Aujourd’hui, des collectifs … demain des milices ?

Publié par le 2 Sep, 2020 dans Blog | 1 commentaire

Aujourd’hui, des collectifs … demain des milices ?

Depuis des décennies, les gouvernements glissent sous le tapis tous les problèmes liés à l’immigration incontrôlée !

Depuis Mitterrand, la gauche a interdit tout débat sur l’immigration et surtout sur sa responsabilité dans la délinquance pour, dit-elle, « ne pas renforcer le Font national ! » et au nom du vivre ensemble.

Mais le tapis ne suffit plus à cacher tous ces non-dits, toutes ces fausses statistiques, tout ce déni de réalité concernant l’explosion de la violence et ses vrais origines.

Comme dit Eric Zemmour : « l’été meurtrier a été une formidable leçon de choses durant laquelle le vivre ensemble a exprimé toutes ses potentialités violentes !  »

Dans beaucoup de quartiers, la situation est devenue réellement explosive et les citoyens, excédés, commencent à s’organiser en associations de défense, en collectifs, voire en milice.

Voici un article paru dans l’Observatoire du journalisme qui donne quelques exemples d’initiatives prises par les citoyens qui n’attendent plus rien de l’Etat :

Dans les médias et la société, la vague de colère citoyenne contre la délinquance et l’insécurité monte.

La lecture des médias nous apprend que les initiatives de citoyens afin de contraindre l’Etat à assurer leur sécurité et leur tranquillité prennent diverses formes et essaiment sur tout le territoire.

À Marseille, les rodéos ne sont pas dans le far west

Les rodéos à motos sont devenus une pratique courante dans les quartiers nord de Marseille. Comme ailleurs serait-on tenté de dire. Ce divertissement serait inoffensif s’il n’était pas pratiqué à toutes les heures de la journée et de la nuit et surtout sous les fenêtres de certains habitants.

La chaine publique France 3 nous informe le 21 août que l’État français a été condamné pour insuffisance face aux rodéos urbains. L’article décrit en peu de mots l’essentiel du sujet : des nuisances sonores de jour comme de nuit, la police aux abonnés absents, en tous cas indisponible, une loi votée en 2018 sur les rodéos urbains pas appliquée, la création d’un collectif d’habitants mécontents, de nombreux dépôts de plaintes, et in fine l’action en justice d’une habitante de Marseille contre l’État devant le tribunal administratif.

Mars actu nous apprend le 17 août qu’en dépit de la condamnation de l’État pour inaction, ce jugement ne satisfait pas la plaignante, car il ne met pas fin aux nuisances. Le Monde y consacre un article le 20 août et constate plus globalement que « pendant le confinement imposé par l’État pour faire face à la pandémie de Covid-19, les rodéos urbains et les incidents qu’ils provoquent se sont accentués en France ». Le quotidien du soir dénombre les nombreuses interventions et infractions relevées récemment par la Police.

À Lyon, la presqu’ile est en colère

Dans la capitale des gaules, en particulier dans la presqu’ile de la ville, des citoyens ont formé un collectif « Presqu’ile en colère ». Lyonmag.com recense le 24 juin les griefs du collectif, qui estime que la situation est « dramatique » : concerts de klaxons, conduite de véhicules à vitesse excessive, bagarres, cris, etc. Le site d’information conclut l’article en précisant que « le collectif demande une nouvelle fois  de vraies réponses et de vraies solutions ». Actu.fr nous apprend le 2 août que suite à un rodéo effectué par un jeune à bord d’un « bolide de 400 chevaux » dans les rues de la presqu’ile de Lyon, « l’association Presqu’il en Colère a sollicité un rendez-vous avec la nouvelle équipe municipale ». Un épisode de plus dans la vie mouvementée des riverains…

Amiens, ville natale du président de la république, n’est pas épargnée

Dans la ville natale du président de la République, certains quartiers ne sont pas de tout repos. À tel point que selon Le Courrier picard le 16 juin, des habitants du quartier Saint Leu se sont organisés et ont demandé aux trois candidats au poste de maire de la ville « leurs engagements écrits pour lutter contre les nuisances ». Le problème n’est pas nouveau : le quotidien régional nous informait dès le 26 septembre 2018 que les habitants du quartier étaient « au bord de la rupture ». Le journaliste ne cache pas la longue liste de leurs récriminations : «  Bruits, cris, bagarres, urines et vomi sur les murs et les portes, volets défoncés, pavés envoyés dans les fenêtres, verres cassés jonchant le sol, sexe, capotes usagées, seringues, voitures portières ouvertes avec sono… ».

Paris, la capitale défigurée

À Paris, mieux vaut ne pas s’adresser directement aux gêneurs en tous poils. Le Parisien relate le 26 août l’agression dont a été victime un habitant du 18e arrondissement qui, en l’absence d’intervention de la police, a demandé à ses voisins de cesser leur tapage nocturne. Le résultat de sa démarche fort civile : le visage plâtré et 17 jours d’ITT. Le quotidien fait le constat que « les habitants du 18e arrondissement de Paris (sont) à bout de nerf ». L’article fait ressortir que des habitants de certaines rues de cet arrondissement de Paris ont une perception radicalement différente de celle de la police et de la mairie.

Un habitant du quartier, Pierre Liscia, a décidé de prendre la parole. Il a constitué un collectif et s’est présenté aux dernières élections municipales. Le constat qu’il faisait en octobre 2019 dans les colonnes du Figaro était déjà, au-delà du 18 e arrondissement, que Paris est « sale, dangereuse, ghettoïsée ».

Dans un article publié en septembre 2019, nous soulignions l’importance des réseaux sociaux dans l’échange d’informations entre habitants sur la dégradation de leur vie quotidienne. L’interpellation des autorités se fait aussi parfois directement sur Twitter, comme en témoignent plusieurs messages envoyés par ce canal.

Palavas-les-flots : des habitants s’organisent

Même Libération le reconnait dans un article du 27 août, sans toutefois se départir du vocabulaire politiquement correct : « À Palavas les Flots, (on assiste à NDLR) une vague d’incivilités ». On y apprend que dans la ville, les réseaux sociaux ont permis de fédérer les habitants mécontents par des « jeunes qui ne respectent rien et viennent se défouler chez nous ».

C’est un habitant qui nous informe de leur origine : « il y a beaucoup de jeunes des cités venus des grandes villes ». Outre l’interpellation des élus, une manifestation a été organisée le 7 août, rassemblant 300 personnes, nous informe France bleu. Une nouvelle manifestation a eu lieu le 21 août à l’initiative de commerçants de la ville, « après de nouveaux incidents avec des jeunes issus de la banlieue parisienne », nous informe Le Midi Libre.

À Mayotte, des milices patrouillent

La situation totalement chaotique à Mayotte, en proie à une immigration clandestine massive et à la délinquance parfois violente de bandes de jeunes d’origine étrangère, fait l’objet de fréquents articles dans les médias locaux. Le 26 mai, Mayotte hebdo relate l’enlèvement d’un jeune, en représailles à l’agression d’un frère d’un des kidnappeurs. « Nous n’accepterons pas que des milices se fassent justice », affirme martialement le procureur de la République. Cet avertissement semble avoir peu d’effet : le Parisien nous informe le 20 août que face à la montée de la délinquance, « des milices se créent pour traquer les délinquants, au risque que cela tourne mal ».

De nombreux autres articles font état d’initiatives citoyennes (manifestations, interpellation des autorités, etc.), à Annecy le 13 juin, Melun le 16 juillet, Nantes le 6 août, Colombes et Chateaubriant le 12 août, dans le 19e arrondissement de Paris le 14 août Kourou (Guyane) où une manifestation a été organisée le 16 août, Lons-le-Saunier le 29 août, etc.

Les articles d’analyse du phénomène des mouvements citoyens

Deux médias ont consacré le 28 août des articles et un reportage sur les collectifs de citoyens qui exigent de l’État qu’il rétablisse la sécurité et la tranquillité.

La chaine d’information LCI a diffusé le 28 août un reportage sur le thème « Pallier l’absence de l’État, quels modes d’action ? ». On y apprend que des citoyens s’organisent également dans l’Aude, le Jura, en Loire Atlantique, en Seine Saint Denis, etc. et que les collectifs se multiplient. La genèse des mouvements d’auto-organisation y est retracée, avec les « voisins vigilants » qui veillent sur les maisons de leur quartier en l’absence de ses occupants.

Le même jour, Le Figaro fait le constat que « face à l’insécurité, les collectifs citoyens forcent l‘Etat à agir ». L’article signé par J.M. Lecerf souligne la place grandissante que prennent les collectifs de citoyens qui s’organisent pour forcer les autorités à assurer leur sécurité. Un vice-président de la région Île-de-France affirme que « les collectifs nous renvoient l’image de la déliquescence de l’État ».

Des récits souvent purement factuels

Les différents articles recensés consacrés aux initiatives citoyennes pour lutter contre les nuisances de tous ordres sont, à l’exception des articles du Figaro et de LCI, des récits purement factuels. La seule fois où un jugement est émis, c’est quand un procureur de la République à Mayotte condamne fermement l’organisation de « milices ». Les articles nous apprennent que le mouvement d’auto-organisation de citoyens face à l’inaction des autorités, police et justice, prend de l’ampleur et diverses formes : manifestation, pétition, interpellation des autorités, action en justice contre l’Etat, et à l’extrême comme à Mayotte, création de milices d’auto-défense. Les réseaux sociaux sont dans beaucoup de cas un moyen de fédérer les habitants d’un quartier et de donner naissance à des initiatives.

Des moyens d’action divers

Si à l’origine, il s’agissait d’éviter des cambriolages avec les « voisins vigilants », on constate qu’il s’agit désormais d’interpeller les autorités, d’avoir une visibilité en prenant les médias à témoin. Quand les nombreux appels à la police restent lettre morte, comme à Marseille, des citoyens font condamner l’Etat pour son inaction, sans que cela résolve les problèmes rencontrés. À Bordeaux, France 3 relate des initiatives de citoyens pour assurer eux-mêmes leur sécurité face à l’incurie des autorités : assistance d’agents de sécurité, cours d’auto-défense, accompagnement de personnes seules. L’article de la chaine publique omet soigneusement de préciser que les jeunes à l’origine des agressions sont très souvent étrangers. À l’extrême, à Mayotte, ce sont des milices qui se substituent à la police. Une étape de plus vers l’auto-organisation de citoyens dont les médias nous diront si elle concernera bientôt la métropole.

À Lyon, comme le relate Le Figaro, la recherche de « respectabilité » passe par un affichage politique à gauche d’un collectif, afin de ne pas « être pris pour des fachos et des réacs », preuve s’il en fallait, d’un cercle de respectabilité restreint et surtout étroit d’esprit.

On aurait aimé que les constats et l’analyse de ces initiatives citoyennes aillent plus loin. Aucun média ne souligne le fait que les régulations et médiations entre personnes pour résoudre des conflits dégénèrent fréquemment et se concluent parfois par un drame, comme à Bayonne. Comme si un fossé d’incommunication se creusait entre des habitants excédés et des racailles qui se croient tout permis, compte tenu du laxisme des autorités.

Commentant les émeutes de l’après match PSG-Bayern de Munich dans le quartier des Champs Élysées et au vu de la faible répression des voyous, Michel Onfray soulignait sur CNews le 24 août que l’« on achète la paix sociale au prix d’une guerre civile ».

Le pédopsychiatre Maurice Berger pousse la réflexion dans les pages du Figaro en esquissant des solutions. « Maintenant que les politiciens ont laissé la situation dégénérer depuis des années, il est nécessaire de changer de paradigmes », en réhabilitant notamment la sanction.

L’avenir et les médias nous diront si en fait de changement de paradigme, face à l’incurie des autorités à assurer en certains lieux la sécurité et la tranquillité, l’auto-organisation de citoyens pour se protéger ne s’impose pas de plus en plus dans les faits.

L’Observatoire du journalisme.

Merci de tweeter cet article :





Une réponse à “Aujourd’hui, des collectifs … demain des milices ?”

  1. L’etat ne fait rien pour la population quelle a abandonné, de meme que la pseudo justice de goche qui a a abandonné les citoyens.

    La republique bananiere qui absout 5O fois les racailles, mais abandonne les citoyens, qu’elle essais d’apaiser par des mots et des mensonges, ne vaut rien.

    Du blabla, du foutage de gueule, et rien de plus.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *