Sale temps pour les bobos !

Publié par le 29 Oct, 2018 dans Blog | 3 commentaires

Sale temps pour les bobos !

Qu’elle est poignante la complainte des bobos, le soir, quand elle monte du fond de leur loft du XVIII ème arrondissement !

C’est un long râle d’agonie d’une gauche qui voit le monde, qu’elle dominait depuis trente ans, la fuir à toute vitesse.

Ah qu’ils étaient bien sous Normal 1 er, ces « bourgeois bohèmes ». Après avoir chassé Chirac et ses descendants de Paris, et y avoir fait élire Bertrand Denanoë et ensuite Anne Hidalgo surnommée à juste titre, Notre Drame de Paris.

Mais ils l’adorent, leur hidalgote, les Bobos. Elle traque le salopard d’automobiliste, elle transforme les quais en plages pour que leur marmaille habillée chez Jacadi ou chez Tartine et chocolat puisse faire des pâtés. Ils adorent quand elle repeint les passages cloutés aux couleurs arc-en-ciel du drapeau gay.

Car le Bobo est ouvert ! Le Bobo est un progressiste surtout dans le « sociétal » !

Il a adoré le mariage gay, il va adorer la PMA pour toutes, et finira par trouver la GPA enthousiasmante … Il a approuvé quand Marc-Olivier Fogiel a écumé tous les plateaux télé en déclarant : « l’enfant porté par une mère porteuse est un corps étranger. Elle ne peut donc pas s’y attacher ! » Un grand moment d’humanité et de respect de la femme comparé à un point-relais pour colis postal …

Les Bobos avaient voté massivement pour Hollande mais c’était pour la bonne cause : chasser le fasciste Sarkozy. Sous Normal 1 er, ils coulaient des jours heureux. Ils avaient un peu regretté que la PMA n’ai pas été dans le paquet cadeau du mariage gay et de l’adoption ! Ce serait pour la prochaine mandature de gauche …

Ils s’étaient mobilisés dans des associations d’aide aux migrants pour faciliter leur accueil. Pas chez eux, car il n’y a pas la place, mais partout ailleurs, ils sont pour !

Dans la foulée, ils avaient voté pour le beau Macron, comme un seul Bobo, et contre Marine Le Pen, encore une vraie fasciste, celle-là !

Mais depuis, tout est allé  à vau l’eau !

Ce « fascisme » qu’ils croyaient avoir éradiqué, revenait en force, partout en Europe, et partout dans le monde !

Ce fut d’abord l’ignoble Trump qui triompha de leur candidate adorée : Hillary Clinton. Et donc les Républicains qui battirent les Démocrates favoris des Bobos.

Ce fut ensuite la crise migratoire –  « mais quelle crise ?  » disaient-ils – qui introduisit un coin dans l’unité européenne. Les Bobos étaient à fond derrière Angela Merkel quand elle ouvrit la porte de l’Allemagne à un million de migrants ! Kolossal migration ! Ils se désolent aujourd’hui de la descente aux enfers de l’imprudente chancelière.

Ils furent outrés des victoires successives ce que qu’ils appellent péjorativement : les populistes, dans de nombreux pays d’Europe de l’Est (Pologne, Hongrie, etc …).

Ils sont derrière Macron quand, au mépris de la démocratie et de la plus élémentaire diplomatie, il traite ces dirigeants de menteurs à leur peuple et de xénophobes.

Le coup de grâce leur fut donné avec la victoire, chez nos proches cousins transalpins, de l’extrême droite.

Et hier, ils assistaient, horrifiés, à l’arrivée encore  de l’extrême droite dans le plus grand pays d’Amérique du Sud, le Brésil avec la victoire de Jait Bolsonaro !

Et si tout ça était de leur faute …

Oui, et si c’était leur arrogance ou leur aveuglement qui, en réaction à des politiques angéliques et irresponsables, qui avaient réveillé « la bête immonde » comme ils disent leur rappelant « les heures les plus sombres de notre histoire ! »

Oui, fermer les yeux depuis trente ans sur l’immigration, refuser de nommer la crise migratoire actuelle, nier que l’intégration républicaine ne fonctionne plus et mépriser le peuple qui pense exactement le contraire, ne pouvaient qu’aboutir à un rejet des élites, des partis politiques qui les suivent, et à un vote vers les extrêmes.

Et les Bobos, c’est la crème sur le lait de la gauche bien-pensante.

Ils n’ont donc que ce qu’ils méritent !

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “Sale temps pour les bobos !”

  1. Ah oui, en ce moment, je suis dans le Piemont. La piémontie, c’est en Italie comme diraient les bobos. Bah figurez vous: des décennies de vote bobo ici. Et là, mon petit chéri renversé la tendance!!! Salve salvinia! Et il n’y a que les bobos italiens pour le détester. Et figurez vous quoi? Ils sont de plus en plus marginalisés les bobos en Italie! Pourvu que ce soit une tendance de fond!!

  2. La bête est touchée, mais pas morte, elle montre encore les crocs.

    Il est amusant de constater les commentaires des différents médias sur l’élection brésilienne qui montre que ces gens n’admettent la démocratie seulement quand ils gagnent.

  3. Si les médias et les politiques informaient vraiment les peuples, on verrait nombre de bobos disparaitre pour donner raison au bon sens.

    La cause première vient de l’élite qui alimente le mensonge et nous fait dresser les uns contre les autres et nous diviser pour régner et laisser aux élites politique, médiatique le moyen de mieux nous contrôler. Ils l’ont compris, pas nous !

    La cause du mal vient des élites depuis des décennies car elles agissent de plus en plus contre nos intérêts vitaux.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *