Affaire Fillon : à qui a profité le « crime » ?

Publié par le 1 Juil, 2020 dans Blog | 11 commentaires

Affaire Fillon : à qui a profité le « crime » ?

Plus que jamais, on peut défendre aujourd’hui, la thèse d’une alliance objective entre les médias et la Justice pour tuer politiquement François Fillon, candidat favori aux élections présidentielles de mai 2017.

Les confidences de madame Eliane Houlette et la révélation de l’espionnage scandaleux de grands avocats par le Parquet National Financier (PNF) dans l’affaire Paul Bismuth, viennent renforcer considérablement les soupçons de partialité du PNF à l’encontre de la droite.

C’est grave car l’histoire récente de la France a pu en être totalement changée.

Un véritable déni de démocratie !

Voici un article de Jean-Philippe Delsol paru sur le site de l’IREF, un article qui pose les bonnes questions concernant l’implication éventuelle d’Emmanuel Macron dans l’affaire Fillon :

Affaire Fillon : la justice a été soumise au joug de la politique.

Et s’il était démontré un jour que M. Macron
a été informé de ces manigances, voire y a trempé ?

Nous avions dénoncé une justice politique lorsque Mme Houlette, à la tête du Parquet national financier, avait ouvert une information judiciaire conduisant à la désignation d’un juge d’instruction à même de mettre M. Fillon en examen. Ce dernier avait dit imprudemment que seule une mise en examen pourrait le conduire à renoncer. Le pouvoir politique a donc tout fait pour qu’il le soit, dans des délais exceptionnellement courts et totalement inhabituels.

Jusqu’à ce qu’elle prenne sa retraite, Mme Houlette avait affirmé qu’elle avait pris ses décisions en toute indépendance, peut-être pour protéger le calcul de sa retraite dans les meilleures conditions. Mais elle a eu des remords et début juin, elle s’est livrée à un aveu : oui, elle avait subi début 2017, lors de cette affaire Fillon, d’incroyables pressions de la part de sa supérieure hiérarchique, la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, placée sous tutelle de la chancellerie. Ces pressions l’ont forcée à transférer le dossier au juge d’instruction pour que M Fillon soit mis en examen. De remords en remords, elle a ensuite déclaré qu’elle avait été mal comprise, mais ses mots étaient très clairs malgré son courage à éclipses. Elle avait même avoué avoir été « convoquée au parquet général », le 15 février 2017, « parce que le choix procédural que j’avais adopté ne convenait pas ».

Il n’est pas anormal en soi que le parquet reste sous l’autorité du ministre de la Justice pour assurer une politique, notamment pénale, unifiée en France. Mais pour le moins, il conviendrait de prévoir dans la loi que cet aspect hiérarchique doit s’effacer dans les cas, au demeurant peu nombreux, d’affaires politiques dans lesquelles le gouvernement est nécessairement juge et partie.

Pour éloigner de lui le risque politique que cette affaire pourrait lui faire courir, M. Macron a saisi le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour lui demander si le parquet financier avait agi, ou non, en toute indépendance. Curieuse saisine en forme de dérobade et inappropriée. En effet le CSM a principalement pour vocation la nomination et la discipline des magistrats du siège. En lui confiant cette mission, le président de la République mélange les genres. Au surplus le CSM n’a pas les moyens d’enquête qui lui permettraient de donner un avis pertinent.

Ce geste de M. Macron n’est-il pas celui de la panique ?

En effet, les résultats du premier tour de la présidentielle de 2017 ont été très serrés : M. Macron : 24,01%, Mme Le Pen : 21, 30%, M. Fillon : 20,01%. La mise en examen a pu coûter à M. Fillon les 1,3 % qui lui manquaient pour être au second tour, pour que tout soit possible. Et s’il était démontré un jour que M. Macron a été informé de ces manigances, voire y a trempé ?

D’autant qu’au même moment, ès qualités de président de l’IREF, j’ai dénoncé les possibles déclarations mensongères de M. Macron à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique – HATVP- , passibles de non éligibilité. Je suis intervenu auprès Procureur de la République de Paris, M. Molins, et auprès du président de la HATVP afin qu’ils se saisissent de ce dossier, et j’ai été éconduit.

Y aurait-il eu aussi des interventions d’Etat pour empêcher ces saisines ? Il y aurait alors un très grave scandale d’Etat.

Jean-Philippe Delsol pour l’IREF.

Merci de tweeter cet article :





11 Réponses à “Affaire Fillon : à qui a profité le « crime » ?”

  1. IL N Y A PAS PHOTO , qui profite de ce scandale Macron et Hollande, et qui sont les pigeons les électeurs de la Droite
    Je fais un voeu et j’ai bien peur qu’il ne se réalisera pas il n’y a pour l’instant aucun Chef à la tête de ce parti

    à Strasbourg le candidat LR s’est joint au candidat LREM
    grosse erreur de sa part, mes nombreux amis se sont abstenus , ils crient tout haut et tout fort TRAHISON , soit on défend ses idées et on se bat, soit on s’écarte mais on ne se rallie pas surtout à un ancien socialiste qui change de veste en se ralliant à LREM tous des vendus

    et je précise si j’ai bien entendu même résultat à LYON

    • Idem à Bordeaux où l’héritier de Juppé a perdu l’imperdable en s’alliant à LAREM (ou LREM pour ressembler à LR).

      Des électeurs LR ne se déplacent plus soutenir un allier à LREM, c’est une bonne nouvelle à moins de ans de la présidentielle.

      Ces gens là attendent un geste fort de la droite (pas molle) pour soutenir autre chose qu’un européiste béat.
      certainement pas un type qui ne met pas « le début du commencement d’une feuille de papier à cigarette » entre lui et « Manu ».
      Pour ce qui est du successeur du dalmatien, il vient pour « ne pas prendre la lumière » et cela promet des lendemains bien plus difficiles qu’apprenants !!!

  2. Richelieu : « Qu’on me donne six lignes écrites de la main du plus honnête homme, j’y trouverai de quoi le faire pendre ».
    C’est en application de ce principe, qu’on a inventé un délit qui vaut à Fillon 5 ans de prison dont 2 fermes ! Il aurait tué qu’il n’aurait pas eu de condamnation aussi lourde !

    Après, il fait appel, mais l’institution s’auto-justifie, et une réduction des peines, voire un non-lieu est loin d’être acquise ! voir ce qu’en dit Bilger.
    https://www.philippebilger.com/blog/2020/06/françois-fillon-un-traquenard-politique-une-rigueur-judiciaire.html

  3. J’entends ce matin que e procureur de la République de Paris, M. Molins, est pressenti pour devenir ministre de la justice

    tout est dit
    magouille, tripatouillage, copinage sont les 3 mamelles macronienne

  4. F Fillon affaire d’emploi fictif…

    A ete « jugé » au nom de la « transparence » ( qui a disparu depuis), parce qu’il voulait acceder a la presidence…

    Avec battage mediatiques, sans equivalent dans la republique… a charge contre F Fillon.

    Marine Lepen, affaire d’emploi fictif…
    battage mediatique inexistant…
    Voulant acceder a la presidence… n’a pas ete, au nom de la transparence mis en examen et jugé…

    Deux poids deux mesures, pour des personnes voulant acceder au pouvoir, et ayant fauté de la meme façon…

    Le tout au nom de la transparence… du pnf.

    C’est l’evidence meme… pseudo justice politisée.

  5. Bjr

    Peut-être que quelqu’un peut me répondre
    On reproche à Fillon « l’emploi fictif » de son épouse, Fillon a déclaré les revenus de sa femme à l’administration fiscale je pense
    puisque aucun reproche de ce côté là, aucun échos
    Dans ce cas L’administration fiscale n’ a t elle pas commis une erreur, on devrait lui rembourser les sommes versées au titre de la rémunération de Pénélope s’il est condamné , je suis peut-être à côté de la plaque mais pour moi c’est logique

  6. Bruno Le Maire a employé sa femme personne n’a investigué pour savoir si son emploi était bien réel; deux poids deux mesures

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *