant la canicule, hihihihi) avec des nuits entre 9° et 17°, moyenne 15°C, et pour la plus chaude -une seule fois!-, 20°C!

        Nos tomates ont leurs petites feuilles ratatinées comme une fin septembre, nos aubergines apprécient d’être sous tunnel, et beaucoup de professionnels envisagent, si cela continue, de faire leur maraîchage sous tunnel pour tous les légumes méridionaux, qui poussaient normalement chez nous.

        Et ce n’est pas de la météo, car cela se reproduit depuis au moins la 3eme année.

        Par contre, nous sommes dans un contexte de forte sécheresse, tandis que dans certains départements limitrophes, il pleut..

        Au niveau climatique, je ne sais rien sur ce sujet -sécheresse-, si ce n’est que nous voyons régulièrement des cycles sécheresse/pluie dans nos contrées.
        (tout comme en Californie, que je connais bien, où les cycles sont de 3 à 4 ans)

        D’autre part, lorsque les tenants du réchauffement parlent de fonte des pôles -bien sûr en été,suivant l’hémisphère, hein-, ils oublient de dire que ces pôles reprennent rapidement, tant la nuit que les jours suivants, ce qu’ils ont perdu.

        Dans nos territoires, si nous sommes illettrés, et ne connaissons pas la syntaxe, comme les « sachants » dont vous faites partie, nous sommes encore capables de lire une courbe de températures ou de volumes de glace sur les cartes, certes américaines, montrant en temps réel, ces mesures!

        Idem, lorsque ces réchauffistes zappent la température de certains jours dans certains pays où il neige 1 mois trop tôt… (dû au réchauffement qui fait fondre les pôles, je rigole), tandis qu’ils nous ressortent la température exceptionnellement chaude d’un seul jour (oubliant que le lendemain, il faisait plus chaud au siècle dernier, hihihi).

        Ils nous disent, dans le premier cas : oh, c’est la météo, pas le climat.
        Mais dans l’autre cas : oh, c’est le climat….

        Ceci dit, j’ignore la direction que prendra le climat dans les années et les siècles à venir.
        je ne suis pas voyante.
        Il me semble, cependant, que le soleil joue beaucoup sur la situation

        Je sais seulement que nous n’en sommes pas encore au pliocène, et que je préfère l’optimum médiéval (entre 900 et 1300 ans Ap J.C?.) au petit âge glaciaire qui a immédiatement suivi.

        Question de goût..

        Ah, au fait, l’être humain est toujours là, je me demande bien comment cela a pu avoir lieu!!! Nous ne sommes pas encore extreminéééééés!!!!!

        Bonne journée (il faisait 5°C ce matin, superbe pour seulement un 09 septembre!)

        Enfin dernier point : je milite pour une forte diminution de la pollution!!
        Mais je sais que tout être vivant pollue, rien que par le fait qu’il vit, se nourrit, et meurt.

  3. L’écologie est une nouvelle religion, elle a ses dogmes qui se moquent bien de la logique et de la science, les suppôts de Satan qui rejettent celle-ci peuvent s’attendre à finir, non au bûcher, mais devant une cour pénale que certains sectateurs réclament déjà.

  4. questions religieuse dit:

    Merci pour cette tribune de grande qualité.

  5. Petitdédé dit:

    Enfin je vous retrouve. Dommage qu’on ne puisse plus accéder à vos archives, c’est écrit en latin et je n’y comprends rien.
    Je suis amené à fréquenter des écolos pur jus et j’ai constaté que c’était tout dans la tête. Quelle prétention! Quelle arrogance! Toujours sûrs d’être dans la vérité. Bien sûr, ils n’utilisent pas de voiture à essence, eux. N’empêche qu’ils sont bien contents d’utiliser celle des copains quand il n’y a pas de transports en commun. Ce sont souvent des gens aisés qui vivent en ville et qui ont les moyens de manger « naturel ». Et pour ceux qui ont une maison et un jardin, ils trouvent le moyen d’aller dans des boutiques chics au lieu de cultiver eux-mêmes leurs légumes, parce que la terre, c’est bas, le jardinage c’est salissant et fatigant et qu’on préfère avoir des arbustes et des petites fleurs, c’est plus « écolo » et c’est plus « esthétique ».
    J’ai fait l’expérience d’acheter un légume « bio » et j’ai constaté que ça ne se conservait pas. S’il faut aller tous les jours à la boutique pour s’acheter des légumes, bonjour l’arnaque. J’ai entendu dire que les infections à Escherichia Coli étaient plus nombreuses à cause du développement des cultures « bio ». Avez-vous des renseignements complémentaires à ce sujet?

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *