Le premier qui dit la vé-ri-té … il doit être exécuté !

Publié par le 19 Juil, 2018 dans Blog | 5 commentaires

Le premier qui dit la vé-ri-té … il doit être exécuté !

Il faut qu’aucune tête ne dépasse !

C’est le mot d’ordre qui règne en maitre
dans la plupart des médias généralistes.

Après la mise à l’écart de Frédéric Taddeï dont l’émission « Ce soir (ou jamais !) »ne sera pas reconduite, on vient d’apprendre la suppression des deux chroniques hebdomadaires d’Eric Zemmour dans la matinale de RTL.

Je me souviens d’une époque où le polémiste intervenait chaque matin. A l’arrivée de François Hollande, ses prestations furent réduites au mardi et au jeudi et il fut encadré par le socialiste bon teint, Nicolas Domenach, qui intervenait les autres jours.

Entre temps, son débat avec le même Domenach fut supprimé d’iTélé à la suite d’un propos qu’il n’avait jamais tenu lors d’une interview au Corriere della Sera !

Dominique Jamet a donné une interview au site Atlantico sur ces atteintes répétées au pluralisme audiovisuel :

Frédéric Taddeï et Eric Zemmour

Quand les grands médias tirent une balle dans le pied de la cohésion française en voulant éliminer les voix discordantes

Atlantico : La chronique d’Eric Zemmour sur RTL prendra fin à la rentrée, l’éviction de Taddeï, dont on apprend qu’il sera sur RT, tout cela résulte-t-il d’une nouvelle entrave à la liberté d’expression ?

Dominique Jamet : Dans le cas d’Eric Zemmour, incontestablement, il a des opinions, il les exprime, et cela, déplaît à un certain nombre de gens. Peut-être la direction de RTL a cédé à la pression de la rédaction qui, à plusieurs reprises, a marqué son hostilité à son égard. Peut-être aussi que la direction a souhaité faire plaisir au gouvernement. Car c’est une voix disconvenante au courant dominant. Quant à Taddeï, il conservait une image qui ne plaisait pas à la direction de France 2 car il avait l’habitude d’inviter des gens qui sortaient du cercle des « fréquentables ».

En soit, tout cela se traduit par la disparition de deux journalistes qui ne sont pas des conformistes. Sur le plan de la diversité de ce que l’on peut entendre, c’est une perte.

Atlantico : Faute de pluralisme d’idées dans le service public et sur les grandes chaînes, n’est-on pas en train de migrer davantage vers un système médiatique à l’américaine, où chacun consomme les contenus médiatiques qui correspondent à ses idées, dans une logique de bulles ? N’est-ce pas l’arrêt de mort du débat d’idées ? Quelles en seraient les conséquences ?

Dominique Jamet : Je crois qu’il faut distinguer deux choses :

L’ensemble de moyens audiovisuels sont détenus par l’Etat d’une part (le gouvernement ou la majorité du moment) et par un certain nombre d’industriels. Le point commun entre les radios ou chaînes d’Etats et des télévisons ou radios privés, c’est qu’en général, aussi bien les gouvernants que les indiscrets n’aiment pas ce qui dépasse. C’est une atteinte de plus à ce que beaucoup espéreraient entendre ou voir. C’est-à-dire la diversité des opinions, des journalistes. Le pluralisme en un mot. Mais on doit faire une distinction entre ce qui relève du secteur privé et du service public. Car c’est une chose fâcheuse que les médias soient détenus par des industriels dont le souci premier n’est certainement pas l’information et le débat, mais au moins ne contreviennent-ils pas au principe dont ils se réclament. Alors que le service public, censé être neutre et garant du pluralisme c’est plus grave.

Sur France 2 par exemple, le service public trahit sa raison d’être et n’est en aucune manière représentative de la diversité des opinions en France. Il y a là un reniement des principes sur lesquels reposent notre République et notre déclaration des droits de l’homme.

Atlantico : Selon vous, quelles seraient les conditions d’un vrai pluralisme d’opinion dans les grands médias ?

Dominique Jamet : Nous vivons dans un système qui est démocratique dans son principe et qui (dieu merci) le reste en grande partie dans son fonctionnement. Tous les courants d’idées, pratiquement, ont le droit de participer à la vie politique et d’être représentés dans les collectivités locales et nationales. Nous savons en France quel est l’éventail des opinions politiques. Nous constatons que cette représentativité n’est pas respectée dans les médias. Si on voulait que ce soit le cas, il faudrait évidemment (puisque nous sommes dans une période de réforme) que les Assemblées se penchent sur ces problèmes et qu’elles modifient le statut des médias de services publics de telle façon à ce qu’ils garantissent une représentation équilibrée juste et diverse des opinions.

Dominique Jamet pour Atlantico.

A lire en complément, cet article de Gilles-William Goldnadel.






5 Réponses à “Le premier qui dit la vé-ri-té … il doit être exécuté !”

  1. Il ne faut pas se bercer d’illusions, la neutralité de la presse et des médias, est une chimère ! Partant de là, il faut donc reconnaître qu’il n’y a que des médias d’opinion, (qui peuvent très bien ouvrir leurs colonnes à des gens qui ne pensent pas comme eux, ça n’empêche pas). Alors se pose la question de l’ingérence de l’état, donc de la majorité élue, dans l’audio-visuel public, et la presse via les subventions, qui la rendent dépendante et docile.
    La consultation du lien :
    https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/aides-a-la-presse-classement-des-titres-de-presse-aides/
    nous apprend « qu’au nom du pluralisme », l’Humanité reçoit 3,3 Millions d’€ alors que VA et Minute 0 !

    Et pour les médias mainstream, je me demande maintenant que Zemmour et Taddeï ont été écartés, qui sera le prochain ? et d’abord y en a-t-il encore qui ne soient, allez, soyons magnanimes de droite pas trop de gauche ? je ne puis hélas répondre, ne regardant plus la « boîte à c.nneries » depuis près de 7 ans !

  2. A Zemmour :

    C’en est donc fini de vos lumineuses chroniques
    Les puissantes ligues de vertu vous poussent vers la porte
    Vos dires leur infligeaient de terribles coliques
    Mais vous chassant, ce sont vos idées qu’on déporte.

  3. Voilà !!!
    Nous explorons un peu plus chaque jour le « Nouveau Monde » de Micron 1er, protégé encore il y a peu par son écuyer « Benallagardère » l’homme casqué du 1er Mai qui a rendu l’empereur d’opérette muet comme une tombe.
    Celui qui tente d’aseptiser la sphère médiatique de la lèpre via ses très riches amis à la tête des grands groupes de médias français et Europeistes ne peut en effet pas se prononcer sur l’affaire car il est au cœur du « Benalla-gate ».
    Il a déjà fait mentir ses adjoints dont le porte-parole de l’Elysée, le ministre de l’intérieur, il a demandé à ceux qui « partagent » le pouvoir avec lui (plutôt ceux qui collaborent) de le soutenir, il ne peut pas se mouiller lui-même car sinon cela pourrait devenir une fake-news présidentielle.
    Je crois que le « nouveau monde » n’est que le pourrissement de l’ancien, c’est-à-dire les mêmes méthodes mais exécutées par des néophytes.
    J’espère que l’émission « Z&N » de Paris-première ne subira pas le même sort car bien moins d’audimat que la matinale de RTL et donc moins de risques de contagion de la lèpre mais, cette chaîne fait partie du même groupe médiatique présidé par Nicolas de Tavernost et je crains que l’on ai assisté à la dernière saison car la politique prime sur le divertissement et c’est avant tout une émission de ce style là.
    Pour Taddei, cela lui pendait au nez, on ne peut pas agir librement dans le service public, sauf si on est proche du pouvoir, de gauche ou modéré, pour M. Benalla, il lui manquait la modération et surtout de la discrétion.
    Au pays de Georges Orwell, « Eurasia », « Big brother » contrôle tout, en France aujourd’hui, les caméras de surveillance trahissent un proche collaborateur du futur « french Big brother » quand il aura mis en place l’outil des Fake-news.
    Attention à ne pas lui donner plus de pouvoir au risque de voir le pays des lumières devenir l’Eurasia d’Orwell.

    • l’Eurasia pourrait aussi être le projet secret des outrancier Europeistes qui nous pourissent la vie un peu plus chaque jour.
      N’oubliez pas d’aller remettre de l’ordre dans tout ça lors des Européennes !!!

  4. La democratie de goche a parlé, ils ont , seul, les droits « d’informer ».

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *