A coup de crayon …

Publié par le 11 Fév, 2020 dans Blog | 3 commentaires

A coup de crayon …

A coup de crayon … Pas à l’arme lourde !

C’est le très beau slogan qu’on avait pu lire sur une pancarte lors de la manifestation organisée au lendemain du massacre qui avait décimé la rédaction de Charlie Hebdo.

Mais depuis, rien n’a changé ou plutôt tout s’est aggravé !

C’est ainsi que l’affaire Mila aura été un révélateur des fortes tensions qui oppressent la société française.

L’islam radical guette le moindre dérapage des mécréants et menace de mort ou de viol ceux qui osent critiquer ou insulter l’islam.

Le Club de Valeurs actuelles pointe de nouvelles menaces qui pèsent sur un dessinateur qui a osé publier un dessin humoristique sur l’affaire Mila :

Toujours Charlie ?
Le dessinateur Cédu, menacé de mort par l’islamosphère

Sa caricature de l’affaire Mila a fait jaser les réseaux sociaux. La vision satirique de Cédu sur l’actualité du moment, a fortement déplu aux plus fanatiques des internautes. L’islamosphère s’est déchaînée sur le compte Twitter du dessinateur, qui a reçu de nombreuses menaces de mort. Mais, qui est donc Cédu, le nouvel ennemi de l’islam politique ?

Peut-on rire de tout en 2020 ? La question se pose toujours, hélas. Cinq après le tragique attentat, qui a fait 12 morts, à la rédaction de Charlie Hebdo, la liberté d’expression n’a jamais autant été remise en question. En première ligne de cette division, l’islam politique. Cette épée de Damoclès se repaît des hystériques débats sur le blasphème, l’islamophobie et la liberté de cultes qui ébranlent la société française.  

Cyber-harcèlement et menaces de mort 

Il y a quelques semaines, la France a découvert Mila. Cette adolescente a violemment critiqué la religion musulmane sur les réseaux sociaux. Une nouvelle fois, le pays s’est entre-déchiré sur ce sujet. Les propos outranciers de la jeune femme ont interpellé l’opinion. Je suis Mila ? Je ne suis pas Mila ? Du dirigeant politique au simple citoyen, tout le monde s’est fait sa propre opinion sur cette actualité. Beaucoup ont dénigré Mila, prétextant son racisme et sa crise d’adolescence inappropriée pour parler de laïcité. D’autres ont défendu le courage et l’abnégation de la jeune femme vis-à-vis de ses détracteurs. Face à toutes ces divisions, un homme a préféré en rire. Son nom : Cédu. 

Le 4 février, le dessinateur Cédu publie sur son compte Twitter, une caricature de l’affaire Mila. Le dessin un brin provocateur prête à sourire, tant l’esprit séditieux de l’œuvre n’est pas à démontrer. On y voit Mila, pourchassé par des terroristes, semblent-ils assez remontés après sa storie Instagram. Le titre est équivoque, « pire que le coronavirus : l’islamovirus ». Cédu se fend d’un trait d’humour pour accompagner sa réalisation. Il commente, « quelqu’un a un remède ? ».

Le post du caricaturiste fait immédiatement réagir. Plusieurs centaines de retweets, en l’espace de quelques heures. La bombe est lâchée. Après Mila, une nouvelle personne est la cible du courroux de l’islamosphère. Cédu voit sous sa publication, une déferlante d’insultes et de massages haineux. Les internautes les plus virulents déchaînent leur colère sur le dessinateur savoyard. Derrière l’anonymat de leurs profils et camouflés sous leurs écrans, ils tiennent des propos outranciers et violents. Une nouvelle affaire Mila ?

Comme Mila, Cédu est attaqué de toutes parts pour avoir osé critiquer, sur le ton de la plaisanterie, la religion musulmane. Il paye chèrement cette prise de position. Sa publication est postée à 15 h 56. Tout va très vite. À la seconde ou Cédu clique sur le bouton tweeter, la déferlante de haine se déchaîne. « Je trouve ton adresse, je te bute », assène un internaute. Un autre écrit « vient pas pleurer si tu reçois des menaces de mort. » Un tweetos condamne Cédu et l’assimile à l’extrême droite. « Cedu est un adorateur du dessinateur d’extrême droite marsault et oui ses dessins ne concernent que l’islam parce que c’est un lâche Cédric », peut-on lire sur son compte.

La violence des attaques s’est également traduite par des photomontages plus que limite, rappelant les sombres événements de 2015. « Vous ne blasphémez pas l’islam mais les musulmans. (…) Êtes-vous en train de faire l’amalgame entre islamistes et musulmans ? », moralise un internaute. Un commentateur avisé, se permet de lui souhaiter le même sort qu’à Charlie Hebdo, en postant des photos des frères Kouachi. Ce paradigme de la violence aurait pu créer le doute et l’angoisse dans la vie de Cédu et pourtant…

Chantre de la satire et de l’humour noir

Le dessinateur savoyard aurait pu être inquiété par les menaces de mort. Il n’en sera rien. Cédu nargue ses détracteurs dans un tweet osé. Il écrit, « aux sympathiques messagers de Paix et d’Amour qui m’inondent de leurs bonnes ondes et de leur enrichissement depuis 48 heures. Apparemment, le blasphème et la critique d’une religion ne sont pas encore un délit. Immense merci à tous pour vos soutiens ! »

Il conclut cette envolée satirique par un rappel à la loi, concernant sur le cyber-harcèlement. « J’ajouterais également que certains de ces pieux messagers auront certainement des nouvelles de la Police nationale sous peu », peut-on lire sur son compte Twitter. Comme un pied de nez à ses opposants, il retweet un sondage de l’islamosphère, dans lequel 92 % des internautes lui apportent son soutien.

La communauté de Cédu ne l’a jamais laissé tomber. Dès les premières menaces de mort, bon nombre de personnes ont partagé sa caricature de l’affaire Mila. Là où l’adolescente était assujettie aux critiques, lui a vu sa communauté faire front derrière son œuvre. Comme un message à ceux qui voulaient faire taire ce chantre de la satire et de l’humour noir, Cédu a conservé son esprit Charlie. À sa façon, il a rendu hommage à l’hebdomadaire satirique en croquant une caricature de Mahommet, en train d’amadouer un enfant avec des loukoums. Et avec ce message très équivoque, « il y a 5 ans, des types sont morts pour avoir dessiné Momo le prophète. Alors rigolons un peu. #ToujoursCharlie #JeSuisCharlie. » Rien n’effraie ce pur produit AOC de Savoie qui continuera de caricaturer le ridicule au nom de la liberté d’expression.

Maxime Coupeau pour le Club de Valeurs actuelles.

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “A coup de crayon …”

  1. Incroyable ! et surtout inacceptable !

  2. Joli pied de nez de Cédu à tous ces abrutis fous de leur religion et de leur prophète…
    Pour ma part, j’estime qu’il n’existe aucune différence entre islam et islamisme ou islam politique.
    C’est juste une question de degré, non de nature.
    Maintenant, je ne vois que deux choix possibles pour les « musulmans », si nous ne voulons pas voir une future guerre civile en France : choisir l’assimilation et se sentir pleinement Français ou bien obéir à la charia, ce qui est leur droit le plus strict, mais en Iran, au Pakistan ou en Arabie Saoudite; certainement pas en France.

  3. Que fais le gouvernement devant un tel dechainement de haine a l’encontre des humotistes ?

    Que font les medias pour denoncer ces faits ?

    Que fait n beloubet pour modifier ces comportements ?

    Rien, comme d’habitude, sinon de la parlotte.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *