Bruno Le Maire : traitre et … marxiste ?

Publié par le 12 Août, 2019 dans Blog | 5 commentaires

Bruno Le Maire : traitre et … marxiste ?

Accompagné de ses comparses, Edouard Philippe et Gérald Darmanin, Bruno Le Maire restera, pour le peuple de droite, le traitre à son camp.

Si « l’expérience Macron » se termine mal, il en sortira marqué pour toute sa vie politique.

Il s’est même trahi lui-même puisque, candidat aux primaires de la droite qui prônait une baisse de la CSG, il s’était empressé, une fois à Bercy, de l’augmenter de 25 %!

Pire, on le découvre quasi-gauchiste dans une interview donnée au Point dans laquelle il s’en prend frontalement au capitalisme.

Nicolas Lecaussin, dans un article paru sur le site de l’IREF (Institut de Recherches Economiques et Fiscales) démonte, point par point, son argumentation :

Capitalisme : les quatre grandes erreurs de Bruno Le Maire

Dans une interview accordée au magazine Le Point (25 juillet), le ministre Bruno Le Maire affirme que « le capitalisme que nous avons connu au XXe siècle est dans une impasse ». Selon lui, « le capitalisme ne peut plus se donner comme seul objectif de générer du profit. Il doit avoir un sens politique et social. Il (le capitalisme) a conduit à la destruction des ressources naturelles, à la croissance des inégalités et à la montée des régimes autoritaires. Entre le capitalisme financier américain et le capitalisme d’Etat chinois, nous devons définir un capitalisme européen durable et responsable ». Ces deux adjectifs – « durable et responsable » – sont utilisés par tous les politiques français pour absolument tout et n’importe quoi, des couches-culottes à la production de l’énergie. On sait maintenant qu’il s’agit de l’assurance qu’aucune réforme importante ne sera faite. C’est le cas en particulier avec notre ministre de l’Economie. Au lieu de réformer l’économie française, baisser les impôts, les taxes et supprimer les réglementations, il veut changer le capitalisme mondial ! M. le Maire se trompe de cible et ses affirmations sont erronées.

1 – En pseudo-marxiste, le ministre s’en prend au profit

Marx faisait le lien entre la lutte des classes et le profit, considérant que celui-ci est un instrument d’exploitation dans les mains de la bourgeoisie. Or, l’histoire du capitalisme a montré exactement le contraire : le profit capitalistique a créé les richesses qui ont sorti les masses de la pauvreté. S’en prendre au « capitalisme du XXe siècle » est non seulement cautionner une attitude gauchiste et idéologiquement très dangereuse mais aussi faire preuve de mépris à l’égard d’un monde qui s’est développé comme jamais dans l’histoire. A aucune autre période de l’humanité, nous n’avons été aussi riches et aussi bien portants. Et cela grâce au capitalisme et au profit.

2 – Contrairement à ce que soutient M. Le Maire, les inégalités dans le monde baissent

Il en subsiste, il est vrai, d’importantes dans des autocraties comme la Russie et la Chine, ou dans des pays encore en développement comme l’Inde. Mais globalement, dans le monde, elles se réduisent, tout comme la pauvreté. Selon un rapport de la Banque mondiale, « les inégalités dans le monde sont en recul constant depuis 1990 et, bien souvent, les inégalités au sein de la population d’un même pays refluent depuis 2008 ». Toujours selon la Banque mondiale, désormais 800 millions de personnes ne disposent que de moins de 1,90 dollar par jour pour vivre, contre 1,95 milliard en 1990, alors même que la population de la planète a augmenté de 50% sur la même période. M. Le Maire devrait aussi regarder les dernières données concernant l’économie américaine qui montrent que les grands gagnants (hausse des salaires, nombre d’emplois, etc.) des réformes depuis 2016 sont, non les 1% les plus riches, mais… les 99 % de la population restants !

3 – Le capitalisme n’a pas conduit à la destruction des ressources naturelles *

Au contraire. Grâce à l’innovation, de nouvelles ressources sont découvertes et de nouveaux moyens pour les extraire sont utilisés. En fait, les ressources naturelles n’ont jamais été aussi abondantes. L’exploitation du gaz et du pétrole de schiste a complètement bouleversé la donne. Au début de l’année 2018, les Etats-Unis avaient déjà dépassé l’Arabie Saoudite et la Russie en production de pétrole, ils sont donc devenus les premiers producteurs au monde. Alors que, dans les années 1970, tout le monde craignait les humeurs des 15 membres de l’OPEC, aujourd’hui, l’Amérique est en train de briser leur domination et de s’en passer complètement. Au lieu de blâmer le capitalisme et assener des contre-vérités, M. Le Maire devrait accorder à la France la possibilité d’exploiter ses ressources en gaz et pétrole de schiste. Car dans notre pays, même la recherche est interdite !

4 – Non, contrairement à ce que soutient le ministre, les régimes autoritaires ne sont pas plus nombreux aujourd’hui.

En 1989, moins de 50 % de la population mondiale vivait dans des pays démocratiques contre deux tiers maintenant. Il n’y a pas plus de guerres meurtrières : on comptait en 2017 deux fois moins de morts causés par les guerres, qu’au milieu des années 1980. Le mythe de l’augmentation des guerres dans le monde depuis la fin de l’URSS et du communisme est largement répandu en France et se base sur une fausse idée concernant la « stabilité » à l’époque des deux blocs d’avant 1989. En réalité, il y avait alors beaucoup plus de conflits. Ce constat erroné est également émis par l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin dans une tribune publiée par Le Figaro (29 juillet) et dans laquelle, en tant que président de l’organisation « Leaders pour la paix », il appelle à un « réveil des consciences alors que la guerre semble de retour dans nos sociétés modernes ». Le verbe « sembler » en dit beaucoup sur le caractère scientifique de cette organisation dont le siège est situé avenue Suffren…

Non, Monsieur le Ministre, le capitalisme n’est pas dans une impasse. Ce n’est pas en taxant les GAFA que vous allez le « changer ».

Réformez l’économie française et, vous verrez, le capitalisme va nous enrichir encore plus.

Nicolas Lecaussin pour l’IREF.

* Pour se convaincre que le communisme a lui-aussi massacré l’environnement, lire cet article de Thomas A. Harbor, paru sur le site Contrepoints.org :

Marxisme, communisme et gestion des ressources naturelles

Merci de tweeter cet article :





5 Réponses à “Bruno Le Maire : traitre et … marxiste ?”

  1. Il est de la droite profondément étatiste, pour laquelle l’Etat doit tout faire et tout contrôler. C’est une maladie endémique de celle-ci, ce n’est pas du marxisme, c’est un mélange de colbertisme et de relents de catholicisme mal compris.

    • « relent de catholicisme mal compris? »

      Étant chrétienne non catholique, bien qu’ayant fait des études de théologie, je suis plutôt mal placée pour répondre et argumenter sur cette phrase.

      Néanmoins, je ne vois absolument pas en quoi Bruno Lemaire aurait une seule once (relent) de catholicisme mal compris, voire de chrétienté, puisque la chrétienté rend à César ce qui appartient à César, à Dieu ce qui appartient à Dieu, chrétienté qui, de plus, indique dans ses 10 commandements : « tu ne volerais point »

      A cause « du réveil des consciences »???

      Lemaire de droite???
      Là aussi, j’ai comme des petits problèmes pour comprendre ce qui montre que M Lemaire est de droite « colbertiste »

      Selon Wiki :
      « de nombreuses formes de « colbertisme » datent d’avant Jean-Baptiste Colbert.
      La plupart des historiens s’accordent pour voir dans le « colbertisme » davantage un ensemble de pratiques économiques qu’un véritable courant de pensée économique.
      S’il s’efforce de revigorer une économie essoufflée, il est faux d’avancer que l’œuvre de Colbert corresponde à un étatisme efficace, la mise en place d’une nation industrielle et encore moins celle d’un socialisme d’État. Colbert ne lutte pas contre les clans financiers car il n’y trouve pas d’intérêt »

      Sauf si on assimile colbertisme et mercantilisme, auquel cas, Oui, Lemaire est mercantile.

      Mais, toujours wiki dit que celui-ci daterait du 16eme siècle (les Valois, Henri IV, Sully, Richelieu..) donc quelques années avant la naissance de Colbert (né en 1619)

      Et j’ignorais que Colbert fut de droite.

      Je croyais, bêtement, que la notion de droite et de gauche venait du côté où s’étaient installés les députés de la constituante en 1789 ( à droite, aux places d’honneur, s’installent les « monarchiens » guidés par Jean-Joseph Mounier , À gauche s’installent les opposants)

      Cette répartition s’enracine lorsqu’à partir d’octobre 1789, les députés délibèrent dans la salle du Manège des Tuileries. Les uns, hostiles à la Révolution ou soucieux de la contenir, s’assoient sur le côté droit de la salle, par rapport au président de l’Assemblée (ce côté réputé honorable est dit le « côté de la reine »).
      Les autres plus ou moins favorables à la Révolution, s’assoient à la gauche du président (le « côté du Palais-Royal »). Ils se disent « patriotes » et qualifient leurs opposants d’« aristocrates ».

      (réf : herodote.net, le média de l’histoire)

      Lemaire aristocrate??? franchement!

      • L’attitude de l’Eglise sur la question de l’argent ne date pas d’hier. Pour faire court, l’argent, c’est mal, il est possible d’en gagner à la condition de faire des aumônes pour ne garder que le strict nécéssaire, mais de façon volontaire.

        Pour Le Maire, l’argent privé, c’est mal, et il convient de le confisquer pour le redistribuer. Vous saisissez la différence ? L’Eglise laisse toujours la liberté de suivre ses enseignements ou pas, mais l’Etat ne vous laisse pas le choix, il impose (dans tous les sens du terme).

        • Christian 54 dit:

          Pour être précis, l’argent, c’est mal est une notion purement catholique (laissez venir à moi votre petite fortune) ce qui est à l’origine d’une immense fortune…
          Depuis la réforme, l’argent c’est bien pour le protestantisme… d’où l’essor de la « civilisation »  anglo-saxonne.

  2. Le Maire, Le Maire…

    Pouvez nous nous rappeler combien ce grand con, biberonné à la mamelle de l’ENA, transfuge de la macronie, toute honte bue, avait-il récolté de voix au premier tour de la primaire de la droite ?

    Ah! c’était 2,4 % ?

    En effet, ça calme…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *