Allons bon ! La majorité d’entre nous n’existerait pas !

Publié par le 7 Juil, 2020 dans Blog | 5 commentaires

Allons bon ! La majorité d’entre nous n’existerait pas !

En lisant un article de Boulevard Voltaire, j’ai appris qu’à la dernière Gay Pride, les deux slogans les plus lus sur les banderoles et les scandés furent :

– « Tout le monde déteste la police ! »
– « Les hétérosexuels n’existent pas ! »

Puisque les derniers sondages indiquent que, malgré le battage médiatique autour du clan Traoré, les Français gardent majoritairement leur confiance en la police, je me suis rassuré en me disant que ces deux affirmations étaient limitées à un milieu très fermé où les membres vivent entre eux, mangent entre eux, couchent entre eux et bientôt se reproduiront entre eux grâce à la GPA.

Mais curieux de nature, j’ai cherché à savoir d’où venait cette affirmation qui niait ma propre existence, en tant qu’hétéro (ou qui croit l’être) … Et j’ai trouvé un article intitulé :

Les hétérosexuels n’existent pas :
voici l’étude qui s’oppose à la croyance populaire.

J’ai bien aimé le titre de l’article qui pointe la croyance populaire ! Non, décidément on ne peut pas faire confiance au peuple et encore moins à cette chimère qu’est le bons sens populaire !

Les progressistes sont là pour détruire ces folles superstitions et nous indiquer comment bien penser !

Rappelez-vous, il y a quelques années, ce fut haro sur le mot race. Il y eut même des velléités pour supprimer le mot race qui figure (malencontreusement ?) dans la Constitution.

Les scientifiques nous démontrèrent, ADN à l’appui, que les races n’existaient pas ! A l’époque, les prédécesseurs de nos progressistes d’aujourd’hui, devaient croire que, pour supprimer le racisme, il suffisait de supprimer le mot race !

Dans le monde, des milliards d’hommes identifient parfaitement des différences évidentes entre des groupes d’hommes parfois par la couleur de leur peau (rouge, jaune, noir ou blanche), par leur religion ou par leur mode de vie. Une réalité niée par les scientifiques et les progressistes !

Croyez-vous que le fait de prétendre que les races n’existaient pas – au mépris de la réalité de tous les jours – a pu, en quelque façon, réduire le racisme ?

Mais certains croient encore aux races !

En tout cas, il existe un mouvement qui nie viscéralement la non-existence des races, ce sont les indigénistes et les racialistes qui exploitent en ce moment les morts de George Floyd et d’Adama Traoré, pour dénoncer le pouvoir blanc, le privilège blanc. Une élue a même été jusqu’à s’offusquer qu’on ait choisi un Blanc comme premier ministre ! On attend d’une minute à l’autre la plainte que ne manqueront pas de déposer contre elle les associations soi-disant antiracistes !

Pour en revenir à la non-existence des hétérosexuels …

Une étude italienne en psychologie sociale prétend avoir démenti les croyances communes concernant l’orientation sexuelle, longtemps soutenue par la société.

Pour les chercheurs qui ont mené les recherches, la conception d’un genre sexuel enfermé dans des catégories hétéro et homo ne correspond pas à la réalité, et au contraire celle-ci déforme la vision de la sexualité des personnes.

Elle semble s’appuyer principalement sur une expérience pour démontrer sa thèse :

La dilatation des pupilles est considérée par la psychologie comme un signal clair d’attraction: chaque fois que nos yeux voient quelque chose qu’ils aiment, les pupilles se dilatent de manière totalement involontaire et incontrôlable. C’est pourquoi l’analyse de celles-ci est mise en pratique dans de nombreuses études psychologiques scientifiques.

Les femmes, qui ont été soumises à une stimulation visuelle, ont réagi de la même manière dans le cas de la vision d’actes homosexuels et hétérosexuels.

L’inculte en psychologie sociale que je suis se demande tout de même si le fait de dilater sa pupille n’est pas aussi un signe d’étonnement plus que d’appréciation ! Le bon sens populaire appellent ça écarquiller les yeux. Moi, j’dis ça, j’dis rien !

L’étude conclut péremptoirement que la sexualité des êtres humains est un continuum qui englobe toutes les formes possibles d’expression.

Pour le professeur Savin-Williams, un autre chercheur de l’Université Cornel, les difficultés des personnes à définir leur sexualité sont dues à l’influence sociale restrictive: « Nous sommes capables de démontrer physiologiquement que les personnes ne sont pas hétéro, homo ou bi ». L’idée que les gens sont à 100 % hétéro, gay ou bisexuels n’a pas de fondement scientifique.

Un discours progressiste bien connu !

Pas de race ! Pas de genre ! Pas de sexe ! Pas de pays, pas de nations ! Pas d’identité ! Bientôt plus de famille !

Toute différence doit être gommée pour tendre vers une créature mondialisée mi-homme, mi-femme.

Cela souffre quelques exceptions ! C’est ainsi que la gauche dénonçait l’assimilation des immigrés au nom du droit à la différence ! Mais les progressistes ne sont pas à une contradiction près !

En même temps, les chercheurs ont inventé l’eau tiède !

Nous avons tous remarqué que les femmes ont des apparences et des comportements plus ou moins « féminins » et que les hommes font de même symétriquement. Un certain continuum est donc observé allant par exemple de Laetitia Casta à Sébastien Chabal !

Concernant les comportements sexuels, nous n’avions pas besoin d’une étude sur la dilatation des pupilles pour nous convaincre qu’entre les purs hétérosexuels et les purs homosexuels, il doit exister un marais (c’est le cas de le dire) où les comportements peuvent être mixtes et varier dans le temps.

A mon sens, cela ne nie pas la possibilité qu’une majorité de personnes se sentent pleinement hétérosexuels ou homosexuels à part entière.

Espérons que les hétérosexuels existent encore !

Que la société accepte toutes les formes de sexualité dans la limite des lois en vigueur, est souhaitable. Mais qu’elle ne perde pas de vue les lois de la nature et l’impérieuse nécessité de sa pérennité.

Qu’elle ménage tout de même les hétérosexuels qui sont les seuls à pouvoir, fonctionnellement, assuré la reproduction.

Oui, je sais, tout ça est extrêmement rétrograde et à l’opposé du progressisme actuel mais ça a quand même prouvé son efficacité pendant des millions d’années !

Tout finira sans doute dans des utérus en bocaux, mais ce sera sans moi !

Signé : l’Homo Sapiens ou Hétéro Sapiens, je ne sais plus !

Merci de tweeter cet article :





 

5 Réponses à “Allons bon ! La majorité d’entre nous n’existerait pas !”

  1. « Les hétérosexuels n’existent pas ! » oui, c’est effectivement ce que m’avait expliqué un parent homo, avec cette phrase d’une logique imparable : « il n’y a pas d’hétéros, il n’y a que des homos, qui n’ont pas encore essayé ! » 😉

  2. A propos de la race :
    Une réalité niée par les scientifiques et les progressistes !

    Non pas, « les » scientifiques, mais « des » scientifiques, puisque les critères médicaux, les critères de couleur de peau (gènes), les critères physiologiques sont malheureusement pour « les » existent et sont utilisés pour soigner les malades selon leur origine!

    Quant à la sexualité, je ne vois pas « le continuum dans la sexualité des êtres humains qui englobe toutes les formes possibles d’expression ».

    Je vois un XX un XY, et le continuum de l’amibe (se divise seule pour faire deux cellules filles) à l’humain en passant par la crevette (parthénogenèse), l’escargot ou la limace (hermaphrodite), c’est à dire un continuum dans la mise en place d’un cerveau, système nerveux central, qui fonctionne, raisonne (alors que certains cerveaux résonnent au son des médias et des politiques)de plus en plus finement (contrairement au confinement qui n’a pas été très finement fait)au fur et à mesure que les sexes se séparent et deviennent autonomes et sapiens, en ayant besoin de l’autre pour vivre et se reproduire.

    Bon, c’est vrai les insectes n’ont pas de cerveau et certains sont « mâles » et d’autres « femelles ».
    Ceci dit, ils ont plus « d’intelligence » qu’une limace, me semble t-il.
    (regardez une abeille ou une fourmi, par exemple)

    Freud l’a dit autrement, mais cela colle (si je puis dire) avec l’anatomie et la physiologie.

    Il est vrai que les cerveaux humains ayant une grande tendance à diminuer et à ramollir, ceci explique peut être cela, hihihihi…

    Je suis encore plus rétrograde que notre hôte.
    Je préfère un humain XY dans mon lit plutôt qu’une limace.
    Pardonnez moi.

  3. La gogoche et les homo ( pleonasme ? ) ne sachant pas quoi inventer s’appui sur des pseudo etude, plus que tirée par les cheveux.

    Je cite:
    Pour le professeur Savin-Williams, un autre chercheur de l’Université Cornel, les difficultés des personnes à définir leur sexualité sont dues à l’influence sociale restrictive: « Nous sommes capables de démontrer physiologiquement que les personnes ne sont pas hétéro, homo ou bi ». L’idée que les gens sont à 100 % hétéro, gay ou bisexuels n’a pas de fondement scientifique.

    Mensonges, ou etude biaisée, ( comme d’habitude), + de 98 % des personnes n’eprouvent pas de difficultée a etre lui meme…

    Les discours pro homosexuelles ne vise qu’a mettre de la confusion dans les esprits … des jeunes.
    Come d’habitude certains aspect son passé a la trappes pour favoriser tel type de discours bas sur de pseudo etude.

    Les lobby imposant leurs moeurs et faisant pression sur le gouvernement, utilisent des methodes, sur des details en oubliant l’essentiel.. pour noyer justement l’essentiel.

    Cette strategie de type gogoche, ( en general) et propagandiste a deux balle, demontre tout l’irrespect envers ceux qui ne pensent pas comme eux, et dont ils voudrait faire disparaitre toute trace d’existance de ces personnes… seulement + de 98 % de la population mondiale.

    Le calcul, l’arrogance, le mensonge, la confusion, le poison dans l’esprit, tout est utilisé…

    Comme d’habitute aucun debat, aucun arguments sinon fallacieux de pseudo etude orienté, presenté comme une verité, comme la goche, les verts, etc… qu’il ne faut discuter.

    Ces façons dictatoriale, d’imposer par toutes les methodes, decrivent bien des personnages caricaturaux.

  4. Un scientifique faisait une étude sur une sauterelle. Il pose l’insecte sur la table et il dit
    – Sauterelle, saute! La sauterelle bondit de 80cm. Le scientifique note dans son calepin, puis il arrache une patte à la sauterelle et dit
    – Sauterelle, saute! La sauterelle saute de 60cm. Le scientifique note dans son calepin, puis il arrache une autre patte.

    Il ne reste qu’une patte a la sauterelle. Le scientifique dit
    – Sauterelle, saute! L’animal peine à bouger mais arrive quand même à se déplacer de 5cm. Le scientifique le note dans son calepin. Il arrache la dernière patte à la sauterelle et dit
    – Sauterelle, saute! La sauterelle ne bouge pas. Il répète plus fort
    – Sauterelle, saute! Sauterelle, saute
    La sauterelle ne bouge toujours pas.
    Le scientifique note la conclusion dans son calepin:
    « Une sauterelle sans pattes est sourde. »

  5. Christian 54 dit:

    Y aura t’il enfin un politicien un peu plus réveillé que les autres pour siffler la fin de la récréation et de la place exagérée accordée aux homos de tous bords ?
    Franchement, ils commencent à nous les brouter menu comme disait Audiard !
    Cette tentative de dictature de la pensée me révolte ! Vive la normalité !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *