Nous n’avons pas besoin d’une minute de silence …
Mais plutôt d’une heure de hurlement !

Publié par le 2 Nov, 2020 dans Blog | 6 commentaires

Nous n’avons pas besoin d’une minute de silence … Mais plutôt d’une heure de hurlement !

Non, le silence n’est pas une réponse !

Pas une réponse à la barbarie !

Le silence, c’est déjà une renonciation …

… une soumission !

Les bouquets de fleurs qui s’empilent … Les bougies qui scintillent dans la nuit … Les témoignages écrits, les poèmes tracés sur des bouts de papier …

Les marches blanches qui d’ailleurs devraient être noires …

Nous n’en pouvons, nous n’en voulons plus !

Tous ces témoignages d’humanité ne suffisent plus et j’imagine comment ils déclenchent parmi les ayatollahs, les islamistes radicaux, sarcasmes et satisfaction !

Je refuse comme Thibaud Collin, qui s’exprime dans l’Incorrect, de respecter une minute de silence. J’aurai, à la place, une pensée pour Samuel Paty et je lui dédis cet article qui n’est qu’un très modeste mais sincère acte de résistance.

Pourquoi, lundi 2 novembre,
je ne ferai pas de minute de silence

Face à la terreur islamiste, il ne s’agit pas de faire silence et encore moins dans une salle de classe. La salle de classe est le lieu de la recherche de la vérité, de la transmission des savoirs et de l’apprentissage de la réflexion. Vouloir en faire un lieu dans lequel résonnent les débats politiques, idéologiques et religieux est le meilleur moyen de trahir la mission de l’école.

Face à la terreur islamiste, il s’agit non pas de faire silence mais de parler et d’agir. En effet, ce silence n’est-il pas équivoque ? S’agit-il de valider la tendance officielle à identifier la République française à la liberté d’expression et d’identifier la liberté d’expression à des caricatures ? Samuel Paty a été victime d’un crime abject perpétré au nom du fanatisme islamique. Mais n’a t-il pas aussi été victime d’une conception dévoyée de la liberté telle qu’elle apparaît dans le programme d’enseignement moral et civique (EMC) ? En effet, moquer n’est pas critiquer. En quoi, par exemple, montrer Mahomet les fesses à l’air est-il une manière intelligente de critiquer la religion musulmane, son contenu et ses préceptes ? La moquerie engendre l’indignation et la colère, mères de la violence. La critique est l’exercice de la raison qui s’informe et réfléchit.

Le Président de la République a validé, comme beaucoup avant lui, cette identification de la France au droit de se moquer de ce qui est considéré comme le plus sacré par certains. En entrant tête baissée dans cette dialectique, il a jeté de l’huile sur le feu. Il a ainsi sa part de responsabilité dans l’attentat de Nice, conséquence directe du regain de violence islamique à l’encontre de la France. La distribution dans toutes les écoles d’un livret contenant les caricatures de Mahomet faites par Charlie hebdo serait la confirmation que l’école de la République est le vecteur d’une idéologie, le laïcisme. Or il est clair que ce n’est pas la laïcité qui comme telle va résoudre les nombreux problèmes que pose l’islam à la France.

Comment peut-on croire sérieusement que l’on va rendre les musulmans fiers d’être français en leur adressant le message : France = laïcité = caricatures de Mahomet ? La nature humaine a horreur du vide.

L’idéologie islamique est forte de nos propres renoncements civilisationnels.

L’école doit offrir à tous les élèves une formation intellectuelle et morale dans laquelle les raisons d’admirer ce qui est grand sont nombreuses. La moquerie ne sait que rabattre tout à sa propre bassesse. Il est urgent que la civilisation française, riche de tant de grandeurs humaines, politiques et spirituelles, soit de nouveau transmise à l’école. 

Lundi 2 novembre au matin, professeur de philosophie, je corrigerai en classe d’hypokhâgne le sujet de dissertation suivant : « Faut-il vivre comme si nous ne devions jamais mourir ? » ; catholique, je prierai en silence pour le repos de l’âme des victimes du terrorisme et pour celle de leurs bourreaux islamistes, pendant la messe célébrée à la mémoire de tous les défunts.

6 Réponses à “Nous n’avons pas besoin d’une minute de silence …
Mais plutôt d’une heure de hurlement !”

  1. Je n’ai jamais été charlie, ni avant ni après janvier 2015! J’ai regretté la mort brutale des journalistes, des forces de l’ordre, des amateurs de concert, des amis en terrasse, des cousines contentes de se retrouver, d’un professeur ou de simples personnes venues prier!!!
    Oui, j’ai envie de crier, malheureusement, je crie dans le désert, il n’y a personne pour m’entendre.
    Je ne veux pas vivre avec la peur d’un passant, m’inquiéter d’un retard…..
    A mon niveau, que puis-je faire?
    Et vous, que pouvez-vous faire?

  2. Moi non plus je n’ai jamais été Charlie.
    Néanmoins si j’ai été choquée par le Piss Christ, ce n’est pas pour autant que j’ai été décapiter un musulman!!!

    Alors que nous soyons choqués dans notre foi, OK, mais c’est personnel (nombre de français n’en ont pas été choqués) .
    Que les musulmans qui se voient caricaturés les fesses en l’air (il suffit pourtant de prendre une photo dans des rues parisiennes sans caricaturer pour autant), soient choqués, OK

    Que ces individus stupides, par contre aillent égorger quelqu’un pour cela : NON? non et non!

    N’oublions pas que la religion la plus éprouvée par la violence musulmane sur la planète est la religion chrétienne (toutes branches comprises), et ce, dans un silence médiatique et politique semblable au néant infini!
    (suivie par la religion juive et la musulmane en dernier, avec peu de cas)

    Personnellement, ce ne sont pas avec des bougies et des fleurs, ni avec une minute de silence (que je n’ai pas suivie à l’époque de Charlie) que je manifesterais si je le pouvais, je puis vous le dire!
    Et leur « œil pour œil, dent pour dent », avec moi la chrétienne ayant appris pourtant l’inverse,si j’en avais un jour l’occasion, leur reviendrait (et j’espère leur reviendra) dans la figure en mille fois pire.

    Je déteste les tièdes!(en référence à St Jean, moins rude que moi)

  3. Ma petite fille scolarisée dans un collège de Villepinte (93) est restée 3 heures dans la cour, pas de prof pour sa classe, pas de minute de silence, pas de lecture de la lettre de Jean Jaurès
    Il faut dire que c’est le 93 (la pétoche est plus forte que l’hommage)

  4. J’espère que dans la minute de silence, les enseignants ont inclus TOUTES LES VICTIMES, ou pensent-ils que d’aller prier n’est pas à la hauteur de leur indignation!

  5. Ce matin, j’ai pleuré à l’annonce de la tuerie à Vienne.

    Et que c’est -il passé en France (pardon en république)?
    Oh, pas de déclaration de guerre, non!
    Seulement un renforcement de la garde rapprochée de ce type (manu ) et de darmalin (qui ne fait pas trop le malin) et ce avec nos impôts, tandis qu’on commence à nous rationner!!!!

    Que des gueux qui ne sont rien se fassent égorger, quelle importance, allons!
    S’ils souffrent trop, on n’aura qu’à les piquer!
    ON a déjà commencé avec nos anciens dans les EHPAD et les hôpitaux à coup de Rivotril.
    Les jeunes ou dans « la force de l’âge », auront droit au chlorure de potassium !!!!

    Il va vraiment falloir qu’on aille les chercher!

  6. J’attend la réaction politique de l’Autriche, la même que chez nous? Ici, c’est la politique de l’autruche, on tourne le dos à l’assaillant et du coup, il n’existe pas.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *