Ces combattantes mobilisées contre l’islamisme

Publié par le 19 Oct, 2020 dans Blog | 1 commentaire

Ces combattantes mobilisées contre l’islamisme

Jamais un reportage paru dans Le Figaro Magazine n’avait sans doute aussi bien résonné avec l’actualité !

Alors que la France est sous le choc de la décapitation de Samuel Paty, professeur courageux et martyre de Conflans-Sainte-Honorine, l’hebdomadaire publie un dossier sur toutes ces jeunes femmes d’origine immigrée qui se battent courageusement contre l’islamisme radical.

Je relaye très régulièrement les écrits de ces femmes courageuses dont la voix porte beaucoup plus du fait de leur origine.

Voici un premier article extrait du dossier que Le Figaro Magazine a intitulé :

Elles se battent contre l’islamisme radical

De gauche à droite : Fatiha Agag-Boudjahlat, Sonia Mabrouk, Zineb El Rhazoui, Dana Manouchehri, Najwa El Haïté et Jeannette Bougrab

En plein procès des attaques terroristes de 2015, à Paris, et à la suite de l’allocution du président Macron sur le projet de loi contre les séparatismes en France, nous donnons la parole à ces femmes qui luttent en première ligne contre l’intégrisme salafiste et le communautarisme. Malgré les menaces dont elles font l’objet, elles ont choisi de dire haut et fort leur vérité.

Elles s’appellent Sonia Mabrouk, Najwa El Haïté, Zineb El Rhazoui, Fatiha Agag-Boudjahlat, Dana Manouchehri, Zineb El Rhazoui et Jeannette Bougrab. Elles sont jeunes, belles et brillantes. Elles sont des figures connues et reconnues.

Leur parole porte, fait débat, irrite parfois, mais elle est entendue. Elles sont aussi les visages de ce courage qui se décline au féminin, de cette France qui veut résister contre l’obscurantisme religieux et les dangers de l’islam politique. Non, les mots ne sont pas trop forts. Car dénoncer l’islamisme en Europe ou en France, patrie des droits de l’homme, mais aussi de la laïcité, n’est pas sans risque.

La femme la plus menacée de France

Sonia Mabrouk

Sonia Mabrouk veut rappeler cette réalité. Journaliste à Europe 1 et à CNews, elle jongle avec un agenda millimétré. Toujours pressée mais attentive aux autres et au monde, sa rigueur et son exigence lui imposent de longues journées de travail sans jamais altérer son énergie, sa bonne humeur et son sourire. Cependant, son expression se fait plus grave quand elle évoque la situation dans le pays et, en particulier, celle de Zineb El Rhazoui, sa consoeur, ancienne journaliste à Charlie Hebdo, devenue symbole de la lutte contre l’islamisme mais aussi, en raison de son engagement, la cible des intégristes et, de fait, la femme la plus menacée et la plus protégée de France.

Nous vivons dans l’un des pays qui a subi les chocs les plus importants ces dernières années, rappelle Sonia Mabrouk. La liste des victimes du terrorisme  est bien trop longue. Pour ces raisons, nous devrions être à l’avant-garde de la lutte contre cette idéologie.

Comment peut-on accepter qu’en France, aujourd’hui, certains soient menacés de mort et aient besoin d’une protection policière permanente ? C’est d’une violence terrible ! Ce sont des vies et des libertés confisquées. Il ne faut jamais se dire que c’est une normalité mais, au contraire, s’indigner de la nécessité d’être protégé en France ou ailleurs.

Le refus de l’obscurantisme

Zinel El Rhazoui

Si les deux journalistes se considèrent comme des combattantes, elles réfutent la notion guerrière du terme. « Ce sont les islamistes qui nous font la guerre, insiste Zineb El Rhazoui. Nous sommes des pacifistes. » La jeune

femme, chef de file du printemps arabe, a quitté le Maroc en 2011 pour se réfugier en France et rejoindre l’équipe de Charlie Hebdo, jusqu’aux attentats qui ont décimé la rédaction en 2015. Son quotidien est, depuis, saturé d’insultes et de menaces de mort exprimées allègrement et sans complexe sur la toile et les réseaux sociaux par les islamistes les plus fanatiques, mais aussi par des individus dont le manque de courage est compensé par l’anonymat de leurs comptes.

Alors que se d éroule le procès des attentats de janvier 2015, le déferlement de haine à son endroit s’exacerbe. Lauréate du prix Simone-Veil, décerné par la région Ile-d e-France en novembre 2019, elle a été récompensée pour « son courage et sa force dans ses combats pour la défense de la laïcité, la lutte contre toutes les formes d’obscurantisme et de l’égalité entre les femmes et les hommes ». Zineb El Rhazoui est une femme libre et révoltée, et n’a pourtant jamais de répit. Son escorte policière la suit jour et nuit et chacun de ses déplacements est étroitement surveillé.

Elle confie :

Ce qui m’arrive, confie-t-elle, c’est ce qui arrive au pays. C’est inacceptable à mon échelle personnelle, mais aussi à celle de la France, surtout au regard de cette liberté qu’elle représente. Personne ne devrait vivre comme ça, ni au coeur de Paris ni ailleurs. J’en suis là parce que je défends ce pays et ses valeurs. Je suis constamment entourée d’hommes en armes et cernée par une pulsion de mort. Ce que je vis est, finalement, une reconnaissance officielle de l’omniprésence de la terreur sur notre sol. L’État devrait agir pour neutraliser la menace plutôt que d’être obligé de protéger des gens comme moi.

Quand on demande à Sonia Mabrouk si elle se sent l’âme d’une combattante, la réponse est affirmative, mais la nuance est, pour elle, essentielle. Femme très engagée, mais toujours dans la retenue, elle a l’élégance de ne jamais exprimer un mot plu haut que l’autre. Cette combattante s’est d’ailleurs illustrée sur le plateau d’une émission de télé où , avec beaucoup de grâce, autant de sang-froid et d’autorité, elle imposa le silence à Manwan Muhammad, ancien directeur du CCIF, le controversé comité contre l’islamophobie en France :

Vous êtes une caricature, vous êtes une imposture ! […] Vous ne représentez rien. Absolument rien ! Qui peut parler au nom des musulmans ? Personne, si ce n’est eux-mêmes. Ceux qui travaillent pour leur crémerie font leur miel sur l’Islam, ils ne représentent rien.

Un engagement féministe et républicain

Sa vision et son mépris des acteurs de l islam politique sont exprimés en ces quelque mots. Sonia Mabrouk sait la réalité du danger et l’imminence de son accélération. Elle affûte en conséquence des armes qu’elle ne veut en aucun cas brutales. Elle insiste :

Un ou une combattante n’utilise ni la violence, ni l’agressivité, ni la dureté des mots dans le message. Dans ce terme, il y a quelque chose de paradoxalement positif. Il s’agit en réalité d’atteindre un objectff et de penser aux moyens à mettre en oeuvre pour y parvenir et convaincre en pensant à ceux auxquels on s’adresse. Avoir l’approbation dans son propre camp, ça ne sert à rien. Il faut discuter, tendre la main aux autres, y compris aux femmes portant le voile car ça n’a pas de sens de les exclure. Il est aussi absolument nécessaire de convaincre ceux situés dans la zone grise, ces Français musulmans encore attachés à la République et à la France, pour ne pas les laisser glisser et rallier le camp adverse.

A suivre …

Nadjet Cherigui et Frédéric Stucin pour Le Figaro Magazine.

J’ajoute cette vidéo dans laquelle Sonia Mabrouk et Lydia Guirous prouvent leur pugnacité face à l’islamisme radical :

Merci de tweeter cet article :





Une réponse à “Ces combattantes mobilisées contre l’islamisme”

  1. vous pouvez rajouter DJMEMILA BENHABIB qui vit au Québec et qui se bat contre l’oppression je la connais bien et je l’admire livres à lire « ma vie à contre courant » « après Charlie » « des soldats d’Allah à l’assaut de l’occident » « l’automne des femmes arabes » tout à fait dans l’actualité, elle aussi est menacée mais vient en FRANCE malgré tout

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *