Suzanne répond à Manu (2/2)

Publié par le 15 Jan, 2019 dans Blog | 9 commentaires

Suzanne répond à Manu (2/2)

Voici la suite de la réponse de Suzanne à Emmanuel Macron ;

Seconde partie

La première partie se trouve ici.

Qu’est-ce que je pense de ta  lettre ?

Du flou… Et « quand il y a du flou, il y a un loup »

Manu, tu  proposes des questions, mais avant même le débat, tu préviens que tu ne changeras pas de direction, ni de position !

Alors, pourquoi débattre ?

*** Le RIC ?

Tu précises : ce grand débat « Ce n’est ni une élection, ni un référendum »

Donc, je ne vois pas ce que nous pourrions dire…

Alors, pourquoi débattre ?

*** La France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires. »

Je suis heureuse de te l’entendre dire !

  • Parce que tu vois, la fraternité, je ne la vois pas :
    • Les « vieux » ? Tous à l’asile dans un abattoir unique (1 par département cela suffira pour ces gueux) ?
    • Les bébés ? Tous avortés, cela coûtera moins cher, qu’une maternité et permettra d’accueillir les chances pour le pays et faire plaisir à Mme Merkel … ?
    • les handicapés ? Allez, on va diminuer leurs allocs, leur APL ?
    • Les chômeurs ? Zont qu’à aller travailler dans les grandes villes, ce, en trottinette, ces fainéants… Et attention hein, ils ne doivent pas dépasser le 80km/h. (certains roulent à 85km/h !!!)
  • Quant à l’égalité, je ne la vois pas non plus.

La CSG augmente (l’augmentation diminuera… pour les plus pauvres) pour ceux qui ont travaillé toute leur vie pour payer la retraite de leurs parents, et payer les études, le clos et le couvert de leurs enfants…

Les Chrétiens n’ont plus le droit de mettre une crèche sur la route, mais des milliers de musulmans prient dans les rues, protégés par tes sbires

La liste est longue, tu sais… Et je puis te dire qu’il vaudrait mieux que tu n’apparaisses pas dans nos campagnes, sauf avec une armure (il y en pour moins de 2000 € sur Avalon Shop).

*** Sur L’immigration, tu écris :

« une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?” »

Là, tu vois, je me demande si tu ne te fiches pas de nous … Si je comprends bien ta phrase, cela veut dire :

« Une fois les quotas imposés par l’UE, et l’immigration descendant des bateaux des ONG accueillie avec des fleurs (ou plutôt hôtel, AME, repas halal, et autres…), souhaitez-vous discuter sur le nombre que nous pouvons encore accueillir ? »

Alors, pourquoi débattre ?

Si ce n’est pas cela que tu voulais dire, il faudrait demander à Bribri, en tant qu’ancienne prof de français,  de t’aider à reformuler ta phrase

*** A propos de La violence, tu écris :

« En France, mais aussi en Europe et dans le monde, non seulement une grande inquiétude, mais aussi un grand trouble ont gagné les esprits. Il nous faut y répondre par des idées claires.

Mais il y a pour cela une condition : n’accepter aucune forme de violence. Je n’accepte pas, et n’ai pas le droit d’accepter la pression et l’insulte, par exemple sur les élus du peuple, je n’accepte pas et n’ai pas le droit d’accepter la mise en accusation générale, par exemple des médias, des journalistes, des institutions et des fonctionnaires. Si tout le monde agresse tout le monde, la société se défait !  »

Là, tu vois, je suis d’accord avec toi.

Le problème est qu’il faudrait peut-être commencer par donner l’exemple !

  • Tu nous violentes, tous les jours, verbalement ;
  • Tu violentes les manifestants paisibles, tout en laissant s’infiltrer des casseurs,
  • Tu prétends que les masques anti lacrymo sont interdits, mais tu laisses tes CRS gazer et mutiler la foule,
  • Tu veux que nous soyons calmes, nous, français, mais tu estimes que brûler des voitures le soir de la Saint Sylvestre est « normal »…
  • Tu nous insulte à longueurs de discours, mais tu ne veux pas qu’on t’insulte …
  • Tu ne veux pas qu’on accuse les médias à ta botte, mais tu veux censurer nos blogs et les médias alternatifs …
  • Tu ne veux pas qu’on agresse les fonctionnaires (dont la police) mais tu leur demandes de nous tirer dessus (canons à eau, flashballs… fumigènes, lacrymos..)… Et, pour certains de ces fonctionnaires, tu les agresses par l’intermédiaire de tes ministres (Hospitaliers, Enseignants…)

Alors, pourquoi débattre ?

*** Tu nous dis qu’il n’y a pas de questions interdites, sauf que tu ajoutes que tu n’as pas oublié que tu as été élu sur un projet, sur de grandes orientations auxquelles tu demeures fidèle.” Et que.”, “Sur ces grandes orientations, ta détermination n’a pas changé.”

*** Sur le plan fiscal et économique, je complète ce qu’a écrit l’Humanité;

Et je précise que tu as écrit :

« L’impôt est au cœur de notre solidarité nationale. Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises pour corriger cela afin d’encourager l’investissement et faire que le travail paie davantage. Elles viennent d’être votées et commencent à peine à livrer leurs effets. Le Parlement les évaluera de manière transparente et avec le recul indispensable ».

Alors pourquoi débattre ???

*** l’organisation de l’Etat et des collectivités publiques

Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ?

Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ?

Dans la mesure où tu ne nous a pas attendus pour supprimer la quasi-totalité des petits hôpitaux publics (pour n’en garder qu’environ 600), la quasi-totalité de nos petites maternités, une grande partie de nos sous-préfectures, que tes cars sont quasi absents de nos campagnes, que nos gares ferment les unes après les autres, que les classes de nos écoles de campagne ferment les unes après les autres, de même que celles des lycées de nos villes moyennes, que Pôle Emploi voit ses permanences supprimées elles aussi, les unes après les autres, que la Poste nous délivre le courrier tous les 2 jours (en augmentant le prix des timbres)…

… Je ne vois vraiment pas, en ce qui me concerne, sur quoi je pourrais débattre !

Plus je paye d’impôts, moins j’ai de services publics !;

Alors ceux qui doivent disparaitre… hormis les Comités Théodule, les services de Bribri, les services (et salaires) de ceux qui sont atteints de réunionite dans tes ministères, autres inutilités qui coutent cher… mais dont personne ne parle… Tu vois, j’ai un peu de mal à penser débattre avec toi !

Ce n’est pas répondre à « voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ? » dont j’aimerai débattre, mais quels sont ceux pour lesquels je paye qui doivent impérativement être restaurés !!!

Alors, pourquoi débattre ?

Tu  dis :

« Les services publics ont un coût, mais ils sont vitaux : école, police, armée, hôpitaux, tribunaux sont indispensables à notre cohésion sociale. »

« Y a-t-il trop d’échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d’action au plus près des citoyens ? A quels niveaux et pour quels services ? »

Alors, là tu vois, heureusement que j’étais assise ! Alors comme ça, tu estimes que tu décentralises ???

Où, Dans le Marais Parisien ? A St Trop ? A La Rotonde ? A Versailles ???

Si pour toi, décentraliser, c’est tout ramener dans la capitale régionale, voire, au mieux dans la capitale départementale… Tant pis pour les gueux, zont qu’à acheter une trottinette électrique … , il va falloir que je réapprenne le sens des mots français…

Alors, pourquoi débattre ?

*** La transition écologique.

Là j’aurai du mal à débattre, tellement je trouve, débile, tant le motif (un réchauffement qui donne 9°C le matin en août sous un climat semi océanique, faut le faire !), que les méthodes !.

  • Eoliennes qui coûtent un pognon de dingue pour un rendement de 0,28 … qui polluent tant le paysage que les champs (bétonnage en masse) et qui tuent les migrateurs …
  • Panneaux solaires polluants à la fabrication et polluants à la destruction,
  • Tu parles de biodiversité, mais je me demande si tu sais ce que c’est… manger parfois du foie gras, parfois du caviar ???

Et autres foutaises…

C’est une écolo (non écologiste) qui te le dit !!!!

Mais, en fait le débat se résout, pour toi,  à : « Comment finance-t-on la transition écologique : par l’impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ? »

Le banquier, ancien ministre de l’économie, ressortira toujours … Comment faire rentrer du fric (tu me pardonneras je tente de parler comme toi… Ah, oui, pardon, tu dis « pognon » et pas « fric »)

Alors, pourquoi débattre ?

*** Enfin, tu parles de « redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté »

Tu abordes certains sujets, mais de façon biaisée.

« la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives »

Ah bon, nous devons discuter de la bonne dose, pour que tu sois vainqueur à tous les coups ?

Tu survoles les vrais problèmes : vote blanc, nombre d’élus … Valeur des Commissions ou Comités…

Je doute que tu lises les réponses… Tu as trop de copains à caser.

Alors, pourquoi débattre ?

Au sujet de ce que tu appelles citoyenneté : tu donnes ta définition : « La citoyenneté, c’est aussi le fait de vivre ensemble. »

Déjà, rien qu’à l’expression « vivre ensemble », nous savons ce que tu veux nous inculquer !

Ce qui se confirme dans la phrase suivante :

« Notre pays a toujours su accueillir ceux qui ont fui les guerres, les persécutions et ont cherché refuge sur notre sol : c’est le devoir de l’asile, qui ne saurait être remis en cause. Notre communauté nationale s’est aussi toujours ouverte à ceux qui, nés ailleurs, ont fait le choix de la France, à la recherche d’un avenir meilleur : c’est comme cela qu’elle s’est aussi construite. »

La recherche d’un avenir meilleur pour les émigrants … Et les français, ceux qui, sont tellement fainéants qu’ils te coûtent un pognon de dingue, bien que payant avec leur travail pour que les migrants aient un avenir meilleur, tu en penses quoi ?

Relis le début de ma lettre … Tu y trouveras mes interrogations !.

*** Je terminerai cette explication de texte, par tes « questions sur la laïcité ! »

Vois-tu, en bonne chrétienne, je suis laïque !

« Rendons à César (ou à Jupiter) ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu »

Toi, tu résume ainsi « Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ?  », tout en réfléchissant à modifier la loi de 1905 afin de favoriser l’Islam !

Tu écris « Elle [la laïcité] est synonyme de liberté parce qu’elle permet à chacun de vivre selon ses choix. Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre l’Etat et les religions de notre pays ? Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ?  »

Et pourtant, tu interdis les signes religieux chrétiens, tu acceptes la charia dans certains cas (polygamie, burqa, abattage hallal, prières de rue …), tu acceptes que certains maires ou ministres fêtent la fin du ramadan, mais pas du carême …

Crois-tu vraiment que les – vrais – français aient le choix de vivre selon leurs coutumes ?

Peux-tu me dire et m’affirmer que tu accepterais qu’on interdise tous les signes religieux très visibles (barbes, kamis, burqa, voiles, prières de rues, rayons hallal…) comme l’indique la loi votée le 15 mars 2004, que tu refuserais les repas confessionnels … afin que les nouveaux arrivants s’intègrent à nos coutumes ? (ou que nous nous adaptions, nous les accueillants ?

Ta question ne stipulerait-elle pas en fait celle-ci : « Comment les français de base pourraient-ils – enfin – être compréhensifs et accepter les coutumes des peuples qui les envahissent avec la bénédiction des élites mondiales, et se laisser manger la laine sur le dos ? »

Alors, pourquoi débattre ?

Voilà, Manu, mes petites réflexions sur cette lettre, barbante, mal écrite car floue, remplie d’oxymorons …

Et voici ma réponse :

Je ne vois pas pourquoi je débattrai avec toi, puisque tu dis et répètes que tu restes fidèle à tes grandes orientations et que tu restes déterminé.

Je n’engage jamais un débat avec un idéologue narcissique, figé dans ses idées.

Ce serait perdre mon temps, temps que j’ai déjà beaucoup perdu en répondant à ta lettre !

Désolé, mais je n’arrive pas à trouver une formule de politesse en guise de fin…

A bientôt ton départ, peut-être ?

Suzanne, la grincheuse pour A droite, fièrement.

PS : Sans doute une déception pour toi ? Je suis et resterai toujours de droite, non extrême. Dommage pour ta tactique … c’est ainsi… Et je pense ne pas être la seule !

9 Réponses à “Suzanne répond à Manu (2/2)”

  1. Je ne lirai pas la lettre de Manu, les explications de Suzanne me suffisent. Et je ne me déplacerai pas pour participer au GGGGRRRAAANNNDDD débat (oui, de la façon dont tous les médias audio parle de ce débat, le terme grand doit s’écrire comme ça!).
    Vous croyez qu’on saura qui a écrit la lettre?

  2. Dommage que ça parte dans tout les sens, que ce soit si touffu au point d’en être indigeste. La colère n’est imposante que froide, celle-ci est brûlante.

    • Trop touffu, je sais.
      Je n’ai hélas aucun sens de la synthèse, sniff, snif, sniff

      ça part dans tous les sens : vrai!
      Tout cela parce que j’ai tenté de respecter le plan d’un inventaire à la Prévert.. J’aurais pas dû, mea culpa, mea maxima culpa.

      Pasidupes est comme moi :
      https://pasidupes.blogspot.com/2019/01/lettre-aux-francais-dun-macron-en-panne.html

      Ma colère est bouillante : totalement exact, là encore.
      L’avantage, avec moi, c’est que je ne suis aucunement rancunière.
      Une fois explosé, tout rentre dans l’ordre

      Hum, avec manu, je crois bien que je suis un volcan en éruption constante… j’ai honte +2639

      Bonne nuit

      • Il manque le raton laveur pour compléter l’inventaire à la Prévert.

        Deux choses importantes manquent dans la lettre de Micron. La première est la réforme de l’éducation, il est désormais avéré que mener 80% d’une classe d’âge au bac est une erreur et entraîne une gabegie énorme. Les gamins sont tout heureux d’avoir un bac qui n’est absolument pas sélectif et sont tout surpris de se vautrer en première année de fac ou se retrouver avec un diplôme qui ne vaut rien sur le marché du travail. Il me paraîtrait utile de voir se qui se fait ailleurs, notamment dans la sphère germanique sur la division entre apprentissage et études supérieures. Il est vrai que dans ces pays, travailler de ses mains n’est pas indigne, loin de là.

        Le second point est la justice. Est il normal d’avoir un budget de la justice inférieur ou égal à celui de la culture quand on sait que ce ministère relève du domaine régalien depuis toujours. Nous avons le moins de juges, le moins de prison, les délais les plus longs de l’UE ou peu s’en faut.

        Je crois que ces deux points sont importants, mais il n’en est pas question.

  3. La lettre, quelle lettre?

    Bafouille d’un dégonflé qui préfère l’écrire de son bunker plutôt que de faire une tournée des popotes dans une France populaire où il aurait toutes les chances d’être accueilli comme il se doit…

    Ton débat,je préférerais que tu te le carres aussi dans l’oignon,au moment où tu lâches tes chiens de guerre et voltigeurs à moto sur les manifestants,en leur laissant la bride sur le coup,à coups de matraquages,gazages et tirs de flash balls à la face ou à bout portant,comme de vulgaires Poutine ou Erdogan..

  4. pourquoi débattre , pour faire retomber la pression, point ! ça permet de raconter tout et n’importe quoi, surtout n’importe quoi puis de cette joyeuse pagaille, « on va ressortir » deux ou trois propositions, surtout sociétales, parce que ça met tout le monde ou presque d’accord, que ça fait « progressiste ».
    Ah, et puis « faire payer les riches », ça rapporte toujours, et pas que financièrement, le truc étant de placer le curseur sans se tromper. Voilà, c’est pourtant pas compliqué !

  5. Pour moi il y a pas de debat, car trop cadré, trop de questions eliminés d’avance, pas de vrai ecoutes, donc nul…

  6. Remarquable synthèse de Suzanne, tout est dit,bien dit et simplement dit. Macron est littéralement mis à nu comme un ver.
    Même le pauvre parti PR qui ne sait plus où il habite est épinglé.
    Que de vérités !!! Une seule issue pour Macron la démission et au minimum la dissolution.

  7. La France est passé dans un systeme dictatoriel en douce, ou la parole du peuple n’est plus rien, ou les élites decident sans notre consentement et accord de notre destiné, quitte a detruire le pays et y provoquer la guerre civile avec les migrants, ( le grand remplacement ) et nous tromper par de faux debats democratique totalement encadré pour nous remettre dans le rang des moutons ré-endormie pour continuer leur destruction de la culture, des valeurs, du pays.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Suzanne répond à Manu … | A droite fièrement ! - […] Fin de la première partie, la suite est par ici. […]

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *