L’Italie sera t-elle le deuxième pays à quitter l’Europe ?

Publié par le 26 Mar, 2020 dans Blog | 8 commentaires

L’Italie sera t-elle le deuxième pays à quitter l’Europe ?

Les jours de l’Europe sont-ils comptés ?

Le compte à rebours de la sortie de l’Italie de la Communauté européenne a t-il commencé ?

Deux questions parfaitement légitimes quand on voit comment l’Europe traite ou plutôt maltraite l’Italie !

Cela commença avec les vagues successives de migrants et l’incapacité de l’Europe à contrôler l’immigration qui laissèrent l’Italie et la Grèce faire face seules à l’invasion.

Et cela continue avec la crise du coronavirus. La nation la plus touchée d’Europe est abandonnée sanitairement et financièrement par l’Europe. Mais connaissez-vous la priorité de la Commission européenne, en pleine pandémie et déroute de l’Europe ?

Elle recommande l’adhésion de l’Albanie et de la Macédoine du Nord à l’Europe !!!!

Crédit illustration : azvision.az

L’édito d’Eric Zemmour dans Le Figaro Magazine était justement dédié à l’Europe et à ses carences :

L’Union européenne, première victime du coronavirus

« A plusieurs, on est plus forts. La France est notre patrie, l ‘Europe est notre avenir. Nous devons bâtir une souveraineté européenne. »

Nous connaissons tous ces phrases célèbres. Phrases devenues slogans, devenus idéologie dominante, devenue vérités d’Évangile, devenues éléments de langage inlassablement rabâchés.

Mais quand la mort rôde, ce n’est pas vers la Commission de Bruxelles que les peuples tendent des regards inquiets, mais vers leur État-nation. Cet État-nation qu’on présente depuis des décennies comme un objet du passé. Cet Etat-nation qui s’empare pourtant à bras-le-corps de la question des soins et des interdictions. Mais un Etat-nation affaibli qui n’a plus sa capacité de prospective d’antan ni les moyens budgétaires suffisants pour avoir un hôpital public digne de sa réputation.

Quand les Italiens de Lombardie sont pris à la gorge par le virus, ils se tournent vers Rome, pas vers Bruxelles. Ils notent en passant que Paris se moque d’eux et que Berlin leur refuse du matériel médical. C’est la solidarité européenne. Les Italiens ferment leurs frontières avec la France tandis qu’à Paris, Emmanuel Macron explique d’une jolie formule, très française, que « le virus n’a pas de passeport ». Les malades atteints du virus, eux, ont un passeport : les Chinois d’abord infectés ou les Italiens atteints.

Mais l’idéologie sans-frontiériste est plus forte que tout.

Pourtant, les pays ferment leurs portes, l’Allemagne en tête, mais aussi la Hongrie, la République tchèque, l’Autriche, tandis qu’à Paris Emmanuel Macron en est encore à réclamer la fermeture des frontières à l’extérieur de Schengen. Notre président ne se rend pas compte que Schengen n’existe plus quand la vie est en jeu. En revanche, il a très bien compris que Maastricht était mort. Cette fois, ce sont les Allemands qui ne veulent pas entendre raison et s’accrochent aux règles budgétaires. Chacun son idéologie dominante et ses intérêts. Le problème, c’est qu’on n’a pas les mêmes. Alors, à plusieurs, on n’est pas plus forts mais plus faibles.

Tous les yeux se tournent vers la BCE. On pense qu’elle va, comme en 2008, sauver la situation en faisant marcher la planche à billets. Mais Lagarde n’est pas Draghi. La Française a irrité les Italiens en donnant l’impression de se moquer des différences éventuelles de « spread » – ces fameux taux d’intérêt payés aux prêteurs par les États. Heureusement pour elle, le soufflé médiatique est retombé, le coronavirus emportant tout.

Mais cette épidémie remet en cause plus largement tous les préceptes qui règnent à Bruxelles depuis des lustres. La mondialisation est vue enfin comme une sinisation* dangereuse pour notre santé et notre indépendance ; on parle de réindustrialisation, de circuits courts ; le droit et le commerce ne peuvent rien contre les virus ; les technocrates de Bruxelles sont apathiques et impuissants ; les Etats nationaux demeurent indispensables et indépassables. Il n’y a pas de peuple européen, il n’y a donc pas de nation européenne ni de souveraineté européenne. Le coronavirus est un révélateur impitoyable. Il a déchiré sans vergogne la tunique sans couture de l’européisme.

Éric Zemmour pour Le Figaro Magazine.

* Sinisation : du verbe siniser, marquer des traits, des caractères de la civilisation, de la culture chinoise.

Merci de tweeter cet article :





8 Réponses à “L’Italie sera t-elle le deuxième pays à quitter l’Europe ?”

  1. jacques boudet dit:

    A TROP JOUER AU CON
    LES 56.000 FONCTIONNAIRES EUROPÉENS POURRAIENT AU MIEUX DEVENIR GARDIENS DE CHÈVRES SUR LA PLATEAU DU LARZAC
    LES FRANÇAIS IDEM
    DIRE PLUS SERAIT INCIVIL

    • Ne garderaient-ils pas les chèvres avec des choux en guise de matraque, en disant au loup, au loup, venez vitre on a besoin de vous pour garder les chèvres qui mangent nos choux…

  2. C’est bien parti pour, et les italiens semblent nombreux à retirer le drapeau Europe (voir à le remplacer par le drapeau de la chine qui leur vient en aide).
    Après avoir abandonné la Grèce face à l’invasion musulmane organisée par Erdogan,elle préfère recevoir Greta pour la pseudo lutte contre le changement climatique qui arrange beaucoup de mondialistes, mais le coronavirus elle est aux abonnés absents…Elle ferme Shengen, mais il semble que les migrants continuent à rentrer comme le souhaite d’ailleurs le HCR…la crise économique finira d’imploser l’Europe.

  3. maria-miguel Bechet dit:

    Comme chaque fois qu’il écrit ou qu’il parle, Zemmour a tout juste.

  4. Merci à Zemmour d’exister, dommage qu’il n’y en ait pas davantage comme lui
    Je suis écœuré d’entendre, les Duhamel, apathie, barbier, dassier cohn bendit,(tient il a disparu depuis quelques jours) truchot, el krief etc ..qui mentent, minimisent constamment l’action du gouvernement, font des analyses tendancieuses et sont les lèche bottes de macron
    Ceci étant dit
    Je veux parler de l’opposition qui s’insurge et demande des comptes
    Je trouve ça tout à fait normal
    Regardez ce qui se passe pour les masques et les tests
    alors qu’en Allemagne ils en font 500 000 nous on se félicite de passer à 40 000 dans quelques jours
    L’arrogance a pris le pas sur le bon sens en France, macron fanfaronne en allant au théâtre, en allant se promener sur les champs avec mamie , fanfaronne en allant dans un ehpad pour le lendemain interdire les visites Depuis le début on voit tout et son contraire, continuer à sortir, puis ne pas sortir, ne pas contrôler les frontières, puis contrôler, les masques inutiles puis utiles, les tests inutiles puis utiles etc…. macron ainsi que certains de ses ministres devront rendre des comptes La question de la responsabilité n’est pas un sujet secondaire ni accessoire. Elle est essentielle

  5. Il est un homme qui, par son alliance et parcequ’il ne pouvait pas mener la politique qu’il souhaitait, avait précipité les élections qui l’ont évincé du pouvoir.

    Il se pourrait bien qu’il y ait une nouvelle percée du populisme et un retour à la « Berlusconi » de Matteo Salvini qui je n’en doute pas, prépare son retour, sans le mouvement 5 étoiles.
    Sa stratégie pourrait être fondée sur une option alternative à l’Union Européenne telle qu’elle est actuellement:
    – si directive et intrusive sur certains domaines comme la justice, l’immigration, l’économie en creant des normes destinées à grignoter la souveraineté des gouvernements nationaux.
    – si absente ou très lente lorsque les gouvernements et les peuples sont en souffrance.

    Ensemble, on est plus fort uniquement si on a le même objectif et si on partage les efforts.

  6. stéphane roncaglia dit:

    L’Europe n’a pas servi à la France, c’est l’inverse. Depuis, les catastrophes s’accumulent, il en restait une dernière à subir : une pandémie. Toutes les faiblesses de l’Europe donneuse de leçons à la terre entière sont manifestes. Eric Zemmour le dit fort justement : la puissance de la Chine éclate une fois de plus.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *