Michel Onfray: «un authentique crachat lancé au visage»

Publié par le 4 Fév, 2019 dans Blog | 4 commentaires

Michel Onfray: «un authentique crachat lancé au visage»

Michel Onfray a encore frappé !

Dans un précédent article publié en octobre 2018 :

Onfray – Balboa : même combat !,

j’avais relayé une lettre au vitriol de Michel Onfray contre le président de la République.

C’est une récidive que je vous propose aujourd’hui avec une nouvelle lettre du philosophe consacrée aux gilets jaunes et à l’attitude d’Emmanuel Macron vis-à-vis d’eux :

Une légitime défense, par Michel Onfray

Je vous livre le début de cette longue lettre dont vous pouvez lire le contenu intégral ici.

“Si tout le monde agresse tout le monde, la société se défait.”

Macron, Lettre aux Français

Neuvième acte des gilets-jaunes. Envie de vomir en écoutant les commentaires des journalistes ou de philosophes comme Ferry ou BHL qui veulent absolument associer la violence aux gilets-jaunes alors qu’avec leurs discours, auxquels il faut ajouter ceux du pouvoir et de Macron, ils font tout pour la créer.

Je songe par exemple à cette galette des rois au cours de laquelle Macron en a profité pour gifler à nouveau les gilets-jaunes. Chacun a bien compris le message présidentiel quand il dit: “Les troubles que notre société traverse sont aussi parfois dus, liés au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu’on peut obtenir sans que cet effort soit apporté. Parfois on a trop souvent oublié qu’à côté des droits de chacun dans la République – et notre République n’a rien à envier à beaucoup d’autres – il y a des devoirs. Et s’il n’y a pas ce sens de l’effort, le fait que chaque citoyen apporte sa pierre à l’édifice par son engagement au travail.”

Cette déclaration est un authentique crachat lancé au visage de ceux qui, à la moitié du mois, alors qu’ils travaillent dur et ne sont ni des professionnels de l’allocation ni des assistés, ne peuvent plus faire face aux dépenses de base !

Après l’illettrisme, l’alcoolisme, le tabagisme, l’intelligence limitée des pauvres face à sa pensée complexe, les gens qui ne sont rien parce qu’ils n’ont rien, voilà une nouvelle variation sur le thème du mépris: la fainéantise des gens modestes. Qui crée la haine? Qui la sème? Qui ne cesse d’en faire usage? Qui l’excite et l’énerve alors qu’il en est son pouvoir de la calmer?

Je ne cesse de dire que notre époque s’effondre sous les coups de boutoirs de la moraline. Nos temps ont mis derrière elle la généalogie qui, jadis, avec les Lumières en un autre moment emblématique, permettait de se demander d’où venaient les choses et non s’il fallait en rire ou en pleurer comme les esprits contaminés par la moraline ne cessent de faire aujourd’hui.

Les chaînes d’information continue attendent la cogne, elles guettent la castagne, elles s’impatientent devant les foules calmes: c’est leur nourriture. Des crétins qu’on nous présente comme des journalistes -l’un d’entre eux n’a cessé de parler la veille des “planches en bois” apposées sur les vitrines des banques…- sont à l’affût du moindre vélo retourné ou de la moindre poubelle répandue sur le sol afin d’envoyer le message de la Présidence et du ministère de l’Intérieur: les gilets-jaunes sont violents. Hors dictatures, on n’avait jamais vu à un tel point la collusion entre pouvoir d’Etat et journalisme.

Faisons de la généalogie.

Lire la suite sur le site Les Crises avec trois parties :

  1. Le temps des ronds-points
  2. Le temps des pavés
  3. Le temps des provinces.

Michel Onfray pour le site Les Crises.

Merci de tweeter cet article :





4 Réponses à “Michel Onfray: «un authentique crachat lancé au visage»”

  1. Je suis désolé, sur ce coup là, Macron a raison, l’excès d’assistanat place une partie de la population dans une situation et un confort, qu’elle perdrait en reprenant une vie active, et c’est désolant.
    Autour de moi, à la Réunion, j’ai vu des jeunes arrêter de travailler, parce qu’ils étaient gagnants, avec un jeune enfant et les aides, qu’en travaillant et payant une nounou !
    et des exemples de ce type j’en ai plein d’autres, qui exposent clairement la perversité de l’assistanat.

    Cette état de fait qui perdure depuis quatre décennies, a hélas perverti les esprits, et comme le goût de l’effort n’est plus enseigné à l’école, que le « mérite » est un gros mot, on en arrive, pour une certaine partie de la population, je le répète, à ce que décrit Macron.
    Par ailleurs, cet éclat, comparable au « pognon de dingue » c’est un coup de comm, justement à l’attention de tous ceux qui par leur travail, financent cette redistribution !

    Onfray, dans son désir de « se faire Macron » une nouvelle fois, s’est bien planté, et interprète de façon erronée le propos présidentiel.

    • Sur le passage du crachat, il mentionne

      « ceux qui travaillent dur et ne sont ni des professionnels de l’allocation ni des assistés »

      il parle de ceux qui ne quémandent pas, qui bossent et qui touchent moins que celui qui est au chômage ou au RSA et qui fait des petits boulots au black et qui deale pour au final gagner plus que lui.
      Oui Pheldge, ces gens là existent et ils côtoient les profiteurs depuis des années et les entendent leur répéter inlassablement :
      « Je suis épuisé, je lâche mon job, je profite de l’été, j’ai rechargé les droits au chômage, je vais faire du jardinage et des petits jobs à côté pour équilibrer les comptes. »

      C’est cet assistanat qui est injuste.

  2. Je l’ai toujours écrit et pensé.
    L’assistanat est une hérésie.
    Il permet de mettre ceux qu’on assiste en esclavage.
    Je suis de fait, sur ce point en accord avec Pheldge.

    Par contre, la façon dont le dit macron est effectivement un crachat de mépris.

    Ainsi, par exemple, les retraités -dont je fais partie- ne sont pas des assistés :
    ***ils ont bossé comme des dingues (pour parler macronien), cotisé pour payer les retraites de leurs anciens

    *** tout en les aidant physiquement et économiquement, vu la retraite qu’ils touchent ou touchaient ,

    *** en payant une cotisation veuvage (pour ne pas recevoir de pension de réversion car trop riche, ainsi que vient de l’apprendre mon beau-père qui, bien que non imposable avec ses propres revenus, touche trop pour y prétendre après le décès de son épouse!!!),

    *** et en payant pour les études de leurs enfants, tout en continuant à les aider afin qu’ils puissent s’installer dans la vie.

    Non les retraités ne sont pas des assistés, entre autres personnes montrées du doigt par ce type qui, pourtant, a une épouse retraitée depuis un certain nombre d’années, je dirais même un nombre d’années certain, vu qu’elle était « prof » (mauvaise lorsqu’on voit le français qu’utilise son élève et époux).

    Quant aux chômeurs, eh bien, dans nos campagnes, ce ne sont pas des assistés.

    Il y en a bien sûr, mais c’est une minorité… maintenant nous avons des cars de chances pour la France qui sont des assistés , qui nous coûtent cher pour rien en retour . Remarquez que l’avantage est que, comme nous n’avons plus rien, ni dans le domaine de la Santé, ni au niveau commerce ou services de l’état, ils s’évaporent on ne sait où!!!

    Et ces chômeurs, s’ils traversent la rue, ils tomberont soit devant un champ, soit devant une entreprise en faillite, soit devant un commerce fermé et à vendre…

    C’est pourquoi je m’insurge contre ces phrases toutes faites, méprisantes, allant jusqu’à être ressenties comme des violences à notre égard.
    Car, si je réfute l’assistanat, j’estime qu’il est du devoir de l’état, face au droit qu’il prend de nous taxer à donf (tiens, manu n’a pas encore pensé à ce « mot » de « pur français »!), d’aider les français à s’aider!!!

    Et ce n’est surement pas en payant les médias pour des sondages étonnants (s’ils sont vrais, les français sont encore plus stupides que je ne pensais)ou en faisant des grââânds débââts qui coûtent un pognon de dingue que ce -petit- monsieur va les aider à s’aider.

    Il veut seulement jouir de notre pognon pour s’offrir de -maigres- repas à 200€, vins non compris…!!! dans une salle rénovée pour 500 000€, et, ainsi, devenue l’équivalent d’un hall de gare désaffectée, après le choix « judicieux » de la « plus belle et élégante » 1ere dame au sujet de sa ‘décoration »!!

    Alors oui, monsieur manu lance des crachats quotidiens à la figure des français majoritaires!

    Et pourtant, ces français sont tellement masos qu’ils en redemandent puisque ce monsieur est monté « d’une flèche » (!!!) dans les sondages de 23%à 34% de convaincus!!!
    J’hallucine!

  3. Et il a fait des émules, le président. Voici un extrait du discours de notre sous-préfet :
    Ce qui préoccupe le plus le sous-préfet, depuis qu’il a pris ses fonctions d’ailleurs, c’est le développement économique. « Ici, le seul problème, c’est de trouver des travailleurs. Le drame de mon mandat est là. Sur l’arrondissement, il y a entre 500 et 800 emplois non pourvus »
    À ses yeux, le souci est la demande, pas l’offre. « Il n’y a pas forcément de l’appétence pour l’emploi. Tous les industriels le disent : ils sont prêts à embaucher, ils ne trouvent personne. C’est un frein pour le développement économique. On pourrait faire beaucoup mieux s’il n’y avait pas tous ces postes à pourvoir. Le problème, c’est l’envie de travailler, pas le manque de travail. »

    Comme quoi, à force de répéter les mêmes mensonges, ils deviennent vérité pour certains

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *