Quand Macron gonfle les chiffres de la mortalité Covid

Publié par le 4 Nov, 2020 dans Blog | 8 commentaires

Quand Macron gonfle les chiffres de la mortalité Covid

Les « rassuristes » ont été chassés des plateaux télé.

Les « rassuristes » sont les médecins et scientifiques qui ont osé mettre en doute le bien-fondé de la politique gouvernementale en accusant les autorités de gonfler artificiellement les chiffres de mortalité du Covid-19.

La bien-pensance aura eu la peau des « rassuristes » !

Mais de plus en plus de voix s’élèvent, dans le monde entier, pour dénoncer ces bricolages statistiques qui créent une psychose dans la population.

Nicolas Lecaussin sur le site de l’IREF dénonce les chiffres gonflés du président de la République et rapporte également l’existence de la Déclaration de Great Barrington signée par … 11 500 scientifiques et 33 000 médecins du monde entier et dont vous n’avez jamais entendu parler dans les médias :

Pandémie et confinement :
et si les politiques se trompaient de stratégie ?

Que les politiques n’aient pas cru à une nouvelle vague, c’est une chose ; qu’ils n’aient pas été préparés, comme le président Macron en France qui annonce seulement 1 000 lits supplémentaires en réanimation, c’en est une autre, beaucoup plus grave. Qu’ont fait nos décideurs pendant ces mois ?

Quand Macron gonfle les chiffres …

Lors de son discours du 28 octobre, Emmanuel Macron a affirmé :

Hier, 527 de nos compatriotes sont décédées du COVID-19. Hier, nous avons dénombré près de 3000 personnes en réanimation, soit plus de la moitié des capacités nationale.

Examinons cela de près : en ce qui concerne les Ehpad, le nombre des décès est généralement annoncé tous les 4 à 7 jours, sans règle plus précise. Le 23 octobre, il était de 11 126 ; le 27 octobre, de 11 361, soit 235 de plus. Ce 27 octobre, les chiffres officiels étaient de 288 morts à l’hôpital et 235 en Ehpad.

Ce qui veut dire que le chiffre donné par Macron – 527 morts – ne correspond pas au un seul jour du 27 octobre, mais à cinq jours. Exagérer le nombre de morts causés par le virus, cela peut provoquer de la panique au sein de la population. Mais cela justifie aussi les mesures prises : d’abord le couvre-feu, ensuite le confinement.

Combien de médias français ont-ils mentionné la Déclaration de Great Barrington ?

Combien de Français en ont-ils pris connaissance ? Plus de 11 500 scientifiques et 33 000 médecins du monde entier ont signé le 4 octobre dernier cette déclaration dans laquelle ils affirment que le confinement n’est pas la bonne solution pour se débarrasser du virus (on l’a bien remarqué) et que l’enfermement de la population pourrait causer des dégâts encore plus graves que le virus. Les signataires proposent une « protection ciblée des personnes les plus fragiles ».
Dans une interview accordée au Wall Street Journal, les co-auteurs (avec Sunetra Gupta, professeur d’épidémiologie à Oxford) de cette déclaration, Martin Kuldorff, médecin et économiste, et Jay Bhattacharya, biostatisticien et épidémiologiste respectivement à Stanford et Harvard, expliquent leur initiative et répondent aux critiques et attaques qu’ils subissent depuis des semaines. Car la campagne médiatique a été systématique contre eux. Même Google a censuré le texte de la déclaration dans les jours qui ont suivi sa publication. Ce qui choque le plus les signataires, c’est la politisation de la pandémie. Si vous êtes pour le confinement, cela signifie que vous êtes de gauche, « progressiste » mais si vous contestez les fermetures, vous êtes forcément un « trumpiste ». Il faudra un enquêteur hors pair pour prouver que les 11 500 scientifiques qui ont signé cette déclaration sont des admirateurs du président américain…

Nota : La traduction en français de la Déclaration de Great Barrington est disponible ici.

Les conséquences du confinement pourraient être très graves pour la planète

Leur grande crainte est la situation actuelle dans le monde à cause du confinement. Plus de 130 millions de personnes sont menacées par la famine, les enfants et les jeunes seront, pour eux, les principales victimes à cause des risques psychologiques. Le Dr Bhattacharya s’inquiète également de la suspension des programmes de lutte contre la tuberculose en Inde et des programmes d’éradication du paludisme ailleurs. Les efforts anti-Covid sèment les graines d’autres épidémies : « La coqueluche reviendra. La poliomyélite reviendra en raison de l’arrêt des campagnes de vaccination. Toutes ces maladies dans lesquelles nous avons fait des progrès substantiels commenceront à réapparaître. »
Ces mesures provoquent aussi d’énormes inégalités entre ceux qui ont la possibilité de travailler chez eux, gardant peu ou prou le même niveau de vie, et ceux qui perdent tout simplement leur emploi. Les enseignants peuvent donner des cours en ligne, les ouvriers n’ont pas d’autre moyen que d’aller sur leur lieu de travail.
Pour les auteurs de la déclaration, le remède passe par une action à moyen terme, une « immunité collective » en attendant le vaccin qui ne saurait tarder. Et s’ils avaient raison ?

Nicolas Lecaussin pour l’IREF.

Merci de tweeter cet article :





8 Réponses à “Quand Macron gonfle les chiffres de la mortalité Covid”

  1. En mars, pas ou très peu de tests, on s’assurait que les personnes malades portaient le SARSCOV2 pour les denombrer. Aujourd’hui, c’est la chasse aux tests positifs, par sur-amplification, pour justifier une politique d’urgence, de réaction et non d’anticipation. On veut savoir qui s’est mal comporté, risque de contracter la maladie, d’être hospitaliser, d’encombrer les lits de réa et peut-être de décéder.

    Depuis la prise de conscience qu’une pandémie se profilait,
    on a toujours eu un métro de retard , on navigue à vue, de façon erratique et lorsque la visibilité se réduit, le « pacha » (président) donne le cap en mouillant son doigt alors que le « second » (1er sinistre), évite surtout de se mouiller, le ministre de la santé désigne les coupables, le ministre de l’intérieur organise les interdictions, les dérogations et les amendes, la ministre du travail décide de qui peut exercer et le ministre de l’économie gère le « quoiqu’il en coûte macronien ».

    On embrouille les chiffres pour leur faire dire ce qui intéresse le pouvoir si bien que par moment, on additionne les morts hors hopital à ceux décédés à l’hôpital, notamment lorsque le président doit faire une allocution. Lorsque l’on observe la mortalité des dernières années, seul le mois d’avril est au dessus de la moyenne mais pas beaucoup plus qu’en 2018. Les guérisons ne sont plus annoncées, peut-être que les patients ne guérissent plus de cette maladie, ou n’y aurait il pas autant de malades que l’on veut bien nous montrer.

    On veut simplement justifier le confinement général du printemps qui n’aurait jamais dû être général car les zones de circulation du virus étaient bien définies et auraient pu être bien plus localisées si la decision avait été prises plus tôt et en réajustant le dispositif à la propagation de la maladie, comme avait, au préalable, procédé la Chine.

    On a laissé rentrer le virus en ne contrôlant ni les arrivées aéroportuaires en provenance de la Chine, dans un premier temps, ni en contrôlant les frontières, dans un second temps, car le virus n’a pas de passeport, tout comme les migrants…
    Il n’aurait bien-sûr pas dû être un confinement mais un lazaret comme l’a tant de fois répété l’ennemi public numéro un, Didier Raoult, si les masques avaient été disponibles en quantité suffisante, si l’État n’avait pas interdit aux importateurs français, quoi qu’il en coûtait, de passer commande, tout en brûlant des masques qui pour certains d’entre eux auraient pu être utilisés par du personnel non soignant, notamment dans les transports en communs, même si les mêmes nous affirmaient que le virus n’y circulait pas plus qu’ailleurs, que les masques étaient inutiles, que la chloroquine était un poison, que les résultats du charlatan de Marseille était le résultat d’un tri de patients, que l’étude réalisée et basée sur son protocole était hors clous du standard, « essais randomisés en double aveugle » et donc marginale.

    Nos autorités n’ont fait que sous estimer, mentir, réquisitionner, interdire, verrouiller, généraliser, dénigrer, accuser, mettre a l’index, confiner, punir, communiquer et fanfaronner.

    Maintenant, ils nous demandent d’adhérer à leur non-stratégie mortifère, faire l’unité sans rendre des comptes, sans admettre leurs erreurs, qu’ils ont toutes commises comme l’annonce l’ennemi public numéro deux, Christian perronne.

    Je suis sûr maintenant qu’ils vont récidiver !!!!!

    Pourquoi les lits de réa du privé ne sont ils pas utilisés, punaises de lit?

    Pourquoi le nombre de lits de réa du public ont diminués, le personnel soignant déserte-t-il?

    Pourquoi nos stratèges ne calquent pas la doctrine sur ce qui marche dans le monde, avons nous les meilleurs résultats au monde comme semble le prétendre le rapport Pittet?

    Pourquoi avoir choisi M. déconfinement comme 1er sinistre et surtout les mêmes incompétents de la vague du printemps?

    Toujours la même « CASTe » dans ce nouveau CASTing dans lequel CASTaner disparaît et CASTex remplace M. 80km/h qui préfère gérer son risque pénal.

    Aujourd’hui,

    après avoir conseillé Hollande,

    après avoir été son ministre de l’économie,

    après l’avoir trahi, tout comme Valls, ce, avec l’argent du ministère, de mécènes, peut-être parmi lesquels des groupes pharmaceutiques, des banques et assureurs,

    après avoir bénéficié de l’appui de la justice et des médias indépendants afin de briser le seul candidat qui pouvait le battre au second tour,

    après avoir désintégré les premiers gilets jaunes et les irréductibles récupérés par l’extrême gauche,

    après avoir élargi le regroupement familial, signé le pacte de Marrakech, rappatrié une partie de nos djihadistes et favorisé l’immigrationnisme du virus et des fanatiques.

    après avoir brocardé ceux qui proposaient d’autres stratégies que celle d’attendre d’être essoufflé en prenant du paracetamol, confiné chez soi avec un masque sans contaminer ses proches vivant sous le même toit,

    après avoir rendu des médicaments vénéneux et favorisé d’autres, pas plus efficaces mais dangereux potentiellement, eux,

    après avoir toléré le rapatriement d’une otage souffrant du syndrome de Stockholm contre la liberation de 200 djihadistes.

    après avoir, favorisé la relance économique basée sur les congés d’été puis de la Toussaint au prix d’une reprise de la circulation du virus qui s’accroissait de jour en jour, surtout depuis le debut de l’année scolaire en presentiel et quasiment plus de télétravail dans les entreprises,

    après avoir fait reposer la reprise de la circulation virale que sur les fêtes étudiantes, aucunement dans les cantines scolaires, resto U, cantines des entreprises, transports en commun ou même du à une reprise des vols et trains en provenance de l’étranger.

    après avoir fermé administrativement les petits commerces et professionnels libéraux au risque de dommages collatéraux gravissimes.

    Ce type qui n’ose plus nous parler de guerre surtout depuis que les islamistes tentent de nous porter l’estocade, nie jour après jour sa responsabilité ou la minimise par rapport à nos voisins, en occultant que nous reprenons le leadership européen des morts, à l’hôpital comme en EHPAD.

    Par les emprunts, il nous ligote à cette union européenne mortifère et barre définitivement la voie du Frexit et donc du populisme, il est en campagne électorale sans se soucier des dommages humains.

    Lors des 2 premières guerres mondiales, on sacrifiait la jeune génération sur le champ de bataille pour sauver la liberté du reste de la population.

    Aujourd’hui, on sacrifie l’économie, l’avenir de la jeunesse pour préserver l’hôpital public, sans faire entrer en guerre les cliniques privées pour sauver le faible avenir de 0,5% de la population constitué à 90% de retraités qui posaient un tel problème que la mère des réformes du président etait celle des retraites.

    C’est le comble du « en même temps » !!!

    • Ouf! Quel coup de gueule! Je me sens mieux après vous avoir lu.. Tout y est ou presque.
      Ecclésiaste 10.16 « Malheur à toi, terre, dont le roi est un enfant, et dont les princes mangent dès le matin »

      PS de dernière minute: À l’occasion d’un second vote demandé par le gouvernement, les députés rétablissent la date de la fin de l’état d’urgence au 16 février 2021. Hier, un amendement LR l’avait fixée au 14 décembre 2020 et une majorité de députés avaient voté pour.
      Vous avez dit démocratie?

      • Olivier Véran a en effet annoncé dans la foulée que « conformément à l’article 96 du Règlement le gouvernement demandera la réserve des votes sur les amendements et les articles de ce texte ». Selon les précisions de l’hebdomadaire, ce recours consiste à activer l’article 44 de la Constitution, rarement utilisé, qui permet au gouvernement d’ordonner un vote bloqué sur l’ensemble ou une partie du projet de loi, en retenant uniquement les dispositions et les amendements qu’il choisit. L’exécutif a ainsi l’opportunité de remodeler tout le texte à sa guise tout en remettant en cause certaines mesures pourtant votées. Ce mercredi 4 novembre, après une seconde délibération sur les amendements de l’opposition, la majorité a finalement pu rétablir la date d’échéance de l’état d’urgence sanitaire.

    • bravo pour ce constat juste
      mais malgré tout ça, soi disant que le roitelet prend 8 points dans les sondages, incompréhensible

  2. et si la réponse était toute simple, gonflés les chiffres pour ensuite pouvoir dire que cette fois ci les mesures restrictives ont bien marché et que grâce à leur décision ils ont réussi a faire baisser largement l’épidémie

  3. Il est possible aussi que se soit tout simplement pour endiguer toute resurgence des gilets jaune, et des gilets jaune dans le monde… Comme les gielts jaune au chili, par exemple.

    Des lors, cela rendrait coherent cette politique de la panique perpetuelle, sans recherche de vrais action/solution, dans notre pays et dans le monde.

    On voit que tout est bidon dans cette politique du comptage, mais ces zozos craignent d’avantage les gilets jaunes que la maladie faisant moins de mort qu’une grippe, par exemple.

    Pour moi tout est dans ce probleme.

  4. Pendant la première vague en Belgique on avait jusqu’à +600 morts par jour (sur 11 millions). Inutile de dire que pas mal de monde était panique. C’était la peste bubonique version 2.0. Personne est à l’abri, nous disaient les médias lors des éditions spéciales de 24h. On peut tous mourir. Pendant des jours entiers ils nous parlaient de cette étudiante de 24 ans sans antécédents qui est décédée(paix à son âme). La com à bien marché, personne ne mouftait le gens ne pensaient plus qu’à où acheter les pâtes, la farine et du pq. En quelques jours on est devenu un phénomène mondial, le pays qui a sacrifié son économie et la vie sociale et qui a quand même, et de loin, le nombre le plus élevé de morts.
    (Me*de, on n’a pas pensé à ça. C’est vrai qu’on n’y est pas allé de main morte, on a un peu exagéré avec les chiffres et maintenant on a l’air d’imbéciles incompétents). Hop, damage control, les médias, lors des émissions spéciales nous expliquent que ça en fait c’est du au fait qu’on compte tous les cas suspects comme des décédés du corona et que les autres sont pas vraiment honnêtes, ils comptent que ceux qui ont été testés positifs. Et j’ai remarqué que les chiffres de mars-mai ont été modifiées depuis, dans l’indifférence totale. Peu importe, le but a été atteint.
    Je ne suis ni médecin, ni infectiologue, ni épidémiologue ni rien de tout ça, mais je disais dès les premiers jours du lock down en mars qu’il fallait protéger les personnes fragiles et laisser les autres vivre et travailler. Je me suis fait incendier par tout le monde, j’étais inconsciente, égoïste, complotiste (tiens). Aujourd’hui la plupart de mes proches pensent comme moi. Et je n’ai JAMAIS eu une explication quelconque pourquoi on n’applique pas ce qu’on appelle désormais le confinement social (que les catégories fragiles)

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *