LR : le mépris pour les militants

Publié par le 6 Juin, 2019 dans Blog | 6 commentaires

LR : le mépris pour les militants

Les responsables des Républicains
parlent énormément en ce moment !

Mais dans leurs propos, dignes, une fois de plus, de la droite la plus bête du monde, un mot manque cruellement !

Le mot «  militant »

Tous ces politiciens oublient d’où ils viennent
et que ce sont les militants qui les ont fait roi !

Les chapeaux à plumes internes aux Républicains : Gérard Larcher, Valérie Pécresse, Eric Woerth, et les anciens emplumés qui ont déjà fui, tels Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin, ont obtenu la tête de Laurent Wauquiez.

Laurent Wauquiez a sans doute fait des erreurs et n’avait probablement pas l’envergure nécessaire pour diriger les Républicains notamment durant le tsunami politique appelé Emmanuel Macron. Mais Laurent Wauquiez avait été élu démocratiquement par les adhérents des Républicains « à jour de leur cotisation », comme on dit. De plus, Laurent Wauquiez avait mis en place une ligne politique, clairement à droite, conforme aux désirs des militants.

Mais de cela, les chapeaux à plumes n’ont que faire !

Ils ne veulent voir dans la déroute des Républicains aux élections européennes que l’erreur de la stratégie droitière de Laurent Wauquiez alors que bien d’autres raisons expliquent la défaite comme le vote utile au référendum Macron-Le Pen. La complaisance de la presse vis-vis de Macron, qui n’a cessé de sommer François-Xavier Bellamy de s’exprimer sur l’IVG et le mariage pour tous, alors que ces sujets n’avaient rien à voir avec l’Europe, a également eu son influence sur les résultats.

Oui, il y a trop de mépris pour les militants des Républicains !

Le cas de Valérie Pécresse est, à cet égard, édifiant !

Voici une femme politique qui a soutenu successivement Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Fillon. Ce qu’elle pense sur le plan politique, personne ne le sait, et même pas elle-même !

A la surprise générale, elle vient de théâtralisé son départ des Républicains au JT de France 2. Ecoutons-la :

Je pars parce que j’ai acquis la conviction que la refondation de la droite ne pourra pas se faire de l’intérieur. Et qu’elle doit se faire à l’extérieur du parti, parce que le parti est cadenassé de l’intérieur. Il est cadenassé dans son organisation mais aussi cadenassé dans ses idées.

Comprenez : cadenassé par les idées des militants des Républicains !

Ce départ n’a aucune cohérence !

Rappelons d’abord qu’après la prise du parti par Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand avait quitté les Républicains, mais que Valérie Pécresse avait déclaré rester pour « se battre de l’intérieur ». Elle n’a alors cessé effectivement de s’opposer à la ligne politique de Laurent Wauquiez. Une fois ce dernier parti, la voie s’ouvrait à elle et aux autres membres du centre droit mou pour réformer le parti et refonder l’UMP, alliance du RPR avec les centristes de l’UDF, qui n’aura fait, au final, que renforcer le Front National.

Alors où est la logique de cette démission ? La veille, elle avait assisté à la grande réunions des élus organisée par Gérard Larcher pour refonder le parti, et elle avait paru approuver cette nouvelle initiative.

De nombreux responsables des Républicains ont fustigé l’attitude irresponsable de Valérie Pécresse :

  • Bruno Retailleau : « Valérie Pécresse a décidé de quitter son parti. La refondation de la droite est un devoir impérieux. Elle exige du courage et de sortir des logiques personnelles. »
  • Eric Ciotti : « Triste de la décision incompréhensible de Valérie Pécresse. Dans les moments difficiles on ne quitte pas le navire. Seuls l’unité et le rassemblement nous permettront de déjouer le piège machiavélique d’Emmanuel Macron.
  • Anne Gennevard : « Dimanche Valérie Pécresse expliquait que c’était Laurent Wauquiez qui devait partir. Il a choisi de se retirer pour laisser à sa famille toutes les chances de sa reconstruction (…) C’était à la satisfaction de Valérie Pécresse qui le demandait. Et hier encore elle était toute souriante aux côtés de Gérard Larcher … C’est donc l’incompréhension qui domine. Nous lui avons tendu la main, elle ne l’a pas saisie !

A moins que la raison en soit inavouable …

C’est Christian Jacob qui propose une hypothèse pour expliquer cette démission-surprise :

Après la démission de Laurent Wauquiez, après la réunion autour de Gérard Larcher et la volonté unanime de reconstruire notre famille politique, la décision de Valérie Pécresse apparaît comme totalement incompréhensible, dans son calendrier, son fondement et dans la formule. Encore un refus d’obstacle !

Valérie Pécresse a cédé aux pressions des amis d’Emmanuel Macron pour garder ses chances de garder la région Ile-de-France !

Ce serait donc par pure ambition personnelle que Valérie Pécresse aurait quitté les Républicains … Lamentable, affligeant, mais malheureusement bien dans la lignée des guerres des chefs de la droite la plus bête du monde !

Merci de tweeter cet article :





6 Réponses à “LR : le mépris pour les militants”

  1. Richard Mauden dit:

    Il n’y a pas de « chef de guerre » chez les LR, seulement des planqués qui ont pu profiter du système sur le dos des militants. Ces social-traîtres seront bouffés par Macron et la fin a déjà sonné pour eux. La Pécrasse a été élue grâce aux voix du FN contre le PS anti-Blancs en 2015, mais sûrement pas pour ses compétences très médiocres.

  2. LR est mort, le cadavre bouge encore tout en commençant à se décomposer. C’est une juxtaposition d’ego qui se battent pour être calife sans comprendre que ce sont des nains, qu’il n’y a pas de chef naturel et que sans cette condition, il n’y a pas d’issue possible.

    Requiescat in pace.

  3. Mais, maintenant, où iront les électeurs de ce parti moribond ?

    Chez les orléanistes bourgeois et centristes de LREM, nouveau parti de l’ordre, comme je le crains ?

    • J’espère que non!
      D’ailleurs Macron n’est pas centriste! Il est socialiste pur jus.

      Et ceux qui se débinent du LR vont permettre à ce parti d’être nettoyé comme l’ont été les écuries d’Augias, sans besoin d’un Hercule, et de repartir d’un bon pied sous un autre nom

      1- Il va y avoir quelqu’un qui va recréer un parti de droite modérée non centriste, en changeant le nom, c’est certain.

      2- Il reste D Aignan, JF Poisson, par exemple…

      3- Bellamy va peut être (je l’espère) sortir de l’ombre

      4- Ensuite, il y aura une Union de la droite, avec Marion Maréchal, dès que son incompétente et narcissique de tante aura pris sa retraite que j’espère rapide.

      Sinon, il y a toujours le moyen de se tourner c=vers un bulletin nul (genre : « mort aux c**s, vaste programme »)

      • J’adhère totalement à votre analyse, Suzanne !

        Mais j’ai peur qu’il faille attendre 2027 pour la voir se concrétiser …

        • Peut-être aurait-il fallu attendre aussi longtemps s’ il n’y avait pas eu cette implosion et ce début d’agrégat d’une quarantaine de maires ex-LR qui étaient clairement opposés à la ligne du parti mais ne voyaient toujours pas arriver les résultats de la Macronie.

          Ils se rallient sur la victoire longue, dure et autoritaire du gouvernement sur les gilets jaunes et surtout sur le ralliement des électeurs de la droite bourgeoise citadine qui voulaient combattre le FN.

          Comme le dit Suzanne, Macron est socialiste pur jus et a vu lors de sa défaite face au RN que la politique menée durant 2 années pleines a seduit à droite mais créé un désamour à gauche bien plus préoccupant qui s’est reporté sur la liste de Jadot.

          Le virage à gauche semble inéluctable s’il ne veut pas risquer d’être le troisième après une alliance hypothétique de reconstruction sur sa gauche sur un projet ecologiste. En effet, c’est le sujet qui a émergé grace au gouvernement qui a voulu taire d’autres sujets du « grand débat ».
          Il devient aussi primordial que les resultats croissance, chômage, pouvoir d’achat et sécuritaire passent franchement au beau fixe si « Manu » ne veut pas subir une nouvelle vague jaune ou être balayé par une lame de fond verte et rose.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *