Brexit : Partir … C’est justement ce qu’ils font !

Publié par le 3 Fév, 2020 dans Blog | 4 commentaires

Brexit : Partir … C’est justement ce qu’ils font !

J’ai toujours considéré que l’admission de la Grande-Bretagne dans la Communauté européenne avait été une erreur majeure.

Un lourde erreur commise par Georges Pompidou qui avait toujours été repoussée par le général de Gaulle.

L’Angletette a toujours eu un pied dedans et un pied dehors et a été constamment un empêcheur d’Europer en rond !

Aujourd’hui, il faut tirer toutes les leçons du départ des Anglais de la Communauté européenne.

D’abord pour saluer la première victoire d’un peuple contre son élite mondialiste.

Car ce sont un peu les Yellow Vests (les Gilets jaunes à l’Anglaise) qui ont bouté l’Europe hors de leur pays. Le peuple anglais a voulu mettre fin à cette perte de souveraineté qui fait que l’Europe ne protège plus mais au contraire leur impose des normes, des règlements et surtout une immigration dont il ne veut plus.

Nigel Farage, le député européen souverainiste, a parfaitement rappelé, dans son ultime discours, tous les griefs des peuples contre cette Europe qui a totalement failli.

En voici quelques extraits dans lesquels je me reconnais totalement, suivis d’une vidéo de son intervention :

Ceci est le dernier chapitre et la fin de la route. Une expérience politique de 47 ans avec laquelle les Britanniques n’ont franchement jamais été satisfaits. Mon père et ma mère avaient signé pour un marché commun, non pour une union politique, des drapeaux, des hymnes, des présidents.

En 2005, j’ai vu la constitution initiée par Giscard et d’autres, rejetée par les Français et les Hollandais par referendum.

Et je vous ai vu, VOUS, dans ces institutions ignorer cela.

Ramener cela par le traité de Lisbonne et ensuite vous vanter de l’avoir passé sans referendums ! Quand les Irlandais ont voté NON, vous les avez forcés à revoter ! Vous êtes très forts pour faire revoter les peuples ! Mais nous vous avons prouvé que les Britanniques sont trop grands pour être intimidés, grâce à Dieu.

Je veux que le Brexit démarre un débat dans le reste de l’Europe. Nous attendons de l’Europe l’amitié, la coopération, la réciprocité. Nous n’avons pas besoin d’une Commission Européenne, ni d’une Cours Européenne des Droits de l’Homme ! Nous n’avons pas besoin de ces institutions et de tous leurs pouvoirs.

Nous aimons l’Europe mais nous détestons l’Union européenne !

C’est aussi simple que ça !

C’est le début de la fin de ce projet, un mauvais projet. Il n’est pas juste non démocratique, il est anti-démocratique ! Et au premier rang, des gens avec des pouvoirs sans responsabilités, qui n’ont de compte à rendre à aucun électeur.

C’est une structure inacceptable dans laquelle se déroule une bataille historique qui traverse maintenant tout l’Occident, l’Europe, l’Amérique et ailleurs …

C’est le globalisme contre le populisme.

Vous pouvez détester le populisme mais je vais vous dire une chose amusante : c’est devenu très populaire ! Et ça a de grands avantages :

  • Plus de contributions financières,
  • Plus de Cour Européenne de justice,
  • Plus de politique commune de la pêche,
  • Plus de bavardages, plus d’intimidations,
  • Plus de pressions sur notre pays.

La présidente de l’Assemblée

A la fin de son discours, tous les députés anglais disent au revoir à l’Assemblée en agitant des petits drapeaux britanniques.

Et la réaction de la présidente de l’Assemblée restera comme un symbole de tout le mépris de Bruxelles pour les peuples :

Si vous ne respectez pas les règles, on doit vous couper la parole. SVP, rangez vos drapeaux !
Asseyez-vous, rangez vos drapeaux … ou partez !

Partir … C’est justement ce qu’ils font !

Voici maintenant la vidéo de l’ensemble de l’intervention de Nigel Farage :

Merci de tweeter cet article :





4 Réponses à “Brexit : Partir … C’est justement ce qu’ils font !”

  1. Excellent article, le discours est douloureux mais tellement plein de vérités que le choc en devient aorès coup une bouffée d’air frais.

    La chose sûre est que les Etats Unis et les Anglais se rejoignent une fois encore dans l’histoire du coté de la liberté.Loin de l’image technocratique de l’Union Européenne.

  2. « Chaque fois qu’il nous faudra choisir entre l’Europe et le grand large, nous serons toujours pour le grand large. » a dit Churchill à de Gaulle la veille du débarquement de Normandie.

    C’est toujours le cas.

  3. L’Europe de Delors et Giscard est une véritable secte! Bravo aux britanniques pour leur courage! L’attitude de l’administration bruxelloise en dit long sur le mépris qu’elle a envers les peuples et les nations. Personnellement, je souhaite un retour en force du souverainisme français qui nous permettra de prendre en main notre destin.

  4. J’admire les anglais, dans leur courage, leur fairplay que nous n’avons pas.

    Partir : celle que je suis qui a voté, en son temps, pour cette « fumeuse » UE, aimerait en sortir, tant, elle n’est pas conforme à ce que j’imaginais!
    Mon idéologie de Liberté Égalité, fraternité a été douchée, et est douchée tous les jours!

    Nous n’avons plus=

    ** de liberté, à cause des normes stupides qui peuvent- être être bonnes pour certaines nations et certains peuples, mais pas pour tous,

    ** d’égalité (certains peuples sont mieux traités que d’autres et, paradoxalement, les étrangers à l’UE, ceux qui arrivent en masse comme des criquets sur une plantation de haricots verts, qui veulent nous)

    ** de fraternité.
    Il est vrai que j’en ai peu vu en haut de l’échelle, alors que dans nos anciennes provinces devenues territoires, il y en a toujours, même si parfois, il est scandaleux de constater qu’une aide au voisin dans le besoin peut être requalifiée en travail au noir (cela c’est vu, hélas!)

    En effet, je suppose que lorsqu' »on » nous traite de rien, d’illettrés, de fainéants, d’alcooliques, d’idiots incapables de comprendre les pensées complexes des sachants, ce « on » ne s’imagine pas en être le frère…au sens de notre devise, car il n’est frère que dans sa famille, son milieu, sa secte…

    Merci, messieurs les anglais de nous montrer l’exemple!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *