Que fait une blanche à la tête de France Télévisions ?

Publié par le 22 Nov, 2020 dans Blog | 6 commentaires

Que fait une blanche à la tête de France Télévisions ?

« les personnes perçues comme « non blanches » représenteraient environ 25 % de la société française, contre 15 % à la télévision »

C’est un scandale que dénonce Delphine Ernotte, la présidente de France Télévisions, qui vient d’être reconduite à son poste !

On notera que le chiffre précédent de 25 %, avancé par la militante gauchiste, reconnait, de fait, que le processus de Grand remplacement nié farouchement par la gauche est donc déjà bien avancé !

Plus loin, Delphine Ernotte enfonce le clou :

« Nos publics revendiquent d’être mieux représentés, en matière de parité, de couleur de peau, de handicap, d’origine géographique et sociale. La distorsion entre la réalité et sa représentation à la télévision est trop grande ! »

« Il y a donc un énorme rattrapage à faire et ce sera le fil rouge de mon nouveau mandat »

Je ne me souviens pas qu’il y ait eu un président « issu de la diversité », comme on dit, au poste de directeur de France Télévisions. La première mesure que devrait donc prendre Delphine Ernotte devrait donc être de s’autodissoudre et de proposer pour la remplacer une femme noire, lesbienne et si possible handicapée ce qui cocherait toutes les cases de la diversité souhaitée !

Voici une remarquable analyse de Mathieu Bock-Côté qui s’en prend, dans Le Figaro, aux priorités diversitaires de Delphine Ernotte :

« Delphine Ernotte dans le piège de l’idéologie diversitaire »

Lundi, dans un entretien accordé au Monde, Delphine Ernotte a annoncé qu’elle consacrerait l’essentiel de son deuxième mandat à la tête de France Télévisions à assurer la « promotion de la diversité ». S’appuyant sur un usage décomplexé des statistiques ethniques, elle a expliqué que 25 % de la population française Mathieu Bock-Côté. Le Figaro serait « non blanche ». Ce chiffre peut paraître étonnant. On nous affirmait pourtant qu’évoquer une mutation démographique à grande échelle de la population française aujourd’hui relevait du fantasme et du conspirationnisme. À moins que cette mutation ne soit reconnue que lorsque vient le temps de la célébrer ? Faut-il comprendre que les statistiques ethniques sont autorisées lorsque Delphine Ernotte en fait usage mais interdites lorsqu’elles sont utilisées par un homme à la mauvaise réputation idéologique ? Il serait intéressant de le savoir.

Quoi qu’il en soit, Delphine Ernotte s’appuie sur ce chiffre pour en appeler à une meilleure représentativité de ceux qu’on appelle en Amérique du Nord les « racisés ». On n’en sera pas surpris pour peu qu’on se souvienne que Mme Ernotte affirmait en 2015 qu’« on a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change ». Le régime diversitaire, avant chacune de ses charges, réactive la figure du bouc émissaire contre laquelle il se construit.

Sa méthode se veut musclée : « On ne finance pas un projet quand la diversité n’est pas représentée. » En d’autres mots, France Télévisions entend se lancer dans une entreprise d’ingénierie sociale explicite. Pour citer cette fois Françoise Nyssen, alors ministre de la Culture, « le pays des Lumières sur ce sujet, de la diversité, est hautement réactionnaire. Avec une volonté politique sans ambiguïté, notre média engagé changera les mentalités sur le terrain ».

Le monde n’apparaît plus qu’à la manière
d’une série d’échantillons représentatifs

Mais la théorie de la représentativité des ondes repose sur une sociologie bancale, compartimentant de manière toujours plus étroite la société en identités claniques et rivales. À l’américaine, on distinguera d’abord les hommes des femmes et des « non-binaires » qui refusent d’entrer dans une de ces deux catégories, les bien portants des handicapés, en plus de trier tout le monde en groupes raciaux, bien qu’il soit ici possible de proposer une classification simplifiée, en séparant les Blancs méchants des minorités opprimées. Sans oublier tant d’autres catégories.

On suppose surtout que chaque individu ne peut finalement être représenté que par un membre du groupe auquel il est assigné par la bureaucratie diversitaire, et qu’il s’identifiera intégralement aux idées qu’on lui prête. Au terme de ce saucissonnage, le monde n’apparaît plus qu’à la manière d’une série d’échantillons représentatifs.

Naturellement, la moindre disparité statistique entre les groupes dont le régime diversitaire décrète l’existence sera interprétée comme le signe d’une discrimination. Le régime diversitaire ne prête aucune capacité d’abstraction aux individus, jugés incapables de se reconnaître dans une personne n’ayant pas le même phénotype (ensemble des caractères apparents d’un individu, NDLR). Il les enferme dans une perspective dont ils ne pourront plus se dégager sans être accusés de trahir leur communauté, comme on le voit aux États-Unis où les Noirs récusant la légitimité du racialisme se font souvent accuser d’être victimes du « syndrome de l’Oncle Tom ».

C’est la notion même d’une culture nationale traversée par une aspiration à l’universel qui disparaît. Chacun conditionnera son appartenance à la nation au fait qu’elle reconnaisse formellement le groupe auquel il prétend appartenir d’abord, sans quoi il pourra se dire victime d’exclusion. Le multiculturalisme est une machine à concasser la possibilité même du commun.

La question revient : est-ce la mission du service public audiovisuel de rentrer dans la gorge de ceux qui le financent une idéologie ? Évidemment, c’est le propre de l’idéologue de ne pas savoir qu’il en est un, et de se voir comme un technicien pragmatique adaptant la société aux exigences du sens de l’Histoire. Ainsi, dans la « promotion de la diversité », il ne voit pas une idéologie mais un progrès dont la simple critique est inconcevable. Dès lors que ce service public se croit porteur d’une mission d’éducation des consciences, il n’est plus nécessaire d’assurer la représentation de la diversité des points de vue.

Entre ceux qui sont éclairés par la révélation diversitaire et ceux qui s’entêtent à ne pas s’y convertir, il n’y a pas de parité à établir, et les opinions issues du vieux monde seront présentées comme autant de préjugés à déconstruire pour qu’advienne la société inclusive. On fera même, comme on le fait sur France Inter, la liste des intellectuels à proscrire, des idées à bannir, pour que sur le chemin du régime diversitaire, le service public audiovisuel soit à l’avant-garde de la liquidation symbolique des réactionnaires.

Mathieu Bock-Côté pour Le Figaro.

Juste un point à ajouter :

Le pluralisme ne figure t-il pas dans le cahier des charges du Service public de l’audiovisuel ?

Dans ce cas, il serait souhaitable d’ajouter dans les critères de promotion de la diversité, celui de la pluralité des opinions politiques. Delphine Ernotte devrait ainsi se pencher en urgence sur le cas de France Inter qui semble souffrir d’un net penchant à gauche …

Merci de tweeter cet article :





6 Réponses à “Que fait une blanche à la tête de France Télévisions ?”

  1. faudrait savoir qui dit la réalité!!!!!!

    Soit
    Laurent Joffrin : “La thèse du grand remplacement ne tient pas debout”

    ou

    « les personnes perçues comme « non blanches » représenteraient environ 25 % de la société française, contre 15 % à la télévision »

  2. Bof!
    Cela fait près de 20 ans que je ne regarde plus la TV qui ne me représente pas, quelque soit la couleur des personnages que l’on y voit!

    Tout est faussé, même la météo, puisqu’on s’aperçoit, si tant est que l’on regarde son thermomètre, son pluviomètre et le ciel à travers la fenêtre que leurs prévisions, leurs infos et leurs reportages sont aussi faux en météo qu’en médecine, qu’en politique….

    Franchement, si mon époux n’était pas fan de reportages historiques ou géographiques, la TV serait à la déchetterie depuis longtemps.
    pendant qu’il se gave d’images (truquées?), moi, je lis un bon livre!

    Donc, il peut bien y avoir qui que ce soit, je ne regarde pas, donc je ne le vois pas!

    Si tout le monde boycottait leurs émissions, il n’y aurait plus d’entrées financières publicitaires et nous gagnerions peut être la guerre psychique qu’ils nous font

  3. Moi aussi je ne suis pas representé par la TV, et combien d’autres ne le sont pas.

    Sur quel criteres se base delphine ernotte pour raconter ses betises, evidement des criteres sur l’air du progressisme, qui a toujours nié bien des verités.

    La TV presente des personnage sans nuance, qui ressemblent seulement a la propagande de goche et de pseudo bien pensance.

    Une fois de plus, on voit l’incoherence de la goche, elle garde sa place de « femme » blanche alors que l’air de la propagande est de mettre des noirs partout, encore une raciste…

  4. jacques boudet dit:

    Nourrir le monde, explorer l’espace, sonder les océans, créer la vie, empêcher la mort, utiliser le nucléaire.
    C’est qui ?

  5. qu’est-ce qu’elle attend pour laisser sa place ? ah non pas elle !
    c’est bon pour les autres

  6. Le probleme avec cette goche debile, c’est de mettre les gens dans des cases sans tenir compte de leur nuances, de leur intelligence,
    de ce qu’ils sont vraiment…

    La goche simplette par nature, veut simplifier tout pour arrager ses affaires, le reel elle le nie, seul compte son ultra egoïsme, les autres ne compte pas.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *