Les traitres vont maintenant avaler des couleuvres …

Publié par le 2 Mai, 2019 dans Blog | 15 commentaires

Les traitres vont maintenant avaler des couleuvres …

Depuis près de deux ans, les traitres à la droite, accourus à l’appel de Macron pour un maroquin, se pavanaient dans les médias. A les entendre, Edouard Philippe, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin avaient imposé à Jupiter une politique économique de droite : réforme du travail, suppression partielle de l’ISF, flat tax pour les capitaux et réduction de l’impôt sur les sociétés.

Il manquait juste une mesure pour qu’ils soient vraiment crédibles, celle de baisser les dépenses publiques. Mais il ne fallait pas rêver ! Comment un ancien ministre de l’économie de François Hollande aurait-il pu se convertir si vite à la nécessité absolue de rompre avec le socialisme ?

Souvenons nous que 3 semaines qui ont précédé la conférence de presse d’Emmanuel Macron, il ne se passait pas une seule journée sans que des fuites soient organisées dans la presse. Il fallait rester ferme sur l’orthodoxie budgétaire ! Il fallait augmenter l’âge de départ à la retrait ! Etc …

Et patatras, 23 ou 24 (on ne sait plus !), samedis de manifestations des gilets jaunes ont finalement fait craquer Jupiter qui vient de lâcher en deux fois … 17 milliards d’euros ! Excusez du peu !

En même temps, Emmanuel Macron a sifflé la fin de la récréation pour les ministres de droite du gouvernement. La barre est à gauche toute !

Dans tout gouvernement de la V ème République, un tel tête-à-queue idéologique aurait entrainé un changement d’équipe gouvernemental pour tourner la page et garder un minimum de crédibilité à l’exécutif. Tout premier ministre digne des principes de la V ème République, aurait immédiatement donné sa démission. Mais pas Edouard Philippe !

Quand on a trahi son camp, on peut bien se trahir soi-même !

Je vous rappelle ci-dessous les attaques virulentes des trois ministres contre Emmanuel Macron dans la campagne présidentielle. Des déclarations qui ne les ont pas empêchés d’aller à la soupe quelques semaines seulement après !

Edouard Philippe :

Août 2014 : Edouard Philippe soulignait qu’Emmanuel Macron était un « ancien banquier de chez Rothschild », ajoutant le mot-dièse #financennemie. Une allusion au discours de François Hollande, prononcé en janvier 2012 au Bourget. « Mon véritable adversaire, (…) c’est le monde de la finance », avait-il affirmé en pleine campagne.

Septembre 2016 : J’ai toujours pensé qu’il y avait deux Macron. Le Macron du discours, avec lequel, je suis très souvent d’accord – pas sur tout, mais très souvent d’accord – et que j’aime bien, par ailleurs, parce que c’est quelqu’un de sympathique et d’intelligent. Il y a le Macron des actes, qui n’est pas le Macron des discours. Le Macron des actes, c’est l’homme qui murmure à l’oreille du président les mesures de la première partie du quinquennat, c’est l’homme qui organise la politique économique de la France entre 2012 et 2015 et c’est le ministre dont objectivement on ne peut pas dire qu’il ait fait des choses absolument considérables.

Janvier 2017 : Qui est Macron ? Pour certains, impressionnés par son pouvoir de séduction et sa rhétorique réformiste, il serait le fils naturel de Kennedy et de Mendès France. On peut en douter. Le premier avait plus de charisme ; le second plus de principes !

Macron, qui n’assume rien mais promet tout, avec la fougue d’un conquérant juvénile et le cynisme d’un vieux routier (si j’ose dire, s’agissant du promoteur des autocars). De quoi restera-t-il le nom ? D’une révolution manquée ou d’une victoire éclair ? D’une trahison misérable ou d’une ambition démesurée ? Personne ne peut le dire aujourd’hui.

Février 2017 : Il marche sur l’eau en ce moment. Il guérit les aveugles, il multiplie les pains, il répand la bonne parole. A la France paralysée, il ordonne ‘Lève-toi et en marche !’ ; aux électeurs déboussolés, il dit ‘celui qui vient à moi n’aura jamais faim et celui qui croit en moi n’aura jamais soif’. Et tout ça, tout seul, sans réel programme, ni réelle équipe. Il suffit de croire en lui. D’avoir la foi.

Bruno Le Maire :

Attention à cette façon de tout mélanger, de brouiller les lignes et de dire qu’on va mettre tous les progressistes avec soi. Ça ne veut absolument rien dire. C’est de la soupe ! La politique a besoin de clarté !

Macron, c’est un autre visage du socialisme, c’est tout ! Un visage plus avenant, un visage pour ouvert, mais c’est toujours le socialisme. Emmanuel Macron, c’est l’homme sans projet parce que c’est l’homme sans conviction ! Plusieurs centaines de milliers de chômeurs en plus durant ce quinquennat ! C’est bien le ministre Emmanuel Macron qui en est aussi responsable.

Emmanuel Macron, c’est une coquille vide ! Où chacun arrive avec des propositions qui peuvent être toutes aussi différentes les unes que les autres. On ne sait pas où l’on va et je pense que c’est dangereux !

Cette candidature sans projet, sans propositions, sans vision, c’est dangereux parce que c’est ce qu’on a connu depuis très longtemps et ça se solde toujours par des déceptions.

Gerald Darmanin :

Monsieur Macron dit des énormités. Personne ne lui demande comment il finance tout ça. C’est quelqu’un qui ne connait pas le pays d’abord. Lui qui connait bien la banque, c’est une bulle spéculative. Dans quelques semaines, la bulle va exploser. Le pays ne peut pas souffrir 5 ans de socialisme supplémentaire, par monsieur Valls, monsieur Montebourg ou monsieur Macron.

N’oublions pas le grand méchant mou de Pau qui lui aussi, après avoir dénoncé le banquier de Rothschild, s’était précipité pour prendre le maroquin de la Place Vendôme !

François Bayrou :

Septembre 2016 : Derrière Emmanuel Macron il y a des grands intérêts financiers incompatibles avec l’impartialité exigée par la fonction politique. Il y a là une tentative qui a déjà été faite plusieurs fois par plusieurs grands intérêts financiers et autres, qui ne se contentent pas d’avoir le pouvoir économique, mais qui veulent avoir le pouvoir politique.

 Je ne me reconnais pas dans ce qu’Emmanuel Macron incarne. (…) Le projet de société d’Emmanuel Macron est au fond infiniment proche de celui que défendait Nicolas Sarkozy en 2007.

Dans la bouche de François Bayrou il n’y a avait pas d’insulte plus grave que de le trainer de nouveau Nicolas Sarkozy !

A suivre …

Il va être particulièrement intéressant d’écouter nos trois ministres-traitres, défendre la politique qu’il conspuait précédemment.

A moins qu’après les élections européennes, Jupiter ne les congédie, comme le méritent les simples traitres qu’ils sont !

Nul doute que les Républicains sauront les accueillir
à nouveau  avec tous les « honneurs » qu’ils méritent !

Merci de tweeter cet article :





15 Réponses à “Les traitres vont maintenant avaler des couleuvres …”

  1. Richard Mauden dit:

    Rappel de À droite sur la trahison :
    Chez les Chiraquiens, la trahison n’est jamais loin …
    Décidément, Alain Juppé aura été le fossoyeur de la droite.
    Depuis la création de l’UDF, cet homme, sous la houlette de son mentor, Jacques Chirac, n’a cessé de gauchir ses convictions en noyant le RPR dans la soupe tiédasse du centre droit.
    Son mentor qui avait publiquement apporté son soutien à François Hollande en lutte contre Nicolas Sarkozy durant la présidentielle de 2012 !
    J’avais déjà dénoncé les tendances macroniennes de Juppé :
    Juppé, créateur de l’UMP, poignarde les Républicains
    Il semble qu’on s’apprête à franchir une nouvelle étape dans l’abandon des principes qui avaient fondé le RPR et notamment sa défense de la souveraineté de la France face à l’Europe des technocrates de Bruxelles.

    C’est l’Opinion qui dévoile un dîner qui a réunit, à l’Elysée, le président, des cadres de LaREM ainsi que des personnalités de la droite molle Juppé, Raffarin et le traitre Riester :
    Elections européennes: le dîner secret
de Macron avec Juppé, Raffarin et Bayrou
    Le chef de l’Etat a organisé une rencontre mardi soir à l’Elysée pour discuter stratégie en vue du premier scrutin du quinquennat.
    Dans le schéma présidentiel, en vue des élections européennes du 26 mai, c’est une étape importante. Selon les informations de l’Opinion, Emmanuel Macron a organisé un dîner à l’Elysée mardi soir pour discuter de la stratégie à adopter à l’occasion du premier scrutin du quinquennat.
    Ont été conviés le chef du gouvernement Edouard Philippe, les leaders du MoDem François Bayrou et Marielle de Sarnez, ou encore Philippe Grangeon, délégué général par intérim de La République en marche, habitués des agapes politiques programmées plus ou moins régulièrement autour du chef de l’Etat (les dernières avaient eu lieu le 18 septembre). La suite des invités est, elle, plus inédite : les anciens premiers ministres Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin, ainsi que Franck Riester, le président d’Agir, le parti de centre droit fondé par les ex-LR.
    C’est la première fois que, dans le camp présidentiel, une réunion de ce niveau se tient pour discuter des européennes. Depuis des mois, Emmanuel Macron répète qu’il veut rassembler sur une même liste les pro-européens, allant du centre gauche aux amis d’Alain Juppé. A six mois de l’échéance, il passe aux travaux pratiques. Ces derniers jours, le chef de l’Etat a opéré une correction importante en abandonnant la confrontation « progressistes-nationalistes » et mis en avant une défense de la « souveraineté » de l’Union européenne. Une autre étape essentielle est maintenant attendue : le choix de la tête de liste macroniste, promis pour décembre.
    Constat alarmiste. Officiellement, Alain Juppé, qui n’est désormais plus membre de LR, et Jean-Pierre Raffarin n’ont pas encore décidé de leur position pour les européennes. Mais les deux ex-premiers ministres partagent le constat très alarmiste du chef de l’Etat sur l’avenir de l’Europe. Le 24 octobre, Alain Juppé avait déjà déjeuné en tête-à-tête à l’Elysée avec Emmanuel Macron, pour parler notamment collectivités locales. Quant à Agir, dont le lancement avait été parrainé par le maire de Bordeaux et l’ancien sénateur de la Vienne, la question ne se pose plus depuis la nomination de Franck Riester au ministère de la Culture : ce parti sera de la liste.
    Le parti présidentiel a déjà désigné un directeur de campagne, Stéphane Séjourné, qui était depuis le début du quinquennat le conseiller parlementaire du chef de l’Etat à l’Elysée. Un directeur adjoint de campagne, issu du MoDem, devrait lui aussi être nommé.
    Ludovic Vigogne pour l’Opinion.

  2. Cassandre dit:

    Quand on relit ce que ces traitres disaient de Macron, on est frappé par la lucidité de leurs propos. Ils n’en ont pourtant tiré aucun enseignement, puisqu’ils le servent servilement, tout en se servant eux-mêmes. On ne saura jamais ce qu’ils pensent réellement de lui, 2 ans plus tard. Ils font partie de ces politiques qui ont éloigné les Français des urnes, en reniant leurs propres convictions, leurs propres valeurs. Ils sont manipulés par un gourou qui n’hésitera pas à les jeter, dès qu’il ne les estimera plus utiles. Peut-être en effet après les Européennes. A moins qu’il ne s’en serve encore pour les Municipales..

    • Parfaitement dit.

      Seulement, au lieu d’adosser ces trois pieds nickelés à la traîtrise ou à la corruption ( tout ce qui est excessif est insignifiant! ), ce sont les paroles de la chanson de Jacques Dutronc qui me reviennent à l’esprit: « je l’ai tellement retournée [ ma veste], qu’elle craque de tous côtés.. » 😉

    • ce sont des gens qui ont senti le vent du boulet, après l’élimination de Juppé à la primaire, qui était pour eux la garantie de continuer comme avant avec Chirac et Hollande, en repoussant les problèmes et gouvernant avec des distributions de pognon, financées par de la dette …
      Il ont vu en Macron, l’occasion de se refaire, et n’ont eu aucun scrupule à se vendre pour un plat de lentilles !

  3. L’attrait du pouvoir favorise les reniements.C’est une drogue dure qui est pourtant fugace. Mais Pierre a renié le Christ pour finir martyr. Mais je doute qu’ils aient cette volonté.

  4. jean-marc dit:

    Il faut reconnaître que Édouard Philippe a bien une tête à jouer les rôles de traître dans un film de cape et d’épée!

    • Edouard Philippe est surtout pour moi l’archétype de l’illustration du « principe de Peters » : il a atteint son niveau d’incompétence !

  5. Hors sujet :

    En attendant :
    L’alcool désormais interdit dans les gorges de l’Ardèche jusqu’au 30 septembre

    http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/lalcool-d%c3%a9sormais-interdit-dans-les-gorges-de-lard%c3%a8che-jusquau-30-septembre/ar-AAANxeT?li=BBoJIji&ocid=ACERDHP17

    Le grand remplacement de notre culture continu sous diverses excuses.

    De meme dans les boites de nuits, plus de slow, toujours et encore sous des pretexes divers tel que : les jeunes s’amusent mieux en etant « dynamique »…

    En attendant on habitue les jeunes garçons et femmes a ne plus se toucher comme avant, pour les habituer a la culture des arrabes
    ou femme et garcon ne doivent pas se toucher quand ils dansent, c’est dans leurs culture.

    • Encore mieux:
      Patrick Jardin fiché S : il ose haïr les assassins de sa fille !
      https://ripostelaique.com/patrick-jardin-fiche-s-il-ose-hair-les-assassins-de-sa-fille.html

      • Réponse HS au commentaire HS (hihihihihi 🙂 )

        J’ai lu.
        je suis absolument scandalisé.

        L’ une de mes amies qui a été militaire en son temps m’a dit :
        « ne dis rien de tes pensées au téléphone ni par mail tu vas avoir des problèmes » lorsque je parlais avec une autre amie de Notre dame, de mes convictions religieuses (je lui disais que j’allais sans doute mettre une grande croix en branchages,genre couronne de 1er janvier, sur la grille de mon jardin.)et de ma détestation de mon salarié -non choisi par moi- locataire temporaire de l’Élysée.

        Je me suis dit, suite à la lecture de cet article que j’avais lu ce WE, que je risquais de finir à Fresnes au mieux, égorgée au pire.

  6. Pour ce qui est des couleuvres, il va falloir commencer par le « snake Castaner », dans la tourmente, depuis ses déclarations sur les débordements lors de la fête du travail.
    Ce soir, au lendemain du 1er mai 2019, un an après la contre-escarpe et la terrible mise à pied de Benalla, une nouvelle « affaire d’été » voit le jour.
    L’affaire de « la pitié salpetrière » hôpital victime d’une attaque inqualifiable avec agression de personnel soignant, dégradations et vol de matériel informatique comme le tweetait à chaud le « maestro » Castaner toujours prêt à instrumentaliser les faits voire jouer un morceau de flûte.

    C’est à nouveau le « grand débat », entre journalistes, politiques, gilets jaunes et experts, cette fois là, pour savoir si le ministre de l’intérieur a menti, tweeté trop vite ou révélé les faits, rien que les faits.
    Si on se pose des questions, c’est qu’il y a des doutes et donc que sa crédibilité n’est plus.

    En tout cas, la « rotonde », zone sensible macronienne située sur le parcours du cortège n’avait rien à craindre tant le cordon des forces de l’ordre était étanche tel les remparts d’une place forte tandis que la pitié salpetrière, peanuts force de l’ordre alors je pose la question:
    N’aurait-on pas surprotégé le palais présidentiel du goût au détriment d’édifices publiques de première importance comme cet hôpital ???

    Ça ressemble vraiment à de l’incompétence, de la negligence ou pire à de la manipulation et cela doit entrainer la démission de M. Castaner ou si ce n’est pas le cas, son limogeage.

    Il pourrait enfin se consacrer à la danse en boîte de nuit ou se mettre à la chanson avec son acolyte incompétent Michel Delpuech.

    • Pensez vous que ce traite de droite de Philippe (encore qu’être juppéiste n’est pas, pour moi un qualificatif prouvant qu’on est de droite, mais plutôt de gauche molle tournant vers la meilleure gamelle) va demander ou accepter la démission de Castagne 1er?

      j’ai des doutes, ou alors, il faudra que Jupiter, à l’approche des européennes qui ne sont pas encore gagnées pour lui, lance ses éclairs du haut de son Olympe sur la castagne!

      En effet, l’équipe de la SalP disent qu’en aucun cas ils ont eu peur (hormis le problème de sécuriser la salle de réa au niveau hygiène et calme) et qu’ils ne se sont pas sentis agressés…

  7. Que penser des manifestants qui disent que les gaz utilisés lors des dernières manifestations sont beaucoup plus violents que habituellement (pour ceux qui ont l’habitude de manifester!).
    Les stocks français sont épuisés, on utilise des provisions fournis par d’autres pays où les ripostes policières n’ont rien à voir avec une démocratie????
    Le saura-t-on un jour? C’est comme pour l’incendie, circulez, il n’y a rien à voir ni à entendre ni à comprendre.

    • Hélas, vous avez raison!
      Certaines images ressemblent à s’y méprendre aux images que l’on peut voir dans des pays démocratiques tels le Vénézuela, la Turquie ou autre Corée du Nord.

      Peut être utilisent ils les stocks de la Syrie ou de charmants autres pays tous aussi démocratiques que les pays que j’ai cités précédemment?

      Je suis fort inquiète pour la suite.

      CPEF comme dit H16!
      Hélas, je le pense aussi.

  8. jean-marc dit:

    N’oublions surtout pas que Castaner est un (ancien ?)malfrat.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *