Qui a dépensé, en une seule journée,
le bilan carbone annuel de Greta Thunberg ?

Publié par le 3 Août, 2019 dans Blog | 7 commentaires

Qui a dépensé, en une seule journée, le bilan carbone annuel de Greta Thunberg ?

L’auteur de cet exploit, n’est autre qu’Anne Hidalgo, l’otage des écolos de la mairie de Paris et la pourfendeuse, sans pitié, des automobilistes parisiens !

Le Canard enchainé a révélé qu’elle avait osé prendre un avion privé (Falcon), pour assister, dans les Alpes, à une étape du Tour de France.

Son entourage a même menti en assurant que le Falcon qu’elle avait pris transportait aussi des échantillons liés aux contrôles anti-dopage. Il a depuis été établi que ces échantillons voyageaient … mais en voiture !

LCI nous en dit plus sur cette histoire édifiante :

L’engagement écologique d’Anne Hidalgo moqué,
après un aller-retour en Falcon pour le Tour de France

TOUR DE FRANCE… EN AVION – Depuis mercredi 31 juillet, Anne Hidalgo est la cible de railleries suite aux révélations du Canard Enchaîné sur son aller-retour en Falcon pour assister à une étape du Tour de France, le 26 juillet. La maire de Paris, connue pour son engagement écologique, peine à se sortir de cette polémique.

« Dépenser le bilan carbone annuel de Greta Thunberg en 24h ? Anne Hidalgo l’a fait ! », ironise un utilisateur de Twitter à propos de l’l’aller-retour en avion de la maire de Paris, effectué dans la même journée pour assister à la 19e étape du Tour de France, le 26 juillet. 

Un trajet de 600 kilomètres entre Le Bourget et Chambéry pour suivre la course à laquelle l’élue était invitée, mais qu’elle paye cher depuis la sortie de l’information par Le Canard enchaîné ce mercredi. Sur les réseaux sociaux, internautes et opposants politiques moquent l’engagement écologique d’Anne Hidalgo, qui milite depuis le début de son mandat pour une capitale plus verte.

Mais comment Anne Hidalgo s’est elle retrouvée dans cet avion ? La maire de Paris était invitée par la société organisatrice du Tour de France, Amaury Sport (ASO). Elle devait assister à la 19e étape, entre Saint-Jean-de-Maurienne et Tignes, dont l’annulation à cause de la grêle à provoqué son retour express à Paris. Mais contrairement à ce qui circule sur les réseaux sociaux, elle n’était pas seule sur ce vol, et ce Falcon n’a pas été affrété spécialement pour elle. 

Voilà en tout cas les principaux arguments de défense de la Mairie de Paris, qui contestait toute polémique. « Un avion est prévu par le Tour de France pour acheminer des fioles pour le dépistage antidopage. Pour éviter que l’avion ne vole à vide, l’organisation en profite pour inviter les personnalités à son bord. Dans tous les cas, cet avion fait un aller-retour quotidiennement », avait avancé dans un premier temps le cabinet d’Anne Hidalgo. 

Des propos contredits par Damien Ressiot, nouveau directeur du département des contrôles de l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). Comme il l’affirme auprès de Checknews, ce Falcon ne transportait en fait aucune fiole de dépistage : « Les échantillons sont acheminés chaque jour en voiture, depuis le contrôle jusqu’au laboratoire de Châtenay-Malabry, où ils sont analysés ». 

Ancien journaliste de L’Equipe, Damien Ressiot a ajouté se rappeler qu’à l’époque où il couvrait la Grande Boucle, « il y avait bien un jet privé, non pas pour les échantillons, mais pour les VIP ».

Confronté à ces apparentes contradictions, l’entourage d’Anne Hidalgo a répondu avoir été informé par ASO que l’avion contenait des instruments de mesure anti-dopage, ce dont ils n’ont pas douté sur le coup, assurent-ils. « On a appris tout à l’heure que les fioles n’étaient pas dans l’avion. On l’ignorait », a déclaré le cabinet de le maire. 

Sans éprouver de culpabilité pour autant, puisque l’équipe de l’édile a aussitôt ajouté que l’avion aurait fait cet aller-retour « qu’Anne Hidalgo soit montée ou pas ». Et de souligner : « On a répondu à une invitation, il y avait une vingtaine de personnes. La ville n’a pas déboursé un sou. »

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, était d’ailleurs elle aussi de la partie. Reste les convictions écologiques défendues par Anne Hidalgo la mette davantage en porte-à-faux. Et ce d’autant plus que la maire de Paris a profité de sa présence sur le Tour pour faire l’éloge… du vélo. 

« Depuis plus de dix ans je viens tous les ans voir le Tour de France, notamment lors de l’arrivée à Paris. (…) J’aime le vélo, je le pratique, et j’essaye de faire de Paris une ville de cyclistes (…) c’est un moyen de déplacement qu’on a un peu oublié « , déclarait-elle ainsi au Dauphiné libéré sur place. Des propos considérés par certains comme culottés après ce déplacement en Falcon. 

La rédaction de LCI.

Merci de tweeter cet article :





7 Réponses à “Qui a dépensé, en une seule journée,
le bilan carbone annuel de Greta Thunberg ?”

    • Accessoirement, on oublie qu’en l’an 1000, la Terre a connu une période caniculaire. Les savants de l’époque y voyaient une prémonition de la fin du monde.

      Le 17 juillet… 1852, le « Hampshire Advertiser », de Southampton, écrivait ceci :
      « En 1132 en Alsace les sources se tarirent et les ruisseaux s’asséchèrent. Le Rhin pouvait être traversé à pied. En 1152 la chaleur était si intense que l’on pouvait faire cuire des œufs dans le sable. En 1160, à la bataille de Bela (en Hongrie), un grand nombre de soldats moururent en raison de la chaleur excessive. En 1276 et 1277, en France, la récolte d’avoine et de seigle fut totalement détruite par la chaleur. En 1303 et 1304 la Seine, la Loire, le Rhin et le Danube pouvaient être traversés à pied. En 1393 et 1394 un grand nombre d’animaux tombèrent morts et les récoltes anéanties en raison de la chaleur. En 1440 la chaleur fut excessive… » Le même article signalait des canicules en 1538, 1539, 1540 et 1541, puis en 1556, 1615 et 1616, 1646, 1718 (2), 1723 et 1724, 1746, 1748, 1754, 1760, 1767, 1778 et 1788, 1818, 1830, 1832 et 1835. Pardon pour cette fastidieuse énumération qui m’évite de vous imposer la lecture de tout l’article. Cette information est tirée d’un journal anglais de 1852, pas d’un site climatosceptique ! Donc, si l’on ajoute les surchauffes répertoriées depuis 1852, notre vieille Europe aura connu une bonne cinquantaine de canicules depuis l’an mille.

      Mais, depuis plus d’un demi-siècle, on nous raconte n’importe quoi sur le devenir de notre planète : en 1974, par exemple, lors du premier choc pétrolier, on nous prédisait comme une fatalité inéluctable : « Dans 20 ans (soit en 1994) il n’y aura plus de pétrole ».
      Nous sommes en 2019. Notre consommation de pétrole a été multipliée par dix depuis et nos réserves de pétrole sont deux fois plus importantes qu’en 1974.
      Du pétrole – énergie fossile donc qui se régénère – il y en a partout ; sous les grands lacs africains, en Mer du Nord, sous la calotte arctique et même sous la région parisienne.
      Les experts autoproclamés du Giec ne nous parlent jamais des « paramètres de Milankovic » et, quand un spécialiste de la climatologie vient à se montrer « climatosceptique », on le vire comme un malpropre comme ce fut le cas pour Philippe Verdier (3), licencié du service public en 2015.
      Précisons, avant d’aller plus loin, que je ne connais RIEN à la climatologie, mais, il y a dans le monde, des centaines de VRAIS savants qui se déclarent ouvertement « climatosceptiques »(4).

    • D’après Emmanuel Le Roy Ladurie, la canicule de 1718 aurait fait 700 000 morts

    • Une blague:
      « selon une récente étude, un vert sur trois est tout aussi con que les deux autres »
      J’aime autant vous dire que celle-là elle va resservir !

  1. https://www.herodote.net/Climat-synthese-2294.php

    Si ces notes historiques n’attestent pas de l’instrumentalisation de cette gamine autiste instrumentalisée par ses parents, les politiques et de bien d’autres encore!

    • Excellent article, bien documenté et exact!

      Il n’y a pas plus de canicule que de beurre en branche cette année.
      Quelques pics de chaleurs tout au plus, compensés par des nuits froides pour la saison, et ce depuis 3 ans maintenant.

      Bien sûr que Ste Greta est manipulée par ses parents, d’autant qu’elle est handicapée mentale (autiste avec des signes évidents de trisomie), ce qui la protège de toute critique

      Parents qui font partie d’un groupe d’escrologistes connus chez eux, et qui sont, également, de gauche caviar.

      D’où l’extravagante promenade de Ste Greta sur un voilier, ce qui fera de la pub à son promoteur (hyper connu, hihihi) qui propose, à grands coups de carburants polluants, des aller et retour pluri-quotidiens entre Monaco et la France en particulier!

      Tous ceux de mon âge ont connu des chaleurs (et des sécheresses) plus importantes et en ont entendu parler par leurs parents et grands parents.

      Je n’ai pas vécu au pliocène, mais, franchement, ce ne devait pas être drôle, car la clim n’existait pas!

      Le problème est qu’on va devoir payer taxes sur taxes dès la rentrée pour « vaincre » une canicule fantôme

      (ou pour ravaler certains monuments historiques dont je fais partie hihihi.. mais moi, je n’aurais pas le peuple français pour me financer, gloup! Donc impossible pour mes finances. Il est vrai que je m’en contrefiche royalement)

  2. La guerre pour la prise de la mairie de Paris continue, il faut faire un travail de sape sur les favoris proclamés de la « gauche caviar » comme de la « et en même temps le homard » et exposer toutes les failles de l’escroquerie moraliste de ces gens là.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *