Blanquer, pour l’instant tout va bien ! par Eric Zemmour

Publié par le 5 Sep, 2017 dans Blog | 5 commentaires

Blanquer, pour l’instant tout va bien ! par Eric Zemmour

Tout le monde se souvient de la grimace qui avait déformé le visage habituellement figé dans le sourire de Najat Vallaud-Belkacem-Belkacem, à l’annonce de la nomination de son successeur rue de Grenelle. Elle comprit à la seconde que tout son travail de déconstruction de l’école allait être … déconstruit !

Ce matin, sur RTL, Eric Zemmour a fait du nouveau ministre de l’Education nationale, le sujet de sa chronique.

Le supporter de Jean-Michel Blanquer que je suis, ne pouvait pas manquer l’occasion de relayer cette chronique qui dénonce les ennemis de Blanquer. Des ennemis qui commencent maintenant à relever la tête :

 

Yves Calvi : C’est la rentrée des classes pour les élèves mais aussi pour le nouveau ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer …

Eric Zemmour : Et oui, pour l’instant, tout va bien ! Sur les réseaux sociaux ou dans les grands médias de gauche, tous les apôtres du pédagogisme, tous les sociologues à la Bourdieu, tous les maîtres des sciences de l’éducation qui n’ont jamais enseigné, tous les Dubet, Lelièvre, Sérieux et consort, ne ratent pas une occasion de distiller leur venin contre tout ce qu’il fait ou ne fait pas.

Le journal Le Monde, celui-là même qui, pendant trente ans, nous a affirmé péremptoirement que le niveau montait à l’école, ne passe pas un édition sans lui taper dessus ! Ce sont eux qui en parlent le mieux ! Ils sont sa boussole sud !

Un ministre de l’Education nationale, traité de conservateur par
les syndicats d’enseignants ne peut pas être tout à fait mauvais !

Tant que Jean-Michel Blanquer subira leurs rires ou leurs sarcasmes, il saura, et nous avec, qu’il est dans le vrai ! Dès qu’ils l’applaudiront, il saura, et nous avec, qu’il a trahi sa mission !

Yves Calvi : Alors, selon vous, Eric, qu’en est-il, aujourd’hui même ?

Eric Zemmour : Pour l’instant, tout va bien ! Jean-Michel Blanquer amis la dernière réforme des collèges de Najat Vallaud-Belkacem-Belkacem au seul endroit digne d’elle : la poubelle ! Il a remis deux doigts d’élitisme dans un océan d’égalitarisme. Il a parlé de la France, de son histoire, de sa langue, c’est à dire des mots tabous dans la logorrhée gauchiste de la rue de Grenelle. Il annonce qu’il imposera partout le grand retour de la méthode syllabique, c’est à dire le B-A-BA à la papa ! Obligeant ses adversaire à ressortir leur vieux bobard, le plus éculé : mais voyons, on n’utilise plus la méthode globale, on mélange les deux dans une méthode mixte sauf que cette prétendue méthode mixte n’est que le faux nez de la méthode globale !

Blanquer fait l’éloge de la culture générale et préfère les Fables de la Fontaine au rap, ce qui le fera passer, dans certaines officines, pour un affreux raciste ! Enfin, il n’a pas peur de la sélection alors que toute la politique suivie depuis trente ans avait un principe simple : abaisser toujours plus le niveau d’exigence pour donner toujours plus de diplômes possibles !

Pour l’instant, tout va bien !

Notre ministre a démoli les démolisseurs et déconstruit les déconstructeurs. Reste à reconstruire sur le champ de ruines qu’ils ont laissé ! Mais quel est le vrai Blanquer ? le Blanquer qui, avec des accents à la Jules Ferry, exalte le patriotisme et l’excellence du savoir ? Ou le Blanquer libéral, produit de l’Institut Montaigne, qui prône l’autonomie des établissements et les directeurs d’établissement, patrons de leur école ? Docteur Jekyll ou Mister Hyde ? ***

Au temps de Jules Ferry, tous les enfants de France faisaient la même dictée à la même heure ! On apprenait nos ancêtres les Gaulois quelle que soit son origine et on occultait nos différences. Pas de discriminations positives dans des classes dédoublées, ni de semaine de quatre jours ! La laïcité était une religion qu’on respectait plus que sa propre religion. L’Ecole n’avait pas vocation à réduite les inégalités sociales, ni encore moins les préjugés de genre mais à répandre le savoir !

Jean-Michel Blanquer sait tout cela mieux que personne, mais est-ce possible de changer le cap du Titanic qui fonce vers l’iceberg en chantant depuis tant d’années ?

Pour l’instant, tout va bien …

Eric Zemmour pour RTL.

*** Une fois n’est pas coutume, je souhaiterais – outrecuidance suprême – m’opposer à Eric ! Je ne vois pas où serait l’impossibilité pour un libéral favorable à l’autonomie des écoles d’exalter le patriotisme et l’excellence du savoir !






5 Réponses à “Blanquer, pour l’instant tout va bien ! par Eric Zemmour”

  1. lecture plaisante pour moi, jusqu’à  » le Blanquer libéral, produit de l’Institut Montaigne, qui prône l’autonomie des établissements et les directeurs d’établissement, patrons de leur école … » où Zemmour reprend sa marotte anti-libérale !
    Des chefs d’établissements responsables, ça changerait des carpettes veules et serviles actuelles … ça permettrait peut-être aussi de mettre un peu d’ordre dans les rangs, en responsabilisant les enseignants, et tiens, les élèves aussi !

  2. J’ajoute, qui peut croire aujourd’hui que tous les établissements sont égaux, en moyens, en financements …? l’hypocrisie bien socialiste fait que certains sont « plus égaux que d’autres » !

  3. Je ne sais pas jusqu’où on peut pousser l’autonomie des écoles maternelles et primaires, je pense qu’à ce niveau, l’instruction des enfants doit être identique qu’ elles que soient la région, la ville ou village. Les collèges et lycées peuvent être diversifiés suivant la spécificité de la région, mais il faut quand même un socle commun.
    Par contre, là où je pense qu’il faut réguler, c’est lorsqu’on nomme les jeunes diplômés en zone difficile, tout comme les policiers d’ailleurs.

  4. Le ministre de l’education va vers la bonne direction, pourvu qu’il y parvienne.

    • Comme je le disais dans mon commentaire sous l’article précèdent concernant Blanqer, j’attends.

      Oui, c’est la bonne direction en paroles.

      Si M Brighelli (et l’instit stagiaire Mme cagole -un pseudo afin qu’Elle ne soit pas reconnue et virée, dans notre belle démocratie..), a raison, nous sommes bien mal partis.
      Encore un tour pour rien et un gachis pour nos enfants. (un de plus)

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *