Pire que le CESE … il y a le CESE !

Publié par le 2 Avr, 2019 dans Blog | 8 commentaires

Pire que le CESE …  il y a le CESE !

On se rappelle tous du sinistre CESE français
(Conseil Economique Social et Environnemental).

Mais si ! Rappelez-vous ! C’est l’organisme qui avait mis à la poubelle, en refusant de l’examiner, la pétition de 700 000 signatures recueillies en moins de 15 jours par la Manif pour tous, en recours contre la loi Taubira sur la dénaturation du mariage et le droit à l’enfant !

A l’époque, c’était Jean-Paul Delevoye, membre du RPR et de l’UMP, qui en était le président. Il avait demandé à Jean-Marc Ayrault, alors premier ministre de Hollande, ce qu’il devait faire de cette fameuse pétition au mépris de l’indépendance des pouvoirs ! Directement à la poubelle ! Aujourd’hui, ce triste sire a achevé sa trahison en rejoignant la République en marche !

Et bien oui, il y a pire que ce CESE français ! Il y a le CESE européen (Comité Economique et Social Européen) !

C’est un article de Valeurs actuelles qui nous apprend l’existence de cette instance européenne en nous présentant une synthèse de l’un de ses rapports édifiants sur l’immigration dont le titre prouve, à lui seul, l’orientation politiquement correct du document :

Les coûts de la non-immigration et de la non-intégration

Rapport du CESE : quand l’Union européenne explique
que l’immigration est la solution à tous nos problèmes

Le Comité Economique et Social Européen a rendu le 22 mars un avis sur « Les coûts de la non-immigration et de la non-intégration ». Tous les clichés et les poncifs sur l’immigration comme seul recours au déclin européen y sont réunis. Morceaux choisis et décryptage.

« L’immigration a une influence positive sur la croissance de la population et de la main d’œuvre. ». Sans l’immigration, « les marchés de l’emploi seraient probablement soumis à une pression insupportable et des industries entières feraient faillite, (…) les systèmes de retraite pourraient devenir insoutenables. »

Que l’immigration ait une influence positive sur la croissance de la population, cela semble tomber sous le sens. Rien qu’en 2017, selon la DGEF, Direction Générale des Etrangers en France, 262 000 titres de séjours ont été attribués à des étrangers soit quasiment la population de la ville de Strasbourg. Et encore, on ne parle pas de l’immigration illégale, dont Gérard Collomb avait admis en 2017 qu’elle représentait environ 300 000 sans-papiers sur le territoire. 

Pour ce qui est de la main d’œuvre, la France paraît avoir un solide réservoir. Près d’un Français sur dix en situation de travailler n’a pas d’emploi (8,8 % selon les statistiques d’Eurostat pour janvier 2019). Et contrairement aux idées reçues il s’agit principalement de travailleurs peu ou pas qualifiés, comme l’avait reconnu Myriam El Khomri. Deux millions de chômeurs en France disposent simplement du Baccalauréat et 700 000 ont un niveau scolaire inférieur au CAP. Ils sont donc tout à fait en mesure d’occuper des métiers demandés par des migrants également peu qualifiés pour la plupart.

« Une interdiction totale de la migration légale entraînerait inévitablement une forte augmentation du nombre de tentatives d’immigration irrégulière qui à son tour donnerait lieu (…) à une hausse considérable des coûts. »

Le CESE arrive donc à la conclusion suivante : plus on est restrictif sur nos frontières, moins on accueille, plus cela se retourne contre nous et plus cela nous coûte cher. Les faits montrent évidemment le contraire. Une politique de fermeture des frontières est dissuasive pour les migrants et cela fait économiser les coûts liés à leur traitement une fois sur place ( centre d’accueil, hébergement, frais de dossiers, allocations…). L’essayiste Jean-Paul Gourévitch avait ainsi calculé qu’en 2012 le coût de l’immigration pour la France était de 17,5 milliards d’euros. Une autre étude de chercheurs de l’Université de Lille avait évalué le coût de l’immigration à près de 50 milliards d’euros par an.

« Sans l’immigration, le racisme et la xénophobie seraient encore plus présents qu’aujourd’hui »

Il ne paraît pourtant pas aberrant de concevoir qu’un autochtone qui se sent de plus en plus mis en minorité par une population allogène est plus amené à développer un sentiment d’animosité à son égard. Les résultats en forte hausse de partis hostiles à l’immigration comme le Rassemblement National, la Lega Nord en Italie ou l’AFD en Allemagne sont là pour le rappeler. Il y a quarante ans, alors que la pression migratoire était infiniment plus faible, ces partis connaissaient des scores bien inférieures, voire n’existaient pas.

« Les immigrants sont porteurs d’énergie et d’innovation. La diversité culturelle et ethnique enrichit les pays d’accueil. » 

Les immigrants sont très largement des individus déstructurés, coupés de leurs origines et de leurs repères, épuisés par le long périple qu’ils viennent d’accomplir. Avant de porter de l’énergie et de l’innovation, ils ont en général d’autres préoccupations, plus prosaïques, comme celle de survivre ou d’apprendre la langue. Quant à ce que la diversité enrichisse les pays d’accueil, éternel mantra, elle est encore contestable. N’est-il pas plus aisé de travailler avec quelqu’un qui partage la même culture, la même façon d’être, les mêmes codes ? 

« Les réfugiés et les migrants doivent être perçus non pas comme une menace mais bien comme une chance pour le modèle économique européen. »

Curieusement, malgré les injonctions du CESE, les populations semblent manifester dans les urnes et les sondages le sentiment contraire.  En décembre 2018, selon l’IFOP, 8 Français sur 10 se déclaraient hostiles à l’immigration. Plus loin, le CESE met en garde contre « les discours xénophobes et anti-européens ». Une reconnaissance explicite du lien entre l’immigration et la politique menée par l’UE.

« L’Europe est confrontée au vieillissement de sa population, à une stagnation, voire à une diminution de sa population indigène (…) l’immigration peut contribuer à maintenir un niveau constant à la fois la population totale et la population active. »

Dans la bouche d’un autre, cette phrase aurait des allures de théorie du Grand Remplacement. Une population indigène qui diminue ? Une immigration en hausse qui la remplace pour arriver à un niveau démographique stable ? Ce n’est pas l’extrême droite qui le dit, mais l’Union Européenne.

« Il semblerait que la présence de travailleurs migrants ait permis à certaines entreprises de survivre ou de ne pas délocaliser. »

Dans les deux cas, il ne faut pas oublier que ce sont des travailleurs étrangers qui sont employés. L’Union Européenne nous explique donc  qu’elle a trouvé une nouvelle technique pour ne plus délocaliser les entreprises : délocaliser directement les travailleurs. 

Emmanuel Aumonier pour Valeurs actuelles.

Cet article a été publié le 29 mars … S’il était sorti 3 jours plus tard, je ne l’aurais pas relayé, croyant à un 1 er avril !

Car concentrer autant de poncifs et de contre-vérités dans un seul document relève de la performance !

Penser, par exemple, que laisser entrer plus d’immigrés en France ferait diminuer le racisme et la xénophobie des Français me laisse sans voix !

Merci de tweeter cet article :





8 Réponses à “Pire que le CESE … il y a le CESE !”

  1. Je viens de recevoir cet article d’une amie :

    Analyse d’un Chirurgien, officier supérieur, prisonnier à DBP

    Pourquoi Noirs et Arabes ne s’intègrent pas alors que le modèle d’assimilation républicain a fait merveille avec des générations d’Européens et plus récemment avec les Asiatiques ?

    Tout simplement parce qu’ils ne veulent pas s’intégrer et sont élevés dans la haine de la France pour beaucoup d’entre eux.

    Car l’effort de la République en faveur des immigrés est colossal. Jamais les immigrés n’ont bénéficié d’autant de moyens matériels, financiers et humains que depuis 30 ans.
    Mais quand on regarde les résultats, entre ceux qui font l’effort de s’intégrer et ceux qui haïssent la France, le constat est accablant !!!…

    A des années lumières du discours des associations pro-immigrées et des procureurs qui font chaque jour le procès de la France.

    Il est temps de regarder la réalité en face :
    Selon la seule étude disponible sur le sujet, publiée par l’Insee et l’Ined :

    ***27% des descendants de parents asiatiques occupent aujourd’hui un poste de cadre contre 14% en moyenne pour les Français, toutes origines confondues.
    ***9% pour les fils de Maghrébins.
    ***5% pour ceux d’Afrique subsaharienne.

    ***“48% des Français d’origine asiatique décrochent un diplôme du supérieur,
    ***contre 33% en moyenne en France.

    Enfin une autre statistique remarquable de l’étude:
    ***27% des enfants d’immigrés chinois sont cadres, contre ***14% en moyenne pour les Français”

    “Cette réussite des Asiatiques en France est particulièrement frappante pour la deuxième génération des 50 000 Indochinois arrivés dans les années 1950, au moment de l’indépendance, et des 250 000 «boat people» vietnamiens qui ont fui leurs pays dans les années 1970”.

    Ces chiffres me rappellent l’arrivée d’un groupe de boat people vietnamiens fuyant le régime communiste en 1979. Débarquant à Roissy, leur responsable s’était exprimé avec émotion devant les caméras :
    “Jamais nous n’aurons de mots assez forts pour remercier la France de nous accueillir. Mais que les Français se rassurent, nous allons travailler dur et nous ne serons pas à leur charge très longtemps.”
    6 mois plus tard, ces Asiatiques démunis de tout, parlaient français et leurs enfants caracolaient en tête des classements scolaires ! Comment ne pas être admiratif devant une telle volonté de réussir ? Quel exemple pour les jeunes !!!…
    Un discours magnifique de sincérité et de reconnaissance envers la France.

    Comme on aimerait entendre le même dans les banlieues et dans les paroles des rappeurs, qui ne savent que distiller la haine de la France qui les accueille !!
    C’est pour cela que le discours de victimisation qu’on entend à longueur de journée de la part des lobbies immigrationnistes n’est qu’un monumental mensonge.
    Les immigrés asiatiques ne nous ont jamais bassinés avec leur religion.

    —On n’a jamais vu un bouddhiste partir à l’étranger combattre contre la France qui l’a accueilli à bras ouverts.
    —On n’a jamais vu des bouddhistes bloquer les rues pour prier, au prétexte que les temples sont insuffisants.
    —On n’a jamais vu les élèves asiatiques contester l’enseignement de l’école républicaine, au prétexte que cet enseignement déplaît à Bouddha.
    On n’a jamais vu d’émeutes dans les quartiers asiatiques, de rodéos et de voitures brûlées par centaines au moindre incident.
    —On n’a jamais vu des Asiatiques agresser des enseignants, des médecins des urgences ou des pompiers.
    —On n’a jamais vu les Asiatiques tenter de brûler vifs des policiers dans leur voiture.
    Et il n’y a pas 5000 armes de guerre et de poing qui dorment dans les caves des quartiers asiatiques.

    Sans parler des violences quotidiennes, des viols en tournante, des menaces, des dégradations d’immeubles et des trafics en tout genre qui ont transformé nos banlieues en bande de Gaza.

    Pour en revenir au succès des Asiatiques, il ne tient pas du miracle mais de la mentalité de cette minorité. C’est la sagesse de Confucius qui encourage le travail et l’effort.

    C’est, à mon sens, une remise en place de ce CESE, et de ses contre-vérités et poncifs=!

    Par contre, la question que je me pose toujours sans réponse, d’ailleurs est :
    Pourquoi, des occidentaux blancs, donc, en majorité favorisent ils le grand remplacement que l’on ne peut plus nier, puisque, de toute évidence, ils scient la branche sur laquelle ils sont assis.
    Qu’en attendent ils? Qu’on les tuent ou les mettent n esclavage, eux et leur descendance?

    • Je viens de passer 10 jours en Chine il y a un peu moins d’un mois. Je n’y étais jamais allé auparavant. Un sacré choc.

      Même si je n’admire pas leur régime, j’ai été impressionné par le pays et persuadé qu’ils seront les maîtres du monde dans moins de 20 ans.
      Et comme vous le dites, cela est intimement lié à cette mentalité issue de leur culture millénaire :
      – travail
      – confiance dans leur civilisation
      – capacité à appréhender le temps long.

      En plus partout où on se déplace, toujours ce sentiment de sécurité (sauf en voiture). Franchement je me sens 100 fois plus tranquille à la gare de Nankin qu’à la gare du Nord ou à St Lazare.

      J’ajouterais qu’ils sont totalement lucides par rapport à une certaine religion. A l’extrême sûrement, malheureusement pour leur minorité Ouigour.

  2. J’ai de gros doutes sur le fait que dans 30 ans leurs enfants paient ma retraite. En attendant ce qui est sûr, c’est que vu la faillite de notre processus d’intégration, tant économique que culturel, c’est qu’aujourd’hui pour la quasi-totalité des illégaux et une part non negligeable des arrivants légaux, on paie : leur AME, leurs allocs, leur chômage, leur Pass Navigo gratuit, sans compter tous les coûts liés à l’insécurité qui en découle (prisons, dégradations, assurances, alarmes,…).
    Donc la balance est très négative rien que sur le plan économique.
    Sur le plan culturel, même Hollande reconnaissait le risque de « partition ». Que faut-il de plus comme argument ?

    Lire les arguments du cardinal Sarah. A contre-courant total du gauchiste François. Faut-il être africain pour avoir le droit de dire celà ? En tout cas il connaît le sujet.

    • Merci de m’avoir cité sur les coûts de l’immigration .Mais mes chiffreset analyses ont été actualisés depuis. 2012 cf « Les véritables enjeux des migrations » (Editions du Rocher 2017) et « Le Grand Remplacement réalité ou intox? (Pierre-Guillaume de Roux) sorti le 28 mars 2019. Ils sont encore plus éclairants sur la désinformatin pratiquée par le CESE.

      • Voilà où passe nos impôts et autres taxes (carbone, TIPP, …), pourquoi ne pas l’avouer ou chercher à réduire les coûts.
        Le fruit du travail des français ne peut pas financer n’importe quoi, comment baisser les charges du travail alors !!!

        Des taxes d’entrée sur le territoire de marchandises étrangères peuvent financer une immigration contrôlée voire cadenassée.

        Des taxes sur la publicité (acte volontaire) doivent alléger et donc rendre competitif le coût de la main d’oeuvre et permettre un meilleur investissement sur l’innovation.

        Comment sortir ces instruits, qui ont fait les mêmes écoles, de leur stratégie si prévisible qui consiste à confisquer pour redistribuer.

  3. Depuis que les européistes travaillent le sujet, on peut dire qu’ils atteignent leurs objectifs!

    Pendant nous, nous finançons et devons fermer notre bec, on nous insulte, on nous culpabilise, on nous accuse de tous les maux quand nous dénonçons la réalité du grand remplacement.

    Ils ont tous les jetons pour les élections? ils ont raison et si les électeurs sont courageux………
    Moi mon choix est fait! une bonne baffe pour leur remettre la tête à l’endroit!

  4. Si vous êtes d’accord avec les CESE, votez pour ceux qui sont comme des poissons dans l’eau dans ce bocal « UNION EUROPÉENNE », votez LAREM !!!

    Sinon, choisissez une liste dite « populiste », de droite comme de gauche et dites-vous bien que le moindre siège pris à LAREM, est du pognon en moins pour ce parti de corrompus par les mécènes de l’ALDE.

    TOUT SAUF LES EUROPEISTES !!!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *