Budget 2018 de Macron … De droite ou pas ?

Publié par le 22 Nov, 2017 dans Blog | 4 commentaires

Budget 2018 de Macron … De droite ou pas ?

La droite en avait rêvé …

Macron l’a fait !

Oui, je sais, c’est une affirmation qui est dure à entendre ! Une affirmation qui, pour l’instant, sur le plan des premières mesures économiques mises en place, ne souffre pas la contestation, au moins dans une vue globale.

Une affirmation qui désarme pour le moment
toute l’opposition de la droite modérée !

Bien évidemment, le volet sociétal du quinquennat Macron, qui verra le jour à partir de 2018, laisse penser que la « compensation à gauche » sera forte, voire provocatrice, comme l’avait été la loi Taubira sur la dénaturation du mariage sous Normal 1 er !

Mais à ce jour, dans bien des domaines, la balance penche à droite. Que ce soit la modification du Code du travail, que ce soit l’introduction subtile de la sélection à l’entrée des universités, que ce soit la nomination de Jean-Michel Blanquer à l’Education nationale, que ce soit le nouveau chantier de la formation continue qui promet d’être décoiffant pour les syndicats, on aimerait que la droite ait eu le courage de se colleter vraiment avec tous ces problèmes !

Pour en revenir à l’économie, je me propose d’examiner maintenant les huit mesures du budget 2018 qui viennent d’être votées et que l’Express a présenté dans cet article. En les classant, pour chacune d’entre elles, plutôt à droite ou plutôt à gauche.

Taxe d’habitation, ISF, flat tax …
Les 8 mesures clés du Budget 2018

1 – La taxe d’habitation

La réforme de la taxe d’habitation débutera par une première baisse de 30 %, soit 3 milliards d’euros. Près de 80 % des foyers actuellement assujettis à cet impôt, soit plus de 17 millions de ménages, seront concernés.  Deux étapes similaires suivront en 2019 et 2020, avec des réductions de 6,6 milliards d’euros et de 10,1 milliards, aboutissant à la suppression de cette taxe pour les ménages concernés. Le gouvernement a promis de compenser « à l’euro près » le manque à gagner pour les communes.

Tant qu’on ne sait comment sera compensée la perte pour l’Etat, on ne peut pas considérer cette baisse des prélèvements comme une mesure de droite ! La probabilité est forte, en effet, pour qu’une fois de plus, la classe moyenne supérieure règle l’addition …

2 – La « Flat taxe »

Un prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 %, parfois qualifié de « flat tax », sera mis en place sur les revenus mobiliers, à l’exception du livret A, du PEA (épargne en actions) et des contrats d’assurance-vie de moins de 150.000 euros et gardés plus de huit ans. Cette réforme, visant à simplifier la fiscalité du capital et à la rapprocher du niveau des autres pays européens, coûtera 1,3 milliard d’euros en 2018.

Pour en savoir plus : Ce que la flat tax va changer pour votre épargne

Il s’agit clairement d’une mesure de droite qui est une vraie provocation pour la gauche si attachée à la progressivité de l’impôt.

3 – L’impôt sur la fortune

L’ISF (Impôt de solidarité sur la fortune), qui touche aujourd’hui 351.000 foyers dont le patrimoine dépasse 1,3 million d’euros, sera transformé en « impôt sur la fortune immobilière » (IFI), de façon à inciter les épargnants aisés à investir dans les entreprises. Cette réforme devrait entraîner un manque à gagner de près de 3,2 milliards d’euros pour l’État. En 2016, l’ISF a rapporté près de 5 milliards.

Depuis que Jacques Chirac a attribué les raisons de sa défaite en 1988 à la suppression de l’ISF, ce totem de la gauche n’a plus jamais été contesté par la droite au pouvoir, si ce n’est partiellement par le bouclier fiscal mis en place par Nicolas Sarkozy en 2007.

En tout état de cause, cette mesure certes encore partielle est clairement marquée à droite.

4 – Le logement

L’avantage fiscal « Pinel » consenti aux particuliers achetant un logement pour le louer, est prorogé pour quatre ans mais réduit aux zones tendues. Dans les autres zones (B2 et C), le logement devra être acquis avant fin 2018. De, même le prêt à taux zéro (PTZ) dans le neuf ne sera maintenu que pendant deux ans en zone B2 et C.

Il s’agit d’une mesure neutre sur le plan politique mais qui va dans le sens de la réduction de la dépense publique, donc légèrement teintée à droite.

5 – La fiscalité énergétique

La taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) augmentera de 2,6 centimes par litre de gazole chaque année pendant quatre ans, pour s’aligner sur la fiscalité de l’essence. Avec la hausse programmée de la taxe carbone, le gazole devrait rapporter 3,7 milliards d’euros de plus à l’État en 2018.

Le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) est réduit et même supprimé là où le bénéfice environnemental est faible.

Que penser de ces mesures ? La gauche et la droite ont toujours conjugué leurs efforts pour traire « adonf »la vache à lait qu’est l’automobiliste.

Alors 1-0, la balle au centre.

6 – L’impôt sur les sociétés

Le gouvernement a confirmé la baisse décidée par l’ancienne majorité pour 2018, avec un taux réduit de 28 % jusqu’à 500.000 euros et un taux normal maintenu à 33,3 % au-delà. La baisse doit ensuite se poursuivre tout au long du quinquennat, avec des paliers uniformes pour toutes les entreprises: 31 % en 2019, 28 % en 2020, 26,5 % en 2021 et 25 % en 2022.  Cette baisse réduira de 11 milliards d’euros la charge fiscale pesant sur les entreprises d’ici à 2022.

La transformation du CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) en baisse de cotisations patronales n’interviendra qu’en 2019 mais elle sera précédée en 2018 d’une diminution d’un point du taux, de 7% à 6% de la masse salariale jusqu’à 2,5 Smic.

Une mesure nettement de droite !

7 – La lutte contre la fraude

Les députés ont renforcé les sanctions contre des fraudeurs au fisc ayant des circonstances aggravantes, rendant obligatoire la peine complémentaire de privation de droits civiques, sauf « motivation spéciale du juge ».

Mesure symbolique et plutôt de gauche …

8 – Les économies

Pour tenir ses engagements européens de réduire le déficit public (à 2,8 % du PIB en 2018 après 2,9 % prévus en 2017), le gouvernement veut réaliser 15 milliards d’euros d’économies par rapport à la hausse spontanée des dépenses. 7 seront réalisés sur le périmètre de l’Etat, et 5 sur celui de la Sécurité sociale. 3 milliards d’euros d’économies seront par ailleurs réclamés aux collectivités locales, via un « contrat » passé avec les 319 plus grosses d’entre elles.

Deux missions, côté Etat, seront principalement mises à contribution: les aides publiques au logement et les contrats aidés.

Le projet de budget prévoit aussi une baisse des effectifs de 1.600 postes, dont 354 pour l’Etat et 1.276 pour ses opérateurs. Les députés ont rétabli le jour de carence dans la fonction publique en cas d’arrêt maladie.

Si l’on se base sur le programme drastique de rétablissement des finances et de baisse des dépenses publiques proposé par François Fillon, on est clairement dans l’insuffisance, notamment en ce qui concerne la baisse homéopathique du nombre de fonctionnaires !

En conclusion

Une évaluation de la « taux de droititude » de ces 8 mesures – comme dirait Ségolène, la Reine du Poitou, m’a donné un résultat de 75 % vers la droite.

Je sais que mon analyse peut être contestée … J’attends de pied ferme vos critiques et commentaires …






4 Réponses à “Budget 2018 de Macron … De droite ou pas ?”

  1. Ce que je vois, c’est que les sites d’opposition catalogués à droite, de BVoltaire à la GaucheMatuer, condamnent Macron à cause en grande partie de ces mesures dites de droite.
    Mention spéciale aux commentateurs face book de ces sites, en majorité du FN, dénonçant un président aux ordre de la finance et des patrons.

    La France de droite et ses partisans n’ont rien de libéraux en général, c’est une certitude, vous faites partie de la rare droite française libérale, ce que je salue, car vous êtes honnête et non pas bêtement dans l’opposition à vous indigner bêtement de ces mesures.

  2. Non, je ne trouve pas que la politique économique du gouvernement actuel soit si à droite que çà ! D’abord, les économies prévues sont clairement insuffisantes alors que la dette atteint dangereusement les 99% du PIB. De plus, pour compenser la baisse de rentrées pour les communes due à la suppression de la taxe d’habitation, il faudra trouver une compensation, donc il y aura sûrement une hausse en flèche de la taxe foncière… Il aurait fallu, pour faire repartir l’économie, commencer par sortir des 35 H, puis baisser les charges salariales et l’impôt sur le revenu des ménages afin de retrouver du pouvoir d’achat. On en est loin…

    En revanche, je suis tout à fait d’avis également que, dès l’année prochaine, la situation économique n’ayant pas évolué dans le bon sens, on aura droit aux réformes sociétales, PMA, GPA…

  3. Infos prises sur V.A, H16, Droit finance comment ça marche, et autres
    1 – La taxe d’habitation
    Infos
    Cette suppression sera progressive et prendra trois ans.
    En substance, pour un revenu réel de référence de 30.000 euros, une personne seule sera exonérée. On pourra monter jusqu’à 45.000 euros de revenu réel pour un couple (montant prévu : 43 000€), 54.000 euros pour un couple avec un enfant et il faudra rajouter 6.000 euros au revenu fiscal de référence pour chaque enfant supplémentaire.
    Les contribuables assujettis au futur impôt sur la fortune immobilière (IFI) continueraient quant à eux de payer la taxe d’habitation, quel que soit leur niveau de revenus.

    Ces seuils de RFR pour bénéficier d’une exonération de la taxe d’habitation sont actuellement de 10 708 euros pour une part de quotient familial + 2 859 euros par demi-part supplémentaire. Sur les 30 millions de propriétaires et de locataires assujettis à la taxe d’habitation, 20% sont déjà exonérés et à peu près autant bénéficient d’une réduction.
    (Donc 40%)

    Il y aura une réduction par tiers
    Les contribuables qui ne dépassent pas les plafonds de revenus indiqués ci-dessus pourraient ainsi bénéficier :
    • d’une première baisse de 30 % de leur taxe d’habitation 2018 ;
    • d’une seconde baisse de 65 % de leur taxe d’habitation 2019 ;
    • d’une exonération totale de taxe d’habitation 2020.

    Moyennant quoi, 80% de ceux qui paient actuellement cette taxe rejoindront les 12 millions de personnes qui en sont déjà exonérées en…2020
    Cette disparition de la taxe d’habitation n’est qu’un report des impôts d’une population à une autre ou, pire, d’une génération à une autre, en quoi tout ceci est-il une réforme fondamentale, un changement structurel dans la façon d’envisager la ponction fiscale dans le pays ?

    Mon Point de vue
    Les montants d’exonérations sont divers selon les sources. (mais environ 1665€€/mois de revenus par personne pour un couple, soit le montant moyen des revenus d’un retraité de classe moyenne, selon les statistuiqes et Le salaire net médian dans le privé : 1.797 euros par mois, selon « La tribune.fr)

    Trouvez-vous normal que certains habitants dans une maison de famille dépassant souvent le million d’euros (augmentation de la valeur immobilière au cours du temps) mais sans revenus payent ce montant, alors que certains parasites (toutes classes sociales confondues) sont logés aux frais de la princesse…
    Et pendant 3 ans, imaginez ce que vont payer tous ceux qui ont acheté leur maison en prévision de leurs vieux jours…
    Sachant que cette mesure ne touchera, en fait que 80% des 60% qui paient la TH, c’est un effet de manche !
    C’est ce que vous appelez une mesure de droite ?
    Eh bien, pour moi, être de droite n’est pas synonyme d’injustice, ou faire payer la classe moyenne et les retraités pour les autres…

    2 – La « Flat taxe »

    Points de vue divers
    Au 1er janvier 2018, changement de musique, dans un but opportunément baptisé « simplification » les plus-values seront taxées,(CSG) au taux uniforme de 17,2% sans tenir compte des variations historiques des taux de CSG ni des sommes versées.

    Pour les PEL ouverts à partir du 1er janvier 2018, les intérêts générés seront soumis à la flat tax de 30%.

    Mon point de vue
    Cette taxe, votée à 96 voix contre 18 (les autres dormaient sous les ponts ?), est elle Vraiment de droite ?
    Le livret A , ne l’oublions pas, sert à financer les logements sociaux, dans les quels vivent les parasites, toutes classes confondues nationaux ou non (les SDF nationaux n’ayant pas droit à ces logements, c’est un détail)
    Croyez-vous que le petit peuple de riens ont un PEA ?
    Quant à l’assurance vie, oui, 150 000€ parait important.(il s’agirt, de plus du montant de toutes les assurances vies tenues et non de chaque A.V.)
    Néanmoins, dans celle-ci, vous avez des actions, si elle n’est pas libellée en euros ! Avec les risques que cela comporte. Vous avez même des assurances vie avec des parts de SCPI (bureaux, donc certes immobiliers, mais entrant complétement dans le milieu entrepreneurial, allant de la construction des bâtiments, à la location pour les entreprises, souvent cotées en bourse)… mais qu’importe le petit peuple.
    En ce qui me concerne, mes revenus mobiliers n’étaient pas imposables, parce que, entrant dans mon revenu global non imposable…ben oui : dorénavant je suis imposable sur ceux-cin soit en enlevant la CSG, qui monte, qui montre ;, 12% environ de plus !
    Trop riche ???… Même pas le prix d’une maison ! (ni même du palais de l’Elysée…)

    Là encore, j’ignorai que la droite fut aussi contre le dit petit peuple et là encore contre les classes moyennes.… Je sens que je vais changer de parti politique….

    3 – L’impôt sur la fortune
    Il touchera peu de personnes des classes moyennes, sauf, là encore, comme pour la taxe locative pour les horribles monstres qui ont eu des parents qui leur ont laissé un appart ou une maison qui ne coutait pas grand-chose à l’époque (bien que, pour la plupart les ont obligés à des privations pour payer leurs traites), ou le retour de la polémique sur les petits paysans de l’Ile de Ré (et d’ailleurs)
    On est loin de la diminution des frais de succession de Nicolas Sarkosy
    J’ignorai que d’être de droite, c’est taxer les pauvres ou plutôt ceux qui pour manger devront vendre leur maison trop chère selon Jupiter (locataire à titre gracieux de ces riens qui payent pour lui, et logeant, toujours à titre gracieux, dans un palais)

    4 – Le logement
    Pas de point de vue sur ce sujet.

    5 – La fiscalité énergétique

    N’oublions pas le projet Hulot sur les « passoires énergétiques » !
    Les petites gens qui voudront vendre leur « passoire énergétique » pour ne pas apyer des taxes et autres foutaises socialistes, ne pourront pas payer les mises aux normes… et vendront peu cher ces maisons, bien que leur base locative et leur montant estimé dans leur patrimoine soient parfois énormes
    Quant au CITE, je me demande simplement ce que veut dire « bénéfice environnemental faible »
    Là encore, si c’est une mesure de droite, je désespère…

    6 – L’impôt sur les sociétés

    Points de vues divers
    Pour l’instant, donc en 2017. Pour les PME dont le chiffre d’affaires est inférieur à 7,63 millions d’euros, un taux d’imposition réduit à 15% est appliqué sur les 38 120 premiers euros de bénéfices.
    Par ailleurs, un taux d’imposition à 28 % des bénéfices pour l’ensemble des petites et moyennes entreprises (PME), jusqu’à 75 000 euros de bénéfice s’applique.

    Quand la société distribue un dividende à ses associés ou actionnaires, elle doit acquitter une contribution supplémentaire égale à 3% des sommes distribuées, cette contribution n’étant pas déductible du bénéfice.

    Mon point de vue
    Donc rien de neuf pour les petites entreprises… Elles ne verront aucun changement…
    Leurs patrons et leurs salariés seront laissés sur un quai de gare… Bof, ils ne sont rien…

    7 – La lutte contre la fraude

    Mesure symbolique de gauche ? Ah bon ?
    La droite est une fan de la fraude ?
    En tous cas, j’attends avec impatience les sanctions pour nos ministres …
    Je crois que je peux attendre longtemps (« motivation spéciale du juge »). Et ça, par contre, c’est typiquement de gauche !

    8 – Les économies

     Pour Bruxelles, la prévision budgétaire 2018 de la France présente un “risque de non-conformité” avec les règles européennes
    Bruxelles cible notamment les dépenses publiques, qui augmentent encore trop à son goût. Elles devraient progresser de 1,9% cette année par rapport à 2016, contre 1,6% prévu initialement par le précédent gouvernement. Hors, l’UE réclame une hausse limitée à 1,2%.

    En conclusion
    Une évaluation de la « taux de droititude » de ces 8 mesures – comme dirait Ségolène, la Reine du Poitou, m’a donné un résultat de 75 % vers la droite.

    Je suis désolée, mais je ne me retrouve absolument pas dans cette droite là.
    Ni sur le plan comptable, ni sur le plan de regain d’activité, ni sur le plan de publicitaire consistant à modifier le regard sur la France, sauf à montrer que la France est une zone de grands commerciaux mondialisés et ou d’entreprises mondialisées, qui modifieront le prix de leurs produits en fonction de la bourse chinoise ou américaine.
    Très Grosses Entreprises, qui, très souvent, considèrent les classes moyennes et les TPE comme des moins que rien.
    Je ne dis pas qu’il ne faut pas diminuer le poids de la fiscalité pour ces TGE, non. Elles ont leur importance, ne serait-ce que pour la multitude de smicards qui ont au moins de quoi vivoter, grâce à elles.
    Mais uen vrtaie droite devrait prendre en considération les forces vives de la Nation : ces forces qui viennent des entrepreneurs, des petits commerçants, des petites professions libérales qui permettent à tout le territoire de vivre et de rayonner au d »là des mers et des océans.
    Il est peu probable que ces TPE embauchent étant donné le contexte des nouvelles lois du travail

    Enfin, pour clore ce long commentaire, je dirais que dans ma province perdue nous commençons à voir de très belles propriétés, à vendre, en vue d’éviter ces aberrations fiscales… Que deviendront-elles ? Des hôtels –gratuits, c’est l’état qui paye- pour migrants ? (je doute que ce gouvernement de gauche marche vers les SDF… pour les aider..)

    Finalement, cher Christian, je me demande si je ne vais pas virer ma cuti vers la gauche, celle qui pense –un peu- à tous ceux qui la font réellement vivre et qui payent à la fois pour les gros et à la fois pour les pauvres et ou les parasites…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *