Mais que diable font les Républicains ?

Publié par le 11 Déc, 2018 dans Blog | 14 commentaires

Mais que diable font les Républicains ?

Les Républicains sont devenus inaudibles !

Dans cette crise sociale et politique majeure qui secoue notre pays, on n’entend que Jean-Luc Mélenchon et ses sbires et Marine Le Pen.

C’est à l’inverse, dans ces moments cruciaux, qu’il conviendrait de se faire entendre si l’on veut, un jour, prétendre à proposer aux Français une alternative politique au macronisme.

Au lieu de cela, on entend des réactions sporadiques des seconds couteaux des Républicains et des déclarations souvent contradictoires.

Cette semaine, Jean-Philippe Delsol, dénonce sur le site de l’IREF, cette situation suicidaire pour les Républicains en particulier et la droite en général :

LES REPUBLICAINS existent-ils encore ? Devenus inaudibles dans la crise des gilets jaunes, ils sont absents des plateaux de télévision et livrent des discours incompréhensibles. Leur communiqué du 7 décembre dénonce « La malédiction française : toujours plus de dépenses, d’impôts et de taxes » et soutient que « Les impôts et les taxes ont atteint un niveau insupportable ». Il s’insurge à juste titre contre la hausse continue des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires : « C’est une question centrale, un problème majeur qui concerne l’immense majorité des Français. Il n’y a qu’une seule manière d’y répondre : il faut arrêter cette folie fiscale ».

Et dans le même temps, au Sénat, la majorité menée pas les sénateurs Les Républicains, et à l’initiative d’un député Les Républicains, Gilles Carrez, a approuvé, avec les communistes, la création d’une taxe additionnelle de 15 % qui s’ajoute à la taxe de séjour payée par les visiteurs en Île-de-France, afin de financer la Société du Grand Paris (SGP), chargée de construire le futur métro automatique autour de la capitale. Cette taxe devrait rapporter 200 et 250 millions d’euros supplémentaires et peser d’autant sur l’activité touristique dans la capitale. Le seul argument a été bien pauvre : « Ayons le courage d’aller trouver l’argent où il se trouve » ont repris en cœur la droite et les communistes.

Le courage aurait plutôt été d’aller chercher des économies là où elles sont possibles. Et d’abord dans le budget des assemblées parlementaires, et notamment du Sénat, qui surpayent leurs personnels.

Le communiqué susvisé de LR avait pourtant raison : « Il n’y a pas de miracle : on ne peut pas augmenter toujours plus les dépenses publiques et ”en même temps » baisser les impôts et les taxes. C’est le problème de fond du macronisme. Gouverner, c’est choisir : il faut avoir le courage de réduire la dépense publique ». Oui, il faut avoir ce courage et c’est précisément ce que les parlementaires LR n’ont pas. Et leur incohérence doublée d’inconsistance les rend inaudibles. D’autant qu’ils sont divisés et habitués aux propos pour le moins contestables, come ceux d’un Guillaume Peltier appelant à une hausse de 20% du SMIC.

C’est dommage, car Laurent Wauquiez est effectivement en train de réussir dans sa Région à réduire significativement ses dépenses de fonctionnement au profit des investissements. Pourquoi ne pas avoir la même détermination au niveau national ? Mais il est vrai que cela exigerait de ne pas tomber dans le travers populiste, contre les migrants ou pour le bidouillage des cotisations sociales, et d’assumer un propos de vérité. LR doit comprendre que le meilleur moyen de donner de la force à sa ligne conservatrice pour le respect d’une identité française, du travail, de l’effort et de la famille, c’est de l’accompagner d’une politique résolument libérale, non seulement pour renforcer les entreprises et l’emploi, mais en même temps pour libérer la société en rendant à chacun plus de responsabilité pour gérer sa vie, le choix de ses assurances sociales, de l’éducation de ses enfants, de sa retraite… Cette droite pourrait alors afficher une vision d’ampleur, cohérente autant que viable, plutôt que de rester dans le flou pour chercher vainement à ratisser des voix ailleurs.

Nul ne sait comment finira la crise des Gilets jaunes. Mais elle ne pourra profiter qu’à ceux qui auront une ligne claire et déterminée.

Jean-Philippe Delsol pour l’IREF

Merci de tweeter cet article :





14 Réponses à “Mais que diable font les Républicains ?”

  1. Ci dessous, le Relevé sur les différents médias ce matin, des « pensées » suite au discours du narcissique d’hier soir.
    En effet, je n’ai pas écouté ce type hier soir, il me donne la nausée.
    Néanmoins j’ai fait des cauchemars à la pensée que certains acclameraient ses « annonces.

    Ouf, il n’en est rien.
    Enfin, rien, c’est beaucoup dire!
    J’attends, effectivement, la prise de parole de cette opposition totalement muette, ou presque, avec M Woerth qui dit tout et son contraire, et les autres, qui, pour l’instant, jouent les fantômes!

    Ce matin, j’ai lu :
    Le Point (centre gauche), Libération (eh oui!) Valeurs Actuelles, RT, LCI, franceinfo…

    Voici le résultat : enfumage sur toute la ligne

    L’annonce du chef de l’État ce lundi soir correspond à une «accélération» de cette promesse présidentielle.

    Cela ne signifie donc pas «100 euros» de plus en 2019 mais seulement 70 euros dont 30 euros déjà voté : donc un effort de 40 euros supplémentaires, dès 2019, par salarié au smic.

    Et encore, si ces «100 euros» dont a parlé Emmanuel Macron lundi soir tiennent compte de l’augmentation légale du salaire minimum au 1er janvier – que le Premier ministre mercredi dernier à l’Assemblée a chiffré à «+1,8%» – la dépense supplémentaire ne serait pas au niveau ronflant qu’a voulu faire croire le chef de l’État. Lequel ne ferait finalement pas «plus» mais «plus tôt».

    –> Ce matin = Cette hausse de 100 euros par mois « inclut l’augmentation du smic déjà prévue » selon la ministre du travail.

    En clair, cela veut dire que le salaire minimum ne va pas vraiment augmenter plus que l’inflation, mais que l’État va trouver un mécanisme pour booster la rémunération des salariés au salaire minimum.

    D’où sortent alors les 80 (?) euros restants ?
    Ce sont les travailleurs rémunérés au smic ou à un salaire légèrement supérieur, qui verront leur prime d’activité augmenter « dès 2019 ».

    Une prime qui a remplacé le RSA en 2016 et qui est versée par l’Etat via les caisses d’allocation familiales.
    D’où l’absence de financements supplémentaires pour les entreprises.

    Seulement, si le président de la République a annoncé cette mesure comme un cadeau pour les Français, elle est prévue depuis le début de son quinquennat : 30 euros en avril 2019, 20 euros en octobre 2020 et 20 euros en octobre 2021, soit un total de 70 euros d’ici la fin du mandat d’Emmanuel Macron.

    Contacté par franceinfo, l’Elysée a confirmé que cette annonce correspondait en fait à une simple accélération du processus.

    Le problème réside dans le fait qu’une augmentation du smic aurait été plus avantageuse qu’une augmentation de la prime d’activité sur le long terme.
    Si, sur le compte en banque, cela revient au même, la prime d’activité, elle, n’est pas soumise aux cotisations sociales. Donc son montant ne sera pas pris en compte pour calculer le niveau de pension du salarié quand celui-ci partira à la retraite. Et cela, le président de la République s’est bien gardé de l’évoquer…

    Réactions
    ***Eric Woerth note certaines annonces «efficaces» mais avec «leur part d’injustice»

    Eric Woerth, député LR de l’Oise a déclaré sur TF1 à propos des annonces de Macron : «Ce sont des annonces, certaines efficaces. Les heures supplémentaires, c’est évidemment nécessaire. (…)
    Cette mesure qui permettra aux salariés de ne pas payer de charges sociales sur les heures supplémentaires était déjà prévue dans le budget 2019, mais elle sera avancée de plusieurs mois, pour entrer en vigueur dès le 1er janvier.

    Les réponses de ce soir, ce sont des réponses de court terme, des réponses de pouvoir d’achat nécessaires, mais avec leur part d’injustice.
    La CSG, c’est une partie des retraités.
    La prime de fin d’année qu’on demande aux employeurs de verser, certains ne le pourront pas le faire.

    ***Dupont-Aignan : «On a assisté ce soir à un grand numéro de théâtre»
    Réaction.
    Sur Twitter, Nicolas Dupont-Aignan a posté une vidéo de presque cinq minutes dans laquelle il estime que l’«on a assisté ce soir à un grand numéro de théâtre (…) de fausse empathie, fausses mesures, une hypocrisie incroyable.»
    Il estime que ce qu’«Emmanuel Macron n’a pas compris que ce que détestaient les Français, c’est justement ce qu’on a vu ce soir».

    ***Pour Benoît Hamon, «le compte n’y est pas»
    Réaction.
    Après l’allocution d’Emmanuel Macron, les réactions des politiques des différents partis affluent.
    Benoît Hamon, fondateur du mouvement Génération-s, a déclaré sur Twitter que «la lutte paye». Toutefois, l’ancien candidat à la primaire socialiste, a souligné que les annonces de Macron ne suffisent pas et que «le compte n’y est pas».
    Il note : «L’augmentation du smic par la baisse des cotisations salariales veut dire que c’est la Sécurité sociale qui financera les augmentations pas les riches ni les profits exorbitants des grands actionnaires.»

    Où est l’annonce de l’arrêt de l’augmentation des taxes sur les carburants ???
    je ne l’ai entendu ni lu nulle part….

    Donc, comme à l’habitude, de l’enfumage, encore de l’enfumage, toujours de l’enfumage.

    Et pourtant!
    –M Woerth, critique, mais en même temps demande aux gilets jaunes de lever le camp… Un nom à ajouter à la liste de ceux pour qui je ne voterai jamais!

    –M Bayrou(de secours) est élogieux.
    le freluquet «  »renoue avec l’inspiration profonde de sa campagne »..
    Pau doit être plus riche que nos campagnes du centre de la France….!!!!

    — idem pour M Berger (CFDT) : les syndicats ont ils obtenu des promesses???

    — Le MEDEF est ravi : ben forcément, pas touche au retrait de L’ISF, mais maintien de l’IFI qui touche les « riches retraités touchent 2000€ » et qui ont acheté leur maison (ou leur appart à Paris…), valant plus de 1million 3!!!

    — Pour M P Tesson : « Tout y était : le ton, le style, l’image, le fond. En un quart d’heure, à peine, tout fut dit, remarquablement. »
    Rien que ça! Il attend un poste de ministre???

    54 % des Français souhaitent que le mouvement des Gilets jaunes s’arrête, mais, en même temps, 66 % des sondés apportent toujours leur soutien au mouvement.
    Y a comme un truc, non?

    La ligne claire et déterminée n’est pas encore pour aujourd’hui.

  2. Aurions nous la droite la plus bête du monde ? Je commence à le penser.

    • Euh, la droite en Belgique vient de se suicider sur un accord de principe, non contraignant, un truc, en soi qui ne sert à rien (disent ceux qui en font la promo). La compétition sera rude …

  3. Pour arrêter avec cette idée stupide de l’augmentation du SMIC sans gain de productivité, merci de lire
    https://leblogdenathaliemp.com/2018/11/13/hausse-du-salaire-minimum-toujours-pas-une-bonne-idee-seattle-amazon/

    on constate bien que l’élévation importante du salaire minimum a pour effet de favoriser les salariés les plus expérimentés au détriment des moins expérimentés et de rehausser la barrière à l’entrée du marché du travail pour les personnes les moins qualifiées.
    Par ailleurs, les entreprises répercutent progressivement cette hausse des charges sur leurs prix, qui … augmentent ! au bout de quelque mois, le pouvoir d’achat du SMICard retrouve son niveau d’avant la hausse. Brillantissime, inutile, mais c’est réclamé à chaque mouvement social depuis des décennies !

    L’idée stupide des socialistes c’est de dire « ah, on fait payer les patrons, qui vont réduire leurs profits,; pour redistribuer aux salariés » !

  4. A part quelques francs-tireurs chez les républicains,ils sont inaudibles parce que leur chef l’est lui même et n’a pas la carrure: quand il veut faire peuple ou porter un gilet jaune,il prêterait plutôt à sourire.

    Vous êtes trop lisse,trop formaté Monsieur Wauquiez pour entraîner les gens derrière vous…

    Je vous mettrais bien à la droite d’Emmanuel Macron si le dégagisme était une valeur d’avenir de la politique française…

  5. En conclusion Wauquier est consternant, et il y a trop de signes qui montrent que ce n’est pas le bon cheval…il faut se préparer à en trouver un (e) autre !

    • L’ennui, c’est que on n’en voit pas un sortir du lot!

    • Pourtant il est l’un des rares, qui, après l’attentat de Strasbourg montre du doigt la mauvaise gestion des fichés S (et, donc, implicitement, montre ce qui nous attend avec le pacte de Marrakech!)

      Malheureusement, le groupe LR, collabo dans l’âme tout comme LREM, lui tire dans les pattes.

      Je n’apprécie pas particulièrement M Wauquiez, mais accordons lui le fait qu’il a des moments de lucidité contrairement à beaucoup d’autres.

  6. Les LR sont probablement morts, et pour longtemps malheureusement.
    Je reste persuadé que la droite « classique » était la seule vraiment à même de porter le programme nécessaire au redressement du pays, à la fois sur le plan économique et celui des valeurs. Une sorte de combinaison du Fillon 2017 (réduction drastique des dépenses et des prélèvements, vaincre le totalitarisme islamique) mais sans Fillon, et du Sarkozy 2007 (travailler plus pour gagner plus). On aurait quoi qu’il en soit connu un mouvement social très dur, mais au moins avec des lignes plus claires, des oppositions identifiées, et quelqu’un à la tête de l’état doté d’un autre logiciel que celui de la gauche socialiste-étatiste. Et on éviterait toutes les conneries sociétales, le pacte de Marrakech, …

    La situation actuelle semble nous amener tout droit vers un scénario où LR (comme la gauche sociale-démocrate)sera hors jeu pour un long moment. Soit un scénario à l’italienne, soit en pire un scénario à la grecque (je n’ose dire vénézuelienne) avec une prise de pouvoir des insoumis. Et là je ne donne pas cher de notre démocratie (ce serait 100 fois plus dangereux qu’une arrivée du RN aux manettes).
    Je suis très pessimiste sur la suite de la situation à moyen terme. Macron est démonétisé et impuissant, je ne crois pas sauf révolution copernicienne qu’il puisse encore entreprendre quoi que ce soit hormis toujours plus de mesures d’inspiration socialistes qui seront financés par les riches (cadres, retraités « aisés », …) qui gagnent plus de 2000€ / mois, nouveau seuil de la richesse.
    Et le mouvement des Gilets Jaunes (j’ai soutenu au départ les revendications sur le ras-le-bol fiscal et le mal-être des classes moyennes méprisées), est maintenant de plus en plus récupéré par les insoumis et bascule clairement sur des revendications très marquées à gauche. Il n’y a qu’en France qu’un mouvement anti-taxe débouche sur de nouvelles dépenses non financées qui inévitablement crééront les taxes et impôts de demain… comme d’habitude payées par les 40% (et demain 30 ? 20 ?) qui payent encore l’IR, la taxe d’habitation, et tout le reste… Beaucoup de GJ seront d’ailleurs les dindons de la farce, le socialisme ne pouvant engendrer qu’encore plus de pauvreté et de déclassement. Je suis dépité…

    • Entièrement de votre avis, même si malgré tout, je soutiens toujours les gilets jaunes, les seuls pour l’instant, ayant encore la possibilité de dégager macron.

  7. Le compte n’y est pas, surtout qu’il n’a pas répondu à la question:

    Où va ce pognon de dingue que l’on nous tape sans arrêt ??

    • Où va ce pognon de dingue?
      Probablement dans la poche des copains et des coquins en marche droit dans le mur de la honte, de la collaboration avec l’ennemi, du vol du peuple français.

      J’espère qu’un jour, le fumeux « parquet national Financier » se penchera sur les finances macroniennes et LREM, avec la même célérité que pour M Fillon et qu’il disloquera tant ce chef que son parti, comme il l’a fait avec M Fillon et notre parti.

      Nous ne savons toujours pas où est passé la somme, pourtant rondelette, gagnée par cet individu qui nous sert, temporairement, je l’espère, de président.

      • Je n’imagine pas qu’ils ne se servent pas au passagecomme l’ont fait certains de leurs prédécesseurs mais je souhaite que ce soit réellement une revendication des gilets jaunes.

        Combien de milliards ont été engloutis dans les quartiers pour aboutir à cet echec qu’est ce terrorisme endogène, l’économie parallèle que sont le trafic de stupéfiants, le grand banditisme et qui forme ou déforme les plus jeunes pour permettre à chaque génération de monter les curseurs de la violence, de la barbarie et du refus de l’état de droit.

        Comment peut on mettre en place un dispositif anti gilets jaunes aussi répressif pour garder à vue des gens détenant dans leur véhicule le gilet obligatoire pour des raisons de sécurité routière (sûrement plus efficace que les 80 km/h) et boules de pétanque détenus pour les moments de détente improvisés.
        Comment ne pas imaginer un dispositif de grande ampleur (juridique et répressif) afin d’éviter de laisser circuler des personnes aussi dangereuses que cherif chekatt, aussi nuisibles que les casseurs-pilleurs professionnels des manifestations en général.

        On fait du repressif avec les gens insérés socialement exprimant simplement une colère plus que justifiée,
        et on fait du social avec des gens qui se sont exclus de l’état de droit, qui mettent à mal nos institutions et épuisent moralement et psychologiquement nos forces de l’ordre, bien plus que 4 samedis par an.

        Effectivement, le président ne les invite pas a venir le chercher, il est même prêt à prendre l’avion, payé entre autres par les gilets jaunes, pour aller faire des « fuck-selfies » avec des dealers, ou organiser une rave-party, à l’Elysée, en pleine fête de la musique, non pas avec des gilets jaunes mais avec des T-shirts floqués de « fils d’immigré noir & pédé ».

        Chaque jour du quinquennat qui passe, il se révèle être la chose qui a d’abord conseillé, puis épaulé, ensuite disqualifié et au final assuré la continuité de celui qui fût le pire président de la 5éme république, « Normal 1er ».

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *