Lettre à un maréchal qui vient d’empocher son bâton …

Publié par le 15 Fév, 2019 dans Blog | 14 commentaires

Lettre à un maréchal qui vient d’empocher son bâton …

Oui, monsieur Juppé, vous l’avez votre bâton de maréchal !

Et cela clôturera « magnifiquement » votre carrière puisque c’est un socialiste « macronisé », Richard Ferrand, qui vous a choisi pour aller retrouver d’autres éléphants dans ce cimetière de la République qu’est le Conseil constitutionnel. On dit toujours « Dieu reconnaitra les siens » mais c’est la gauche et la Macronie qui vous ont reconnu.

Depuis cette primaire de droite, que la presse aux anges vous voyait remporter haut la main mais qui avait vu les électeurs de droite vous éconduire sèchement, rien n’allait plus pour vous ! Vous aviez pourtant  fait feu de tout bois en faisant même la une des Inrockuptibles !

Mais ce fut une lourde erreur que de vous présenter à cette primaire-là ! C’est sur le trottoir d’en face qu’il fallait militer, en vous présentant à la primaire de gauche ! Vous auriez écrabouillé le fragile Benoit Hamon et vos positions sociétales avancées auraient enthousiasmé les bobos !

La presse vous adore et hier vos larmes ont fait merveille lors de vos adieux à Bordeaux. Les journaleux ne parlaient que de « vieux sage », de dignité et d’un discours exemplaire ! Eux aussi reconnaissaient l’homme de droite repenti et cela les confortait dans cette croyance d’être dans le camp du bien !

Vous trouverez cette lettre un peu agressive, mais c’est juste celle d’un militant de droite que vous avez trahi. Et sa colère est d’autant plus vive que son soutien à vous-même et à Jacques Chirac était fort il y a quelques décennies. Depuis la création de l’UDF, vous avez dissous vos convictions de droite, celle du RPR, dans la soupe tiédasse de « l’extrême centre » de François Bayrou.

La montée du FN, c’est vous !

Avec François Mitterrand, vous partagez la responsabilité de la montée du Front National. S’il avait mis le pied à l’étrier de Jean-Marie Le Pen, c’est à sa fille que vous avez fait la courte échelle. Vous avez poussé des centaines de milliers de militants et de sympathisants de droite à quitter l’UMP pour l’extrême droite.

Vous vous disiez Gaulliste mais de Gaulle, lui, avait des convictions et n’en changeait jamais. Quand elles ont divergé de celles des Français, il est retourné tranquillement à Colombey-les-deux-églises.

Vous avez tout renié !

Rappelez-vous ces Etats généraux RPR-UDF sur l’immigration tenus en 1990 que vous dirigiez en compagnie de François Bayrou. Voici les principales mesures préconisées à l’époque par ces Etats-généraux :

Ces mesures sont celles proposées aujourd’hui par le Rassemblement national et abandonnées depuis longtemps par la droite républicaine !

Confronté par David Pujadas à ce passé que vous reniez aujourd’hui, vous n’aviez trouvé que cette piteuse réponse :

« Je ne partage pas cela. Rétrospectivement, je pense que c’était une erreur !  »

Vous n’avez pas de valeurs profondes !

En 2013, lors du débat sur la loi Taubira du mariage gay, vous déclariez :

Pas d’accord pour l’adoption parce que je continue à penser qu’un enfant doit grandir entre un père et une mère. Aucun des arguments en faveur de l’adoption ne tient la route, ni celui du bonheur de l’enfant adopté, ni celui de la reconnaissance de situations de fait déjà existantes.

En 2016, dans le magazine de gauche, Les Inrocks, dont vous faisiez la une, vous annonciez :

Il peut exister des cas où un enfant peut trouver dans un couple de deux hommes ou de deux femmes des conditions d’épanouissement personnel parfaitement acceptables. C’est pourquoi, après mûre réflexion, je suis favorable à l’adoption par un couple de même sexe.

En seulement trois ans, les « arguments qui ne tenaient pas la route » étaient devenus recevables et vous rendiez les armes. Non, monsieur Juppé les besoins fondamentaux liés à la filiation naturelle n’ont pu évoluer si vite !

Vous nous avez trahi pour Macron

 Dès l’élection de Macron, vous avez déserté votre camp ! Aux législatives de juin 2017, vous souteniez déjà la candidate d’En Marche ! contre le candidat des Républicains.

Vous n’arrêtez pas de critiquer Laurent Wauquiez pourtant légitimement et largement élu par les militants des Républicains !

Depuis son élection, vous n’avez cessé d’apporter, plus ou moins ouvertement, votre soutien à Emmanuel Macron. Vous vous apprêtiez à soutenir – peut-être même à intégrer – sa liste pour les élections européennes.

Mais vous avez choisi d’accepter la proposition d’un transfuge du PS vers la Macronie. Il y a longtemps que vous êtes un transfuge de la droite vers la gauche. Entre transfuges, on se comprend !

A droite (la vraie), on ne vous le pardonne pas …

Au moins, au Conseil constitutionnel, vous serez tenu au devoir de réserve et on ne sera plus obligé d’écouter vos leçons de morale de vieux sage.

Il vous restera un petit pouvoir de nuisance en retoquant les lois qui ne seront pas assez progressistes à votre goût …

C’était mon hommage à votre nomination au Conseil constitutionnel …

PS : pour pallier à tout procès d’intention, sachez que le montage que j’ai réalisé pour l’illustration de cet article est parti d’une représentation du maréchal Juin et non pas d’un autre maréchal … Il y a suffisamment de reproches à faire à Alain Juppé sans avoir besoin d’atteindre le point Godwin …

Merci de tweeter cet article :





14 Réponses à “Lettre à un maréchal qui vient d’empocher son bâton …”

  1. Merci Christian! Tout est dit!
    « L’esprit public est devenu délétère » nous a dit le bonhomme. Définition de délétère: qui attaque, détruit la santé, qui cause la corruption. Par ses renoncements à ses valeurs, à ses idées, il en est le premier responsable et ne semble pas en être conscient: il s’auto-proclame appartenant au « camp du bien »! Certes à son âge, il est toujours difficile d’entamer une auto-critique dont le maître-mot serait « trahison »..

  2. « Vous avez tout renier » dit le texte. Mon Dieu, quelle horreur.

    • Sans blague?
      c’est tout ce que vous avez à dire, sur cette lettre formidable de Christian.

      Ah, excusez moi, c’est de l’umoure ortaugrafique ou pluto gramatikale.;-)

      J’ironise, parce que, moi aussi, la littéraire, il m’arrive de voir ce genre de fautes de grammaire, qui me sautent aux yeux comme une balle lancé par un LBD40 , dans un texte écrit par quelqu’un d’autre, mais qui m’échappe à la relecture d’un texte que je viens d’écrire (sans compter la bêtise de l’IA corrigeant les dites fautes!)

      • Généralement, le fautif corrige et ne publie pas mon commentaire, ce que j’admets parfaitement.

        Maintenant, Juppé au CC, je m’en réjouis, nous aurions pu avoir madame Royal.

        • Vous auriez pu rajouter : « pour palier à tout procès d’intention »… Pallier et non palier, les étages n’ayant rien à voir ici ; en poutre, pallier est un verbe transitif. Ce qui nous donne : « pour pallier tout procès d’intention ». Merci.

          • Erratum. « En outre »

          • Merci pour avoir pointé cette erreur grossière !

            Néanmoins, oserais-je vous faire remarquer que vous auriez dû écrire « ajouter » et non pas « rajouter » ?
            On « rajoute » quelque chose quand il y en a déjà.
            Exemples :
            on ajoute du sucre dans un café non sucré, mais on en rajoute s’il n’est pas assez sucré !
            Autre exemple dans le contexte : vous auriez pu écrire : il faut rajouter un « l » à palier, puisqu’il y en avait déjà un !
            1-0 la balle au centre !
            PS : je reconnais que ma faute était plus grave que la vôtre … Enfin, c’est pour dire !

        • royal ?
          en effet c’est bien pire.

  3. Entierement d’accord avec cet article, qui defini bien aussi mes points de vues.

  4. Excellent résumé de la trahison exemplaire que représente Ali Juppé, chantre de la mondialisation heureuse qui a divisé par 2 le poids de l’industrie en France (10% du PIB contre 20% en Europe)et favorisé le chômage de masse. 16000€ par mois avec sans doute pour mission du socialiste Macron de favoriser l’islamisation de la France.Traitre à la droite, traitre à ses électeurs de droite, vendu au centre et maintenant au socialiste Macron. Fossoyeur des classes moyennes.Ces élites sont écoeurantes.
    Condamné par la justice en 2014, mais tout de même au CC !!!

  5. Juppé aurait pu être un premier ministre brillant, voire un grand président, s’il était resté fidèle aux valeurs de la droite et du RPR d’antan. C’est le symbole de l’échec de la droite qui a eu peur de son ombre.

  6. A quoi bon corriger des fautes d’orthographe et de grammaire alors que les fautes politiques ont fleuri durant toute la bien trop longue vie politique de ce carriériste looser.
    Bien moins sympathique que « Poupou », qualifié, lui, d’éternel second malgré un palmarès à faire pleurer ce « faussement nommé sage » qui n’a eu comme fonctions importantes que des nominations comme c’est une nouvelle fois le cas.

    Il a débuté sa carrière dans les Landes à Mont-de-Marsan où il a subi deux défaites aux législatives de suite, ce qui l’a contraint à tenter sa chance à Paris sous l’aile de son mentor Chirac qui lui a permis de se lancer en politique et qui, comme lui, a été fasciné dans sa jeunesse par le communisme.

    Pour revenir dans le sud-ouest, à gauche par définition, il a été parachuté à Bordeaux, ville bourgeoise qui cherchait un successeur à Jacques Chaban-delmas. Ville qui lui correspondait à merveille, l’inverse n’est pas forcément vrai, néanmoins, son passage ne me semble pas être un échec

    Mais là, c’est le clou du spectacle si je puis dire, un mis en cause, s’accrochant à sa fonction et maintenu par le pouvoir en place, M. Richard Ferrand, nomme un ex-condamné pour prise illégale d’intérêt mais réhabilité pour avoir purgé sa peine, à un poste qui s’apparente à un « parachute doré ».

    Vive la Macronie !!!
    « Crèvent les gilets jaunes », comme l’ont décidé les médias !

  7. Je tombe de l’armoire, comme on dit désormais : « Cette semaine, pourquoi, en pleurant en public, l’ancien Premier ministre s’inscrit dans le sillage des grands empereurs de Rome. »
    https://www.lepoint.fr/politique/la-minute-antique-47-les-larmes-tres-romaines-d-alain-juppe-17-02-2019-2294038_20.php

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *