Bourrage de crâne pour nos chères têtes blondes

Publié par le 10 Sep, 2019 dans Blog | 5 commentaires

Bourrage de crâne pour nos chères têtes blondes

Depuis des décennies, l’Education nationale est en grande partie noyautée par la gauche. Les idées de gauche sont moribondes mais on continue néanmoins à les promouvoir car elles ne peuvent pas être mauvaises puisqu’elles émanaient tout de même du camp du bien ! Ce matin je voudrais rapprocher deux faits qui illustrent cette propagande qui commence dès l’école. Ce sont d’abord les livres scolaires qui ont été largement réécrits pour réduire ou éliminer tout ce qui ne va pas dans le sens du progressisme et en même temps pour y introduire la « modernité », cette promotion constante du vivrensemble et des minorités anciennement invisibles. Voici tout d’abord un tweet qui dénonce la disparition, dans les livres d’histoire, de la figure de Napoléon et l’entrée simultanée de Bilal Hassani, que désormais célèbre depuis sa candidature malheureuse au concours de l’Eurovision :

Attention : un contributeur de ce blog m’informe que l’information donnée dans ce tweet est partiellement erroné. Bilal Hassani n’apparait pas dans un livre d’histoire mais dans un livre d’instruction civique dans un chapitre dédié au cyberharlèlement (voir cet article). Je présente toutes mes excuses tout en me demandant si ce n’est pas encore plus grave que ce personnage apparaisse dans un livre d’instruction civique !

En second, je relaye cet article de Gabrielle Cluzel paru sur Boulevard Voltaire qui nous apprend que les négationnistes du racisme anti-blanc Rokhaya Diallo et Lilian Thuram interviennent dans les écoles pour y promouvoir leur idéologie :

Le saviez-vous ? Lilian Thuram et Rokhaya Diallo vont prêcher la bonne parole dans les écoles …

Dans l’émission « On refait le monde », sur RTL, Rokhaya Diallo a volé au secours de son ami Lilian Thuram – en 2010, ils avaient cosigné le manifeste Pour une République multiculturelle et postraciale -, dont la récente charge contre « le racisme dans la culture blanche » a suscité « la polémique ». Pour lui, on ne parle pas de dérapage, cette rhétorique de la sortie de route et de la mauvaise conduite est réservée à ceux qui pourraient émettre une objection, comme Pierre Ménès témoignant, en fin de semaine dernière, du traitement dont a fait l’objet son fils lorsqu’il a voulu se mettre au foot. Jusque-là, rien d’étonnant. Plus étonnantes, en revanche, sont les interventions que Rokhaya Diallo effectue, on l’apprend au cours de cette émission, avec Lilian Thuram et sa fondation contre le racisme dans le cadre scolaire. Rokhaya Diallo explique, en effet, que tous deux, sans « convoquer les médias », (ce qui, pourtant, aurait eu au moins le mérite de tenir au courant les parents), vont « dans des écoles », « à 8 heures du matin », « voir des enfants pour leur expliquer comment sont construites les catégories raciales ». Autoproclamés éducateurs, ils vont donc assener leur doxa pour le moins sujette à caution et explosive dans une société communautarisée dangereusement inflammable comme s’il s’agissait d’un cours magistral, avec l’autorité et l’ascendant conférés à un intervenant agréé, accueilli et introduit en tant que tel par le corps professoral. Si, d’aventure, ces jeunes, tout ouïe, décidaient de suivre ensuite sur les réseaux sociaux ou dans la presse ces prestigieux mentors, ils seraient édifiés : Rokhaya Diallo, donc, qui traite Charlotte d’Ornellas de moins qu’une p… ou, plus récemment, se paie la tête du fils de Pierre Ménès qui n’aurait pas, selon elle, subi de racisme anti-Blanc (puisque-cela-n’existe-pas, répétez après moi), mais auquel on n’aurait pas passé le ballon simplement parce qu’il « n’a aucun talent en foot »… Si on la suit, il serait donc justifié, pour un écolier, de refuser de faire un exposé ou tout autre exercice collectif avec un camarade moins doué ou d’origine étrangère maîtrisant moins bien le français ? Quelles belles leçons de lutte contre les violences verbales et de vivre ensemble ! Lilian Thuram, ensuite, qui a écopé, en 2013, d’un rappel à la loi (Karine Le Marchand, sa compagne, lui avait reproché de l’avoir « attrapée par les cheveux » et « poussée contre le réfrigérateur trois fois », et même si elle avait finalement retiré sa plainte, cela n’avait pas éteint l’action publique), un exemple inspirant, pour des jeunes, en cette période de Grenelle contre les violences conjugales. Rokhaya Diallo semble trouver admirables ces interventions scolaires dès potron-minet sans imaginer un instant que les parents puissent s’en inquiéter, eux qui s’imaginaient bêtement qu’à 8 heures, leur progéniture commençait sa journée par un devoir de maths, une dissertation de français ou un cours d’anglais ? Soyons clairs, on ne sait rien, ou presque, de ce qui est organisé, dispensé, distillé dans les écoles françaises en marge des matières officielles, dont l’enseignement – confer certains manuels plus que très orientés – est déjà fortement idéologisé. Quelles associations interviennent et à quel titre ? Que s’échange-t-il dans ce huis clos qu’est la classe ? Qui décide du choix des intervenants et du contenu ? À quel moment les parents sont-ils sollicités pour donner leur avis ? Comment peuvent-ils obtenir d’être tenus au courant de l’objet et de la nature des propos ? De quelle façon peuvent-ils protester contre ces initiatives s’ils les jugent abusives et mal venues ? La vérité est qu’ils sont totalement démunis et fondés à se demander s’ils sont toujours les premiers éducateurs de leurs enfants autrement qu’en théorie. Gabrielle Cluzel pour Boulevard Voltaire.

Merci de tweeter cet article :





5 Réponses à “Bourrage de crâne pour nos chères têtes blondes”

  1. Pour ce qui est des livres d’histoire, le Point, édition internet de ce matin signale la parution de trois manuels le 12 dont l’un couvrira les programmes d’histoire géographie des 5ème, 4ème et 3ème (Dimitri Casali? Avec préface de JP Chevènement). Cette petite raison de ne pas désespérer ne comblera pas mon dégoût de voir que la participation d’un individu inclassable et culturellement d’une abyssale insignifiance a un concours d’une stupidité incroyable devient aux yeux de certains responsables du contenu des programmes éducatifs de notre pays un événement digne de replacer dans les manuels scolaires Napoleon, à qui nous devons entre autres Polytechnique, le Code Civil et le baccalauréat.
    Comment ne pas penser que notre civilisation est en train de s’effondrer dans l’indifférence générale et l’inaction d’un gouvernement lamentable !

  2. Tout ça sous Blanquer…

    Ceci pour insister sur ce que j’ai toujours écrit ici :
    Blanquer est nul et LREM jusqu’à la moelle de l’os
    (de mouton, pas de cochon, hein!!! Parce que dans le cochon, tout est bon, et chez lui, tout est nuisible)

  3. jacques boudet dit:

    Des grandes villes je ne sais.
    En Aquitaine rurale le 11 novembre et le 8 mai, enfants et parents fleurissent les monuments, les maires font l’appel de nos morts de 14-18, 39-45 Indochine et Algérie

    le Ministère de l’illettrisme n’en peut mais.

  4. Thomas, un contributeur de ce blog m’indique que le tweet objet de cet article est erroné. Voici son message :
    Je réagis suite à votre article Bourrage de Crâne de Nos chères têtes blondes.
    En effet, visiblement, ce qui concerne Bilal Hassani est faux, comme le signale cet article parmi d’autres

    https://www.purepeople.com/article/bilal-hassani-evince-napoleon-dans-les-livres-d-histoire-il-reagit-a-l-intox_a351257/1

    L’afp y a été de son « factchecking » sous le tweet mentionné.
    Bilal Hassani a bien droit à son chapitre dans un manuel scolaire, mais dans un manuel d’Éducation Civique, concernant le cyberharcèlement.
    Non pas que j’ai quelque chose à faire de ce chanteur à la con ( pardonnez l’expression), mais je pense qu’il est nécessaire de demeurer irréprochable dans la vérification des sources, pour faire taire les Libé et autres collabos et leur dénonciation des « Fake News ».

    J’ai corrigé l’article en conséquence tout en me demandant si ce n’est pas pire que ce genre de personnage apparaisse dans un livre d’éducation civique plutôt que dans un livre d’histoire …

  5. Dans ce livre d’éducation civique, on fait l’apologie des transgenres, on fait l’éducation sexuelle orientation gay dans d’autres livres, on fait la chasse aux maires qui ne sont pas dans la bonne gouvernance!!!!
    Comment racontent-ils l’histoire de Jehanne d’Arc: on va apprendre qu’elle était déjà transgenre!!!!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *