Avec Hollande, on croit toujours qu’il a touché le fond …

Publié par le 13 Avr, 2018 dans Blog | 5 commentaires

Avec Hollande, on croit toujours qu’il a touché le fond …

… Mais il creuse toujours !

Il semble que les qualificatifs qui reviennent le plus souvent sous la plume des observateurs politiques, après la sortie du livre de François Hollande, les leçons du pouvoir, soient décevant,, attristant, ridicule, etc …

Cela va de soi quand on lit que Hollande a écrit en parlant de Macron : « Si j’avais voulu, j’aurais pu le battre ! »

On peut être pour ou contre Macron, mais quand on l’entend s’exprimer, on se demande comment on a pu supporter son prédécesseur pendant cinq ans !

La différence de niveau intellectuel saute aux yeux !

Voici l’édito de Rémi Godeau paru hier dans l’Opinion. Une véritable exécution !

François Hollande: « Moi, Président, j’aurais pu … »

Il réécrit son quinquennat. Pour défendre son bilan. Réhabiliter son action. Estomper sa normalité. Revendiquer sa marque. Réviser ses échecs. Revisiter sa défaite. Et dans cet étrange exercice d’autopromotion, un an à peine après un empêchement historique, tout à ses « leçons du pouvoir », le maître François Hollande assure à propos d’Emmanuel Macron : « J’aurais pu le battre… » Mieux que 400 pages de plaidoyer pro domo, l’expression résume l’homme, son œuvre, sa faillite. On sent poindre une de ces anaphores que l’ex-Président prisait tant : « Moi, Président, j’aurais pu … »

  • Lui, Président, aurait pu assainir les comptes publics, mais il a préféré laissé filer la dépense, maquiller le budget légué à son successeur et, surtout, organiser un matraquage fiscal jamais vu des ménages.
  • Lui, Président, aurait pu, via le pacte de responsabilité, créer un climat de confiance à même de stimuler l’emploi, mais ses zigzags, dénis, reculs et trucages ont nourri la défiance et accru le nombre de chômeurs de 26 % en cinq ans, malgré force contrats aidés et formations.
  • Lui, Président, aurait pu restaurer une social-démocratie exsangue à force de redistribuer sans discernement, mais il s’est enfermé dans une critique facile de l’ultralibéralisme, dans un donnant-donnant mortifère avec les syndicats, laissant les services publics à vau-l’eau.
  • Lui, Président, aurait ainsi pu moderniser la SNCF dont il critique à présent la réforme, mais il a enterré une convention collective en passe d’être signée pour les cheminots nouveaux entrants.
  • Lui, Président, aurait pu …

« … Mais je n’ai pas voulu »,

a poursuivi l’ex-chef de l’Etat. Il s’est sacrifié, dit-il magnanime, au nom de l’intérêt général. Au nom d’un « devoir supérieur » qui le fait sans doute, aujourd’hui, renouer avec ses commentaires bavards, pour mieux entraver l’action de son adversaire.

Rémi Godeau pour l’Opinion

François Hollande serait probablement un sujet d’étude passionnant pour la psychiatrie :

Schizophrénie

Psychose délirante chronique caractérisée par une discordance de la pensée, de la vie émotionnelle et du rapport au monde extérieur.

François Hollande est le seul à se voir tel qu’il n’est pas et à ne jamais se voir tel qu’il est ! A ne jamais se remettre en question …

Paranoïa

Comportement, attitude de quelqu’un, d’un groupe qui a continuellement tendance à se croire persécuté et agressé.

Rien n’est de sa faute ! C’est la faute des frondeurs qui se sont opposés à lui et celle du fils prodigue qui l’a trahi !

Perversion narcissique

Cette pathologie est caractérisée par une faible capacité d’empathie associée à un comportement égocentrique, dont les conséquences sont psychologiquement destructrices pour l’entourage de la personne atteinte.

Avoir nommé Christiane Taubira à la Justice et successivement Vincent Peillon, Benoit Hamon et Najat Vallaud-Belkacem, tous plus sectaires les uns que les autres, à l’Education nationale montre le peu d’empathie que Hollande nourrissait pour les Français. Ces mêmes Français qui  se sont à peine remis du choc fiscal financièrement et psychologiquement destructeur que leur a asséné Normal 1er. Il est vrai que la fiscalité était sa spécialité !






5 Réponses à “Avec Hollande, on croit toujours qu’il a touché le fond …”

  1. Lui « president » de son vrai surnom normal 1 er, a eu, pendant son quinquenat desastreux, de nombreuse affaire judiciaire contre N Sarkozy, son principal adversaire politque.

    Et ajoutant aussi, Sarkozy ?
    je sais tout sur lui a toute heure…

    Paranoia ?
    ou logique de petite personne de goche, ayant en main le pouvoir, lui permettant d’agir, et etre actif contre ses adveersaire politque.

    Le pnf cree par normal 1 er, trop proche du pouvoir de l’etat francais, d’apres les instituts euroopeenes, a usé
    contre l’adversaire de la goche, d’un pouvoir de justice jamais vu dans notre democratie, et a l’aide de medias que l’on sait affidé au pouvoir a servit la soupe qu’attendaient tous les ennemis der le droite…

    normal 1 er s’evinçant a cause de son bilan calamiteux de president, du jamais vu dans notre republique,
    a choisis de partir en mettant en scene le devoir pour la France, (dont il s’est toujours moqué, sauf pour jouer a etre : moi president)…

    Schizophrénie, Paranoïa, Perversion narcissique, les specialiste se posent des questions sur cette personne.

    Je m’en pose aussi sur ses amis socialiste et les medias de goche ( 99 % ).

  2. Lui et Ségolène étaient faits l’un pour l’autre, tous deux bouffis d’orgueil, vaniteux et vains à souhaits, et « redoutables de médiocritude » …
    Nous avons tourné la page Flamby, qu’on cesse de nous bassiner avec ses petites phrases, il n’intéresse plus personne !
    Martine Aubry l’a d’ailleurs habillé pour l’hiver :
    http://www.lepoint.fr/politique/martine-aubry-flingue-le-livre-de-francois-hollande-11-04-2018-2209918_20.php

  3. Hollande et royale ce sont Concinni et la Galigaï:Quel meilleur rapprochement pourrait-on faire?.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *