L’Université gangrénée par l’idéologie du genre

Publié par le 31 Mai, 2020 dans Blog | 1 commentaire

L’Université gangrénée par l’idéologie du genre

Alors qu’elle tentait sournoisement, au nom de l’égalité homme-femme, d’imposer dans nos écoles les ABCD de l’égalité, cheval de Troie de la théorie du genre, Najat Vallaud-Belkacem nous déclarait :

« La théorie du genre, ça n’existe pas ! »

Pourtant, depuis, cette « théorie qui n’existe pas » s’est développée, d’abord dans les universités américaines, puis dans certaines facultés françaises qu’elle a gangrené .

A revoir, ces articles précédents :

 

A titre d’exemple, voici le témoignage glaçant d’une étudiante qui nous montre que le prosélytisme pour la théorie du genre sévit lourdement dans certaines universités.

Elle raconte comment elle a été mise à l’écart par les autres étudiants quand elle a osé émettre des critiques vis-à-vis de cette théorie.

Voilà comment on forme les bons petits soldats de demain qui se battront pour le triomphe du progressisme.

Merci de tweeter cet article :





Une réponse à “L’Université gangrénée par l’idéologie du genre”

  1. Une théorie correspond à la maximisation de cohérences. Il n’existe pas de théorie du genre. Il n’existe que des études de genre, un champ de recherche pluridisciplinaire qui étudie les rapports sociaux entre les genres. Cessons d’utiliser une expression épouvantail « théorie du genre » qui ne correspond à rien.

Répondre à Quercus Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *